Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux

Noms de personnes

VVVVVVV

page ouverte en 2001  

Non actif

   

Actif

 forum de discussion

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour 12/03/2013 18:45:18

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z        a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v  w x y z

* Vagniacae (is) : station britto-romaine : Springhead, en Southfleet ? Angleterre; Kent.

 

Valence / Colonia Julia Valencia : commune de France. 

Ville de Gaule rhodanienne; capitale des Gaulois Segalauni; en Première Viennaise. 

Valencendre : lieu-dit de la commune de La Calotterie (voir ce nom); proposé pour Quentovic par E. Vanneufville, Anglo-Saxons et Frisons. (IGN : 2105-E).

Vallet / Valèt / *Gwaled : commune de la Bretagne historique, dans l'évêché de Nantes. Aujourd'hui dans la région économique dite "Pays de Loire"; département de Loire Atlantique; arrondissement de Nantes; chef lieu de canton; sur la Sanguèze.

Valmont : petit fleuve côtier qui prend sa source près de Saint-Ouen, en Valmont, et se jette dans la Manche à Fécamp, après un cours de 12 km. Il reçoit sur sa gauche le ruisseau de Ganzeville. Dans le confluent se trouve l'oppidum d'Orenge.

Valmont : (76540) chef-lieu de canton de Seine-Maritime, arrondissement du Havre, sur la rivière de Valmont. (IGN : 1809-O).

Étymologie : - Fr. de. Beaurepaire : Fiscannum. (JCE : voir Fécamp ! )

Valteline

* DUHG (1863), p. 1827 : 

" Vallis Tellina en latin moderne, Val-Tellina en italien, petite région de l'Italie septentrionale (jadis entre la Ligue-Cadée, le comté de Bormio, le duché de Milan, le comté de Chiavenne et la Terre-Ferme de Venise), aujourd'hui qui s'étend de l'Adda au lac de Côme : 2,200 kilomètres carrés; 63 000 hab.; chef-lieu : Sondrio. L'Adda le traverse, de hautes montagnes l'enferment. Sites très pittoresques, sol très fertile (on y trouve les productions de la Sicile à côté de celles des hautes montagnes). Dans les parties basses de la vallée se trouvent des crétins. La Valteline, après après avoir formé la limite Sud de la Rhétie au temps des Romains,  passa aux Ostrogoths, aux Francs, aux rois de Germanie, et fut donnée comme fief par les empereurs aux évêques de Coire, qui en furent dépouillés tantôt pu la ville de Côme, tantôt par les ducs de Milan : finalement les Ligues grises et l'évêque reprirent ces pays en 1512 et l'évêque céda ses droits aux Ligues en 1630. L'Espagne, qui convoitait ce territoire pour joindre le duché de Milan au Tyrol, fit soulever les habitants contre les Ligues en 1620; la France soutint les Ligues (1622-32) et envoya à leur secours le duc Henri de Rohan, avec une armée qui les remit en possession de la Valteline. Bonaparte enleva la Valteline aux Grisons en 1797 et la réunit en 1807 au royaume d'Italie (elle forma le départ. de l'Adda; ch.-lieu Sondrio). En 1814, le pays fut donné à l'Autriche et réuni au royaume Lombard-Vénitien".

à la page 174, l'auteur précise : 

" Telline, un des noms de la Valteline. En 1798, une des 3 républiques qui furent établies un instant en Suisse, prit le nom de République telliane";

* Vapincum : ancien nom de Gap, dans les Hautes-Alpes.

Vannes, en breton Gwened (Darioritum) : (56000) chef-lieu du Morbihan, en (P)Bretagne, au fond du golfe du Morbihan.

Histoire : Capitale de la cité gallo-romaine des Veneti

Le nom gaulois de la cité des Veneti est Darioritum = le gué des chênes. Celui-ci a été remplacé par l'ethnonyme Veneti à partir du IIIè siècle.

Évêché : fondé par Paternus / St. Paterne.

La date du concile de Vannes est très souvent mise en avant par les chercheurs pour tenter d'expliquer le processus de la christianisation et de l'organisation des évêchés en extrême ouest armoricain. Le problème est que, s'ils sont d'accord sur la décennie, les auteurs de référence ne sont pas d'accord sur l'année. Tout au plus sait-on que ce concile a suivi de peu celui de Tours, daté du samedi 18 novembre 461 (L. Fleuriot, Origines, p 146). Pour ce concile de Vannes, nous avons en fait plusieurs propositions :

- entre 462 et 468 : L. Piétri (Province ecclésiastique de Tours, p 15).

- 463, Mansi (L. Fleuriot. Origines, p 146); B. Tanguy.

- 465, Mgr Duchesne; (aux alentours de 465); P. André? Diocèse de Quimper et Léon.

- 467, Annuaire du Diocèse de Vannes; (J. Loth p 75 ?)

Évêques de Vannes, jusqu'à Nomenoé :

- St. Patern, ordonné au concile ci-dessus; St. Dominius (fêté le 8 mai); St. Clément; Modeste (vers 511); St. Armand; St. Saturnin; Macliavus (après 550); Eunius (...574, exilé en 578+ 580); Regalis (vit en 590); St. Guenin; St. Ignoroc; St. Budoc; St. Hinguéthen; St. Mériadec; St. Meldreoc (Meldéoc); Haimon; Mabon; Morvan; St. Gobrien; St. Justoc; Calgon (Golgon); Luckenart (Luetharn); Agus (ou Jagu ?); Isaac (v.814-821); Winhaélhoc v.814-821; Raginarius (Renier) 821-838; Suasan 838-848, démissionné et exilé; Courantgen 848-869; etc..

Étymologie :

Darioritum = *Dar / *Diri = chêne(s); *rit- = gué. Le Gué des Chênes (de la Chênaie).

Gwened : nom breton issu de l'ethnonyme Veneti.

 

* Var : racine hydronymique.
* Albert DAUZAT; Gaston DESLANDES; Charles ROSTAING : Dictionnaire étymologique des noms de rivières et de montagnes en France. librairie Klinchsieck. Paris. 1978.

VAR, fl. côtier (Varus César) : indo-eur. var., eau, au genre inanimé ; correspond au grec udwr (Berthoud ; Dauzat, Top. Fr. 115) ; Krahe, Beitrage, III, 240) ; à rapprocher Pont-de-Var (St-Alyre, P.-de-Dôme), sur la Dore supérieure qui n'a pas de nom à cet endroit ; 

fém. 

Vère 1 Calv., aff. r. d. Noireau ; 

Vère 2, T.-et-Gar., aff. r. g. Aveyron ; 

Vire, fl. côtier Manche (Viria VIe s., mais Briovera = pont sur la Vera, n. de St-Lô à l'époque latine ; attraction postérieure de virare, tourner) ; 

Vair, Vges, aff. r. d. Meuse (Vera XI s.), paraissent postuler une var. *Vera ou *Vêra (V. VRAINE) ; 

Vis, Gard, aff. Hérault (Virs v. 1060 ; cours sup. Virenque, anc. dér.), prob. var. anc. d'après virare

— Nombreux dér. anciens : de Varia

Vaire, tor. A. H.-Prov. (Vaira 1042) ; 

Vayre, rs. Av., aff. r. g. Lézert ; et rs. H.-Vienne, aff. r. g. Grenne ; 

Veyre, Puy-de-D., aff. r. g. Allier (aussi Monne) ; tor. Lot, aff. r. d. Celé ; et tor. Gard, aff. Tave ; 

avec les dimin. 

Veyret, Aude, aff. Robine de Narbonne ; 

Veyron, rs. Ain, aff. r. g. Ain (Vayron 1376) ; et H.-Loire, aff. Clavas ; 

Véron (Verron), rs. Creuse, aff. r. d. Petite Creuse ; rs. Vne, aff. Salleron (Vayron 1450), et rs. Yonne (et vge), aff. r. d. Yonne ; au f. prob. 

Véronne, Ardèche, aff. r. g. Payre ; Eure, aff. r. g. Risle (mais Véronne, Cantal, Averone, XIIe s. est un Avarione, V. AVEYRON) ; 

Verraux (-eaux), rs. Creuse, aff. r. g. Petite Creuse (cf. ci-dessus VERON-VERRON) ; 

— prob. Veyradeyre, H.-Loire, aff. Loire (id. Cassini) et 

Veyruègne, tor. Ardèche, aff. r. d. Glueyre ; 

— Gard, aff. Rhône (Vardo Ve s., Sid. Apoll. ; Gardo 914 ; infl. germ. sur l'initiale dans l'intervalle), d'un dér. *Varidu- ; 3 dér. Gardon, même région, dans le Dict. Joanne ; 

— Varèze, Is., aff. Rhône (Varisia Xe s.), 

Voirèze, H.-Loire, aff. Alagnon (Voyresa 1306), 

Voroise, rs. Is., aff. Ruisset (Voreysie xinc s.) : Var-isia ; pour Voirèze et Voroise, V. VAVRE ; 

— Vérène (Va-), tor. Av., aff. r. d. Orb, et dér. Vérenon, Is., aff. Vaulnaveys (Verena xmes. ; ne paraît pas représenter Var-enna, mais Ver-enna ou -end) ;

 — Varaude (ou Chairem), C.-d'Or, aff. r. g. Vouge : finale obscure ; 

— Varenne, rs. S.-Mar., forme l'Arques à Arques, et rs. de Domfront, Orne (Varenna 1020) : var-enna, n. de lieu-dit et de vge des plus répandus (à l'origine, « alluvion », « délaissé », Dauzat, Top. Fr. 115) ; 

— Véragne, tor. H.-Alpes, aff. r. g. Buech (Pailhonas 1365, V. PAILLON : l'identification est-elle sûre ?). 

— Dér. ou comp. prob. Vervère, Tarn, aff. Vère (rad. répété) ; 

— du type Vir- : 

Viredonne, fl. côtier Hér. ; 

Vîrène, -aine, aff. Vire (dér. assuré) ; 

Viroin, Ardennes et Belgique, aff. Meuse à Givet (anc. Virvinus, non précisé) ; 

Virvée, rs. Gir., aff. r. d. Dord. 

— Rapprocher Viro, tor. Corse E., aff. Golo. 

— A formé des hydronvmes en -vera (ou -vara) en gaulois. V." OEUVRE, MESVRIN, TOUVRE. 

— V. VERDON.

*****

  Var , anciennement Varus : fleuve rivière de Provence.

* Varae *Varis Station britto-romaine : St. Asaph ? Pays de Galles.

* Varar Fl. : la rivière Beauly Firth; Écosse.

  Vardar / Vardari / Wardar / Axius : nom de rivière de Yougoslavie et de Grèce; il se jette dans le golfe de Salonique.

  Varenne : rivière qui prend sa source à Bellevue, entre Montréolier et Saint-Martin-Osmonville, et qui rejoint la Béthune et l'Eaulne à Arques-la-bataille, après un parcours de 40 km, pour former l'Arques. Elle arrose Saint-Saëns, Rosay, Bellencombre, les 2 Torcy, Martigny.

Étymologie :

- DDR : " varenna ... à l'origine alluvion, délaissé ..."

- Fr. de Beaurepaire : Warinna.

- JCE : à noter que l'étymologie proposée pour Vérone, en Italie, et Berne, en Suisse, est basée sur *var- (breton :  gwar) courbe de rivière.

 

  * Varis : rivière de Dalmatie, citée par la Table de Peutinger. Aujourd'hui la Povija.

* Varis : camp romain du Pays de Galles; aujourd'hui Saint-Asaph, dans le comté de Flintshire.

 

* VEB... : nom rattaché au secteur de production de plomb des Mendips, en Somerset.

Rivet & Smith, Place-names of roman Britain, p. 487 : 

Source

Lead pigs originating in Somerset, seven in all, recorded as follows : 

- EE III, 12la; 

- PSA2, XXXI (1918), 37; 

- JRS, XXI (1931). 256; 

- and a group of four found in 1956 at Rookery Farm, Green Ore, Wells (Somerset), 

- JRS, XLVII (1957), 230-31. 

They are dated to A.D. 60-79 (Vespasian), and all bear the same text : BRIT(ANNICUM) EX ARG(ENTARIIS) VEB

There can be no doubt that VEB is a short form of the name of the mining district or of its centre.

Derivation 

Since LVT on comparable ad pigs from Derbyshire contains the first three letters of Lutudarum, it is likely that VEB is the true start of the Somerset name. This makes it a rarity : the only place-name with these letters recorded in Holder III. 130 is Vebritum > Vebret (Cantal, France), but a variety of personal names is known.including Vebro, Vebrius, Vebrumaros, Vebrumna, all of normal Celtic form; for a complete list and references, see GPN 272. In view of our place-name, it is likely that a British cognate of this Gaulish *uebro- existed, and that it produced Welsh gwefr 'amber'; in Gaulish, the element was evidently used to signify 'fair-headed' in personal names. If this is the basis of our toponym Veb-, the reference to amber can hardly be literal, but presumably refers to the colouring of a geological feature; or it might be a personal name of the possessor of an estate with suffix, such as *Vebriacum, for which there would be many analogies. This seems a better proposition (because of its vowel) than a derivation from a British cognate of Gaulish *uoberna 'ruisseau plus ou moins caché' (Vincent 251-55), much used in toponymy; there are no ancient forms, but names derived from it in Vabr-, Vavr-, Vévr-, Voivr- are common in France, and the root is represented by Welsh and Cornish gover, Irish fobar, etc., and possibly also by Latin  'bush, thicket'.vepres

Identification.

Evidently the name of the lead-mining district in the Mendips, Somerset. For a possible name for the settlement at Charterhouse see ISCALIS.

* Vectis Insula : l'île de Wight, sur la côte sud de la Grande Bretagne

* Vedra Fl. : la rivière Wear; Angleterre; Durham.

v

* Vegeria : la rivière Vègre, département de Seine-et-Oise, en France.

Sens étymologique : courbe, incurvé. cf Rivet & Smith : PNRB, p 266.

Vegre : rivière du département de Seine-et-Oise, en France. Anciennement *Vegeria.

Velay : pays de France, en Languedoc; chef-lieu : Le Puy-en-Velay. Il tire son nom de la tribu gauloise des Vellavi.

* Velox : rivière de Grande-Bretagne, citée ainsi par Ravenna, 10842. Non identifiée. Selon Rivet & Smith, apparemment dans le sud de la G. Bretagne. 

VELOX (?)

SOURCE

Ravenna 10842 (= R&C 271) : VELOX

DERIVATION. R&C doubtfully take this as the Latin adjective, 'swift'; but there are no Latin river-names in Britain, and the name is hardly likely to be a translation of a British adjective. Nor is it likely that it is a Latin adjective attached to the previous name, for this would be unparalleled in this text. The name is probably a corruption, with scribal assimilation to a well-known Latin word. The original cannot be conjectured, though Holder guessed Uxelo.

IDENTIFICATION. Unknown, but apparently a river in southern Britain.

* Velunia, ou Veluniate : le fort romain de Carriden, en West-Lothian, en Écosse.

Vendelais : pays et terroir de Haute Bretagne, portion du pays de Fougères, dans l'évêché de Rennes. 

* Philippe Jouët et Kilian Delorme : Atlas Historique des pays et  terroirs de Bretagne, p. 145 :

Vendeuil-Clapy : (60120) commune de l'Oise, arrondissement de Clermont, canton de Breteuil-sur-Noye. (IGN : 2310-O).

Site probable de *Bratuspandium, à la source de la rivière Noye.

Étymologie :

- in Vendolio, c. 1048; Vandolium, 1120; Vendoilum, 1147 : du gaulois vindos = blanc, et ialos = clairière.

- Cappolis, C. 1100. Selon M. Lebègue, il peut s'agir d'une forme normanno-picarde de capella = chapelle, pouvant désigner localement une terre dépendant de l'église paroissiale de Vendeuil.

Archéologie : - theâtre gallo-romain.

    * Vendun : place des Japodes, cités par Strabon, et résultant d'un mélange de Celtes et d'Illyriens. (cf. Rivet & Smith, p 264)

   

* Vennicnium Promontarium : le cap Malin Head; Irlande.

* Venonae / Venonis : Station britto-romaine : High Cross, en Sharnford; Angleterre; Leicestershire.

*Venta = racine entrant en toponymie.

La signification est discutée :

* endroit venté, exposé aux vents.

* lieu de 'vente' = lieu de foire.

* colline, mamelon (cf breton ***, verrue)

- Bannaventa / Whilton lodge

- Venta Belgarum / Winchester

- Venta de Baños : en Espagne.

- Venta Icenorum / Caistor St Edmunds

- Venta Silurum : Caerwent

* Venta Belgarum : capitale de la cité britto-romaine des Belgae : Winchester; Angleterre; Hampshire.

Ventabrun : massif montagneux  des basses-Alpes, en France. 

 

Venta de Baños : ville de la province de Palencia, en Espagne. Étymologie : < *Venta.

* Ventadorum : nom archaïque de la commune de Ventadour.

Ventadour : nom de commune de Corrèze, en France; ce nom serait issu de *Ventadorum (cf Rivet & Smith)

* Venta Belgarum : capitale britto-romaine des Belgae : Winchester; Angleterre; Hampshire.

* Venta Icenorum : capitale britto-romaine des Iceni : Caister Saint Edmond's; Angleterre; Norfolk.

* Venta Silurum : capitale britto-romaine des Silures : Caerwent; Pays de Galles; Monmouthshire.

* Venutio : nom cité par Ravenna, 10743. Rivet & Smith renvoient à Venicones, nom de peuple celtique du nord de la G. Bretagne.

* Veratino : nom de lieu cité par Ravenna, 10645. Rivet & Smith renvoient à Vernemetum / Willoughby-on-the-Wolds, Nottinghamshire.

* Verbeia : la rivière Wharfe, en Yorkshire.

* Rivet & Smith, p. 493 : 

SOURCE

- Inscription : RIB 635, an altar set up at Ilkley (Yorks.) VERBEIAE SACRUM... 'sacred to Verbeia' 

Verbeia in this text is clearly the goddess of the river Wharfe, but given the équation elsewhere in Celtic lands of the divinity with the river, and identity of names, we are justified in taking Verbeia as a record of the river-name.

DERIVATION. Ekwall ERN 455 identifies a British base *Uerb- 'to turn, twist', cognate with that found in Anglo-Saxon weorpan 'to throw', Latin verbena, etc. It is probably thé same root as that found in some Gaulish names such as Verban(n)-os, the old name of Lago Maggiore, perhaps in personal names Verbacius, Verbigenus, etc. (Holder III. 181). To this is added the suffix *-eia, for which see ARBEIA, of uncertain fonction. Hence 'winding river'. Ekwall goes on to note that the British name was later interpreted as containing Scandinavian hverfr 'winding', whence Weorf (963), Werf (1158) and modem Wharfe.

IDENTIFICATION. The name of the river Wharfe, and hence very probably also that of the Roman fort at Ilkley, Yorkshire (SE 1148), which (apart from the fourth-century fort at Newton Kyme) is the only important Roman foundation on it.

* Verbeia : le fort romain de Ilkley, sur la Wharfe, en Yorkshire. (voir ci-dessus)

* Vercovicium : forteresse romaine du Mur d'Hadrien : Housesteads; Angleterre; Northumberland.

Verdouble : nom de plusieurs rivières de France (Aude et Pyrénées Orientales), dont le nom est basé sur *verno*dubr-um = rivière marécageuse (cf. Rivet & Smith, p 341).

  Verdun / Virodunum.

* Verlucio : station britto-romaine : Sandy Lane; Angleterre; Wiltshire.

Vermand : (02490) chef-lieu de canton de l'Aisne, arrondissement de Saint-Quentin. (IGN : 2508-E).

Histoire :

Capitale originelle de la tribu belge des Veromandui. Détrônée au Bas-Empire romain au profit de Saint-Quentin.

Étymologie : - ecclesia Virmandi, 1131.

Vermandois : pays de Vermand, territoire de la tribu des Veromandui., autour des sources de la Somme. Capitale : Augusta Veromanduorum / Saint-Quentin

- CAF, 1859 : civitas Veromanduorum.

* Vern- : racine celtique *vernos, désignant des lieux humides, aulnaies, et entrant en toponymie. Breton : Guern(iou), Gwern (ioù), -wern, etc. 

- Verna : Vernate, France, Isère.

- Vernet : Vernetum

- Vernon : Vernomagus, France, Normandie,

etc ...

* Vernalis (?) : nom de lieu de G. Bretagne, cité par Ravenna, 10549 : VERNALIS; variante VERNILIS. Non identifié, mais apparemment dans le sud-ouest de l'Angleterre.

* Rivet & Smith, p. 494-495 :

"DERIVATION. The name probably has British *uerno- 'alder', for which see DUROVERNUM. R&C thought the second part was a whole element related to Ptolemy's Ila, perhaps with a sense 'hasten, flow', hence for the whole name 'flowing amid alders'; but Continental analogues which have Vern- plus suffix make it much more likely that this is the case here. Examples are (Holder III. 217) : *Vernacum 'alnetum', origin of three places on the Continent and of Fernagh, etc., in Ireland; Vernate > Verna (Isère, France); Vernetum > Vernet and similar in no fewer than 91 instances in France (also vernetum > vernet, a common noun in Provençal). For the rare suffix -alis, here Celtic rather than Latin, see ISCALIS; the sense is not known, but presumably has an adjectival force; thus for the whole name 'aldery (place)'. However, there can be no certainty of this; Ravenna's forms are scarcely to be trusted to this extent, and this one is suspicious because it seems to be a nominative (hardly a locative plural) and nominatives are rare in Ravenna. Ravenna's forms are scarcely to be trusted to this extent, and this one is suspicious because it seems to be a nominative (hardly a locative plural) and nominatives are rare in Ravenna.

IDENTIFICATION. Unknown, but apparently a place in south-west Britain".

Vernantes : commune de France; département de Maine et Loire. Forme écrite ancienne sur monnaie mérovingienne : Vernemetas.

* Vernemetis : site non identifié près d'Agen. Glosé : 'fanum ungens'. Cf . Rivet & Smith, sous Vernemetum, p. 495.

* Vernemetum : station britto-romaine : Willoughby; Angleterre; Nottinghamshire.

* Vernetum : origine étymologique de plusieurs toponymes gaulois en Vernet; voir étude sur Durovernum / Canterbury, chez Rivet & Smith, The Place-Names of Roman Britain, p 353.

* Vernodubrum : nom latin de plusieurs rivières de Gaule; voir Verbouble, ci-dessus.

Vernon / *Vernomagus : commune de la Normandie historique; aujourd'hui dans la région économique dite de 'Haute Normandie'; département de l'Eure; arrondissement d'Évreux; chef-lieu de canton.

* Veromo : nom de lieu cité par Ravenna, 1082. Non identifié, mais selon toute vraisemblance en Écosse, au nord du Mur d'Antonin.

* Rivet & Smith, p. 495-496 : 

DERIVATION. The name is corrupt, perhaps by misreading an abbreviation of a second part from a map. The first part might by *uer- as in VERLUCIO, or perhaps better, Vero- Viro- as in many names. As R&C note, -mo might represent -mago (magus), and they cite records from Gaul in which this is certainly the case. Equally it might represent -dono (dunum), as in Morionio of Ravenna 106,13 which requires only one further miscopying (m for ni, not uncommon) to produce -mo. Moreover, Virodunum is recorded elsewhere (e.g. > Verdun, France).

Vérone / Verona : ville du nord de l'Italie, sur l'Adige. Origine étrusque ou gauloise cénomane ?

  Verret : rivière affluente de la Sèvre, qui set de limite entre la Bretagne et le Poitou.

* Verterae / Verteris : station britto-romaine : Brough-Castle; Angleterre; Westmorland.

  * Vertevia : nom de lieu de G. Bretagne, cité par Ravenna 1061. Voir Antivestaeum Promontarium : le cap Land's End, en Cornwall

* Vertis : nom de lieu de Grande Bretagne, cité par Ravenna, 10630 : VERTIS. Non identifié. Peut-être Worcester (?!)

DERIVATION. R&C accept the entry and attempt an etymology. However, the name is almost certainly corrupt; it might well have the intensive prefix *uer- (see VERLUCIO), but after that it seems too short by at least one syllable, probably when misread from a map-source. Another Verteris hardly seems possible here. The name might have locative plural -is (see ANICETIS), or -is might be a miscopying of -a, as often.

IDENTIFICATION. Possibly the Roman town of Worcester (SO 8554).

Note. Whatever its correct form, Vertis can have nothing to do with thename Worcester, which is first recorded in 691 as Weogornaceaster, the first element of this may be a genitive of an ethnic name, * Weogoran, this deriving ultimately from a British equivalent of the Gaulish river-name Vigora perhaps 'winding river' (whose name survives in Wyre); it is uncertain which river in the area is referred to. See M. Gellingin Transactions of the Worcestershire Archaeological Society (3), II (1968-69), 26.

* Verubium Promontarium : le cap Noss Head. Écosse; Caithness. 

* Verulamium : capitale de la tribu bretonne des Catuvellauni; voir Saint Alban's.

   

* Vetera : voir Xanten.

Via, au pluriel : Viae. mot latin désignant une route

- Via Terrana (Viae Terrenae) = chemin de terre

- Via Rustica (Viae Rusticae) = route secondaire.

- Via Glarea Strata (Viae Glarae Stratae) = route gravillonnée.

- Via Silice Strata (Viae Silice Stratae) = route pavée.

- Pons Longus (Pontes Longi) = route de madrier, sur pilotis, pour traverser les zones humides.

    * Vicus Britannicus : aujourd'hui Berzenheim, Allemagne, Mayence.

* Vicus Helena : nom de lieu donné par Sidoine Apollinaire, Panégyrique de Majorien, Carmen V, 210 / 215 :

"... dans les plaines de l'Artois ... Il est en ces lieux un carrefour où les routes aboutissent à un étroit chemin; la chaussée resserrée, placée sur pilotis, traverse au bout d'une longue distance le bourg d'Helena dominé par l'arche d'un pont et en même temps un cours d'eau".

A. Loyen, le traducteur, donne en note 38, p 177 : "Le Uicus Helena, à mon avis assez proche d'Arras, n'a pas encore été identifié avec certitude. Pour l'explication de ce passage difficile, op. cit, p 70 et R.E.A, t 46 (1944), p 121. W.H. Semple, Quaestiones ..., p 82, qui a bien compris l'expression arcu subactum, compare le site d'Helena à celui de Morlaix, où un viaduc surplombe la ville. Dans le cas du uicus Helena, il doit s'agir d'un aqueduc qui enjambe la rivière, comme le fait le Pont du Gard".

 A. Longnon, Noms de lieux, n° 559, identifie Vicus Helena avec Hélesmes. Voir de nom.

R. Delmaire, Civitas Morinorum, p 125-126, souligne qu'une theorie locale propose d'y voir le nom d'Helena, mère de l'empereur Constantin. Il rejette bien évidemment cette théorie totalement fantaisiste. De la même façon, il écarte les identifications avec Hesdin et Houdain. Il propose de se rapprocher plutôt des régions marécageuses situées à l'est et au nord d'Arras, mais en prenant soin de ne rien affirmer.

JCE : On pourrait, dans le cadre de l'étude concernant l'expédition de Maxime en 383, soulever comme hypothèse le fait que la femme de Maxime se prénommait aussi Helena (voir le nom Hélène).

Tout bien réfléchi, il me semble qu'on se laisserait abuser par cette ressemblance. Le nom du Vicus Helena, bien que pour nous attrayant, ne me semble avoir aucune parenté avec le prénom de notre bretonne Hélène, princesse de Caernarvon, épouse de Maxime, et impératrice d'Occident.

* Victoria : nom de lieu de G. Bretagne, identifié, selon Rivet & Smith, à Inchtuthil, en Caputh, Perthsire, Écosse

  * Vicus Iulius / Julius (Uico Iulio) : aujourd'hui Germersheim. Lieu de stationnement d'une unité britto-romaine d'Anderita / Pevensey, mentionnée par Notitia Dignitatum : "Praefectus militum Anderetianorum, Uico Iulio".

* Vidua Fl. : la rivière Lough Foyle; Irlande.

Vieil Hesdin : (62770). commune du Pas-de-Calais, arrondissement d'Arras, canton du Parcq, sur la Canche, au passage de la route romaine d'Amiens à Boulogne-sur-Mer. (2206-E).

Histoire et archéologie : la ville de (Vieil) Hesdin a été détruite en 1553 par les troupes de Charles Quint.

Étymologie : Hisdinium, 1000; Hesding, 1079.

DR : semble issu d'un ancien germanique husi-duna = abri pour bêtes et gens .

 

Vieillevigne : commune de la Bretagne historique, en Pays de Retz / Bro Raez; comté et évêché de Nantes. Aujourd'hui dans la région économique dite 'des Pays de la Loire', département de Loire Atlantique; arrondissement de Nantes; canton d'Aigrefeuille-sur-Maine; sur l'Issoire, le Blaison, et l'Ognon.

  Vienne : rivière qui prend sa source à Beaunay et rejoint la Saane à Gueures, après un parcours de 15 km env. Elle arrose Bacqueville-en-Caux.

Étymologie :

- DDR : type hydronymique pré-latin vig- (de même sens que le latin vigere ? ou indo-européen *veg, humide et suffixe gaulois -enna.

- Fr. de. Beaurepaire : Vigenna.

  Vienne (Colonia Julia Vienna) : ville du sud de la Gaule du sud, au confluent du Rhône et de la gère. Capitale des allobroges. Colonie romaine sous Tibère. Capitale de la province romaine Viennaise.

Vieux : commune de Normandie.

Vieux Rouen sur Bresle : (76390) commune de Seine-Maritime, arrondissement de Dieppe, canton d'Aumale, sur la rive gauche de la Bresle. (IGN : 2109-E). voir page spéciale.

Vigneux de Bretagne : commune de la Bretagne historique, en Pays de Nantes / Bro Naoned; évêché de Nantes.

Aujourd'hui dans la région économique dite des "Pays de Loire", département de Loire-Atlantique, arrondissement de Saint-Nazaire; canton de Saint-Etienne-de-Montluc; sur le Gesvres et le Cens

Vignoble nantais : pays de Bretagne, au sud-est de la Loire, limitrophe de la Vendée, au sud, et de la Touraine, à l'est. Il comprend les cantons et communes :

- Aigrefeuille sur Maine : Le Bignon, Geneston, Maisdon-sur-Sèvre, Montbert, La Planche, Remouillé, Vieillevigne;

- Clisson : Boussay, Gétigné, Gorges, Monnières, Saint-Hiliaire-de-Clisson, Saint-Lumine-de-Clisson;

- Le Loroux-Bottereau : Barbechat, La Boissière-du-Doré, La Chapelle-Basse-Mer, Le Landreau, La Remaudière, Saint-Julien-de-Concelles;

- Vallet : La Chapelle-Heulin, Mouzillon, Le Pallet, La Regrippière;

- Vertou : Les Sorinières;

- Vertou-Vignoble : Basse-Goulaine, Château-Thébaud, La Haie-Fouassière, Haute-Goulaine, Saint-Fiacre-sur-Maine.

 

  Vilaine : fleuve de Bretagne. (page en cours d'élaboration)

* Villa Faustini : nom de lieux de G. Bretagne cité par l'Itinéraire d'Antonin (Iter V) : VILLAFAUSTIONI

cf. Rivet & Smith, p. 499 : 

Source : 

AI 4745 (Iter V) : VILLAFAUSTINI

"Derivation. The name is Latin, 'estate of Faustinus'. Eight other villas are included in the AI, one in Italy and seven in Africa (see Chapter IV, note I, p. 163); but of these only one, Minna Villa Marsi, 63-1, has the form villa + personal name in the genitive. The present name is to be grouped with other Romano-Brirish estate-names having locative plural versions of the personal name, listed under ANICETIS; see also *ALBINIANO.

Identification : Uncertain. Either the Roman settlement at Scole House, Scole, Norfolk (TM 1478), or that near Stoke Ash, Suffolk (TM 1170); see the discussion in Chaper IV, p. 163"

Villaviciosa : Commune d'Espagne, dans la province d'Avila. Autrefois : * Ucesia, ville des Cantabri.  Nom probablement issu du théonyme Ucuetis.

  Villeneuve : commune de Suisse, canton de ...; autrefois Pennelocus : extrémité du lac (de Genève). 

Ville rouge : appellation par Alain Bouchart de la ville prise par Maxime après l'élimination d'Himbaldus, et pour laquelle il précise : Ville Rouge, qui à présent est la cité de Rennes.

Cette appellation est reprise par Ogée, Dictionnaire de Bretagne, p 447.

JCE : voir recherches sur les toponymes Carrouge / Quadruvium, ainsi que celui de Saint-Clair-sur-Epte / Petromantalum.

Autres voies de recherche :

- Rogeant, LP 148, p 3 : lieu-dit de Toeufles (80870), arrondissement d'Abbeville, canton de Moyenneville. Selon L. Sagebien : Rogeham, 1146 > le domaine de Rogius.

Vimeu (pagus Vimnaus) : portion de l'ancien comté de Ponthieu, en Picardie, entre la Somme et la Bresle. Tire son nom de celui de la rivière Vimeuse, affluent est de la Bresle.

Formes écrites, selon Gh. Gaudefroy : Viminao (Mérovée); Vuimnau 710-723; Uimnau 695-697; Vimacensi a. 704); Vimnao, v. 750; Vimnau 775; Vitnau 853; Witman 881; Witmau 881; Vithmau 883; Vitmau 898-895; Vidmau 921; Vimenao IXè; Vinemaco XIIè; Vinemago XI; Vimmacum VIIè; Winmacensi / Wimnau / Winnoensi VIIè; Vimacensi 1177; Vimou (var. Vignou, Vinou) XIIè.

P. Dubois, 1907 (extrait publié pat LP, n° 150, 2è trim. 1999, p 28) : "Le Vimeu, c'est le quadrilatère compris entre la Somme et la Bresle, et limité par une ligne allant d'Abbeville à Gamaches".

A. Leduque, Ambianie,

p 27 : "Il semble que le Vimeu ne fut qu'un sous-pagus ou district dépendant du Ponthieu, plutôt qu'un pagus à part entière".

ibid. : diplôme de Childebert, vers 695 : "... in pago Vimnau super fluvio Vimina, ..."

ibid. : charte de Pépin, vers 750 : "... in pago Vimnao ..."

p 32 et 33 : " ... La controverse dépend de la situation féodale du comté d'Aumale. Mais le fait qu'en 988 le comte de Flandre donne la comté d'Aumale au duc de Normandie tranche le conflit en faveur de l'Ambianie. D'autre part, les attestations et identifications de la Chronique de Saint Wandrille, plaçant dans le Vimeu, vers 695 : Hesny (au sud de Grandcourt, vers Béthencourt), vers 735 : Malcham (Marques, canton d'Aumale) et Hosdinium (Hodeng au Bosc) renforcent la conception d'un "Grand Vimeu" s'étendant au delà de la rivière La Bresle".

p 33 : "La frontière, laissant à droite les sources de la Bresle ... devait gagner Conteville ... Réalcamp (Regalis Campus) ... Foucarmont ... Bois de la Cavée, sur Cuverville ... par l'arbre de Grény ... vers le littoral".

p 34 : "La limite entre les deux comtés d'Eu et du Talou (devenu comté d'Arques) est constituée par un vallon très profond, situé à l'ouest du village de Penly (Seine-Maritime), sur le bord de la mer. Cette gorge naturelle s'appelle encore : le Val des Comtes". 

M. Mangard, l'inscription dédicatoire ..., p 44 : "Si notre identification est fondée, les Catuslogi occupaient le terroir connu au Vè siècle sous le nom de pagus Vimnaus, aujourd'hui le Vimeu, aux marches occidentales de la Picardie...  Quoi qu'il en soit, au début du IIIè siècle, les Catuslogi subsisteraient comme habitants d'un pagus dépendant vraisemblablement de la cité des Ambiens".

JCE : note de simple observation, sans conclusion : le lieu de débarquement de Maxime, nommé Portus Caluosus, figure dans un document composé en 1019, connu sous le nom de Vie de Saint-Gouesnou. Il serait curieux de rapprocher le nom de Gouesnou de la forme contemporaine, le Vignou.

Vimeuse : petite rivière qui prend sa source à Hautecourt, commune de Vismes, et rejoint la Bresle à Gamaches, après un parcours de 13 km environ. Elle arrose : Frettemeule, Maisnières, Visse, Monchelet. Elle a donné son nom au Vimeu.

Étymologie :

- DDR : " ... d'une ancienne Visme (Vimina 876, Vima 1184) qui a donné son nom au village et à la source : d'un hydronyme pré-latin Vimina."

- François de Beaurepaire : Vinnavum.

- L'étymologie du nom de cette rivière a été étudiée à fond par Gh. Gaudefroy, dans LP, n° 71-72, juin-septembre 1979. Les formes données sont : Uimina / Vimina, vers 830; Viglena / Vinglena, 843-859; Viniola ?; Vima, 1184-1187; Visma, 1777-1758; Vismes, 1777-1836; Visme (XIXè); Vimeuse (XVIIIè-XXè siècles);

Ghislain Gaudefroy semble opter pour un rattachement de ce nom à une racine WIT / VIS / VIT ..., signifiant eau ( > water) accessoirement : Aqua de Merdenchon, 1225; Rivière de Medencon, 1750. Il rattache cette dernière forme au gallo-romain Merdantione = cours d'eau boueux et limoneux.

* Vindeleia : nom de lieu cité par l'Itinéraire d'Antonin, 454-6; probablement près d'une rivière (cf. Rivet & Smith, The Place-Names of Roman Britain, p 256)

* Vindobala : forteresse romaine à Rudchester, Angleterre; Northumberland.

Archéologie : mithraeum.

* Vindocladia : station britto-romaine : Badbury; Angleterre; Dorset.

* Vindogara : station romaine : située dans le golfe Irvine Bay; Écosse; Ayrshire.

* Extrait de Rivet & Smith, p. 501 : 

VINDOGARA (?)

SOURCES

- Ptolemy II, 3, 7: Ouindogara ( = VINDOGARA), a polis of the D(u)mnonii; this form is not present in any of the MSS, which have Ouandogara ( = VANDOGARA), Ouandoouara (= VANDUARA), but is required by analogy with the form in II, 3,1 (next entry)

- Ravenna 10730 : (= R&C 156) : BROCARA

Ravenna's entry has not hitherto been associated with Ptolemy's. Superficially it looks like another Broc- name. As argued in Chapter V (p. 194), however, almost ail Ptolemy's North British poleis were taken up by Ravenna, logically, since both ultimately depended on the same map. Brocara is in the right part of Ravenna's list for it to be equated confidently with Vindogara. For the palaeography, one must suppose a seriously garbled first part of the name in the archetype, probably with -n- abbreviated, and of course Vulgar Latin B- for V-.

DERIVATION. For *uindo-, see VINDOBALA. The second element does not correspond to any obvious Celtic root. Watson CPNS 32 alludes hopefully to Gaelic gar, garan 'thicket', and to the possibility that the place called Girvan (older Garvane) continues the ancient name. No element resembling -gara is attached to Vindo- in any of the numerous Continental names. The possibility then is that Ptolemy's form is corrupt in a further way. His Vindo- (from II, 3, I) is to be retained, but for a second element -mara (for -mora?: suitable for a coastal site) or -bara (for -vara) are possibilities, and there are others; however, errors of copying involving g and m (g and m), g  and b (g and b) are not common and not present elsewhere in Ptolemy's British section. In any case, since all the MSS have  .-gara (-gara), the error, if there is one, goes back to the archetype and perhaps to Ptolemy's source of information.

There is a possibility that Ravenna with its -cara could be right. If this is so, none of the purely Celtic *caro- roots documented by Ellis Evans in GPN 162-63 (much more common as the first element in compounds than as the second) seems to fit for sense, but it may be worth following up one — two? — root(s) additionally mentioned there, Indo-European *kar- 'hard', etc., Pokorny 531, and possibly pre-Indo-European *kar(r)- 'stone, rock', which may be related to it. There is now an ample bibliography on this theme, including, for example, Dauzat TF 81-90 on *car(a) in Gaul, and Nicolaisen in BZN, VIII (1957), 247-50, with very numerous water-names in Car- from modem Britain; see also the references in GPN. It is Dauzat's view that if this root was in origin non-Celtic, it ' a dû être adopte par le celtique commun ' (83) ; and if the word was as fully present in Gaulish as Dauzat implies, there is no reason why it should not have been present also in British. In some regions of the Continent this *car(a) appears as *gar(a), which might mean that both Ptolemy and Ravenna are correct in their spellings, at least of this element. Plainly a sense 'white rock, bright rock' would be straightforward for Vindogara or * Vindocara, and is precisely paralleled by Gaulish Caralba.

In view of textual uncertainties, there can be no confident assertion of any etymology, but that adduced in the preccding paragraph is the most attractive. See also *CALACUM.

IDENTIFICATIOn : An unlocated Roman fort or camp near Irvine Bay. Ayrshire.

* Vindogara Sinus : le golfe Irvine Bay; Écosse; Ayrshire.

* Rivet & Smith, p. 502

Sources : 

- Ptolémée, II,3,I : Ouindogara kolpos ( = Vindogara Sinus); variants Ouidogara ( = Vidogara), Ouidotara ( = Vidotara), Ouindocara ( = Vindochara).

Derivation : 

See Vindogara. None of the variants forf the present name is attractive in helping us to solve the problem, but they do not at least point to uncertanty about the second element. 

Identification : Irvine Bay, Ayrshire.

* Vindolanda : forteresse romaine du Mur d'Hadrien : Chesterholm; Angleterre; Northumberland.

http://www.cavazzi.com/roman-empire/tours/empire/vindolanda.html

* Vindomora : station britto-romaine : Ebchester; Angleterre; Durham.

* Vindonium (?) : station britto-romaine de Wheatsheaf Inn, en North-Waltham, Angleterre; Hampshire.

* Vindovala : forteresse romaine du Mur d'Hadrien : Rudchester; Angleterre; Northumberland.

* Vindunet : nom ancien de Besné, en Petite Bretagne, évêché-comté de Nantes, arrondissement de Saint-Nazaire, canton de Pontchâteau.

* Vinion (?) : nom de lieu de G. Bretagne, non identifié. Peut-être en Écosse.

* Rivet & Smith : 

VINION (?)

SOURCE

Ravenna 10912 (= R&C 282) : VINION

DERIVATION. The name might have any one of a number of roots *uin- *uen-, discussed for preceding names; superficially an association with Vinovia/ Vinovium seems attractive. But Ravenna's forms are hardly to be trusted to the point of warranting speculation in a case like this, especially as the uncorroborated form may be corrupt. Dillemann (p. 72) suggests it may represent Cape Vennicnion of Ptolemy II, 2, I, that is, part of the Irish coast misread by the Cosmographer from a map as though the name were that of a Scottish island. Equally, the name might represent, as do others in the two sections of island-names, a western Scottish river.

IDENTIFICATION. Unknown. Though it appears in the island list, it is not certain that this is an island, for reasons given above.

* Vinovia / Vinovium : station britto-romaine : Binchester; Angleterre; Durham.

* Viroconium : station britto-romaine : Wroxeter; Angleterre; Shropshire/ Salops.

* Virodunum : Verdun, en Lorraine, France.

* Virosidum : station britto-romaine : Brough by Bainbridge; Angleterre; Yorkshire.

* Virvedrum Prontarium / Orcas Promontarium / Vervbium Promontarium; cap de l'extrême nord de l'Écosse, dans le Caithness. Aujourd'hui le Duncansby Head.

   

Visemaretz : lieu-dit de la commune de La Calotterie (voir ce nom); propose pour Quentovic par E. Vanneufville, Anglo-Saxons et Frisons.

- J. Leroy, Montreuil, p 27, donne la forme Vis-en-Maretz. (JCE : probablement à la recherche de Wich ou de Vicus !)

Visseiche : commune de la Bretagne historique, en Pays de Rennes / Bro Roazhon; évêché de Rennes. Aujourd'hui dans la région économique dite 'de Bretagne', département d'Ille et Vilaine, arrondissement de Rennes; canton de La Guerche-de-Bretagne; sur la Seiche.

Vitré / Gwitreg : commun de Bretagne armoricaine, pays et évêché de Rennes. Aujourd'hui dans la région économique dite "de Bretagne", département d'Ille-et-Vilaine; chef lieu de canton; 

* Vividin (?)  nom de lieu non identifié de G. Bretagne. Selon Rivet & Smith : soit une rivière ou un lieu situé entre le Northumberland et le Kent.

* Rivet & Smith, p. 507 : 

- Ravenna 10836 : VIVIDIN.

Derivation : The name is taken literally by R&C and given a root in *biuo- (Welsh byw, Breton biu 'lively'; cognate with latin vivus); hence 'lively water'. There is then a possible analogue in Vibisco, AI 352,1 = Bibiscon. Ravenna 63,14 > Vevey (Switzerland). This seems too trusting textually; the fact that a name figures in Ravenna's river-list is no guarantee of its nature. Possibly the name represents Virvedrum (see previous entry), miscopied as *Virvidron > *Vividon > Vividin; or (less probabmy) a coatal name in -dunum.

Identification : Unknown, but apparently a river place between Northumberland and Kent.

* Volas Sinus : identifié comme îlot du nord de l'Écosse, à l'ouest de l'embouchure de la Naver; peut-être Loch Eriboll, en Sutherland.

* Rivet & Smith, p. 507 :

SOURCE

- Ptolemy II 3, 1 : Oualas kolpos ( = VOLAS SINUS), vars. Oualaos ( = VALSOS),Ouolaas( =  VOLSAS)

DERIVATION. None can be suggested. Ptolemy's name with -5 is strange in appearance, and the variants suggest a corrupt or doubtful archetype. Vol- howevecr may be right, as it is paralleled : *Volisama (Volesma 1195) > Voulême (Vienne, France), *Volodumm > Vollore (Puy-de-Dôme, France), Oualobriga ( = Volobriga, Ptolemy n, 6, 40) on the north-west coast of Spain. There is also Volisios, the name of two rulers of the Coritani on coins (Mack Nos. 463-65 and 466-68). The root of these names is not known.

IDENTIFICATION. An inlet in northern Scotland, west of the mouth of the Naver, and perhaps Loch Eriboll, Sutherland. See p. 132.

* Voliba (?) : fort romain non identifié dans l'ancienne cité des Dumnonii, dans le sud-ouest de la G.B, soit en Cornwall ou Devon.

* Rivet & Smith, p. 507-508 : 

Source

- Ptolemy II,3,13 : Ouoliba  ( = VOLIBA), a polis of the D(u)mnonii.

DERIVATION. None can be suggested; Vol- may well be right, but the ending is probably corrupt. For names in Vol-, see the previous entry. There is no Celtic suffix *-iba; perhaps British *-eua written -eva in Latin was mistakenly transcribed as -eba, -iba, before reaching Ptolemy, though this is erly for b/v confusions; the suffix might then be as in Calleva. The name has been thought to be modern Golden in Probus parish, Cornwall, but this is fanciful; see VCH Cornwall, Part V(1924), 35. The most authoritative discussion of Roman Cornwall, that by C. Thomas in C. Thomas (ed.), Rural Settlement in Roman Britain (1966), 74-98, has a mention of Voliba but none of a possible modern representative of the name.

IDENTIFICATION. An unlocated early Roman fort in Cornwall or Devon. Recent discoveries of an early legionary fortress at Exeter and of forts elsewhere show that the south-western peninsula was not, as previously supposed, exempt from military occupation so that, pace Thomas, there is no reason to suppose that Ptolemy here departed from his normal practice and named purely nativc settlements.

* Volitanio : nom de lieu cité par Ravenna, 10752. Voir nom de peuple Votadini.

* Voran : nom cité par Ravenna, 10813. Voir Varar, en Ecosse. (ci-dessus).

* Voreda : ancien fort romain à Old Penrith, en Plumpton Wall; Angleterre; Cumberland.

* Vorganium : station gallo-romaine, à l'extrémité ouest de la péninsule armoricaine, actuellement en pays de Léon, en Bretagne armoricaine.

* Vorgium : nom originel de Carhaix, capitale gallo-romaine des Ossismes. Ce nom a été pendant longtemps discuté concurremment à celui de *Vorganium, aujourd'hui Kerilien, en Plounéventer.

Vritz : commune de la Bretagne historique, en Pays et évêché de Nantes. Aujourd'hui dans la région économique dite 'des Pays de Loire', département de Loire Atlantique, arrondissement d'Ancenis; canton de Saint-Mars-la-Jaille; sur le Mandit, le Pont-Tryon, le Gué-Maupetit.

Vue : commune de la Bretagne historique, en Pays de Retz / Bro Raez; comté et évêché de Nantes. .

Aujourd'hui dans la région économique dite 'des Pays de la Loire', département de Loire Atlantique, arrondissement de Nantes; canton du Pellerin; sur le Tenu.

Retour en tête de page