Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux

Noms de personnes

TTTTTTT

pajenn bet digoret e 2001 page ouverte en 2001

lien non actif

Lien actif

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

dernière mise à jour 16.02.2006

Tacite (Marcus Claudius Tacitus) : né à Amiternum vers 200 après J-C; empereur romain pendant six mois, de ***  275 jusqu'à son assassinat le *** 276.

Tacite (Caius Cornelius Tacitus) : historien latin; né à Rome ou à Interamnis / Terni, en Ombrie,  vers 54-55 après J-C. 

Il est issu d'une famille équestre; fut d'abord avocat, puis consuls subrogé en 97.

Le lieu, la date exacte et les circonstances de la mort de Tacite ne sont pas connues; on pense qu'il est décédé vers 120 après J-C, ou vers 130/134

Il a laissé plusieurs oeuvres intéressantes et riches pour notre connaissance de son époque en général, et pour l'histoire de la conquête romaine de la (G)Bretagne en particulier :

- Annales, 

- Historia, Histoires, 

- De Vita Julii Agricola, La Vie d'Agricola, 

- Germania, De la Germanie,  

- Dialogus de Oratoribus, Dialogue des Orateurs.

*******

Tacite avait épousé en 78 la fille d'Agricola; nous n'avons malheureusement pas  le nom de cette épouse; nous ne savons pas non plus s'il y a eu une descendance, si ce n'est qu'indirectement par la prétention de l'empereur M. Claudius Tacitus (275-276) d'être le descendant de l'historien C. Cornelius Tacitus. 

Selon Dictionnaire Universel d'Histoire et de Géographie

Célèbre historien, né à Interamne en Ombrie, vers l'an 54 de J-C, fut d'abord avocat, entra dans la carrière des honneurs sous Vespasien, épousa, en 79, la fille d'Agricola, passa environ quatre ans dans un gouvernement de province (89-93), et fut consul subrogé en 97. On croit qu'il mourut octogénaire, vers l'an 130 ou 134. Il était intime de Pline le Jeune, et fut regardé comme le premier orateur de son temps. Tacite ne commença à écrire l'histoire que dans un âge assez avancé. Nous avons perdu une grande partie de ses ouvrages (un Panégyrique de Virginius, un Discours contre le proconsul Marius Priscus, et ses autres plaidoyers et ses poésies, etc ); mais nous possédons en partie ses Annales (livre 1-4, et le commencement du 5è), et en totalité la Vie d'Agricola, les Mœurs des Germains, plus un Dialogue sur les causes de la corruption de l'éloquence, dialogue qu'on attribue, mais à tort, à Quintillien. Les Histoires commencent à l'avènement de Galba et vont jusqu'à Nerva, les Annales allaient de la mort d'Auguste à celle de Néron. Tacite est universellement regardé comme le plus grand des historiens. Il est grave, profond, énergique, concis, sans manquer d'abondance: il peint ses portraits des plus vives couleurs; ses jugements sévères flétrissent le crime et la tyrannie; il est d'ailleurs exact, ami de la vérité, bien informé, n'écrivant que sur ce qu'il a vu ou ce que des contemporains lui ont raconté. Malgré ces mérites, Tacite a été violemment critiqué, surtout par Linguet. On lui a reproché quelque obscurité dans le style, et on l'a accusé de calomnier Tibère. La Ière édition de Tacite est de Venise, 1469; la meilleure sont celles de Londres, 1790, Edimbourg, 1790-8, de Leipsick, 1801 ... 

* Taezali / Taexali : tribu celtique de l'Ile de Bretagne. Leur territoire correspond aujourd'hui à peu près à l'Aberdeenshire. Ptolémée leur attribue * Devana.

  Famille Talec : "d'azur, à trois trèfles d'argent / e glazur, e deir melionenn en arc'hant"

Tailtiu : l'un nom noms irlandais de la Grande Déesse;

  Famille de Talhouët : "écartelé, aux 1 et 4 d'argent, à trois pommes de pin au naturel; aux 2 et 3 d'azur, à l'épée d'argent garnie d'or, la pointe en haut / palefarzhet, d'ar 1 ha 4 en arc'hant, e deir aval pin e gwirion; d'an 2 ha 3, e glazur, e gleze en arc'hant krogennek en aour, e beg ouzh kab"

  Famille de Talhouët de Keraveon : "losangé d'argent et de sable / talbennanek en arc'hant hag e sabel"

  Famille de Talhouët de Kerdren : "d'argent, à trois pommes de pin de gueules / en arc'hant, e deir aval pin e gul"

  Famille de Talhouët de Kerservant : "d'or, au chef de sable / en aour, e c'hab e sabel"

Taliesin : une page spécifique est en cours d'élaboration

  Famille Tallec : "fascé, ondé de six pièces d'or et d'azur / treustellet, kommek a c'hwec'h pezh en aour hag e glazur"

Tammonii : nom d'une famille importante de la tribu britto-romaine des Atrebates, et adoratrice du dieu Hercules Segomo. (cf. I.A Richmond; Roman Britain; p 78)

Taneth : moine dirigeant le monastère de Moruacum / Locminé, à l'époque des invasions normandes; contraint de fuir son monastère pour s'installer en Berry.

  Famille de Tanguy : "d'or, à trois pommes de pin de sinople; au chef de même / en aour, e deir aval-pin geotet; e c'hab ivez geotet"

 

Tanguy (Bernard) : historien breton.

Tanit : avatar de la déesse phénicienne Ashtart. Principale divinité féminine de Carthage. Déesse-mère, elle a été partiellement identifiée à Junon.

  Famille Tanneguy : "d'azur, au chevron d'or, accompagné en chef d'une étoile d'argent, et en pointe d'un croissant de même / e glazur, e c'hebr en aour, eilet ouzh kab gant (e)ur steredenn en arc'hant, hag ouzh beg gant (e)ur greskenn ivez en arc'hant"

  Famille de Tanouarn : "d'azur, à trois molettes d'or; à la bordure de même, chargée de huit tourteaux du champ / e glazur, e deir malvaen en aour; e bevenn ivez en aour, karget gant eizh torzhell e glazur"

Taran : Personnage des Romans arthuriens; fils de Pharien et frère d'Angis; fait chevalier par Lionel;

 

Taranis : dieu celtique, identifié à Jupiter;

Tarasius : patriarche de Constantinople, qui a présidé à l'ouverture du concile de Nicée II, le lundi 24 septembre 787. 

Tasciovanos : descendant de Cassivellaunos; roi des Catuvellauni. Passant outre les ordres et conventions de Jules César, Tasciovanos s'empare à nouveau du territoire des Trinobantes et de Camulodunum après avoir défait Dubnovellaunos, roi de ce peuple, vers 10 avant J.C.

Tectoverdi : peuple de l'Île de Bretagne, apparemment branche de la confédération des Brigantes; leur territoire semble correspondre aux environs de Chesterholm, Northumberland.

   

Tenenan (Saint) :

      Tennison (Alfred) : auteur et poète britannique. 

  Famille du Tertre de Kergournet : "de gueules, à trois croix recroisettées, au pied fiché d'argent / e gul, e deir groaz kroaziganek, o zreid sanket en arc'hant"

  Famille du Tertre de Kerman : "d'argent à la rencontre de cerf de gueules, accompagnée en chef de trois fleur de lys de même / en arc'hant e arbenn-karv e gul, eilet ouzh kab gant ter flourdilis ivez e gul"

  Famille du Tertre de Kernilien : "de gueules, au rencontre de bœuf d'argent / e gul, e arbenn-ejon en arc'hant"

  Famille du Tertre de Kervegan : "de gueules, au lambel d'argent / e gul, e drailhenn en arc'hant"

 

Tertulla : nom de la grand-mère de Vespasien, qui a élevé ce dernier à Cosa, en Toscane.

 

Teutatès :

 

Teutons : Alliés aux Cimbres, ils écrasèrent près d'Arausio / Orange, le 06 Octobre 105 avant J.C, les légions romaines de Servilius Coepio et de Manlius Maximus.

Thébaud : évêque de Cornouaille, en Petite Bretagne, de 1185 à 1192; il a succédé à Geoffroy, et a été suivi de Guillaume.

Thébaud (de Malestroit)  : évêque de Cornouaille, en Petite Bretagne, de 1383 à 1408; il a succédé à Geoffroy Le Marhec, et a été suivi de Gatien de Monceaux.

Thébaud Ier (de Pouencé) / Thibaud (de Pouancé) / Thiébaut (de Poissi)   : évêque de Dol, en Petite Bretagne, de 1280 à 1301; il a succédé à Jean Mahé, et a eu pour successeur Thébaud II de Moréac. 

Thébaud (de Rieux)  : évêque de Cornouaille, en Petite Bretagne, de 1472-1479; il a succédé à Jean de Lespervez, et a été suivi de Guy du Bouchet.

Thénénan (saint) : évêque de Léon, en Petite Bretagne. Il a succédé à saint Goulven, et a été lui-même suivi par saint Hourdon.

Theoderet :

Théodoric l'Amale : roi des Ostrogoths; allié de l'empereur romain Zénon

Théodose Ier :

Famille Thépault : "de gueules, à la croix alezée d'or, adextrée d'un macle de même / e gul, e groaz divouedet en aour, dehouiet gant (e)ur vailhenn ivez en aour"

Famille Thérézien : "d'azur, au chevron d'argent, accompagné de trois étoiles de même / e glazur, e c'hebr en arc'hant, eilet gant teir steredenn ivez en arc'hant"

Thibaut : évêque de Rennes, en Petite Bretagne, dans le 9ème siècle. Il a succédé à Nordoard, et a eu pour successeur Gaultier

Thierry Ier : fils de Clovis et de sa première épouse Amalaberge. Roi de Reims "Austrasie" de 511 à 534 puis roi de Thuringe de 531 à 534; il épousa en 1ére noce  Eustère 494-521 et en eut Théodebert 1er 504 (?:impossible...) +548  etc etc etc...........

(envoi électronique de PLJK738, le 26.12.2003)

Thinscus (Mars Thinscus) : épithète attribuée au dieu Mars, honoré à Borcovicium / Housesteads, par l'unité de Frisons, issus de la basse vallée du Rhin. Ce dieu y est associé aux divinités féminines : Alaisiagae.(cf. I.A Richmond; Roman Britain; p 206)

    Famille Thomas de Kertudio : "vairé de gueules et d'argent; au franc-canton d'or, chargé d'une croix de gueules / brizhet e gul hag en arc'hant; e c'hrenngonk en aour karget gant (e)ur groaz e gul"

Thomas (d'Anast) : évêque de Cornouaille, en Petite Bretagne, en 1322; décédé dans l'année. Il avait succédé à Alain Rivelen, et a eu pour successeur Bernard du Pouget.

   

Thomas d'Aquin (Saint) :

    Famille Thomé de Keridec : "de gueules, à un héron d'argent, sur un rocher de même / e gul, e herlegon en arc'hant, war (e)ur c'harreg ivez en arc'hant"

    Famille de Thomelin : "----------------------"

Famille de Thominec : "d'azur, à une croix d'argent, chargée de cinq pigeons d'azur, becqués et membrés de gueules / e glazur, e groaz en arc'hant, karget gant pemp pichon e glazur, pigoset ha krabanet e gul"

Thomelin, sr deTalvern, par. de Pluméliau, — de Kergren, par. de Plœren, —de Bellon, par. d’EIven, — du RoDgoèt.

Réf. et montres de 1448 à 1536, dites par., év. de Vannes.

Thraces

- des auxiliaires Thraces faisaient partie de l'armée d'assaut de Claude contre la Bretagne en 43 après J.C 

- unité(s) militaire(s) thrace(s) en G.B : 

 

Thuriau (Saint) :

Tibère (Tiberius Claudius Nero) : fils de Tiberius Claudius Nero et de Livia, Tibère est né au Mont Palatin, à Rome, le 16 novembre 0042 avant J-C;

 Il est adopté par son beau-père l'empereur Auguste en 0011 avant J-C, puis désigné pour lui succéder en 0013 après J-C; il prend alors le nom de Tiberius Iulius Caesar; Tibère est proclamé auguste / empereur le 19 août 0014 après J-C, à l'âge de 56 ans, juste après le décès d'Auguste; il prend alors le nom de Tiberius Claudius Nero Julius Caesar Augustus);

Tibère est mort à Misène le 16 mars 0037 après J-C.

Il avait épousé, par amour, en premières noces Vipsania, fille d'Agrippa, dont il est contraint de se séparer sur ordre d'Auguste pour épouser Julie, la propre fille de celui-ci.

 

Caius Junius Tiberianus 

cf. André Chastagnol : Les fastes de la préfecture de Rome au Bas-Empire. Nouvelles Editions Latines. 1962.

- C. Junius Tiberianus. 18 févr. 291 - 3 août 292

Cette préfecture, dont les dates précises nous sont fournies par le Chronographe de 354, ne nous est pas signalée par ailleurs. Les Fastes consulaires permettent toutefois d'esquisser le cursus du personnage. Il est en effet consul ordinaire, avec l'empereur Probus, en 281, et le témoignage des Fastes est corroboré par une inscription de Volturnum :

CIL X 3728. Imp. Pr[obo] Aug. IIII et Tiberiano con.i(ulibus).

Il exerce ensuite un second consulat ordinaire, cette fois avec Cassius Dion pour collègue, en 291, ce qui est conforme à la règle suivant laquelle le consulat bis et la préfecture urbaine sont traités à parité; cette année-là, effectivement, il cumule les deux fonctions. L'itération du consulat est notée spécialement dans les Fastes (11) ; elle est aussi mentionnée sur une inscription de la voie Appienne :

De Rossi, ICUR, I, n° 17, p. 23 = Diehl, ILCV, 2305.

 — Dep(osita) Kal. Apr. Tiberiano II et Dioni coss.

Une autre inscription chrétienne de Rome, relative également à ce consulat de 291, nous apprend en outre qu'il se prénomme Caius (12) :

De Rossi ICUR, I, n° 32, p. 32 = Diehl, ILCV, 4366 a = Silvagni, ICUR, n.s., III, 8718. 

Nata Dionysias Caio I[unio Tiberiano et] Cassio Dione coss.


Ce n'est certainement pas le même personnage, mais son fils qu'on rencontre comme préfet dans la Ville du 12 septembre 303 au 4 janvier 304 ; le Chronographe, donne bien à ce préfet le même nom qu'en 291, Junius Tiberianus, mais ne mentionne pas l'itération, et des découvertes récentes obligent à dissocier l'un de l'autre (voir notre n° 13).

Sa carrière s'établit donc de la façon suivante :

- consul ordinaire en 281; - consul ordinaire II en 291; - préfet de la Ville en 291-292.

E. Groag a pensé qu'il pouvait être identique au jeune homme clarissime qui fut honoré d'un monument à Vienne, en Norique, le 28 mai 249, alors qu'il était tribun militaire de la légion Xe Gemma Pia Fidelis Deciana, par le cornicularius et les beneficiarii de son officium :

CIL III 4558. — Fortunae conse[rv(atrici)] genioq(ue) hujus loci in honor(em)..... Jun[i] Tiberiani, c(larissimi) j(uvenis), tr(ibuni) mil(itum) leg(ionis) X O.P. [F.D]ec., Ti. Claudius Valentinu[s], corniculla[rius] ex voto [pos]ui[t].

Sur la face droite du même monument (cippe ou colonne) était gravé un autre texte, malheureusement illisible, où se devine seulement la mention : nom. bbf. (nomina beneficiariorum).

Il n'y a certes pas impossibilité à ce qu'un tribun militaire de 249 (13) soit ensuite préfet urbain en 291. Nous croyons toutefois que cette éventualité a peu de chances d'être retenue, car le premier consulat, en 281, serait alors exercé par notre homme à un âge vraiment trop avancé : à 52 ans environ. II est beaucoup plus vraisemblable que le tribun de 249 est le père du préfet.

Il nous reste à examiner, pour en finir avec Junius Tiberiunus, un texte de l'Histoire Auguste qui a suscité de multiples discussions. Il s'agit des premières phrases de la Vita Aureliani. Le biographe d'Aurélien, le pseudo-Flavius Vopiscus, y prétend que Junius Tiberianus était apparenté à Aurélien et que, pendant sa préfecture, il aurait incité l'auteur à écrire la vie de cet empereur, au cours d'une conversation qu'il lui aurait tenue dans son char préfectoral au moment de la fête des Hilaria. Le texte du passage doit être cité in extenso :

Hilaribus, quibus omnia festa et fieri debere scimus et dici, impletis solemnibus vehiculo suo me et judiciali carpento praef. urbis, vir inlustris ac praefata reverentia nominandus, Junius Tiberianus accepit. Ibi, cum animus a causis atque a negotiis publicis solutus ac liber vacaret, sermonem multum a Palatio usque ad hortos Varianos instituit et in eo praecipue île vita principum. Cumque ad templum Solis venissemus ab Aureliano principe consecratum, quod ipse non nihilum ex ejus origine sanguinem duceret, quaesivit a me, quis vilam ejus in litteras rettulisset... « Tu velim Aurelianum ita ut est, quatenus potes, in litteras mittas » (14).

Si l'on interprète ce passage littéralement, on ne peut que souscrire à l'opinion de Tillemont et Dessau, qui ont remarqué que, les Hilaria prenant place au 25 mars, l'épisode ne peut se rapporter qu'à la préfecture du premier Tiberianus, en 291-292 (15). Mommsen voulait bien l'appliquer à la préfecture du fils, en 304, mais en corrigeant le texte du Chronographe pour prolonger cette fonction jusqu'en juin au lieu de janvier (16), correction arbitraire qui nous paraît inadmissible. Le biographe prétend écrire d'autre part la Vita Aureliani alors qu'un empereur nommé Constantius est encore en vie (17); il ne peut s'agir ici que de Constance Chlore si l'on accorde foi à l'anecdote qui nous est contée sur la préfecture !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

(11) Chron. Min., I, p. 66 et III, p. 516.

(12) Voir aussi ICUR, I, n° 18, p. 25 = Diehl, ILCV, 4578 : Tiberiano et Diane conss. quintu Kal. Dec.

(13) C'est le dernier tribun militaire clarissime que nous connaissions. 

(14) Vita Aureliani, I, 1-8 (éd. Hohl, II, pp. 149-150).

(15) Tillemont, Hist. des empereurs, t. IV, p. 611; H. Dessau, dans Hermès, XXIV, 1889, pp. 344-345. Cf. E. Hohl, dans Klio, XI, 1911, p. 180.

(16) Mommsen, Gesamm. Schriften, t. VII, p. 329 : prid. non. Jan. corrigé en prid. non Jun.

(17) Vita Aureliani, 44, 5.

(T)iccianius : un personnage portant un nom ressemblant à celui-là semble avoir été gouverneur la de la province insulaire Britannia Inferior vers 237 après J-C.

Tiernvael (Tigernomaglus) : Evêque de Léon, au VIè siècle; successeur de saint Pol Aurélien, avec saint Jaoua.

Tillay (Ollivier de) : évêque de Léon, en Petite Bretagne, de 1432 à 1436. Il a succédé à Jean de Saint-Léon Validire, et a été suivi de Jean Prigent.

Tincommius :

Tinténiac (famille de) : Jean de Tinténiac était l'un des trente chevaliers bretons du parti de Charles de Blois au Combat des Trente

 

Tirechan : clérical du Connaught, en Irlande; proclame que St Patrick est le fondateur de toute l'Eglise d'Irlande.

Titus (Titus Flavius Vespasianus) : premier fils de l'empereur Vespasien et de l'impératrice Flavia Domitilla; Titus est né le 30 décembre 39, à *** ?

Togodumnos : prince des Catuvellauni; fils de Cunobelinos; frère d'Adminios et de Caratacos. Il est tué en 43 après J.C à la bataille de la Medway en combattant l'armée romaine d'Aulus Plautius.

En breton moderne, son nom serait proche de : Tozun, ou Touenn.

  Tone (Wolf) : Avocat révolutionnaire irlandais, qui fonde en 1791 la Société des Irlandais Unis "The United Irishmen". Il recherche l'alliance des ennemis de l'Angleterre, et en particulier celle de la France révolutionnaire. Après deux expéditions infructueuse des Français, Tone est capturé par les anglais, et se suicide en prison.

Tonnelier (Charles) (de Breteuil) : évêque de Rennes, en Petite Bretagne, de 1723 à 1732; . Il a succédé à Christophe Turpin de Crissé de Sansay, et a eu pour successeur Louis-Guy Guérapin de Vauréal.

  Michel Tonnerre : chanteur de "chansons de marins". Né à Quimperlé le 30 juin 1949, décédé à Lorient le 3 juillet 2012.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Tonnerre

Toranis :

Toucheboeuf-Beaumont des Junies (Jean-Antoine de) : évêque de Rennes, en Petite Bretagne, de 1759 à 1761; Il a succédé à Louis-Guy Guérapin de Vauréal, et a eu pour successeur Henri-Louis-rené des Nos.

 

Famille de la Touche de Kerbenet : "d'azur, à la bande d'argent, accompagnée de deux mains dextres de même / e glazur, e sourin en arc'hant, eilet gant daou dorn dehou ivez en arc'hant"

Touill (Yves) : évêque de Léon, en Petite Bretagne, de 1180 à 1186; il a succédé à Guy, et a été suivi de Jean.

 

Famille de Toulboudou : "d'or semé de feuilles de houx de sinople / en aour, hadet gant delioù kelenn  geodet"

 

Famille de Toulcouet : "d'or à la quintefeuille d'azur / en aour, e bempdiliaouenn e glazur"

 

Famille de Toupin : "vairé d'argent et de sable / brizhet en arc'hant hag e sabel"

Tour (François de la) : évêque de Cornouaille, en Petite Bretagne, de 1573 à 1582; Il a succédé à Etienne Boucher, et a eu pour successeur Charles du Licouët

 

Famille de Tournemine : "écartelé d'or et d'azur / palefarzhet en aour hag e glazur"

 

Toutatis / Toutates voir note chez I.A Richmond, Roman Britain; p 194 

* Toutovalos : nom d'homme celtique. * Teut- = peuple, tribu; + *Val-os = fort, puissant, valeureux. Désignation emphatique de "l'homme le plus valeureux / puissant / courageux de la tribu".

Trahaiarn :

 

Famille de Traounevez : "de gueules, semé de fleurs de lis d'argent / e gul, hadet a vlourdiliz en arc'hant"

 

Famille de Traourivily : "fascé d'argent et d'azur de six pièces; la première fasce chargée de cinq losanges de sable / treustellet en arc'hant hag e glazur a c'hwec'h pezh; an dreustell gentañ karget gant pemp talbennan e sabel"

 

Famille Traousulien : "d'or, à deux fasces de sable; au franc-canton de gueules, chargé d'une quintefeuille d'azur / en aour, e ziv dreustell e sabel; e c'hrenngonk e gul, karget gant (e)ur bempdiliaouenn e glazur"

 

Famille de Travecar : "d'azur, au léopard d'argent, accompagné de six coquilles d'or / e glazur, e leonparzh en arc'hant, eilet gant c'hwec'h kreguilhenn en aour"

 

Famille de Tréal : "de gueules, au croissant burelé d'argent et d'azur / e gul, e greskenn goudreustellet en arc'hant hag e glazur"

 

Famille de Tréauna : "d'argent, à un macle d'or / en arc'hant, (e)ur vailhenn e glazur "

Trebellius (Marcus Trebellius Maximus) : gouverneur de (G)Bretagne de 63 à 69; il a succédé à Petronius Turpilianus. Son passage en Bretagne est marqué également par la paix. En politique, il s'oppose à Galba, mais est désavoué par sa propre armée; puis il adhère au parti d'Othon contre celui de Vitellius, mais se trouve alors en violent désaccord avec Roscius Coelius, commandant de la Legio XX, et est obligé de se cacher et de s'enfuir. Il est remplacé au gouvernement de la Bretagne par Vettius Bolanus, de l'entourage de Vitellius.

 

Famille de Trébiguet : "d'argent, à deux fasces de sable / en arc'hant, e ziv dreustell e sabel"

 

Famille de Trébrivent : "d'argent, à trois fasces de gueules, au lambel d'azur / en arc'hant, e deir treustell e gul,  e drailhenn en arc'hant"

 

Famille de Trécesson : "de gueules à trois chevrons d'hermine / e gul, e zri kebr en erminig"

 

Famille de Trédazo : "de sable, au massacre de cerf d'or / e sabel, e bann-karv en aour"

 

Famille de Trédern : "échiqueté d'or et de gueules, au franc-canton burelé d'argent et de gueules / gwezboellek en aour hag e gul; e c'hrenngonk goudreustellet en arc'hant hag e gul "

 

Famille de Trégoazec : "d'argent à la croix pattée de gueules, chargée en cœur d'une coquille d'or / en arc'hant, e groaz pavek e gul, karget en he gondon gant (e)ur gregilhenn en aour"

 

Famille de Trégomar : "d'argent, à trois haches d'armes de sable en pal / en arc'hant, e deir kadvouc'hal e sabel"

 

Famille de Trégouet : "de gueules, à trois croissants d'or, une étoile de même en abîme / e gul, e deir kreskenn en aour, (e)ur steredenn ivez en aour en e c'hondon"

Tréguier / Landreger : capitale historique du Trégor. Siège de l'évêché du Trégor.

Comtes de Trégor :

Evêques de Tréguier : (les noms précédés d'un * ne sont pas historiquement authentifiés) : 

Tutgual / Tutwal / Tugudual, consacré à Paris vers 540; Ruélin / Ruilin; (vacance d'évêché jusqu'en 848); *Leothericus; *Félix ou *Garnobrius; Gorennananus, fin IXè (chassé par les Normands, sans doute vers 880); (vacance d'évêché de 90 ans due aux invasions normandes); Gratianus; *Constantinus, ou *Rethwalatrus, ou *Roaldus, ou *Dredeandus, vers 990; *Guillaume Ier, ou *Salomon, 1032; Martin, attesté 1047; Hugues, attesté 1086; Raoul Ier, attesté 1110 et 1134; Guillaume II, attesté 1137 et 1144; Hugues II, de 1144 à 1150 environ; Guillaume III, 1151 à 1174; Yves Ier Hougnon, 1175-1179; Geoffroi Ier Loïz, 1170-1221; Etienne, 1222-1240; Hamon, 1240-1255; *H... (?), 1255-1262; Alain Ier de Leshardrieu, 1262-1275; Alain II de Bruc, 1276-1296; Geoffroy II Tournemine, 1296-1317; Jean Ier Rigaud, 1317-1323;¨Pierre Ier de l'Isle, 1323-1327; Yves de Boisboissel, 1327-1330; Alain III Hélory, 1330-1338; Richard du Perrier, 1338-1353;    Robet Ier Paynel, 1353-1354; Hugues III de Montrelais, 1354-1357; Alain IV dit François Alain, 1357-1362; Yves III Begaignion, 1362-1371; Jean II Brun, 1371-1378; Thibaud de Malestroit, 1378-1383; Hugues IV de Keroulay, 1383-1384; Pierre II Morelli, 1385-1401; Yves IV Hirgouet, 1401-1403; Hugues V Le Stoquer, 1403-1404; Bernard (ou Bertrand) du Peyron, 1404-1408; Christophe Ier (ou Chrétien) de Hauterive, 1408-1417; Mathieu Roederc du Cosquer, 1417-1422; Jean III de Bruc, 1422-1430; Pierre III Piédru, 1430-1434; Raoul II Rolland, 1434-1441; Jean IV de Ploeuc, 1442-1453; Jean V de Coëtquis, 1453-1464; Christophe II du Chastel, 1466-1479; ( interrime administré par Raphaël Riaro, 1430-1483; Robert II Guidé, 1483-1502; Jean VI Calloët, 1502-1505; Antoine de Grignaux, 1505-1537; Louis de Bourbon, 1538-1542; Hippolyte d'Este, 1543-1548; Jean VII Jevénal des Ursins, 1548-1566; Claude de Kernevenoy, 1566-1572; Jean-Baptiste Ier Le Gras, 1572-1583; François Ier de la Tour, 1588-1587; Guillaume IV du Halgouët, 1587-1602; Georges Louet (évêque désigné, mort avant sa consécration); Adrien d'Amboise, 1604-1616; Pierre IV Cornulier, 1617-1619; Guy Champion de Cicé de la Chaise, 1620-1635; Noël Deslandes, 1635-1645; Balthazar Grangier, 1646-1679; François II Ignace de Baglion de Saillant, 1679-1686; Eustache Le Sénéchal de Carcado, 1686-1694; Olivier Jégou de Kervilio, 1694-1731; François III Hyacinthe de la Fruglaie de Kerver, 1731-1745; Charles Guy Le Borgne de Kermorvan, 1746-1761; Joseph Dominique de Cheylus, 1762-1766; Jean VIII Marc de Royère, 1767-1772; Jean IX Augustin de Frétat de Sarra, 1774-1775; Jean-Baptiste II Joseph de Lubersac, 1775-1780; Augustin René Louis Le Mintier, 1780-1801.

L'évêché de Tréguier a été supprimé par bulle pontificale du 29 novembre 1801.

Cette liste est tirée de l'ouvrage : Le Trégor historique et monumental, par Pierre BARBIER, Presses Bretonnes, Saint-Brieuc, 1960.

 

Famille de Tréléon : "d'argent, au griffon de sable / en arc'hant, e leonerer e sabel"

 

Famille de Trémaudan : "de gueules, à la levrette d'argent, accompagnée en pointe d'une molette de même / e gul, e gadgiez en arc'hant, eilet ouzh beg gant (e)ur valvaen ivez en arc'hant"

Trémaugon (Evrard de Trémigon) : évêque de Dol, en Petite Bretagne, de 1382 à 1386; il a succédé à Guy de Roye, et a eu pour successeur Guillaume de Brie.. 

Famille de Trémel : "écartelé; aux 1 et 4 d'azur au croissant d'or; aux 2 et 3, d'or à un arbre d'azur / palefarzhet; d'ar 1 ha d'ar 4 e glazur e greskenn en aour; d'an 2 ha 3, en aour e wezenn e glazur"

Tremel (Charles-Joseph-Marie) , né à Plouguiel / Priel le *** 1885, 

Jarl PRIEL est décédé à Marseille,  le 19 août 1965. Voir article à : TREMEL;

La revue Al Liamm lui a consacré un numéro spécial, en langue bretonne : N° 339; Aout 2003.

 

Famille de Trémeleuc : "de gueules, à trois croissants d'argent / e gul, e deir greskenn en arc'hant"

 

Famille de Trémen : "de gueules, à trois ancolies d'argent / e gul, e deir beskenn an Itron-Varia en arc'hant"

 

Famille de Trémenec : "fretté d'argent et de gueules; au franc canton d'azur bandé d'argent / plezhek en arc'hant hag e gul; e c'hrenngonk e glazur sourinet en arc'hant"

 

Famille de Trémereuc : "échiqueté d'argent et de gueules / gwezboellek en arc'hant hag e gul"

Tremerin : évêque supposé de Léon, en Petite Bretagne; successeur de Morguethen; il a lui-même eu pour successeur supposé Raglan.

 

Trémeur : fils de Conomor le Cruel et de Ste Triphyne; sa naissance ne put avoir lieu que grâce à l'intervention de St Gildas pour sauver Triphyne de l'assassinat tenté par Conomor.; le petit garçon fut alors appelé lui-même Gildas en hommage au saint, mais la tradition populaire lui a conservé le nom de Trémeur : Trechmorus = Trec'h Meur = Grande victoire.

Famille de Trémic : "d'argent, à la rose de gueules / en arc'hant, e rozenn e gul"

 

Famille de Trémignon : "d'argent, à trois écussons de gueules, chargé chacun de trois fusées d'or en fasce / en arc'hant, e dri skoed e gul, karget pep hini gant teir gwerzhidenn en aour"

 

Famille de Tréouret : "d'argent, au sanglier passant de sable / en arc'hant, e gouezoc'h tremenant e sabel"

 

Famille le Trépezec : "d'argent, au pin arraché de sinople, chargé de trois pommes d'or / en arc'hant, e binenn diframmet geotet, karget gant teir aval en aour"

 

Famille le Tresfily : "d'or à la roue de gueules / en aour, e rod e gul"

 

Famille le Trésiguidy : "d'or à 3 pommes de pin de gueules / en aour, e deir aval pin e gul"

 

Famille le Tresseol : "d'azur, à trois soleils d'or e glazur, e deir heol en aour"

 

Famille le Tréssiguion : "d'or à 3 pommes de pin de gueules / en aour, e deir aval pin e gul"

 

Famille le Treut : "d'argent, à trois merlettes de sable / en arc'hant, e deir moualc'hig e sabel"

 

Famille de Trevegat : "d'argent, à la bande de gueules, chargée de trois têtes de Maure de sable, tortillées d'argent / en arc'hant, e sourin e gul, karget gant teir penn Morian, e sabel, talwedek en arc'hant"

 

Famille de Trevelec : "d'azur, à trois croissants d'or, une fleur de lys en cœur / e glazur, e deir greskenn en aour, e flourdiliz en e c'hondon "

 

Famille de Tribara : "de sable, à un chevron d'or, accompagné de trois besants d'or / e sabel, e c'hebr en aour, eilet gant tri bezantenn ivez en aour"

Tricasses : tribu celtique de la Gaule belgique, entre les ***.

Capitale : *** (Troyes)

Personnages connus :

Etymologie : Plin (IV,18) Tricasses;

Trinobantes / Trinovantes : peuple celte de la vague belge en Ile de Bretagne. Il a pour capitale Camulodunum Colchester.

Triscan : évêque de Rennes, en Petite Bretagne, dans le 9 / 10ème siècle. Il a succédé à Guérin, et a eu pour successeur Main.

 

Famille de Tristan : "de gueules, à la bande d'or / e gul, e sourin en aour"

Tristan

 

 

Famille de Trobriant : "d'argent, au sautoir de gueules / en arc'hant, e lammel e gul "

 

Famille de Trogoff : "d'argent à trois fasces de gueules / en arc'hant, e deir dreustell e gul"

 

Famille de Tromelin : "d'argent à deux fasces de sable / en arc'hant, e div dreustell e sabel"

   

Tryphine / Trifine (Sainte) : fille de Warok, comte du Bro-Warok; fut donnée en mariage à Conomor le Cruel. Celui-ci ayant tenté de l'éliminer dès qu'il eut appris qu'elle était enceinte, Triphine fut sauvée par St Gildas. Elle donna naissance à un garçon, qui fut appelé Gildas, en hommage au saint, mais que la tradition populaire appela Trémeur = Trec'h Meur : grande victoire.

 

Tûatha Dé Dânann : nom donné à une vague celtique en Irlande, par Nennius et le Livre des Conquêtes.

Le nom signifie : Le peuple de la Déesse Dana.

Le texte mythique Cath Mag Tured / La Bataille de Mag Tured les place à l'origine dans "les îles au nord du Monde, où ils apprennent la science et la magie, le druidisme, la sagesse et l'art".

Quatre de leurs villes sont nommés : Falias, Gorias, Murias, Findias.(voir ces noms)

Essai de localisation, selon JC Even, selon état des observations et discussions, au 11 mars 2002 : 

Le nom de la tribu étant issu de celui de la déesse Dana, qui est l'équivalente, puisque la même, que Brigantia et Etain, et que l'un des rois mythiques est nommé Eochaid < *ivo-katu-s = celui dont le symbole au combat est l'If, l'arbre sacré de la Déesse mère, l'arbre toujours vert, on peut, en toute logique, situé l'épicentre de la Tuatha Dè Danann dans la cité des Brigantes et tribus situées en lisières de celles-ci, en Ile de Bretagne. Il y a lieu en effet de souligner que le nom de la capitale de la cité britto-romaine des Brigantes est Eburacum > York, nom basé sur le radical *ebor- = if. 

Tuath Sen-Cheneoil : tribu de vieille race : une tribu celtique d'Irlande.

Tuath Sen-Erann : tribu des anciens Hiberniens (cf. Rivet & Smith, p 259)

  Tuder : saint (?) breton non identifié, éponyme de Tréduder, en Trégor. Bernard Tanguy évoque à son propos, à simple titre d'indication, le saint gallois Tudyr, honoré à Darowen, en Montgomeryshire et à Mynydd Islwyn, en Monmouthshire.

 

Tudon (Tugdonius) : père de Saint Gouesnou, Majan, et Tudonia; éponyme de Loc-Tudon, en Plouider (Loctunou, Lothunou ...)

 

Tudonia (Tugdonia) : fille de Tudon; sœur de Saint Gouesnou et de Majan;

 

Tudgwal (Saint) : voir Tugdual.

  Tudy (Saint) :

  Tudyr : saint gallois, honoré à Darowen, en Montgomeryshire et à Mynydd Islwyn, en Monmouthshire. (cf B. Tanguy. Tréduder)

Turones : nom d'une tribu gauloise ligérienne, qui a donné son nom à la ville de Tours et à la Touraine.

Turpilianus (Petronius Turpilianus) : gouverneur de Bretagne de 61 à 63 après J-C; il a succédé à Suetonius Paulinus; il est chargé d'y rétablir la paix de façon diplomatique après la tragédie de 60-61. Son passage au gouvernement est marqué par un épisode de paix. Il est remplacé en 63 par Trebellius Maximus.

Turpin de Crissé de Sansay (Christophe) : évêque de Rennes, en Petite Bretagne, de 1711 à 1723, date à laquelle il a été transféré à nantes. 

A Rennes, il avait succédé à Jean-Baptiste de Beaumanoir de Lavardin, et a eu pour successeur Charles le tonnelier (de Breteuil).

A Nantes, il a succédé à ***, et a eu pour successeur ***.

Tutela : Statue de marbre à Calleva / Silchester. (cf. I.A Richmond; Roman Britain; p 88)

Tybion : fils aîné de Cunedda; il est décédé avant l'expédition du clan des Votadini vers le Gwynedd vers 425/430; l'héritage de Tybion st passé à son fils Meriaun, ou Meirion, qui a donné son nom au Meirionydd.

(Les fils de Cunedda : Tybion, Osmael, Rumanus, Dunawd, Ceredig, Aflog, Einion Girth, Dogfael, Edern)

Retour en tête de page