Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux

Noms de personnes

NNNNN

page ouverte en 2001

Non actif

Actif

forum de discussion

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour 03/05/2011 à  09:00:11

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z        a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v  w x y z

Naab : rivière tributaire du Danube, en Bavière; autrefois *Nablis.

* Nabalia : désignation de l'estuaire septentrional du delta du Rhin. Aujourd'hui le Leck. 

* Nabantia : nom ancien d'une rivière près de Coimbra, en Portugal.  

* Nabarus Flumen : la rivière Naber; Sutherland, en Écosse.

Naber : rivière d'Écosse, dans le Sutherland. Autrefois Nabarus

- Ptolémée, II,3,1 : Nabaron Potamon ekbolai (= NABARI FLUVII OSTIA); variantes Nabaion (= NABAEI), Nauaion (=NAUAEI). (

Nablis : rivière tributaire du Danube, aujourd'hui la Naab, en Bavière.

Nantes, en breton Naoned (Condevincum): (44000) chef-lieu de département de Loire-Atlantique, en Petite Bretagne, sur la Loire.

Capitale de la cité gauloise des Namnetes, sous le nom de Condevincum.

Acquise par Erispoë, roi des Bretons sur Charles le Chauve , après la bataille de Ballon, en 851.

Capitale de Bretagne sous Alain Barbetorte et ses descendants, de 937 à 988.

Narbonne (Narbo Martius) : chef-lieu d'arrondissement de l'Aude, sur le canal de Narbonne. Capitale des Atacini, sous le nom de Narbo. Martius y fonde une colonie de vétérans en 118 avant J-C, ce qui lui vaut d'être appelée dès l'ors Narbo Martius.

Capitale de la Narbonnaise, puis de la Narbonnaise Ière.

- Conventus de Narbonne : en 27 avant J-C (Galliou, p 31)

* voir Strabon, Géographie, IV,6,11, et Agrippa.

* Nassa : aujourd'hui le Loch Ness, en Écosse.

* Naurum : nom de lieu de G. Bretagne, cité par Ravenna, 10826 : NAURUM. Site non identifié, mais selon toute probabilité dans le sud de la G. Bretagne.

* Rivet & Smith, p. 423 : 

NAURUM (?)

SOURCE

- Ravenna 10826 (= R&C 241) : NAURUM

Holder II. 692 and Loth suggest that Naurum is an error for *Natrum, assuming this to be the ancient name of the Wiltshire river Nadder. R&C reject this (and the identification) on the ground that 'There is no sound evidence that the Cosmography mentions inland rivers', and even though it now seems likely that there may be one or two in the text, it is probable that the Nadder was not important enough to warrant mention. An casier emendation would be to *Nau-(a)rum, with u for b. (via v), which has the advantage of producing in *Nabarus2 a second instance of a name which we already know existed in Britain. Against this, however, is the fact that in this section of his river-list the Cosmographer seems to be following fairly consistently an order of southern and south-western rivers, and in this region we know of no modem river whose name could derive (as would be expected) from *Nab- or *Nav-; moreover it is unlikely that at this point the Cosmographer is listing Ptolemy's Scottish Naver. A further possibility, and perhaps the best, is that Ravenna has here a gross corruption for the Alaunus recorded in the south-western region by Ptolemy, our Alaunus1. It is finally always possible that the Cosmographer (working from a map) has put a habitation-name among his river-names, as with Durolavi at 10837.

IDENTIFICATION. Unknown, but apparently in southern Britain.

* Navio : station britto-romaine : Brough-on-Noe; Angleterre; Derbyshire.

Neath : ville du sud du Pays de Galles; abbaye; mosaïques

 

* Nebrissa : nom ancien de la rivière Lebrija, en Espagne, province de Sevilla.

Nemagen (Ulpia Noviomagus) : voir Nimègue.

* Nemanturista (Nemantourista) : nom de lieu cité par Ptolémée, II,6,46, et désignant une ville des Pyrénées ibériques.

*Nemet- : racine celtique servant en toponymie, dans le sens = endroit sacré, sanctuaire.

* Nemetacum : nom gaulois latinisé d' Arras.

* Nemetobriga : près de l'actuelle Pueblo de Tribes, Orense; Espagne.

* Nemetocenna : nom gaulois d'Arras.

* Nemetodurum : Nanterre; Seine; Ile de France.

* Nemetostatio : station britto-romaine : North Tawton ?; Angleterre; Devon.

*****

* Augustonemetum : Clermont-Ferrand; Puy-de-Dome; France

* Drunemeton; Galatie.

* Medionemetum : GB

* Nemeto Statio; GB

*Vernemetum : GB.

?

* Nemetobala : site non identifié, à rechercher probablement, selon Rivet & Smith, du côté du Gloucestershire ou Monmouthshire, c'est à dire à l'embouchure de la Sévern.

Proposition : Lydney, Gloucestershire

SOURCE

Ravenna 10623 (=R&C 50) : METAMBALA

The form certainly needs emendation; we adopt that of R&C, but there can be no certainty that it is warranted. Loss of one or more letters at the start of a name occurs occasionally in Ravenna. We write the new form with medial -o- (R&C préserve -am-) because the analogues show this in other names which have *nemeto- as first element.

DERIVATION. For *nemeto- 'sacred grove', see AQUAE ARNEMETIAE. R&C think that the second element could be *ambala 'navel', but this is hardly likely in place-names. They speculate also that -abala 'apple' might be involved, and cite Nennius on a freak apple-bearing ash-tree which grew at the mouth of the Wye; but on scribal grounds this emendation is hazardous, and the use of such an *abala as a second element in compounds is nowhere attested. It seems that we should first associate the present name with its only possible British analogue, Vindobala. Several roots bal- bail- are assembled by Ellis Evans in GPN 147-48, mostly in personal names which have bal (l)- with suffix or as first element in a compound. Of the various senses of these diverse roots, that in the name Balista in Liguria, perhaps 'white-peaked', is the most promising; possibly Celtic *balma 'pointed rock, peak', which must have existed in British in view of Welsh bal 'peak, summit', Breton bal 'steep beach, steep slope'. In the present name 'grove-hill' or 'hill-sanctuary ' would make good sense; but there can be no certainty of it.

IDENTIFICATION. The position of the name in the list indicates a location in Monmouthshire or Gloucestershire west of the Severn; a possibility is therefore the sacred site, with a Roman temple in an Iron Age hill-fort, at Lydney, Gloucestershire (SO 6102).

*****

* Nemeto Statio : Angleterre; Devon. Aujourd'hui, probablement, North Tawton, en Devon.

Ness ( = Loch Ness) : aujourd'hui le Loch Ness, en Écosse. autrefois : Nassa.

Netherby : Angleterre; Cumberland.

Ancienne forteresse romaine : Castra Exploratorum : camp des éclaireurs.

Nettleton Shrub : temple.

 

Neuss (Novaesium) : ville d'Allemagne de l'ouest (Rhénanie), sur le Rhin. Ville de la cité des Ubii, en Germanie IIè.

Newcastle upon Tyne / Pons Aelius : angleterre; chef-lieu du comté de Northumberland.

New Forest : pottery. 

Newstead : commune d'Écosse, comté de Roxburgh, sur la Tweed. Ancienne station romaine Trimontium.

  Nice

Nidderdale : lead

* Nidum : station britto-romaine : Neath; Pays de Galles; Glamorgan.

Nièvre : affluent droit de la Somme. Il prend sa source à Montrelet et rejoint la Somme à Flixecourt après un parcours de 18 km. Il arrose Canaples et Bertaucourt-les-Dames.

Nimègue / Nijmegen. (Noviomagus Batavorum; Ulpia Noviomagus) : ville des Pays-Bas (Gueldre), sur la rivière Waal. Oppidum, puis ville romaine de la cité des Batavi, en Germanie IIè.

Nith : rivière d'Écosse, dans le Dumfriesshire. Autrefois Novius

- Ptolémée, II,3,E : Noouiou  Potamon ekbolai (= NOVII FLUVII OSTIA); 

- Ravenna, 10818 : PANOVIUS; variante PANONIUS;

- Ravenna, 10832 : NOVITIA; variante NOVICIA.

It seems probable that these are to be equated. Ravenna's entry at 10818 is in the group of diversa loca, and was hence thought by R&C to represent a tribal meeting-place. However, one other entry at least (Taba, 10819) in this group is very plainly a river-name, and it seems certain enough that -Novius is too. The
Pa- syllable is yet a further version of FI, the abbreviation of Fl(umzn) or Fl(uvius), misread from a map (see our entry for EL- names in Ravenna). Dillemann (p. 71) agrees with this proposai, and cites a telling parallel of Pa- for FI- in TP, whose sheet for Cyrenaica includes a place Ampaleontes for *Ad Fl(umen) Leontes. As for Ravenna's Novitia, both Müller in his edition of Ptolemy and Holder II 793 suggest that it stands for Novius. We cannot tell much from its position in the listing, but such miscopying is perfectly possible; a doubt remains, however, because Ravenna seems in general to have had only one map-source for North Britain and does not duplicate names in this region.

DERIVATION. The name is precisely as in NOVIA. Watson CPNS 54-55 assesses the possibility that thé modem name Nith dérives from Novius; this seems likely, though 'one cannot be certain, as the name has passed from British through Welsh into Gaelic and thence into English'.

IDENTIFICATION. The river Nith, Dumfriesshire.

 

* Nomentana : nom de l'une des portes antiques de Rome; aujourd'hui fermée.

Northamptonshire : iron-mining 

Northamptonshire : whetstones 

Northleigh : villa

North Tawton : Angleterre; Devon. ancien camp romain Nemeto Statio

North Tyne : water-mill.

Norton :

North-Waltham : Angleterre; comté de Hampshire. Probablement l'ancien établissement romain *VINDONIUM, au lieu dit Wheatsheaf Inn.

Northwich : Angleterre; comté de Cheshire. L'ancien camp romain de CONDATE, au confluent des rivières Dane et Weaver.

Noss Head : cap du nord de l' Écosse. autrefois : Verubium Promontorium.

Nottinghamshire : coal.

Notre-Dame d'Accu : lieux près de Montélimard; autrefois : ACCU  (cf. Provincia, p 72)

Nouvion en Ponthieu (Novionum) : (80860) commune et chef-lieu de canton de la Somme, arrondissement d'Abbeville, à la source du Dien (affluent nord de l'embouchure de la Somme)

La ville est située sur la route côtière gallo-romaine du gué de Blanquetaque à Quentovic et Boulogne-sur-Mer.

Étymologie : Dauzat : Novionum, 718. Du gaulois Novio = nouveau, neuf + magos = marché.

  * Novaesium : voir ci-dessus Neuss, en Allemagne.

* Novantarum Peninsula : la presqu'île Rhinns of Galloway, en Écosse.

* Rivet & Smith, p. 426 : 

SOURCES

- Ptolémée, II,3,1 : Noouantvn Kersonesos ( = NOVANTARUM PENINSULA);

- Marcian, II,45 : Neouantwn Kersouneson

- Ravenna, 1087 : MEMANTURUM

Marcian has evidently translated, or unconsciously adapted, original Nov-.

Ravenna's entry bas not previously been placed in relation to Ptolemy's. Emendation to initial N- seems obvious (compare *Nemetobala), and is adopted also by R&C for their proposed *Nemanturum. There are indeed several names analogous to this, including personal Namanto, Namantius (Holder II. 674), the Nama(n)turi people of the Alps (Pliny NH III, 137), whom Holder thought Ligurian, and Nemantourista ( = Nemanturista, var. -issa / - issa) of Ptolemy II, 6, 46, a polis in the Spanish central Pyrenees. For these a base in *namo- *namanto- is proposed, for which a clue to the meaning is offered by Irish nama(e) 'enemy', although it is far from easy to see how such a meaning could be present in the names in question. The *Nemanturum of R&C may be correct and belong with these, but in principle it is better not to assign to a form recorded in Ravenna alone a root which is otherwise not known in Britain and (as shown above) of uncertain filiation. It is also the case that since many of Ptolemy's North British names were taken up by Ravenna — often in garbled form — we should consider whether a Ptolemaic entry lies concealed in corrupt form in Ravenna, for both drew ultimately from the same map-source. Hence Novantarum — which can be readily restored from miscopied Memanturum - seems thé best possibility here. 

The second part of the name, *Peninsula (or possibly *Promontorium), in abbreviated form and written somewhat apart, was overlooked by the Cosmographer as he read from his map. Such names as can be identified in this part of Ravenna are from widely scattered parts of Scotland, and do not bar us from considering the présent name as that of a western coastal place.

DERIVATION. See NOVANTAE.

IDENTIFICATION. The Rhinns of Galloway.

------------

Pour la localisation, voir la page consacrée au peuple des Novantae. Activer le lien ci-contre.

* Novantarum Promontarium : la cap Mull of Galloway, en Écosse.

- Ptolémée, II,3, 1 :  Noouantvn Kersonesos kai omwnumon akron ( = NOVANTARUM PENINSULA et eiusdem nominis promontorium);

- Marcien : idem Ptolémée

-----------

Pour la localisation, voir la page consacrée au peuple des Novantae. Activer le lien ci-contre.

Novempopulanie : Ensemble géographique du sud-ouest de la Gaule aquitaine, entre la Garonne et les Pyrénées, capitale Elimberris / Auch. Incluant : Auch (Ausci), Dax (Tarbelli), Buch (Boii), Saint-Lizier (Consorrani), Saint-Bertrand de Comminges (Convenae), Eauze (Elusates), Béarn (Osquidates), Tarbes (Bigerrones), Bazas (Vasates),

* Novia : nom de rivière de Grande Bretagne, dont Ravenna donne deux écritures : NUBA (10634), et NOVIA (10840). Rivet & Smith proposent de l'identifier à la rivière Adur.

--------------

NOVIA

SOURCE

Ravenna 10634 (= R&C 68) : NUBA

Ravenna 10840 ( = R&C 267) : NOVIA 

At 10634 Ravenna is ostensibly listing habitation-names, but there is no guarantee that a few rivers have not been included among them (misread from a map); the next name, also 10634, almost certainly refers to the Trisantona1 river, which gives grounds for taking Nuba as a river. It is then inseparable from Novia, which figures properly in the river-list. The miscopying of b/v is very frequent in our texts because of their equation in Continental Vulgar Latin (Ad Novas AI 523 = Nobas of Ravenna 8o7, Ad Novas of TP = Nobis of Ravenna 735. Confusion of o/u scribally or in pronunciation was frequent too.

DERIVATION. There is no reason to suppose that this river is to be associated in any way with Novus Portus, as R&C tentatively suggest. The name might just possibly be Latin, and refer to a river diverted through a 'new course' (in which event *Nova might be more correct). But it is safest by far to assume that rivers universally had British names even if unconscious latinisation has affected their recorded forms. If this is correct the name is British *nouia, a feminine of *nouio- (the base of the river Novius in Scotland) ; the fundamental sense of this is 'new ', but better perhaps ' fresh, lively ' when applied to water, for as Watson CPNS 54-55 says of the Novius, 'The reference is most likely to the freshness and verdure of the riverside'. Both Celtic and Latin Nov- names are common abroad.

IDENTIFICATION. A river of Britain, placed in the list in the area of Sussex. Arun is TRISANTONA (q.v.) and Rother and Ouse are almost certainly non-Germanie in origin (Ekwall ERN, but see Jackson LHEB 195, 342), but Adur is more interesting. The modem name appears first in Michael Drayton's Polyolbion (1612) and is evidently a learned back-formation from the then-supposed site of Portus Adurni in ND. Its earlier name was Bramber and this is itself a back-formation from OE brember, 'bramble' (whence also the village of Bramber). Adur, then, is the most likely candidate.

     

* Noviodunum : nom celtique d'Isaccea, près de l'embouchure du Danube.

* Noviomagus : racine entrant en toponymie, et signifiant globalement *novio = nouveau, *magos = champ (de foire) > nouveau marché.

Des liens actifs sont placés en regard des noms cités séparément dans les cases suivantes.

- Chichester : Noviomagus Regnensium

- Crayford : Noviomagus.

- Lisieux : Noviomagus Lexoviorum,

- Spire : Noviomagus Nemetorum,

- Castelnau de Médoc : Noviomagus ...

- Neumagen (Allemagne)

- Nijon ? (cf Audinot) (Rivet & Smith)

- Nimègue / Nijmegen : Noviomagus Batavorum

- Novion-Porcien, ? (cf Audinot) (Rivet & Smith)

- Noyen-sur-Seine ? (cf Audinot)

- Noyon : Noviomagus ...,

- Nyons : Noviomagus ...

- Saint-Germain d'Esteuil, ? (cf Audinot)

- Soulac-sur-Mer ? (cf Audinot)

* Rivet & Smith citent Holder (II.790) qui ne recense pas moins de 18 'Noviomagus' sur le Continent, la plupart en Gaule.

NB : cette racine a parfois été confondue avec Noviodunum, qui a donné aussi Nyon.

-------------------------

Sources

* L. Quicherat et A. Daveluy : Dictionnaire Latin-Français. Hachette. Paris. 1868.

* A.L.F Rivet & C.Smith : The Place Names of Roman Britain. Batsford Ltd. London. 1979. Réimpression 1982.

* Didier Audinot : Dictionnaire des cités disparues, en France, des origines à la Révolution. Éditions D. Audinot. 1997.

* Noviomagus : Castelnau

* Noviomagus : capitale britto-romaine : Chichester; Sussex.

* Noviomagus : station britto-romaine : Crayford; Angleterre; Kent.

Site de la deuxième grande défaite britto-romaine face aux Jutes et Saxons, en 456-457.

* Noviomagus : Neumagen : 

* Noviomagus : Nijon.

* Noviomagus : Novion.

* Noviomagus : Noyen

* Noviomagus : Noyon.

* Noviomagus : Nyons.

    * Noviomagus Batavorum : aujourd'hui Nimègue / Nijmegen, en Pays-Bas.

* Noviomagus Lexoviorum : aujourd'hui Lisieux, Normandie, France. 

Capitale de la cité gallo-romaine des Lexovii.

* Noviomagus Nemetorum : Aujourd'hui Spire / Speier, Bavière, Allemagne.

 

* Noviomagus Regnensium / Reg(i)norum : capitale de la cité bretonne des Regni :  Chichester; Angleterre; Sussex. (voir aussi I.A Richmond, Roman Britain)

 

Novius : rivière d'Écosse, dans le Dumfriesshire. Aujourd'hui la rivière Nith. 

- Ptolémée, II,3,E : Noouiou  Potamon ekbolai (= NOVII FLUVII OSTIA); 

- Ravenna, 108,18 : PANOVIUS; variante PANONIUS;

- Rravenna, 108,32 : NOVITIA; variante NOVICIA.

* Novus Portus : nom de lieu de (G) Bretagne, cité par Ptolémée, II,3,3 : Kainos Limen ( = NOVUS PORTUS). 

* cf Rivet & Smith, p. 428 : 

SOURCE

- Ptolemy II, 3, 3 : Kainos Limen ( = NOVUS PORTUS)

DERIVATION. The name is Latin, 'new harbour'; compare Magnus Portus (which Ptolemy also translates instead of merely transliterating). For similar descriptive names, see GABRANTOVICUM SINUS.

IDENTIFICATION. As argued on p. 116, this almost certainly represents Dover as recorded in an early coastal survey.

Rivet & Smith l'identifient à Dubris / Dover / Douvres (Kent).

Noye : affluent gauche de la Avre. Il prend sa source à Vendeuil-Clapy, et rejoint la Avre à Boves, après un parcours de 28 km environ.

Noyelles-sur-Mer (80133) commune de la Somme, arrondissement d'Abbeville, canton de Nouvion en Ponthieu, sur la rive droite de l'embouchure de la Somme. (IGN : 2107E).

Ancien gué de passage de la route littorale passant la Somme, en aval et probablement en complément de celui de Blanquetaque, en Port-le-Grand.

Une charte municipale à été installée à Noyelles-sur-Mer le 08 mars 1194 par Guillaume III de Talvas, comte de Ponthieu.

Étymologie : Noyelle sur la Mer, 1194; Nigella ? Nivilla ? = nova villa ?

Archéologie :

A. Leduque, Ambianie, (année 1972) p 85 : "La région de Noyelles-sur-Mer est riche en tombelles. Six tombes furent repérées entre Port et Noyelles, elles contenaient des urnes cinéraires, des boites de bois pleines d'ossements calcinés, un petit sceptre surmonté d'une tête de coq. A l'est de la commune, la Tombelle de Martimont (Mont de Mars ?) est mentionnée dans la charte communale de 1194 sous le titre : ad Tumbas de Portu, et comme servant de limite à la banlieue de Noyelles. La Butte de Saint-Ouen renfermait un vase en bronze, brisé, et un grand nombre de crânes humains séparés du tronc, et disposés en sorte de cône. A Noyelles, au bas du rideau qui borde la Somme, non loin du Chemin des Valois aujourd'hui effacé par le passage du chemin de fer, et de la Tombelle de Saint-Ouen, on découvrit en 1834 les substructions d'un vaste établissement dont la superficie s'étendait sur plus de cinquante ares. On y distingua des murs de silex liés par un ciment très dur, aux assises de tuiles plates superposées, offrant des traces d'incendie, des tuyaux de terre cuite, des tuiles à rebords, des enduits de stuc, des poteries, les restes d'un pavé en porphyre et en marbre blanc, un morceau de granit vert, une auge en pierre, "une large pierre couverte d'inscriptions et de figures en relief", des morceaux de cuivre, une monnaie gauloise, au type du cheval, des médailles de Commode, de Marius le Tyran, de Claude II le Gothique, de Constantin, de Gratien, de Valentinien II, des débris d'armes, deux épingles en ivoire, deux aiguilles en bronze, une figure de femme en émail, des ossement d'animaux surtout de volatiles, et un oiseau en bronze".

Roland Delmaire, Civitas Morinorum, (année 1976), p 201 : " Séparation du crâne. Ce rite apparaît en particulier dans une tombe de Louches où l'on a un squelette sans crâne. Ceci nous amène à considérer d'autres types d'inhumation sans crâne ou au contraire, d'inhumation de crâne seul. Nous avons vu que dans certaines tombes à incinération le crâne était mis à part et déposé dans la tombe au lieu d'être brûlé (Grigny où l'urne est posée sur le crâne, Nortkerque). On sait que le culte du crâne a joué un rôle important dans la civilisation celtique et F. Benoit a montré les ramifications du rite de la tête coupée et sa persistance jusque dans l'iconographie médiévale. On peut remonter peut-être encore plus haut car on trouve déjà cette pratique de la séparation du crâne en Belgique à l'époque néolithique. En Gaule du Nord on a découvert trois amoncellements de crânes ou de squelettes décapités qui remontent peut-être à la période celtique : à Moeuvres (Nord), 200 corps décapités dans un charnier que Déchelette croit pouvoir dater de La Tène II d'après quelques petits objets qui y furent trouvés; à Noyelles-sur-Mer (Somme), un monceau de crânes dans un site gaulois bien connu de l'estuaire de la Somme; en Morinie orientale, à Lumbres, lors de la construction de la gare, un amoncellement de crânes dans lesquels Debray crut voir les restes de condamnés à mort du moyen âge. Le rite se retrouve un peu plus au sud, par exemple dans les tombes de la Tène I en Champagne. On peut aussi se demander dans quelle mesure il ne faut pas rapporter à un rite de ce genre la mystérieuse accumulation de plus de 200 têtes de chevaux découvertes à Fréthun au XIXè siècle dans une construction maçonnée : l'absence d'ossements autres que le crâne indique bien un rite religieux et non pas un charnier de bêtes malades ou tuées dans une bataille."

R. Salesse (article de Presse) : "Les fouilles permettaient de mettre au jour des têtes humaines superposées en cônes et toutes séparées du tronc, sans la moindre apparence de fracture ni de lésion aux vertèbres cervicales. Sur un de ces crânes, présenté à la Société d'Émulation d'Abbeville, on crut reconnaître des caractères de la race nubienne, fait après tout plausible, d'autant que parmi les têtes fut trouvée une bague en bronze dont le chaton portait des caractères indéchiffrables".

L'article est suivi d'une photographie portant la légende : "Nubiens, Normands, Gaulois ? plus de 10000 corps, estime-t-on, reposent en ce lieu. Le mystère de leur origine n'a pas encore été dissipé."

D. Piton : (envoi du 21.08.1997) : "La nécropole du Bas-Empire de Noyelles-sur-Mer, découverte en 1974 lors de la construction de la route d'Abbeville-Le Crotoy (D.260), a été fouillée par l'équipe de Crécy-en-Ponthieu, à la demande du SRA de Picardie... 31 sépultures ont été fouillées et étudiées, aucun armement de figurait dans les dotations funéraires. Aucune étude ostéologique ou anthropologique n'a été menée sur les ossements provenant de cette fouille;;;"

JCE : La toponymie moderne apporte les noms de : Les Tombes, La Tombelle, dans le secteur sud de la commune, vers le gué de Blanquetaque.

Compte tenu du fait que les dernières pièces de monnaies mentionnées datent de Gratien et de Valentinien II, il serait possible de dater par conséquent la destruction du site, apparemment avec massacre et incendie, de l'époque de Maxime. Le cône de crânes semble bien correspondre à un trophée constitué par des pyramides de têtes décapitées après résistance, et exposées aux entrées des villes ou sites conquis de force. Voir les propos de Nennius et de Geoffroy de Monmouth concernant le caractère impitoyable de l'attitude de Maxime à l'égard de ceux qui ont tenté de lui résister. Pour les Nubiens, comparer avec les Maures. Voir en toponymie.

Pour le nombre de corps inhumés (10000), comparer avec les dires de Geoffroy : 15000.

 

Noyon (Noviomagus Veromanduorum) : (60400), chef-lieu de canton de l'Oise, arrondissement de Compiègne, sur l'Oise.

Ville importante de la cité belge des Veromandui, sous le nom de Noviomagus.

C'est à Noyon que Charlemagne (Carolus Magnus), a été proclamé et couronné roi des Francs.

Évêché : fondé par Saint Médard au début du VIè s., qui transfère à Noyon en 531 le siège épiscopal de Vermand / Saint-Quentin, puis est uni à son tour à celui de Tournai en 581.

Évêques de Noyon : ?

Étymologie : Noviomagus, IT = nouvelle ville de marché.

Nozay : commune de la Bretagne historique, dans le comté et l'évêché de Nantes. aujourd'hui dans la région économique dire des "Pays de Loire", département de Loire Atlantique, arrondissement de Chateaubriand; chef lieu de canton.

Retour en tête de page