Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux

Noms de personnes

SSSSSSS

page ouverte en avril 2001

Non actif

Actif

forum de discussion

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour 15/10/2013 21:05:30

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z        a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v  w x y z

Saane : fleuve côtier, qui prend sa source à Saint-Sulpice (Fontelaye, Varvannes), sur la commune de Val-de-Saâne, et se jette dans la Manche à l'ouest de Varengeville-sur-Mer. Elle arrose Auzouville-sur-Saäne, Brachy, Gueures (où elle reçoit la Vienne), Saint-Denis d'Aclon, Longueil.

Étymologie :

- DDR : Sanne ?

- François de Beaurepaire; R. Soulignac : Sedana.

Observation JCE : noter la présence d'un toponyme Bretteville à 4 km sud-est de la source, près de Tôtes.

* Saba / Sabis : aujourd'hui la Sambre, rivière qui prend sa source en France et rejoint la Meuse à Namur, en Belgique, après un parcours de 190 km, et arrosé les villes de Maubeuge et Charleroi..

Pour l'étymologie, voir article consacrée à la Sévern..

* Sabatus : rivière du Bruttium.

Pour l'étymologie, voir article consacrée à la Sévern..

* Sabrina : la rivière Severn, entre l'Angleterre et le Pays de Galles.

Pour l'étymologie, voir article consacrée à la Sévern..

 

* Sabrona : la rivière qui passe à Cork. Ancien irlandais Sabrann

Pour l'étymologie, voir article consacrée à la Sévern..

* (ad) Sabros : graffito à La Gaufresenque, qui laisse supposer un ancien nom de la rivière locale la Dourbie (cf. Rivet & Smith, p 451).

Pour l'étymologie, voir article consacrée à la Sévern..

 

* Sacrum Promontarium : le cap Carnsore Point, en Irlande.

Saint-Agathon / San-Eganton : commune de la Bretagne historique, en Trégor, évêché de Tréguier. Aujourd'hui dans la région économique dite "de Bretagne", département des Côtes d'Armor, arrondissement et canton de Guingamp; sur le Fout, affluent du Trieux. 

Saint Alban's (Verulamnium) : Angleterre; comté d'Hertfordshire. Capitale de la cité bretonne des Catuvellauni.                                                                                               

Saint-Ambroix-sur-Arnon : commune de France; département du Cher; arrondissement de Bourges; canton de Charost; 496 hab. en 1970. (noté comme exemple par Rivet & Smith pour l'explication étymologique de Duroliponte / Cambridge).

Saint-Asaph : ville du nord du Pays de Galles, comté de Flintshire; ancien camp romain Varis.

Jumelée avec Bégard, en Petite Bretagne.

Saint-Aubin : (62170) commune du Pas-de-Calais, arrondissement et canton de Montreuil-sur-Mer, sous Saint-Josse, sur l'ancien rivage de la Manche. (IGN : 2105 E).

Archéologie : en 1959, "...bateau enfoui sous 4 mètres de sédiments dunkerquien..." (J. Leroy, Montreuil, p 49)

  Saint-Bertrand-de-Comminges / Lugdunum Convenarum : commune de France; chef-lieu de canton de la Haute Garonne. Antique capitale des Convenae, puis capitale de Comminges
 

Saint-Clair : lieu-dit de la commune d'Hescamp. Carrefour important des voies Amiens-Rouen et Beauvais-Le Tréport. (IGN : 2209 O).

Saint-Clair-sur-Epte (Petromantalum) : (95770) commune du Val d'Oise, arrondissement de Pontoise, canton de Magny-en-Vexin; sur la rivière Epte.

Saint-Clet / San(t) Kleve : commune de la Bretagne historique, en Trégor, évêché de Tréguier. Aujourd'hui dans la région économique dite "de Bretagne", département des Côtes d'Armor, arrondissement de Guingamp, canton de Pontrieux. 

    Saint-Connec

Saint David's : abbaye du Pays de Galles, en Dyfed; mosaïques

Saint David's Head : promontoire du Pays de Galles, en Pembrokeshire. Nom donné par Ptolémée : Octapitarum Promontorium

Saint-Denis : (93200) chef-lieu de canton de Seine-Saint-Denis, arrondissement de Bobigny, au nord de Paris, sur le Crould et le Rouillon. (IGN : 23140 T).

Histoire et archéologie :

- abbaye fondée par Dagobert Ier vers 630/632, où ont été déposés en 636 les restes de Saint Denys, apôtre des Gaules vers 250, premier évêque de Paris, et martyrisé vers 272. Cette abbaye devient ensuite la sépulture des rois de France à partir de Dagobert Ier. Elle a été grandement endommagée par la fureur révolutionnaire française en 1793.

Étymologie :

- DUHG : Catolacum, puis Dionysiopolis, Fanum Sancti Dionysii.

Observation critique : On peut en effet retenir de l'histoire que le cri de guerre (slogan) des Français était : Montjoie et Saint Denys !

Selon DUHG : "... jadis on appelait montjoies les monceaux de pierre entassées sur les chemins pour marquer les routes. De même, à la guerre, montjoie signifiait la bannière qui indiquait marche de l'armée. Ainsi ce cri de Montjoie Saint-Denis voulait dire qu'il fallait suivre la bannière de Saint-Denis (c'est-à-dire l'oriflamme). Les Bourguignons se servaient de Montjoie Saint André, et les ducs de Bourgogne de celui de Montjoie-Notre-Dame."

JCE : Le cas du site de Saint-Denis est peut-être à examiner de près dans le cadre de notre étude, si l'on tient compte que cette agglomération est située près de Paris, sur une voie importante venant de la Manche, puisqu'il est dit que la rencontre entre Maxime et Gratien s'est faite près de Paris, d'une part, et d'autre part avec ce slogan Montjoie attaché à Saint-Denis, quand on sait qu'un texte donne comme point de référence du territoire octroyé par Maxime à ses Bretons un certain Mons Jovis. Question à approfondir..

Sainte-Anne-d'Auray / Santez-Anna-Wened / Ker Anna : commune de la Bretagne historique, en Pays de Vannes / Bro Wened; évêché de Vannes. Aujourd'hui dans la région économique dite 'de Bretagne', département du Morbihan; arrondissement de Lorient; canton d'Auray.

Sainte-Pazanne : commune de la Bretagne historique, en Pays de Retz / Bro Raez; comté et évêché de Nantes. Aujourd'hui dans la région économique dite 'des Pays de la Loire', département de Loire Atlantique, arrondissement de Nantes; canton du Pellerin; sur le Tenu.

Saint-Fiacre / Sant-Fiakr : commune de la Bretagne historique, en Trégor / Bro-Dreger, évêché de Tréguier. Aujourd'hui dans la région économique dite "de Bretagne", département des Côtes d'Armor, arrondissement de Guingamp; canton de Plouagat; sur le Trieux.

Saint Germain sur Bresle : (80430) commune de la Somme, arrondissement d'Amiens, canton d'Hornoy, sur la rive droite de la Bresle. (IGN : 2109-E)

Étymologie : Sanctus Germanus. Cette commune tire son nom de celui de Saint Germain, dit l'Cotais, moine d'origine britto-romaine qui y aurait été martyrisé sur ordre d'Hubauld, le vendredi 02 mai 480, près d'un oratoire dédié à la Vierge (Leduque, Ambianie, p 164). Il aurait été inhumé par un autre seigneur, ami du saint, et nommé Sonn-Hard (seigneur de Sénarpont)...

Saint-Gilles-les-Bois / San(t)-Jili-ar-Beskont : commune de la Bretagne historique, en Trégor, évêché de Tréguier. Aujourd'hui dans la région économique dite "de Bretagne", département des Côtes d'Armor, arrondissement de Guingamp, canton de Pontrieux. 

Saint-Gilles-Pligeaux : commune de la Bretagne historique, en Haute-Cornouaille / Kernev Uhel, en Poher / Bro-Boher; Évêché de Quimper. Aujourd'hui dans la région économique dite "de Bretagne", département des Côtes d'Armor, arrondissement de Guingamp; canton de Saint-Nicolas-du-Pelem.

  Saint-Gilles-Vieux-Marché : 

Saint-Goazec : commune du Finistère. Des tombelles y ont été découvertes au printemps 2002. (page élaborée ultérieurement)

  Saint-Guen / Sant-Gwenn : 

Saint-Jean-du-Doigt / Sant Yann ar Biz : commune de la Bretagne historique, en Trégor / Bro-Dreger. Évêché de Tréguier. Aujourd'hui dans la région économique dite "de Bretagne", département du Finistère; arrondissement de Morlaix; canton de Lanmeur; sur la Manche.

Saint-Jean-Kerdaniel / Sant Yann Kerdaniel  : commune de la Bretagne historique, en Trégor / Bro-Dreger, évêché de Tréguier. Aujourd'hui dans la région économique dite "de Bretagne", département des Côtes d'Armor, arrondissement de Guingamp; canton de Plouagat; sur les ruisseaux : Fontaine Saint Quay, de Kerham, et du Dourmeur.

Saint-Josse : (62170) commune du Pas-de-Calais, arrondissement et canton de Montreuil-sur-Mer, à l'embouchure de la Canche, rive gauche. (IGN : 2105-E).

La commune de Saint-Josse tire son nom de celui d'un prince breton Judoce, qui ayant refusé la couronne ducale de Petite Bretagne, a préféré la vie hérémétique et s'est installé en ce lieu en 664. Il est titulaire de plusieurs églises et chapelles dans les environs.

Étymologie :

- Schaderias, avant 664 (J. Leroy, Montreuil, p 115)

- Santus Iudocus, VIIIè siècle.

Sites archéologiques : Visemarezt; - Valencendre, Villiers : à l'ancienne embouchure de la Canche; vers le lieu-dit Mont de Beck, découverte en 1806 de quai, avec poteaux d'accostage, anneaux d'amarrage, ancres, et rouleau de plomb (J. Leroy, Montreuil, p 49)

La situation géographique de Saint-Josse correspond peut-être au concept de Quentovic / Cantia Vicus. J. Leroy, p 49

 

Saint-Laurent-Bégard / Lanlaoron / Sant Laorans : commune de la Bretagne historique, en Trégor, évêché de Tréguier. Aujourd'hui dans la région économique dite "de Bretagne", département des Côtes d'Armor, arrondissement de Guingamp, canton de Bégard. 

Saint-Malo (Alet) : (35400) Ville de la Bretagne historique; siège de l'évêché qui porte son nom. Aujourd'hui dans la région dite 'de Bretagne', département d'Ille et vilaine; chef-lieu d'arrondissement d'Ille-et-Vilaine, sur la rive est de l'embouchure de la Rance.

Saint-Martin-des-Prés : commune de la Bretagne historique, en Haute-Cornouaille / Kernev Uhel, en Poher / Bro-Boher; Évêché de Quimper. Aujourd'hui dans la région économique dite "de Bretagne", département des Côtes d'Armor, arrondissement de Guingamp; canton de Corlay.

Saint-Maxent : (80140) commune de la Somme, arrondissement d'Abbeville, canton de Moyenneville, à la croisée de la route d'Abbeville à Blangy-sur-Bresle et de celle du chasse marée de Saint-Valéry-sur-Somme à Beauvais. (IGN : 2108-E).

Étymologie :

- L. Sagebien, LP 148 : St. Maxens, 1162; Sanctus Maxentius, 1185; S. Messent, 1286; S. Maxentius, 1301; S. Maissens, 1311; S. Messench, 1323; S. Maissent, 1359; S. Maxent, 1377. "Ce nom vient de Sanctus Maxentius, martyr à Trèves, ST. Maxens".

- envoi de la Mairie, 29.01.1993 : Saint-Maxent s'est donc d'abord appelé Saint Maixent, puis Saint-Maxent-en-Vimeu, et enfin Saint-Maxent.

Selon Mr H. Hazard, maire : "Saint Maixent serait passé dans le village". Il aurait existé deux mottes féodales sur le territoire de la commune, l'une au village, l'autre à l'extérieur, servant de tertre à un moulin à vent".

JCE : on notera avec intérêt la discussion faite par N. Chadwick, et G. Pennaod, à propos de la confusion fréquente entre les noms Maximus (Maxime), Maxentius (Maxent, Maixant), Maximinus (Maximien).

La position géographique de Saint-Maxent, au centre géographique du Vimeu et à la croisée de grands chemins, peut frapper l'imagination. Comparer aussi avec Pont Sainte Maxence, situé sur le passage d'une rivière par la route d'Arras à Paris.

Saint-Mayeux : commune de la Bretagne historique, en Haute-Cornouaille / Kernev Uhel, en Poher / Bro-Boher; Évêché de Quimper. Aujourd'hui dans la région économique dite "de Bretagne", département des Côtes d'Armor, arrondissement de Guingamp; canton de Corlay.

Saint-Michel-en-Grèves / Lokmikael (an-Traezh) : commune de la Bretagne historique, en Trégor, évêché de Tréguier. Aujourd'hui dans la région économique dite 'de Bretagne', département des Côtes d'Armor, arrondissement de Lannion, canton de Plestin-les-Grèves.

Saint-Nicodème / Sant Nigouden : commune de la Bretagne historique, en Haute Cornouaille / Bro Gernev, en Poher / Bro Boc'her, évêché de Quimper. Aujourd'hui dans la région économique dite 'de Bretagne', département des Côtes d'Armor, arrondissement de Guingamp, canton de Callac de Bretagne.

Saint-Omer : (62500) chef-lieu d'arrondissement du Pas-de-Calais, sur la rivière Aa.

Saint-Omer doit son origine à un couvent créé au 7è siècle par Saint Berthin sur l'île marécageuse Sithieu, lequel couvent est transformé en abbaye par son compagnon Saint Audomar, alors évêque de Therouanne. Siège d'un évêché à partir de 1559 jusqu'à 1790.

Cathedrale sous le vocable de Notre-Dame.

Étymologie : villa Sanctus Audomari, 1042; .

Saint-Paul-Trois-Châteaux : Augusta ? (en attente)

Saint-Pévert / Sant Pever : commune de la Bretagne historique, en Trégor / Bro-Dreger, évêché de Tréguier. Aujourd'hui dans la région économique dite "de Bretagne", département des Côtes d'Armor, arrondissement de Guingamp; canton de Plouagat; sur le Trieux. 

Saint-Pierre : paroisse de la banlieue nord-est d'Amiens, en direction de Bavay. (IGN : 2308 O). Il contient un toponyme : Fort de Renneville (A.Leduque, Ambianie, p 134 : Calceiam de Renisvilla), peut-être en rapport avec le nom de Rainneville, à 7 km au nord sur la route d'Arras.

Saint-Pol-de-Léon, en breton Kastell-Paol : (29250) chef-lieu de canton du Finistère, arrondissement de Morlaix, sur la rive ouest de l'embouchure de la rivière de Morlaix.

Saint-Quay-Perros / Sant-Ke-Perroz : commune de la Bretagne historique, en Trégor, évêché de Tréguier. Aujourd'hui dans la région économique dite 'de Bretagne', département des Côtes d'Armor, arrondissement de Lannion, canton de Perros-Guirec, sur la baie de Perros.

Saint Quentin en Vermandois (Augusta Veromanduorum) : (02100). chef-lieu d'arrondissement de l'Aisne, sur le cours supérieur de la Somme.

Histoire :

Capitale de la cité belge des Veromanduii, sous le nom d'Augusta Veromanduorum, au détriment de Vermand, la capitale d'origine qui a conservé le nom..

Les Veromandui ont donné leur nom au pays de Saint-Quentin : le Vermandois.

Étymologie :

a) Augusta : ville impériale;

b) Veromandui : nom tiré de l'ethnonyme.

c) Beati Quintini, 1167. du nom de Quintinus, martyr chrétien du Vermandois, vers 300.

Évêché : fondé en ?, par Saint Hilaire.

Basilique sous le vocable de Saint Quentin, évangéliste, martyrisé à la fin du IIIè siècle.

Évêques de Saint-Quentin : Hilaire Ier; Martin; Germain; Maxime; Fossone; Eternel (ou Fraternel); Hilaire II; Domitien; Remedius; Mercurin; Promotus; Sophrone (attesté en 511); Alomère (mort avant 530); St. Médard (qui a transféré le siège à Noyon en 531), etc.

Saint-Renan / Lokournan : commune de la Bretagne historique, dans l'évêché de Léon. aujourd'hui dans la région économique dite "de Bretagne", département du Finistère, arrondissement de Brest; chef-lieu de canton; sur l'Aber-Ildut.

Saint-Riquier (Centula, puis Sanctus Richarius) : (80100) commune de la Somme, arrondissement d'Abbeville, canton d'Ailly le Haut Clocher, à 9 km de la rive nord de la Somme, sur la route de Beauvais à Boulogne-sur-Mer en passant par Crécy-en-Ponthieu, sur le Scardon. (IGN : 2207-O)

La commune doit son nom actuel à Richarius, qui a fondé en 640 une abbaye bénédictine sur le site de l'antique Centula. Celui-ci avait été converti auparavant par deux moines irlandais, Caidoc, et Frichor, vers 560, 570, 590 (L. Bouthors, Saint-Riquier, p 2; J. Leroy, Montreuil, p 111);

Étymologie :

- DUHG : Centula

- L. Bouthors, Saint-Riquier, p 2 et 3 : " ... dans cet air pur et sain, saturé de sel marin, une ville se leva, entourée de murailles aux blanches tours, serrée autour d'un donjon qui défiait l'ennemi le plus entreprenant, et fière de sa force et de sa jeune vaillance, elle s'appela Centule, la ville aux cent tours : Turribus a centum Centula dicta fuit. "

En note 1, L. Bouthors apporte tout de même les étymologies proposées par d'autres historiens : "On a proposé d'autres étymologies plus ou moins plausibles : Candir, mot celtique qui signifie terre blanche à cause du terrain crayeux sur lequel la ville est assise, et alors on arriverait aux transformations successives de cantium, centulla, d'où Centule ! ... MM. Prarond et Le Ver préfèrent y voir une allusion aux cent cellules de moines, Centula a centum cellis. Mais si la première opinion est trop énigmatique, la seconde oublie trop les origines modestes du monastère. Les trois ou quatre petites tours restées autour de la ville (évidemment les plus importantes par leur masse puisqu'elles ont mieux résisté à l'action du temp) prouvent que la station militaire pouvait compter cent tours sans former pour cela une ville bien formidable, ce qui paraît surtout préoccuper M. Hénocque".

- A. Mabille de Poncheville, Amiens et la côte picarde, p 154 : "Saint-Riquier, l'antique Centule, passe pour avoir eu jadis cent tours à son enceinte, dont la tour Margot et la petite tour Saint-Jean existent toujours."

- A. Leduque, Ambianie, p 172 : Centule, Kentulus ... toponyme qui n'est pas, sans doute, sans affinités avec la Canche, Quentovic et le Kent.

- Sanctus Richarius, 868;

- JCE : n'est-il pas possible de rapprocher le nom de Centule de celui de Pentale, en supposant une forme archaïque en K et une forme évoluée en P d'une même racine ?

Histoire et Archéologie : Si l'on en croit L. Bouthors, le site de Centule était accessible par voie de mer, à preuve, selon l'auteur, p 3 : "... de anneaux énormes attendaient le navires venant de la mer".

Études comparatives des toponymes en Saint-Riquier :

Noms de communes :

- Saint-Riquier : (80100) commune de la Somme, arrondissement d'Abbeville, canton de Ailly le haut clocher; Située au passage du Scardon, affluent qui rejoint la Somme à Abbeville, par la route romaine qui rejoint Beauvais à Boulogne-sur-Mer et Therouanne. Voir Centule.

- Saint-Riquier-en-Rivière : (76340) commune de Seine-Maritime, arrondissement de Dieppe, canton de Blangy-sur-Bresle.

- Saint-Riquier-ès-Plains : (76460) commune de Seine-Maritime, arrondissement de Dieppe, canton de Saint-Valéry-en-Caux.

Noms de lieux-dits :

- en Héricourt en Caux; 

 

Saint-Samson-de-la-Roque (Pentale) : commune de l'Eure, arrondissement de Bernay, canton de Quillebeuf-sur-Seine, à l'embouchure de la Risle, à la sortie du Marais Vernier. (IGN : 1811 O).

Histoire et archéologie :

L. Fleuriot, Origines, p 150 : "Saint Samson en particulier a fondé au sud de l'estuaire de la Seine, dans un site remarquable, le monastère de Pentale, qui fut un établissement durable et important".

Étymologie :

L. Fleuriot, Origines, p 150, en note 125 : Les éléments du nom de Pentale, en ordre inverse, se retrouvent dans le breton moderne talbenn "façade, bout (d'un champ)", etc.

JCE : on remarquera dans le voisinage immédiat, outre celui de St-Samson, des toponymes aux consonances bien bretonnes comme St-Thurien et St-Maclou. Près du village de Saint-Samson se trouve un cimetière mérovingien. Au nord de la commune se trouve un toponyme le camp anglais.

Saint-Sébastien-sur-Loire / Saent-Sébasstien / Sant-Bastien-an-Enk : commune de la Bretagne historique, dans l'évêché de Nantes, dans le Pays de Retz. Aujourd'hui dans la région économique dite des 'Pays de Loire', arrondissement et canton de Nantes. 

Saint-Servais / Sant Servez : commune de la Bretagne historique, en Haute Cornouaille / Bro Gernev, en Poher / Bro Boc'her, évêché de Quimper. Aujourd'hui dans la région économique dite 'de Bretagne', département des Côtes d'Armor, arrondissement de Guingamp, canton de Callac de Bretagne.

    Saint-Symphorien-d'Ancelles : * Ansilla.

Saint-Valéry-en-Caux : (76460) chef-lieu de canton de Seine-Maritime, arrondissement de Dieppe. (IGN : 1908 S).

Étymologie : Sanctus Walaricus. (voir le suivant)

Saint-Valéry-sur-Somme (Leuconos) : (80230) chef-lieu de canton de la Somme, arrondissement d'Abbeville, sur la rive sud-ouest de l'embouchure de la Somme. (IGN : 2107-E).                                                             lien actif

Saint-Wandrille-Rançon : (76490) commune de Seine-Maritime, arrondissement de Rouen, canton de Caudebec-en-Caux, au confluent du Rançon et de la Seine. (IGN : 1910-O).

L'abbaye de Fontanella se situe en Pagus Rotomagensis (B.Beaujard, Haute-Normandie, p 4).

Étymologie : Fontanella.

Le nom actuel vient de celui de Saint Wandrille, abbé d'origine lorraine, qui s'est installé en cet endroit, près du ruisseau de la Fontenelle (affluent du Rançon), dans la forêt de Jumièges, à la demande de Saint Ouen, évêque de Rouen (640 - ?). Fête locale le 22 juillet. 

Saintes (Mediolanum Santorum)

Capitale de la tribu gauloise des Santones, sous le nom de Mediolanum Santonum.

Histoire :

Capitale originelle supposée de l'Aquitaine IIè à partir d'Agrippa (15-10 av. J-C), selon une interprétation des propos de Strabon, il semble qu'elle a perdu sa prééminence au profit de Bordeaux vers le début du IIè siècle.

Attribuée aux Wisigoths dans le cadre du foedus de 418. Reprise par Clovis en 507. Détruite en 850 par les Normands scandinaves.

L'évêché de Saintes a été supprimé en 1790.

 

* Salara : nom de l'une des portes antiques de Rome.

* Salinae : station britto-romaine : Droitwich; Angleterre; Worcestershire.

* Salinae : station britto-romaine : Middlewich, Angleterre; Cheshire.

* Saliocan :

voir Morlaix, Cambry ...

René Kerviler, Armorique et Bretagne

- Portus Saliocanus = Porzliogan (Le Conquet) : p 113 (carte); p 209-210; p 227 (carte); p 237; p 239; p 276 : route n° 26, de Vorganium à Portus Saliocanus, décrite par M. Flagelle; p 281 : route n° 38, de Landerneau à Portus Saliocanus, décrite par M. Flagelle; p 221 : "... Je serai donc, au premier abord, assez disposé à croire avec M. Moët de la Forte Maison (note au Dic. d'Ogée, II,335) qu'il faut chercher Gesocribate au cap Saint-Mathieu. La seule difficulté, c'est que cela tombe précisément sur Portz Liogan qui se trouve à un mille à peine, au nord de la pointe extrême de Saint-Mathieu; et je ne vois pas trop comment le Gesocribate du premier siècle se serait transformé en Portus Saliocanus au second. Le P. Le Pelletier, remarquant sans doute que le mot liou veut dire couleur, traduit Portus Saliocanus par port de couleur blanche et brillante, et l'on peut avoir une certaine confirmation de cette manière d'interpréter le texte, en remarquant que la plage voisine (de l'autre côté du Conquet, qui peut aussi bien être pris, par extension, pour Portus Saliocanus, attendu que le port y est excellent et que la presqu'île de Kermorvan qui l'abrite renferme un oppidum gaulois bien caractérisé) s'appelle Plage des Blancs Sablons ..."

Planiol, Histoire des institutions de la Bretagne, p 38 :

"SALIOCANUS ou STALIOCANUS (portus). D'après Ernest Desjardin, Saliocanos serait la meilleure lecture. Ptolémée nomme ce port comme situé sur la côte de l'Armorique au-delà de Cabaeum promontarium. Un texte du Xè siècle nous apprend qu'un lieu nommé Portus Saliocan avait été ravagé au siècle précédent par les Normands (Vie de Saint Viau, Bolland..., octobre, VII, p 1098c). On croit avoir retrouvé ce lieu dans la presqu'île de Kermorvan, entre l'anse des Bas-Sablons et le port du Conquet (Dom Lobineau, Hist. de Bretagne, t I, p 2; Dom Le Pelletier, Dictionnaire de la langue bretonne, col 538; Kerviler. Assoc.bretonne, 1873, p 95; Le Men, Mémoire sur Vorgium et Vorganium, Soc. archéol. du Finistère, juillet 1874, p 69; A. de la Borderie, Histoire de Bretagne, t I, p 108). On trouve encore à cet endroit, paraît-il, le nom de Porzliogan. Voir cependant une opinion contraire émise par M. Ernest Desjardins (Gaule romaine, t I, p 312, note 4), qui ne croit pas que cet emplacement ait pu servir à un port ancien. "

A. Grenier, Manuel d'archéologie, p 519 : "... localisation du Saliocanus Portus vers la rivière de Morlaix". (voir aussi note 2 de cette même page).

L. Langouët, Curiosolites, p 22 : "Si l'on identifie Portus Saliocanus avec Porz Liogan (Le Conquet), Portsall ou avec un site portuaire proche ..."

P. Galliou, l'Armorique romaine (1984), p 173 : "Nous ne savons guère, par contre, où placer le Portus Saliocanus de Ptolémée qui n'est certainement pas, comme le pense avec raison R. Sanquer, le Porz-Liogan de la commune de Lochrist (Finistère), entre la pointe Saint-Matthieu et Le Conquet. Cette petite anse très exposée ne se prête nullement à l'établissement d'un port et il est probable que le toponyme, non attesté ailleurs en Bretagne, a été forgé par les moines de l'abbaye toute proche. Il est possible, comme le pense Albert Grenier, que le Portus Saliocanus doive être situé à Morlaix (Finistère) ou dans les environs de cette ville. Mais là encore, les incertitudes sont nombreuses".

D. Kervella, envoi du 24.08.1999 : micro-toponyme Pors-Salioc au Conquet entre la Pointe Saint-Mathieu et le Conquet.

JCE : voir analyse des données de Ptolémée à l'article Aregenua.

Les distances de longitude ouest par rapport à Aregenua (env 89,25 km), au fleuve Titus (env 47,25 km), et au cap Gabaeum (env 61 km), apportent la réponse : l'embouchure de la rivière de Morlaix.

 

Salisbury

 

Salisbury Plain

Salop : autre appellation du comté anglais de Shropshire, infra.

Saltersford : lieu dit de Little Ponton, Lincolnshire, Angleterre; ou se trouve un camp romain qui pourrait être identifié à Causennis de l'Itinéraire d'Antonin. Le nom est discuté avec Ancaster et Sapperton.

Salters Way : nom anglais d'une route qui traverse la rivière Witham à Saltersford, où se trouve un camp romain proposé pour celui de Causennis.

* Samara : non antique de la Somme.

Sambre / Samis / Saba / Sabis : rivière qui prend sa source à ***, en Thiérache, en France et rejoint la Meuse à Namur, en Belgique, après un parcours de 193 km (85 km en France, 108 km en Belgique). Elle baptise six communes : Catillon-sur-Sambre, Bergues-sur-Sambre; Noyelles-sur-Sambre; Pont-sur-Sambre; ***, et arrose celles de Landrecies, Berlaimont, Hautmont, Louvroil, Maubeuge, Jeumont, ...Charleroi.

Pour l'étymologie, voir article consacrée à la Sévern.

Michel Grandin (Rivières de France. 1993) propose une forme ancienne Samara ou Sambris.

Sandouville : (76430) commune de Seine-Maritime, arrondissement du Havre, canton de Saint-Romain-de-Colbosc, sur la rive droite de la Seine. (IGN : 1811-O).

Étymologie :

DR : nom d'homme germanique Sandolt et latin villa.

J. Vasse : Sand = sable, + Ou = (dano-norvégien) île, + villa = le village de l'île au sable.

Archéologie :

Au sud-ouest de la commune, vers le confluent de la Seine et de l'Oudalle, existe un lieu-dit important et évocateur : le Camp Romain (ancien Camp de César).

Selon J. Vasse, ce camp a pu être construit par J. César, vers 55 av. J-C, sur un ouvrage gaulois préexistant. Il aurait servi en 292, pour les préparatifs de Constance Chlore et son amiral Asclépiodote pour la reconquête de l'île de Bretagne contre Carausius. Il aurait été par la suite réoccupé par les Francs de 497 à 600, puis par les Normands entre 841 et 900, puis par Philippe-auguste en 1202.

On notera, à proximité immédiate de ce Camp romain, un lieu-dit le Carouge. Voir l'article consacré à ce toponyme.

Sandwood Loch : site d'Ecosse, dans le comté de Sutherland. Proposé pour correspondre à un ancien Trucculensis Portus, cité dans les Annales de Tacite (38,4).

Sangatte : (62100) commune du Pas de Calais; arrondissement de Calais, canton de Calais-nord-ouest. (IGN : 2103 ET)

  Santa Cruz del Puerto : ville d'Espagne, dans la province de Tolède. Anciennement : Leuciana, selon l'Itinéraire d'Antonin.

 

Santa-Maria-de-Bretoña : agglomération de Galice espagnole, à 25 km de l'océan et à 15 des Asturies.

* Extrait d' ArMen, N° 79, septembre 1996 : "Nous ne connaissons pas la date d'arrivée, mais nous savons par le Parochiale suevum qu'au VIè siècle apparait bien installée une immigration d'éléments celtiques qui donnera naissance au diocèse de Bretoña. Ces gens proviennent de la dispersion provoquée dans les iles Britanniques par 1'invasion des Anglo Saxons, mais nous ignorons s'ils arrivèrent ici directement ou vinrent de la Bretagne française. Nous ne connaissons pas non plus 1'emplacement exact de Britonia, leur siège épiscopal, bien qu'il fut très probablement dans 1'actuelle paroisse de Bretoña, de 1'archidiaconé homonyme, municipalité de A Pastoriza (Lugo). II est évident que nous savons très peu de choses, mais c'est sur que Mailoc, évêque breton, figure au concile de Braga de l'année 572. D'autres, comme Methepius, Sona ou le prêtre Matericus participèrent chacun aux conciles de Tolède, et enfin l'évêque Bela était à celui de 675, de nouveau à Braga. En 716, les Musulmans détruisirent le siège de Britonia et cet évêché passa, avec une quasi absolue certitude, à San Martin de Mondoñedo, situé à quelques kilomètres plus au nord.

Certains, suivant la documentation apocryphe de Uvieu (Oviedo) du XIIè siècle, considèrent ce diocèse comme 1'héritier de Britonia. Dans des documents du XIIIè siècle, on fait référence a des propriétés de ces dénommés "Britoniens".

II semble évident que ces gens, dont nous ignorons le nombre, de même que les méthodes employées pour s'installer et occuper un territoire, mais qui gouvernèrent ecclésiastiquement et pendant plusieurs siècles le nord de la Galice et une partie des Asturies jusqu'à la rivière Eo, durent avoir de 1'influence sur les anciens habitants. L'absence de documents, ainsi que d'études de terrain, tant archéologiques (seule, une fouille â Bretoña a mis en évidence une église et un cimetière antérieurs au VIIiè siècle) que linguistiques et même ethnologiques, fait que cette importante partie de notre histoire reste dans 1'ombre. L'acculturation celtique durant cette étape historique dut avoir une certaine importance; mais de manière sure nous ne pouvons rien ajouter de plus â ce qui a déjà été dit".

Santoyre : (Centoyre, 1278). Nom de rivière du  Massif-Central, en France. Émissaire de la rivière Rue. Selon Rivet & Smith, Place-Names of Roman Britain, p 349, il s'agit à l'origine d'un nom de camp romain, *Cintodurum, transféré au ruisseau ou à la rivière près duquel il était bâti.

?

* Saponis : lieu non identifié de Grande Bretagne; étymologie difficile.. 

Rivet & Smith, p. 452 : 

SOURCE : Ravenna, 10913 : SAPONIS

DERIVATION. Ravenna's form might be a genitive, i.e. (insula) Saponis, or it might be a garbled version of *Sapo Ins. (for insula), since other garbled renderings of insula appear in this section of the Cosmography. The latter explanation is the more likely, since an island name based on late Latin sapo-saponis (third declension) 'soap' is hardly possible, while one based on a late Latin *sapus 'fir, pine' would be acceptable. Holder II, 1362 identified a word *sapo-s 'fir', and if this existed in British, *Sapo (with Latin insula) would have meant 'fir-tree (island) '. Williams notes Middle Breton sap, etc., as a surviving derivative. The same word taken into Latin left Romance descendants, Old French sap, Provençal sap-s, while *sap-pinus > French sapin. Some western Scottish islands do seem to have Latin names (see ANAS), but if the map-source used by the Cosmographer for North Britain was ultimately of first-century date, even with Severan revisions, this seems too early for a Latin *sapus and the name should more readily be regarded as Celtic. There is no semantic problem, since trees arc often used in toponymy; but it is unwise to found precise arguments on a form recorded by Ravenna alone, whose entries — especially for North Britain — are so often corrupt.

IDENTIFICATION. Unknown, but apparently an island off Britain.

Sapperton : Lincolnshire, Angleterre; ou se trouve un camp romain qui pourrait être identifié à Causennis de l'Itinéraire d'Antonin. Le nom est discuté avec Ancaster et Saltersford, en Little Ponton.

Santerre : région de Picardie, au sud-est d'Amiens, entre Péronne et Montdidier.

    * Sardica (Ulpia Sardica) : ville de la Dacie Inférieure; capitale de l'Illyrie orientale, sur la Bogana. Aujourd'hui Sophia / Triaditza, capitale de la Bulgarie.

* Sarna : la rivière Severn, entre l'Angleterre et le Pays de Galles.

- Ravenna, 10825 : SARNA, SARVA. Pour l'étymologie, voir article consacrée à la Sévern..

Sarzeau / Sarzhav : commune de la Bretagne historique. Pays et évêché de Vannes. Aujourd'hui dans la région économique dite "de Bretagne", département du Morbihan; arrondissement de Vannes; chef-lieu de canton.

* Satala : capitale de la province romaine d'Arménie Ière.

* Saudonio : nom de lieu cité par Ravenna, 10644 : voir MEDIOLANUM / Witchurch, en Shropshire.

 

Saulieu : commune de France; département de la Cote d'Or.; autrefois : Sidoloucum.

* Savara :  aujourd'hui la Sèvre Nantaise; rivière qui prend sa source en France la Loire à Nantes, en Bretagne,  après un parcours de 126 km, et arrosé les villes de ***

Pour l'étymologie, voir article consacrée à la Sévern..

    Save / Savus : rivière d'Illyrie; affluente du Danube.

Saxon Shore : voir Littoral de la côte saxonne.  

Scalesceugh : pottery

  Scardon : rivière qui prend sa source près de Saint-Riquier (Centule), et qui rejoint la Somme à Abbeville, après un parcours de 10 km. Elle arrose Saint-Riquier, Caours. Elle reçoit elle-même le ruisseau de Drucat.

Scie : fleuve côtier qui prend sa source près de Saint-Maclou-de-Folleville et rejoint la Manche entre Dieppe (à l'est, et Varengeville-sur-Mer à l'ouest), après un parcours de 30 km env. Elle arrose Auffay, Longueville sur scie, Crosville-sur-Scie, Saint-Aubin-sur-Scie,

Étymologie

- DDR : " Segia ?... Scie est une cacographie d'après scie."

- François de Beaurepaire; R. Soulignac : Seda.       

* Scitis Insula : l'île de Skye, en Écosse.

  Scilly (Iles) : iles de G. Bretagne, situées à l'ouest et dépendant du Cornwall.

Scorff : rivière de Bretagne qui prend sa source à ***; affluent du Blavet, qu'il rejoint près de Lorient, après un cours de *** km. Il arrose Pont-Scorff; et baptise : Pont-Scorff.

Scotland : potterey; tilery; ... (I.A Richmond)

Sea Mills (Moulins à mer); en latin : Abone; Abonae

Angleterre; Gloucestershire.

      Searoburh : ASC, 552. "In this year Cynric fought the Britons at the place called Searoburh (Old Sarum, W), an put the Brittons to flight. Cerdic was Cynric's father. Cerdic was the son of Elesa, the son of Esla, the son of Gewis, the son of Wig, the son of Freawine, the son of Frithugar, the son of Brand, the son of Baeldeg, the son of Woden".

Sées / Séez (Saguntium) : (61500) commune et chef-lieu de canton de l'Orne, arrondissement d'Alençon, sur l'Orne. (IGN : 1715-O)

Capitale de la cité gauloise des Sagii.

Évêché : fondé par Saint Latuin, à une date inconnue, antérieure à 460.

Évêques de Séez : Latuin; Sigisbold, c. 460; Landry, ?; Nil ou Hille, Vè ? Hubert, c. 500; Passif, 529-550; Leudebaud, c. 560; Hilbebrand Ier, C. 575; ...

Étymologie : Sagio, 991-996. du gaulois Sego = puissant, fort, élevé.

* Segedunum : nom de lieu de G. Bretagne. Aujourd'hui Wallsend, en Angleterre, Northumberland, à l'extrémité est du Mur d'Hadrien, sur la rive nord de la Tinea / Tyne.

* Segelocum : station britto-romaine : Littleborough; Angleterre; Nottinghamshire.

   

* Segobriga : *** en Espagne

 

* Segontium / Seguntium : forteresse romaine de l'Île de Bretagne : Caernarvon; Pays de Galles.

    Segonzac : nom de lieu de France, dans la commune de Vabres-l'Abbaye, dans le département de l'Aveyron. Pour l'étude étymologique, voir Rivet & Smith concernant le nom de peuple britannique Segontiaci.

    Segonzac : commune de France; département de Charente; arrondissement de Cognac; chef-lieu de canton. Pour l'étude étymologique, voir Rivet & Smith concernant le nom de peuple britannique Segontiaci.

Segonzac : commune de France; département du Cher. Pour l'étude étymologique, voir Rivet & Smith concernant le nom de peuple britannique Segontiaci.

    Segonzac : commune de France; département de Corrèze; arrondissement de Brive-la-Gaillarde; canton de Ayen. Pour l'étude étymologique, voir Rivet & Smith concernant le nom de peuple britannique Segontiaci.

 

  Segonzac : commune de France; département de Dordogne; arrondissement de Périgueux; canton de Montagrier. Pour l'étude étymologique, voir Rivet & Smith concernant le nom de peuple britannique Segontiaci.

 

 

Segonzac : nom de lieu de France, dans la commune de Loubressac, dans le département du Lot. Pour l'étude étymologique, voir Rivet & Smith concernant le nom de peuple britannique Segontiaci.

  Seine (Sequana) : fleuve qui prend sa source au plateau de Langres, et se jette dans la Manche entre Le Havre et Honfleur, après un parcours de 776 km. Après Rouen, elle reçoit La Lézarde (à Harfleur), et la Oudalle (à Sandouville).

  Selle : affluent gauche de la Somme. Il prend sa source près de Fontaine-Bonneleau et rejoint la Somme à Amiens, après un parcours de 30 km. Le cours supérieur, jusqu'à Conty, est écrit : Celle. Elle baptise Croissy-sur-Celle, Bacouel-sur-Selle, et Vers-sur-Selle. Elle reçoit l'Evoissons à Conty.

?

* Sena : rivière non identifiée, apparemment située sur la côte sud de la G. Bretagne. (cf. Rivet & Smith. p 455)

Source

- Ravenna 10830 : LEUCOSENA

- Ravenna, 10841 : SENUA

As argued under LEUCA, Ravenna's first form is a conflation; and the name is duplicated, from a second map-source. In Ravenna's second form, the u probably arose from a mistake in copying *Senna (compare TP's Caunonio under Canovium).

Derivation. The name is the feminine of the British adjective *seno- 'old' (Welsh hen , Cornish and Breton hen; Old Irish sen, later sean; Latin cognates are senex, senior, Seneca, etc.). Applied here to a river, 'no doubt the word was a title of reverence' (Williams); indeed, 'Old Man River' is a parallel. Watson CPNS 474 finds the same word probably in the name of a Sutherland river, Abhainn Sin 'old river', and it is the basis of the name of the Shannon in Ireland, Senou (gen., = Senos; nominative *Seni), Ptolemy II, 2, 3. Holder II. 1464 cites Sena as a river of Umbria and as the name of a town upon it, in the land of the Senones (now Sinigaglia). The word is found compounded in a number of place-names, notably *Senomagus in our next entry and similar names abroad; also in personal names such as Cantosenus, and either alone, adjectivally, or as part of a compound, in the legend of a coin of the Coritani (Mack No. 461; also D. F. Allen, The Coins of the Coritani (London, 1963), p. 29 and note 3).

Identification. Unknown, but apparently on the south coast of Britain.

Sénarpont : (80140) commune de la Somme, arrondissement d'Amiens, canton d'Oisemont; située au confluent de la Bresle et du Liger. (IGN : 2108-E).

 Lieu de rencontre des voies provenant de la mer, de Saint-Valéry-sur-Somme et de Mers / le Tréport, en direction de Beauvais et Paris

Étymologie :

J. Leduque, Ambianie, p 27 et 164 : Sonnardum-Pontem, 735-743;

R. de. Boissard : Pont de Sonne Hard, nom d'homme germanique (probablement un Franc), signifiant Dur par le Soleil.

JCE : Puissant comme le Soleil ?

Senlis (Augustomagus; Ratomagos) : (60300) chef-lieu d'arrondissement de l'Oise, sur la Nonette. (IGN : 2410-OT).

Histoire :

Capitale de la cité des Sylvanectes sous le nom de Augustomagus ou Ratomagus.

Étymologie :

Augustomagus , Plin : August- = Impériale; de l'Empereur; magus = marché.

Ratomagos, Ptol : rat- = ? gaul. forteresse; magos = marché.

Civitas Silvanectum : c. 400, NG

* Senomagus : nom de lieu non identifié de G. Bretagne, mais probablement près de Yoxford, comté de Suffolk, en Angleterre.

-------------

A.L.F Rivet & C. Smith, The Place-names of Roman Britain, p 456 : 

SOURCES : 

- AI 4801 (Iter IX) : SITOMAGO
- TP : SINOMAGI

DERIVATION. "It seems to be traditional to take AI's entry as the better, but there is no reason to do so. Accepting it, Jackson in Britannia, I (1970), 79, indicates that the first element could be British *sito- 'long, wide'; but this appears to be a unique case of this word in ancient toponymy (compare perhaps for sense *litano-). This being so, it is preferable to reckon AI's entry as a slight miscopying (compare t for n in Al 483,8, MS B, dumnuntiorum for dumnonniorum). If *Senomagus is right, as in TP, the etymology is British *seno- 'old' (see the previous entry) + *magos, for which see CAESAROMAGUS, the whole name meaning 'old market'. There are no fewer than four precise analogues for this in Gaulish Senomagus places, three in France and one in Belgium; the best-recorded of these is Senomago of TP > St-Pierre-de-Senos (Drôme, France), which was succeeded by a nearby Noviomagus > Nyons (Drôme). It is true that in East Anglia we have no trace of a *Noviomagus which could have been the successor to our * Senomagus; but in the case of the two other British Noviomagus places, we find no trace of either Senomagus which may have preceded them, so this is not a counter-argument".

IDENTIFICATION. As stated on p. 170, the mileages should indicate a site near Yoxford, Suffolk (TM 3968), but there is no concentration of Iron Age coins or other materiel in this area.

* Senonia (Senonia Maxima) : dite aussi Lyonnaise IVème, province dont Sens est le chef-lieu. Province créée après 369, et plus probablement par Maxime vers 385, par subdivision de la Lyonnaise Ière.

Suffragantes : Chartres / Civ. Autricum ou Civ. Carnutum; Auxerre / Civ. Autisiodurum; Troyes / Civ. Tricassium; Orléans / Civ. Aurelianorum; Paris / Civ. Parisiorum; Maux / Civ. Melduorum.

Sens (Agedincum) : (89100) chef-lieu d'arrondissement de l'Yonne, sur l'Yonne. (IGN : 2618-0) 

Histoire :

Capitale des Senones, sous le nom d'Agedincum.

Dépendant successivement de la Lyonnaise (unique), puis de la Lyonnaise Ière, avant d'être elle-même érigée en capitale de la province Lugdunensis IV, dite Maxima, puis Senonia, à partir de Maxime, vers 385

Évêché : fondateur inconnu; cathedrale sous les vocables de Sainte Marie et Saint Etienne.

Évêques de Sens : Severinus, vers 346; ... ?; Agroecius, vers 471; ... ?; Leo, attesté 533, 538 et 540; ... ?; Savinien, fin VIè ?; Potentien, milieu IXè ?; etc.

Étymologie :

a) Agedincum : Agedinci, Agedincum, César; Agedicum, Ptol; Agetincum, TP;

b) Sens : Senones, Eutr; Civitas Senonum, Not. Gall; Senones, Senonas Oppidum, Ammien; Sinonica Urbs, Grégoire de Tours; Oppidum Senonis Civitas; Civitas Senonas, Chronique de Frédégaire.

Septimanie (Septem prouinciarium) : diocèse de Gaule du sud, englobant les provinces :

Aquitaine Ière, Aquitaine IIè, Novempopulanie, Narbonnaise Ière, Narbonnaise IIè, Viennoise, Alpes maritimes. 

Voir carte dans Zosime. Tome III. Ière partie, Livre V, in fine. Aussi note d'A. Loyen. Sidoine. Lettre I,3, note 12.

*Septemvium : désignation informelle d'agglomérations anciennes, où venaient et d'où partaient sept voies romaines. On peut citer entre autres :

- Bavay : Guide Michelin, n° 12 (Flandres, Artois, Picardie), p 54.

- Cassel : Villages de charme en France, Collection France loisirs, p 42.

- Zoteux : R. Delmaire, Civitas Morinorum, p 145.

*Sessa : racine celtique, désignant un 'siège' = lieu précis, et entrant en combinaisons toponymiques; (cf. Rivet & Smith, Place-Names of Roman Britain, p 296) :

- Camulosessa Praesidium : lieu non identifié du sud de l'Écosse; 

- Demerosessa : ? (GB)

- Eposessa : ? (GB)

- Manduessedum : Mancetter; (cf. Rivet & Smith, Place-Names of Roman Britain, p 296)

* Setantiorum Portus : nom de lieu de G. Bretagne, à l'embouchure de la rivière Wyre, en Lancashire. Aujourd'hui Fleetwood. 

* Seteia Aestuarium : l'embouchure de la rivière Mersey ?; Angleterre; Lancashire.

A.L.F Rivet & C. Smith, P. 457 

- Ptolémée, II,3,2 : Seteia Eisknais (= Seteia Aestuarium ); variante : Segeia ( = Segeia), Segeiais, (Segeiais), Segeiatis ( = Segeiatis).

DERIVATION. See SETANTII. Evidently the river-name is the basic one of the trio; it might, as often, enshrine a divine name, but this possibility does not help towards an etymology or a meaning. The name has the *-eia suffix as in ARBEIA.

IDENTIFICATION. From its position south of Belisama (q.v.), and since the Dee would be Deva, this is almost certainly the river Mersey.

 

Setubal : ville de Portugal, anciennement Cetobriga. (cf. R&S, p 387)

Severn / Sabrina : la rivière Severn, entre l'Angleterre et le Pays de Galles. Autrefois : Sabrina.

 

Sèvre Nantaise : rivière qui prend sa source en France, dans le département des Deux-Sèvres, à Saint-Laurent-sur-Sèvres, en Gâtine vendéenne, ***, et rejoint la Loire à Nantes, en Bretagne, après un parcours de 126 km. Bassin de 2368 km2. Navigable sur 6 km. Elle baptise : Saint-Laurent-sur-Sèvres, La Forêt-sur-Sèvre, Mortagne-sur-Sèvre, et arrose celles de Clisson, Vertou, Rezé.

* Marteville et Varin (1843) : "Cette rivière, qui a sa source dans la commune de Beugnon (Deux-Sèvres), prend en Loire-Inférieure le nom de Sèvre-Nantaise. Elle parcourt, dans ce département, les commune de Boussay, Gétigné, Clisson, Saint-Georges, Moisdon, Vertou et Rézé, où elle se jette dans la Loire. Sur une longueur de 32,550 m, la Sèvre est navigable depuis Monnières, et fait mouvoir, dans le département de Loire-Inférieure, vingt moulins à farine, deux filatures de coton, trois moulins à papier et un à tan. - Cette rivière est renommée par les délicieux paysages de ses rives; aussi plusieurs volumes ont été consacrés à leur description". 

************

Pour l'étymologie, voir article consacrée à la Sévern, par Rivet & Smith, ainsi que la page Marikavel : 

Severn / Sabrina. Encyclopédie Marikavel des noms de lieux.

Elle reçoit la Maine, la Moine

M.N Bouillet (DUHG. 1863), propose une forme écrite ancienne : Suavedria.

Michel Grandin (Rivières de France. 1993) propose une forme écrite ancienne : Separa.

Sèvre Niortaise : fleuve qui prend sa source en France, dans le département des Deux-Sèvres, à la fontaine de Fombédoire, en Sepvret***, et rejoint l'Atlantique, après un parcours de 150  km, dans l'Anse de l'Aiguillon.  Bassin de 3542 km2. Elle baptise ***, et arrose celles de Exoudun, La Mothe-Saint-Héray, Saint-Maixent, Echiré, Niort, Coulon, Marans.

Pour l'étymologie, voir article consacrée à la Sévern.

Elle reçoit le Lay, 

M.N Bouillet (DUHG. 1863), propose une forme écrite ancienne : Suavedria.

Michel Grandin (Rivières de France. 1993) propose une forme écrite ancienne : Separa.

Sèvres : rivière et commune de France. Article à développer. 

Sewerage :

Shale :  

Shannon : la plus logue rivière d'Irlande.

Sharnford : ville d'Angleterre, dans le comté de Leicestershire. Contient le lieu-dit : High Cross ( = le grand carrefour), autrefois Venonis.

Sheepen : temples.

Shelve : lead-mining.

Shetland (Iles) : identifiées par Rivet & Smith, The Place Names of Roman Britain, p 241, selon probabilités, aux noms HAEMODAE et ACMODAE, donnés respectivement par Ravenne et Pline.

Shrewsbury (gallois : Mwythig; Yr Amwythig). Angleterre; chef lieu du comté de Shropshire, sur la Sabrina / Severn; 231 km n-o de Londres.

La ville est d'origine essentiellement bretonne postérieurement au retrait des Romains de l'Ile de Bretagne. Sa fondation remonte semble t'il à la deuxième moitié du Vè ou au début du VIè siècle. Elle est bâtie sur une petite colline qui domine un méandre du cours supérieur de la Sabrina / Severn. Son choix est motivé à la fois par un souci de défense et de contrôle de passage de la rivière.

Elle devient le chef lieu des princes du Powys, pays qui correspond à peu près à l'ancien comté gallois de Montgomery.

Pengwern tombe aux mains des Saxons au VIIIè siècle et se trouve alors incorporée au royaume de Mercia, sous le nom de Scrobbesburh

Étymologie

Mwythig; Yr Amwythig :

Le nom qui lui est donné en breton par Llewarch Hen est : Pengwern, ce qui signifie le bout, l'extrémité (< Pen), de l'aulnaie (<Gwern).

Pour le nom anglais de Shrewsbury, selon E. Ekwall, celui-ci peut provenir : 

- soit d'un nom de personne, d'origine anglo-saxonne ou normande; 

- soit d'une racine germanique *scro-, que l'on trouve aussi en frison, et qui signifie : broussailles.

- soit d'une traduction anglo-saxonne (?) de Pengwern.

Shropshire / Shrop / Salop : comté de l'ouest de l'Angleterre, entre ceux de Chester au nord, de Stafford à l'est, de Worcester et Hereford au sud, et la pays de Galles à l'ouest et au nord-ouest. Chef lieu : Shrewsbury.

Sous-sol riche en charbon; grande production de céréales. 

I.A Richmond, Roman Britain : lead-mining; copper-mining.

Shrouds

Sidford : identification probable avec Moridunum; Angleterre; Devon

 

* Sidoloucum : aujourd'hui Saulieu; France; Cote d'Or.

Silbury Hill

Silchester (Calleva Atrebatum) : Angleterre; comté de Hampshire. Ancienne capitale de la cité britto-romaine des Atrebates.         

* Silcae

* Silina : voir étude consacrée aux îles Scilly.

* Simbra : capitale de la province romaine d'Arménie IIè.

* Sinetriadum : nom de lieu de G. Bretagne, cité par Ravenna, 10732. Rivet & Smith renvoient  à Pinnata Castra.

   

* Singidunum : nom celtique de Belgrade, capitale de la Serbie.

* Sinomagi : nom de lieu de G. Bretagne, cité par Tabula Peutingaria. Voir supra Senomagus.

* Sinus Britannicus : le golfe d'Ambianie ( = baie de Somme), situé face à l'Ile de Bretagne.

* Sinus Sambracitanus : aujourd'hui le golfe de Saint-Tropez (Les Issambres).

* Sitomago : nom se lieu de G. Bretagne, cité par Itinéraire d'Antonin, 4801 (Iter IX). Voir supra Senomagus.

 

Sittingbourne : cemetery.

Skye / Scitis Insulae : île du nord-ouest de l'Écosse, faisant partie de l'archipel des Hébrides; 

  Slack : petit fleuve côtier, qui prend sa source à Hardinghen et se jette dans la Manche à Ambleteuse, après un parcours de 18 km.

Slack : Angleterre; comté de Yorkshire. L'antique station romaine Camulodunum, entre Eburacum / York et Mamucium / Manchester.

Slate : (Yorkshire)

Snailbeach : lead-mining.

    Sneep Haven : Embouchure de la rivière ------------, au nord du Donegal, en Irlande

Soar : affluent de la rivière Trent.

* Sobrica : nom de lieu de G. Bretagne cité par Ravenna, 109,14. Voir la rivière Sabrina / Severn

Soissons (Augusta Suessionum) : (02200) chef-lieu d'arrondissement de l'Aisne, sur l'Aisne. (IGN : 2611-O).

Histoire :

Capitale de la cité belge des Suessiones, sous le nom d'Augusta.

Victoire de Clovis sur l'armée romaine de Syagrius, en 486. (épisode du Vase de Soissons).

Capitale des rois francs Clotaire Ier, et Chilpéric.

Évêché : fondé par St Sixte, vers 290. "Le siège de Soissons est le plus ancien de toute la Seconde Belgique, ce qui vaut à l'évêque le titre de "premier suffragant" de la province et le droit d'ordonner évêque le métropolitain élu, si besoin est. Plus tard, c'est lui aussi qui sacrera le roi de France quand le siège métropolitain sera vacant". (article de L. Lollieux, dans Catholicisme, colonnes 217 à 240). 

Cathedrale sous le vocable de Notre-Dame de Liesse, "Marie, cause de notre joie", fêtée au lundi de Pentecôte, depuis Vatican II.

Évêques de Soissons : Sextus (St. Sixte), c.290; St. Sinice, c. 300-310; Divitianus (St.Divitien), c. 310-320; Rufinus (Rufin), c. 320-325; Filianus (Filien), c. 325-340; Mercurius (Mercure) ou Mercurianus (Mercurien)?, c. 340-349; St. Onésime Ier, c. 350-361; Vinculus ou Vincentius (Vincent)?, c. 361-380; Lubin ou Lubéran, c. 380-410; Onésime II, c. 410-430; St. Edibe, c. 431-462; St. Prince ou Principe, c. 462-505; Lupus (St. Loup), 505-535; St. Bandry, 535(545; Thibaud Ier, 545-566; Anectaire, 566-573; etc

Étymologie :

a) Augusta = ville sous le vocable de l'Empereur ou de l'Empire. Ville impériale.

b) Soissons : issu de l'ethnonyme Suessiones.

? * Solilii, ou Soliliores : voir Coria Soliliorum. site non identifié. Peut-être dans les Midlands. (voir à la lettre C de l'encyclopédie des noms de lieux)

  Somme (Samara, ou Sumina) : fleuve côtier, qui prend sa source à Fonsommes (départ. de l'Aisne), altitude 97 mètres, et se jette dans la Manche entre Saint-Valéry-sur-Somme et Le Crotoy, après un parcours de 245 km. Les marées se font sentir aujourd'hui jusqu'à l'Étoile, c'est-à-dire jusqu'à 40 km de la Pointe du Hourdel.

Il arrose : Saint-Quentin, Ham, Péronne, Corbie, Amiens, Ailly-sur-Somme, Abbeville.

"Axe vital de l'antique Picardie ..." (A.Leduque, Ambianie, p 68)

Étymologie :

- DDR : Samara César, Sumna 428, Sumna, Sumina 445

- A. Leduque : Sumenam fluvium, Grégoire de Tours.

- E. Vanneufville : "La Somme, en latin Samara, a vu son nom germanisé en Sumina, Somina, la 'marécageuse' depuis au moins la deuxième moitié du VIè siècle".

Navigabilité de la Somme :

J. Leroy, Montreuil, p 54, citant Léon Bouthors, l'histoire de Saint-Riquier : "A marée haute, écrit Léon Bouthors, le flot inondait le littoral du Ponthieu et tout le pays de la Somme jusqu'à l'étoile de Picquigny; il remontait même le cours du Scardon par de multiples branches, et s'étendait en nappes immenses à Cahours, à Ostremencourt, plus tard appelé Neuf-moulin, dans la vaste échancrure que nous appelons le fonds de Bessagues, et jusqu'aux murailles méridionales de Centule (St. Riquier) où dit-on des anneaux énormes attendaient les navires venus de la Mer".

Ports de la Somme, à partir de l'embouchure :

- Saint Valery sur Somme;  Abbeville ? - Port-le-Grand. - Le Grand-Laviers ? - La Portelette (Abbeville). - L'Étoile (Airaines).

Somerset(shire) : coal.

Sonzay-en-Touraine : commune de France; département d'Indre et Loire; arrondissement de Tours; canton de Neuillé-Pont-Pierre. Pour l'étude étymologique, voir Rivet & Smith concernant le nom de peuple britannique Segontiaci.

* Sorviodunum : station britto-romaine : Old Sarum; Angleterre; Wiltshire.

  * Sorviodunum : nom de lieu cité par la Tabula Peutingaria, : * Sorvioduro. En Rhétie, près de l'actuelle Straubing, sur le Danube.

  South Foreland : voir le Cantium promontarium, dans le Kent.

South Shields : Angleterre; comté de Durham. Fort romain du Mur d'Hadrien, en position extrême, coté Mer du Nord.

   

Spey / Tuesis : rivière d'Ecosse, Invernesshire et Moray. 

Spézet / Speied

*Spinis / Speen : station britto-romaine; aujourd'hui Speen; Angleterre; Berkshire.

Spurn Head : promontoire de G. Bretagne, en Yorkshire. Peut-être le lieu désigné par Ptolémée sous le nom OCELUM
 

Springhead : lieudit de Southfleet, en Kent. Ancien établissement romain VAGNICIS. cemetery.

Staines : ville d'Angleterre; comté de Middlesex, ancien établissement romain Pontes / Pontibus, au passage de la route romaine de Londinium / Londres à Calleva / Silchester. 

Stanwick : ville d'Angleterre; comté de Northumberland. 

Stanwix : ville d'Angleterre; comté de Cumberland. Forteresse romaine du Mur d'Hadrien; à l'et de Carlisle. 

Son identité est discutée : 

- selon Ordnance Survey : Petriana.

- selon Rivet & Smith : Uxelodunum.

Steir : affluent de l'Odet qu'il rejoint à Quimper. 

* Stene : nom de lieu cité par Ravenna, 10552. Selon Rivet & Smith, voir * Derventio Statio, site non identifié, mais recherché vers Buckfast, en Devon. 

Stevenage : six hills barrows.

Stockbridge : lead.

 

* Stodoion : nom de lieu cité par Ravenna, 10731. Selon Rivet & Smith, voir * Pinnata Castra , en Écosse.

Stonehenge : site mégalithique extrêmement important du sud de la Grande Bretagne, comté de Wiltshire, dans la plaine de Salisbury, à 12 km au nord de cette ville. 

Voir aussi chapitre Protohistoire, dans Histoire nationale des Bretons.

Stony Stratford : shrine, silver plaque, crown, 

Storks

Stour : nom commun à plusieurs rivières de G.Bretagne. 

Étymologie : du latin aestuarium.

Stourpaine : ville d'Angleterre; comté de Dorset, sur la rivière Stour. Le territoire contient le site de l'ancien fort romain DUNUM, aujourd'hui Hod-Hill.

Stratford-Saint-Mary : commune d'Angleterre, comté de Suffolk; contenant le lieu dit Higham, ancien camp romain (Ad) Ansam.

Stranraer : ville d'Écosse; dans l'ancien comté de Wigtownshire; aujourd'hui dans celui de Dumfries; sur la rivière Loc'h Ryan. Ancien fort romain Rerigonium

Strasbourg / Strasburg (Argentorate) : (67000) Capitale de l'Alsace / Ellsatz. chef-lieu du département du Bas-Rhin, sur la rivière Ill et le Rhin. (IGN : 3816-O).

Histoire :

Ville des Tribocci, en Germanie Ière, sous le nom d'Argentoratum.

Elle a reçu successivement en garnison l'aile de cavalerie ala Petriana (durant la conquête romaine), peut-être la Legio XVIII (disparue avec Varus en 9 av. J-C), la Legio II Augusta (de Tibère à Claude), la Legio XXI Rapax (de Claude à Vespasien), la Legio VII (sous Domitien); la Legio VIII Augusta (de Domitien ? jusqu'à la fin du IVè siècle), la Legio I Martia (fin IVè siècle jusqu'à 408)

Évêché : fondé selon la tradition par St Amand, en 346. Cathedrale sous le vocable de *** ? .

Évêques de Strasbourg : Anand, 346 / ?; Juste ?; Maximin ?; Valentin ?; Solaire ?; Arbogast, c. 550; Florent ?; Ansoalk, c. 614, etc.

Étymologies : Argentoraton, Ptol; Strateburgo, VIè siècle.

C.O.T. 1572 : " Argentoratum ... Alsatiae Metropolis, apud praeterfluentem Rhenum alijs, Argentina autfi quis ex renomen commutare velit, Aurentina, sed vulgo Strasburgum dicta ..."

a) celtique

Argent- = épithète de la Grande Déesse celtique Argentia (La Déesse d'Argent) identifiée avec la Lune, + rat- = forteresse.

JCE : La forteresse de la Déesse Argentia.

b) germanique

Strass < latin strata = route + burg = camp, forteresse.

JCE : Le camp bâti sur (à côté de, à proximité de) la voie romaine.

Strata Florida : abbaye du Pays de Galles; mosaïques

Strata Marcella : abbaye du Pays de Galles, dans le comté de Powys; mosaïques

Stratford-Saint-Mary : Ville d'Angleterre; comté de Suffolk; Située au passage de la rivière Stour par la voie romaine de Camulodunum / Colchester à Combretovium / Baylham House. Elle contient le site romain Ad Ansam / Higham.

Strouanne : lieu-dit de la commune de Wissant, au nord-est de la plage, au pied du Mont de Calais. L'indice d'un port à cet endroit est donné par une mention de Lambert d'Ardres :

"Stronas Britannicum secus portum qui ab albedine arene vulgari nomine appellantum Witsand". Il s'agit d'Estrouanne à Wissant, port situé entre les Black et Wit Naes (Blanc et Gris-Nez)". Voir article consacré à Wissant.

* Stuctia : nom de rivière, identifiée à la rivière Ystwyth, en Pays de Galles

* Subdobiadon : nom de lieu de G. Bretagne, cité par Ravenna, 10755. Non identifié, mai situé apparemment sur le Mur d'Antonin ou non loin de celui-ci.

Rivet & Smith, p. 463 : 

- Ravenna, 10755 (= R&C 197) : SUBDOBIADON

DERIVATION. The entry is grossly corrupt, and none can be suggested. Ravenna's -on indicates -um, and -iadon strongly hints at -iadunum. The first syllable is possibly a scribal assimilation to Latin sub-.

IDENTIFICATION. Unknown, but either a fort on the Antonine Wall or a place not far from it.

* Sulionacae / Sulionacis / Sullonacis : station britto-romaine : Brockley Hill; Angleterre; Midddlesex.

* Sulis : site archéologique; aujourd'hui Castennec, en Bretagne armoricaine.

* Sulis Minerva  : voir Aquae Sulis et Bath..

Summer

?

* Susurra : nom de lieu de G. Bretagne Non identifié.

Selon Rivet & Smith, p 463 : SUSURRA

SOURCE

- Ravenna, 10913 : SUSURA (= R&C 284) : SUSURA

DERIVATION. The name is (with others of its group of islands : see ANAS) Latin, a feminine version of susurrus 'whisper'.

R&C suggest that the name implies 'whispering island', perhaps in connection with an oracle (observed by the Roman fleet ?); they cite Mercurius Susurrio in CIL XIII. 12005 at Aachen, to be understood as either an oracular god or a wind-god, as a parallel. However, there might be a more mundane explanation, e.g. the sound of surf.

IDENTIFICATION. Unknown, but apparently an island off Britain.

-------------

Selon Rivet & Smith, p 463, ce nom pourrait désigner l'Île de Bretagne elle-même. ?

 

Sutherland :

* cf. M.N Bouillet, Dictionnaire universel d'histoire et de géographie. Hachette. 1863 : 

p. 1718 : "comté d'Écosse, borné au sud par celui de Ross, à l'est par celui de Caithness, partout ailleurs par la mer; 110 km sur 100; 26 000 hab.; Chef-lieu : Dornoch. Montagnes arides, côtes échancrées; sol stérile ou peu fertile; houille, marbre, pierre calcaire, cristal de roche, très beau grenat; pêche de harengs et cabillauds. Douze propriétaires seulement possèdent le pays".

Swaledale : lead-mining.

Syrie / Bro Siri (Siria) : pays d'Asie mineure; capitale : Damas. province romaine à partir de 64 avant J.-C.

  Szöny : autrefois *Brigetio, en Pannonie Supérieure.

hast buan, ma mignonig vas vite, mon petit ami

go fast, my little friend

retour en tête de page