Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

Bro-Wened

Pays de Vannes

Gwened

Vannes

  Bains-sur-Oust

*Baen-Ballon / *Baen-an-Oud

 

pajenn bet digoret e 2003 page ouverte en 2003

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour 25/03/2017 11:02:46

Définition : commune de la Bretagne historique, en Bro-Wened, évêché de Vannes.

Aujourd'hui dans la région économique dite 'de Bretagne', département d'Ille et Vilaine; arrondissement et canton de Redon; sur l'Oust, l'Aff, et le canal de Nantes à Brest.

Superficie : 4463 ha.

Population : 3000 'communiants' vers 1780;  3515 hab. en 1863; 2649 hab. en 1881; 2100 hab. en 1970; 2610 hab. en 1982; 3021 hab. en 1999; 

Blason :

* Éditions Flohic (2000) : "les hermines représentent la Bretagne, les deux haches d'armes rappellent la victoire de Nominoé sur les Francs en 845, et les trois étoiles évoquent le culte marial qui a fait de la grotte de Bains un lieu de pèlerinage très populaire".

* Froger & Pressensé (2008) : "de gueules à un pal d'hermine accosté de deux haches d'arme d'or adossées; au chef cousu d'azur à trois étoiles d'argent". Concepteur : Jean Compadre

-------

* JC Even : "en gwad e beul en erminig hebiaet gant daou c'hadvouc'hal en aour kein ouzh kein; e c'hab gwriet en glazur karget gant teir steredenn en aour"

Paroisse : église sous le vocable de Saint Jean Baptiste.

Histoire :

- 833 :  la paroisse est donnée à l'abbaye Saint-Sauveur de Redon.

-834 : (cf Ed. Flohic) : "Vers 834 l'empereur Louis le débonnaire donne à saint Conwoion le territoire entier de la paroisse de Bains, qui se trouve ainsi sous la domination de l'abbaye de Redon".

- 845 : la Bataille de Ballon

* cf Ogée (1780) : "On voyait jadis, dans le territoire de bains, sur les bords de la rivière Oust, le monastère de Ballon, dont il ne reste plus aucun vestige. L'histoire en fait mention, à l'occasion de la bataille qui s'y donna, en 845, entre l'armée de Charles-le-Chauve, roi de France, et Nominoé, souverain de Bretagne. L'armée du roi, composée de français et de saxons, était mêlée de cavalerie et d'infanterie; celle du prince breton était presque toute de cavalerie bien montée. les armes de ces chevaliers ne consistaient alors que dans un pot de fer, une cotte de mailles, un bouclier et des javelots. Les français, outre ces dernières, portaient encore des demi-piques de six pieds de longueur, et des épées fort courtes, mais larges et sans pointe. La bataille dura près de deux jours, et ne tourna pas à l'avantage des Français, qui furent entièrement défaits. Le roi se sauva pendant la nuit, et se réfugia au Mans, pour éviter de tomber entre les mains de Nominoé, avec lequel il fit ensuite la paix". 

*********

Pour l'identification du lieu de la bataille de Ballon : voir controverse chez Marteville et Varin qui proposent plutôt Ballon, dans le Maine, à 6 lieues ( env. 24 km) du Mans.

*********

 

 

Dénonciation d'un mensonge : 

Je tiens en effet à dénoncer ici, publiquement, une manipulation mystico-politique. 

En effet, en parcourant le petit paragraphe consacré par les Éditions Flohic à une croix érigée en 1952 sur le site (supposé) de la bataille qui aurait vu la victoire de Nominé sur Charles-le-Chauve, j'ai lu ceci :

" Cette croix celtique se dresse sur un monticule de terre érigé sur l'emplacement où Nominé, comte de Vannes, a vaincu les armées de l'envahisseur franc Charles le Chauve, roi de France, en 845. Cette victoire assure l'indépendance de la Bretagne dans les limites actuelles de son territoire, y compris la Loire-Atlantique. Le tumulus est inauguré le 29 juin 1952, à la lueur des torches et de la lune, en présence de druides, bardes et ovates".

Ce texte contient plusieurs contre-vérités historiques faciles à démontrer et à démonter : 

- Francs et Bretons étaient liés par des raisons et des intérêts politiques communs depuis l'époque de Clovis et d'Arthur, et que même s'il pouvait y avoir dissensions entre les deux parties, aucune des deux  n'avait toute la vérité pour elle, et Charles le Chauve, en tant que successeur de Charlemagne, ce dernier étant reconnu en sa qualité de césar ( = vice empereur) par le pouvoir impérial de Constantinople et par le Pape, ne pouvait donc être qualifié d'envahisseur, puisque les Bretons reconnaissaient le césariat de Charlemagne et donc de ses héritiers.

- Les Bretons d'Armorique étaient chrétiens depuis l'époque de Maxime (383-388), et le druidisme était hors sujet à l'époque de Nominoë et Charles le Chauve. Les druides, bardes et ovates n'ont donc strictement rien à voir avec l'épopée nominéenne.

i

1912

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Voie romaine Rieux - Rennes  
Le bourg Ar bourg
Église Saint Jean Baptiste Iliz Sant yann Badezour
Chapelle Saint Marcellin (reconstruite après 1945)  
Chapelle Saint Méen  
Chapelle Saint Michel de la Giraudaye (XVè; XVIIè)  
Chapelle Saint Laurent (XVè; XVIè)  
Sources thermales  
Fontaine blanche Feunteun wenn
Château des Chambots (XVè, XVIIè XIXè)  
Château de la Giraudaye (XVIè)  
Château de la Ferrière (1771; XXè)  
Château de Trécouet (XIXè)  
Château de la Rouardaye  
Manoir de la Morinaye  
Statue de Nominoé Delwenn Nevenoe
Croix de la Bataille Kroaz an Emgann
Grotte de Lourdes (1902)  
Moulin à vent des Couëdies (ruines)  

Étymologie

- Marteville et Varin (continuateurs d'Ogée) : "aquae Rothonae, sub invocatione sansti Joannis-Baptistae"

- Éditions Flohic (2000) : " ... en 834 l'église de cette paroisse est déjà appelée "antiqua ecclésia Bain".

"du breton baen, "bain", la lettre S étant ajoutée à l'époque moderne".

"La paroisse est désignée comme "ecclesia de Balneo" en 1238, puis "aquae Rothone". Elle comprend alors les territoires de Bains, Redon, Sainte-Marie et Cournon, soit plus de 9500 hectares, et peut-être celui de Glénac".  

- Hervé Abalain (2000) : "Bain en 834; Baiocum en 1092 < balneum, "bain"; le nom est au singulier en 834".

Personnes connues Tud brudet

Nominoë

Nevenoe

Thomas CHASSEREAUX

général de brigade et baron d'empire

Bains, 1763 / Paris, 1840

 
Louis LEVÊQUE

général de division, comte d'Empire, pair de France sous la Restauration

 

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Communes du canton de Redon Kumunioù kanton redon
Bains sur Oust  
La Chapelle de Brain    
Langon    
Redon    
Renac    
Sainte Marie    

Communes limitrophes de Bains-sur-Oust Parrezioù tro war dro Baen-Ballon
La Gacilly     Renac Sainte-Marie Redon

Sources; Bibliographie :

* Ogée : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780;

* MM. A. Marteville et P. Varin, continuateurs et correcteurs d'Ogée, 1843.

* M.N Bouillet : Dictionnaire universel d'histoire et de géographie. L. Hachette et Cie. Paris. 1863.

* Éditions Albin-Michel : Dictionnaire Meyrat. Dictionnaire national des communes de France. 1970.

* Éditions Flohic : Le patrimoine des communes du Morbihan; 1996 

* Hervé Abalain : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000

* Daniel DELATTRE : L'Ille et Vilaine. Les 352 communes. Éditions Delattre. 2004. 

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes des Côtes d'Armor et Ille et Vilaine. 2008.

Liens électroniques des autres sites traitant de Bains-sur-Oust / Baen-Ballon  : 

* lien communal officiel :  

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* pour le blason de Bains sur Oust : composition JC Even sur logiciel Genhéral5.

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Information sur blocage de compte sur Wikipédia

L'information des recherches et découvertes archéologique concernant Saint-Symphorien et Bréssillien, de Paule, permettant d'étayer sérieusement la revendication de Brocéliande historique a été systématiquement rendue impossible sur la page de Wikipedia consacrée à Brocéliande, par des experts en lutinologie, fées et korrigans  . Toute information systématiquement effacée; compte bloqué.

Compte tenu de cela, il est conseillé au lecteur de se reporter aussi à la page

Brocéliande historique.

Jean-Claude EVEN / Marikavel.org

 

Retour en tête de page