Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

retour à la page d'accueil : Bretagne

en dro d'ar bajenn digermer : Breizh

Le département breton de Loire-Atlantique

Bro Naoned

pajenn bet digoret ar 25 Ebrel 2005 page ouverte le 25 avril 2005

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour 24/10/2015 11:05:30

Avertissement. 

Cette page a été ouverte le 25 avril 2005, et sera complétée au fur et à mesure de l'arrivée de nouveaux documents. 

Nous vous invitons à venir la visiter régulièrement, afin de vous tenir au courant de son évolution. 

Voir aussi l'information qui sera donnée dans notre page : Nouveautés du site Marikavel

Nous vous autorisons à vous en servir dans le cadre de la défense de la vérité historique contre quiconque serait tenté de la nier.

Jean-Claude EVEN

  Je soussigné Jean-Claude EVEN, 

Certifie et atteste que la teneur des documents ci-dessous est authentique et vérifiée par mes soins. 

L'origine de ces documents est fournie, et donc vérifiable par n'importe qui et à n'importe quel moment.

Toute falsification à ces documents, en utilisant mon nom et mon site Internet, constitueraient donc des faux, et s'exposeraient donc systématiquement à des poursuites judiciaires.

J'autorise expressément toute personne qui ferait l'objet de discrimination ou de contestation sur l'appartenance historique de la Loire Atlantique à la Bretagne historique, ayant pour conséquence de nuire à ses droits éventuels, et venant de la part de n'importe quelle autorité politique, administrative, éducative, commerciale, culturelle, cultuelle, ou autre, à se servir de cette page pour arguments formels, sous réserve de ne pas en modifier l'authenticité.

signé : Jean-Claude EVEN, 

né le 18 février 1947, à La Roche-Derrien, en Bretagne.

M l' Abbé RAIL : DE LA REUNION DE LA BRETAGNE A LA FRANCE Où l'on trouve des Anecdotes sur la Princesse Anne fille de François II dernier Duc de Bretagne Femme des Rois Charles VIII & Louis XII.  tome premier. M DCC LXIV (1764)

http://books.google.com/books?id=W8XSMMv-QXQC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

dont extrait (avec corrections typographiques) :

"Par ses forces de terre & par sa politique elle était l'écueil de l'usurpation & de la tyrannie Environnée de toutes parts de l'Océan excepté vers l'Orient où elle confine avec l'Anjou le Maine, la Normandie & le Poitou. Elle n'eut de vives inquiétudes du côté de la France que sous le règne de Louis XI Prince d'un caractère encore plus singulier que ne l'était sa politique "

- Ogée : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, dédié à la Nation bretonne. vers 1780. suivi et corrigé par Marteville et Varin 1844, 

- Discours préliminaire, page 5 et début page 6 : 

"  La Bretagne est une province du royaume de France, avec titre de duché. Elle s'étend depuis les 3 degrés 15 minutes, jusqu'aux 7 degrés 30 minutes de longitude (2), depuis Ingrande jusqu'à l'extrémité de l'île d'Ouessant. Sa longueur, de l'est à l'ouest, est de 76 lieues et demie.
   Sa latitude commence à la pointe méridionale de l'île de Bouin, au village nommé le Poix, par les 46 degrés 55 minutes (3), et s'étend jusqu'à la partie septentrionale des Sept-Iles, aux 48 degrés 52 minutes (4).
   Sa plus grande largeur, du nord au sud, est de 43 lieues et demie, depuis la pointe de l'île de Bouin jusqu'à la pointe du Grouin de Cancale : sa plus petite largeur, qui est depuis la pointe du Bec du Ratz jusqu'au port d'Argenton, est de 12 lieues et demie. La lieue de 2,400 toises.
   Cette province est bornée par la mer, au nord, à l'ouest et au sud, dans un espace de 135 lieues, et forme une presqu'île. Elle est aussi bornée au nord par la Normandie; à l'est par le Maine et par l'Anjou ; et au sud par le Poitou et l'Anjou (5) : elle est séparée de cette dernière province par la Loire. Dans une longueur de 7 lieues, tout le cours de cette rivière dépend de la Bretagne.
   Le périmètre de la Bretagne est de 200 lieues, et la superficie de 1,609 lieues carrées, sans y comprendre les îles habitées; ce qui fait un total de sept millions deux cent quarante mille cinq cents journaux (6).. ................... 7,240,500 journ.
(le journal de 80 cordes carrées , et la corde de 24 pieds) ; ou , si l'on veut, six millions huit-cent-quatre-vingt-seize mille sept cent arpens, de cent perches carrées (la perche de 22 pieds de roi) .............................6,893,721 arp.

--------------

notes de renvois et de commentaires de Marteville et Varin : 

(1) Ogée a cru, avec raison, devoir donner quelques explications sur la marche adoptée par lui dans tout cet ouvrage. Nous l'imiterons, en faisant précéder le travail qui nous sera propre d'observations explicatives.
(2) Jusqu'à 7 degrés 22 minutes 30 secondes. (A. M.)
(3) L'ancienne limite, entre le village du Legé et la Vendée, devait être plus méridionale de 2 m. environ. Il faut, du reste, noter que l'île de Bouin est actuellement dans le département de la Vendée." (A. M.)
(h) Les Sept-Iles sont, en effet, h 48 , 52, 46; mais les Héaux de Bréhat, où un phare a été récemment établi, sont à 48, 54, 37. (A. M.)
(5) Les limites actuelles, du côte de la terre ferme, sont, en allant du nord au sud, les départemens de la Manche, de la Mayenne, de Maine-et-Loire et de la Vendée. (A. M.)
(6) II était impossible pour Ogée de donner cette superficie d'une manière exacte ; maintenant que le cadastre a pu évaluer toute la surface des cinq départemens qui répondent à peu de chose près à l'ancienne Bretagne, il importe de rectifier ce chiffre. La superficie réelle est de 3,388,843 hectares 60 ares. Or, l'ancienne lieue carrée (de 2,400 toises) répond à 2,188 h. 08 a. 87 c. : donc la Bretagne avait en surface 1,549 lieues carrées, et Ogée fait ici erreur de 70 lieues carrées (ancienne mesure).
Par suite, le nombre de journaux qui répond à celte superficie est de 6.970,061, et non de 7,240,500. (A. 31.)

L'article consacré à Nantes, l'un des plus importants de l'ouvrage, est publié au tome II, de la page 81 à la page 239, le dernier alinéa étant daté de : Nantes, le 25 mai 1844.

Pour extrait provisoire, à titre d'exemple : 

- page 214 : "Les Jésuites ont long-temps exercé la place de professeur royal d'hydrographie et de mathématiques à Nantes. Lors de la dissolution de cette compagnie, le bureau de la ville nomma, le 5 août 1762, M. Rousseau, professeur de physique dans la congrégation de l'Oratoire, pour remplir cette fonction. M. le duc de Penthièvre, amiral de France, en vertu des droits de sa place, y nomma M. Lyons, ce qui occasionna un procès le 22 mai 1776. Le Parlement de Bretagne rendit pour lors un arrêt qui fait défense à toutes personnes d'exercer la place de professeur d'hydrographie et de mathématiques au port de Nantes, sans être pourvues par l'amiral de France, et M. Lyons fut maintenu dans la possession de son emploi". 

P. Ponthieu : Banquet républicain. Procès verbal du banquet annuel des cinq départements de la Bretagne, année 1827 :

Synoptique :

Réunion bacchique des "bleus de Bretagne" de Paris. Au menu : "la ruine des préjugés qui arrêtent encore le paisible et majestueux développement des bienfaits de la révolution (à noter l'emploi sans majuscule), "la propagation des lumières dans nos campagnes".

A la table d'honneur : Kératry, Gohier, Saint-Aignan, Lanjuinais, A. Duval, Elleviou, Duchaffaut "ancien général vendéen" ...

Guépin porte un toast "à l'industrie, au commerce, soutien de nos libertés", Lucas "au courage civil, à La Chalotais, à Lanjuinais, à Kervélégan", Kératry "à l'Union bretonne et aux cinq départements".

-----------

Synoptique établi par Jean-Louis Pressensé, catalogue 48, Décembre 2013, p. 18, colonne 2, in fine.

- M.N Bouillet : Dictionnaire universel d'Histoire et de Géographie. Librairie L. Hachette et Cie. Paris. 1863.

- page 1057  : LOIRE-INFERIEURE (dép. de la), un de nos dép. maritimes, au S. du dép. d'Ille-et-Vilaine, au N. de celui de la Vendée : 7063 kil. carrés; 470 768 hab. Ch.-l., Nantes. Il est formé de la partie méridionale de la Bretagne. Beaucoup de collines peu hautes; lac de Grand-Lieu. Fer, antimoine, houille, marbre, aimant, quartz vitreux, kaolin, tourbe, etc. Marais salants. Sarrazin et autres grains, lin, fruits à cidre, légumes, vin. Gros et menu bétail. Usines à fer et à cuivre; fonderies, outils de fer, fonte, acier; câbles et chaînes en fer; canons; tissus de fil, coton de toutes espèces; bonneterie, chapellerie; eau-de-vie, produits chimiques, verreries; chantiers de construction, etc. Pêche, armement pour Terre-Neuve, etc; très grand commerce maritime (avec l'Amérique, l'Afrique et l'Inde). - Ce dép. a 5 arr. (Nantes, Savenay, Paimboeuf, Ancenis, Chateaubriant), 45 cantons, 207 communes; il appartient à la 15è division militaire, dépend de la cour imp. de Rennes, et a un évêché à Nantes.

*****

- page 1248 : NANTES, Condivicnum ou Namnetes, ch.-l. du dép. de la Loire-Infér., à 55 kil. de la mer, sur la droite de la Loire, au confluent de ce fleuve avec la Sèvre nantaise et l'Erdre , à 370 kil. S. 0. de Paris ; 96,362 hab. Évêché. Les petits vaisseaux y remontent la Loire; les autres s'arrêtent à Paimboeuf. Les vieux quartiers de Nantes sont laids et sales, mais le reste est élégant et régulier (quartier Graslin, île Feydeau, faubourg de la Fosse); belles places, beaux quais ; cathédrale, bourse, Grand Théâtre , halle neuve, préfecture, hôtel de ville, hôtel des monnaies, palais épiscopal ; les Salorges, restes du palais des ducs de Bretagne, Tribunal de 1ère inst.et de comm.; lycée, école préparatoire aux facultés, école sec. de méd. ;éc. de commerce, de dessin; beau musée d'antiquités, cabinet d'histoire naturelle, jardin botanique, bibliothèque, observatoire. Société d'horticulture. Banque. Entrepôt de sel. Tissus dits de Nantes, cotons, toiles peintes, flanelle, etc.; chapeaux , bonneterie, coutellerie, faïences, mécaniques, outils aratoires; fonderies en fer et cuivre, verreries, raffineries de sucre, distilleries, tanneries, clouteries, corroieries, etc. Construction de vaisseaux marchands et de corvettes. Très grand commerce maritime : denrées coloniales : grains , biscuits, farine, laines, cuirs, meubles, livres. etc. On y fit longtemps la traite des noirs. Chem. de fer. — Nantes fut une des principales villes armoricaines. Les Normands la brûlèrent en 834, 853, 871, et en 959. Henri IV y rendit le célèbre édit de Nantes, qui accordait aux Protestants et la tolérance et des places de sureté (1598); Louis XIV, voulant rétablir l'unité de la religion, révoqua cet édit en 1685, au risque de priver la France d'un grand nombre de fam. industrieuses. L'armée vendéenne, en juin 1793, marcha sur Nantes, mais ne put la prendre. Nantes souffrit beaucoup pendant la révolution : Carrier surtout y commit des horreurs (les noyades, les mariages républicains, etc. ). La reine Anne de Bretagne, l'architecte Boffrand, le savant Lacroze, etc., étaient de Nantes; Fouché était né près de là.—L'arr. de Nantes a 17 c. (Aigrefeuille, Bouage, Carquefou, Clisson, Chapelle, Légé, Loroux, Machecoul, Saint-Philbert, Vallet, Vertou, Nantes, qui fait 6), 66 comm. et 2l6,418h.

*****

- page 1497 : RETZ, Ratiatensis pagus, anc. petit pays de la Bretagne mérid., auj. dans le dép. de la Loire-Inférieure, au S.O., avait pour ch.-l. Machecoul, et pour autres villes Rézé, Pornic et Paimboeuf. - Ce pays fit partie de l'Aquitaine, puis du Poitou, appartint à la maison de Laval, et fut érigé, en 1581, en duché-pairie, en faveur de la maison de Gondi, qui l'avait jusque-là possédé à titre de baronnie, puis de comté; il passa en 1676 dans la maison de Villeroy. 

*****

- E. Cortamber : Petit cours de géographie moderne. Ouvrage autorisé par le Conseil de l'enseignement public et adopté pour les écoles communales de la ville de Paris. Librairie Hachette et Cie. Paris. 1870. 

Documents en préparation.

- page 147 : La BRETAGNE a formé cinq départements : Ille-et-Vilaine, chef-lieu Rennes; - les Côtes-du-Nord, chef-lieu Saint-Brieuc; - le Finisterre, chef-lieu Quimper; - le Morbihan, chef-lieu Vannes; - la Loire-Inférieure, chef-lieu Nantes.

*****

manquent les pages 145 et146

pages suivantes en préparation

* Christophe Belser : Loire Atlantique. La Loire Inférieure au XIXè siècle. Adolphe-Laurent Joanne. Éditions C.M.C.  09.2000.

Il s'agit d'un ouvrage traitant de la publication d'Adolphe Johanne : Dictionnaire des communes de France. 1864/1881.

- page 11 : 

"Formation. Le département de la Loire-Inférieure doit son nom à sa situation sur le cours inférieur de la Loire, fleuve qui se jette dans l'océan atlantique à Saint-Nazaire. 

Il a été formé, en 1790, d'une portion de la Bretagne, l'une des provinces qui constituaient alors la France, et, sur la rive gauche, du Pays de Retz, autrefois écrit Rais. Ce n'est pas seulement par son histoire que la Loire-Inférieure est une terre bretonne, elle l'est aussi par la nature de ses roches granitiques et schisteuses, par ses productions, par l'origine et les mœurs des habitants de ses campagnes; mais elle ne l'est pas par le langage".

* E. Levasseur : Notions préliminaires et Géographie élémentaire de la France physique et de la Terre-Sainte. Ch. Delagrave et Cie, Paris. 1873
 

- A. Robida : La vieille France. La Bretagne.1890. documents en préparation.

Nantes y est décrite au chapitre XXIX, de la page 302 à la page 311.

- Gustave Geffroy : La Bretagne. Librairie Hachette. Paris. 1905

- page 277 : "Clisson, où je vais un autre jour, à l'extrémité de la Bretagne qui pénètre dans la Vendée et le Maine, Clisson est célèbre, non seulement par le souvenir du connétable, le séjour d'Héloïse, le tournois organisé par François II dans la prairie des Guerriers, en l'honneur de Marguerite de Foix, sa seconde femme, mais encore par de tragiques épisodes des guerres de la Chouannerie". 

- autres pages en préparation, dont celles consacrées à Nantes, de la page 269 à 277.

 

- Camille Le Mercier d'Erm : L'étrange aventure de l'armée de Bretagne. 1870. Presses Universitaires de Bretagne. Saint-Brieuc.1935. Réédition 1970.

Planche hors texte placé entre les pages 40 et 41 : fac-similé de l'ordre du Ministre de la Guerre confirmant la mission du général de Keratry, daté du 28 octobre 1870 :

Le Ministre de l'Intérieur et de la Guerre,

a l'honneur d'informer M. de Kératry que,

par décret du 22 octobre 1870, il est chargé du

Commandement en chef des Gardes nationales mobiles

actuelles, Gardes nationaux mobilisés et corps

francs des départements de l'ouest : Finistère,

Morbihan, Côtes du Nord, Ille et Vilaine, Loire-

Inférieure, avec facilité d'opérer et de se fixer

au chef-lieu d'un département placé en dehors

 de la région ci-dessus désignée : Laval ou le

Mans.                                                        

M. de Kératry, investi de tous pouvoirs pour

organiser, équiper, nourrir et diriger ces forces, qui

prendront le nom de Forces de Bretagne, ne

relèvera que du Ministre de la Guerre.

M. de Kératry prendra immédiatement son

commandement en qualité de Général de division,

brevet de l'armée auxiliaire, et pendant la durée

de la guerre.                                                     

                                   Tours, le 28 octobre 1870

                                      signé : L. Gambetta

*****

i

Publicité "Petit breton", de la Biscuiterie Nantaise. Début XXè siècle.

Collection personnelle JC Even (reproduction interdite).

- Auguste Dupouy : dans Visages de la Bretagne. 1941 : 

- page 86 : "Le poète, non moins curieux, est Jean Meschinot. Il n'est pas souvent cité dans les anthologies. C'était un "rhétoriqueur", comme Georges Chastellain et Jean Molinet, et les rhétoriqueurs sont aussi mal vus aujourd'hui qu'ils étaient honorés en leur siècle, quoique nous ayons peut-être plus d'un de bien vivant et de très admiré. De 1493 à 1539, ses Lunettes des Princes ont été imprimées vingt-deux fois : c'est un succès, confirmé, s'il était besoin de confirmation, par le témoignage de Marot : 

"Nantes la Brette, où Meschinot se baigne ..."

* Petit Larousse illustré. 1979 : 

Bretagne : région de l'ouest de la France. Cap. Rennes. Elle a formé les dép. du Finistère, des Côtes-du-Nord, du Morbihan, d'Ille-et-Vilaine et de la Loire-Atlantique. (Hab. Bretons). La prov. donne son nom à une région de programme regroupant les dép. des Côtes-du-Nord, du Finistère, d'Ille-et-Vilaine et du Morbihan. 

(le reste du texte en préparation)

Loire-Atlantique (dép. de la) (44), dép. formé d'une partie de la Bretagne; préf. Nantes; s.-préf. Ancenis, Châteaubriant, Saint-Nazaire; 4 arr., 53 cant., 221 comm.; 6893 km2; 934 499 h. Appartenant au Massif armoricain, le dép. est essentiellement formé de collines et de bas plateaux, en dehors du littoral, parfois marécageux (Grande Brière). La polyculture (blé, plantes fourragères associées à l'élevage ovin) domine le plus souvent, cédant localement la place au vignoble (muscadet) et aux cultures maraîchères (près de Nantes). L'industrie tient une place exceptionnellement importante pour la Bretagne et occupe près de deux cinquièmes de la population active; elle doit ce rôle à l'activité de la basse Loire, entre Nantes et Saint-Nazaire, où sont implantés la métallurgie (construction navale), des usines chimiques et alimentaires, le raffinage du pétrole, etc. Le tourisme estival anime le littoral (La Baule).

 

* Froger et Pressensé. 1996.

Image partielle de la carte de la page double 92 et 93

En jaune, les paroisses passées au Maine et Loire; en orange, les paroisses passées à la Vendée. En bleu, les paroisses passées à l'Ille et Vilaine.

Cette carte étant partielle, l'ensemble des paroisses en rose, passées au Morbihan, n'y est pas représenté.

Au nord-est : Fercé, Noyal sur Brutz, Villepot; au sud : Legé, partie de Corcoué-sur-Logne, partie de Saint-Colomban : attribuées à la Loire-Atlantique

Extraits de l'ouvrage cité en bibliographie. 

* J.-L Ramel et A.J Raude. 2003 : document en préparation

Le pont d'Ancenis. http://marikavel.org/bretagne/ancenis/pont.htm

 

Année 2003

Bibliographie

- Ogée : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, dédié à la Nation bretonne. vers 1780.

- Marteville et Varin : continuateurs d'Ogée. Rennes. 1843. Réédition des Éditions régionales de l'Ouest. Mayenne. 1993.

- M.N Bouillet : Dictionnaire universel d'Histoire et de Géographie. Librairie L. Hachette et Cie. Paris. 1863.

- E. Cortamber : Petit cours de géographie moderne. Ouvrage autorisé par le Conseil de l'enseignement public et adopté pour les écoles communales de la ville de Paris. Librairie Hachette et Cie. Paris. 1870. 

- A. Robida : La vieille France. La Bretagne. réédition en 1998 des Éditions de la Tour Gile, de Péronnas, de l'édition de 1890, à Paris à la Librairie illustrée, 8, rue Saint-Joseph, à partir de l'exemplaire de la Bibliothèque Municipale de Rennes. 

- Gustave Geffroy : La Bretagne. Librairie Hachette. Paris. 1905. Réédition par Éditions Jean-Pierre Gyss. 1891.

- Auguste Dupouy, dans Collection Provinciales : Visages de la Bretagne. Éditions Horizons de France. Paris. 1941.

- Librairie Larousse : Petit Larousse illustré. 1979.

- Michel Froger et Michel Pressensé : Armorial des communes de Loire-Atlantique; suivi de l'Hermine bretonne. Froger SA. 1996.

- Christophe Belser : Mémoire. Loire Atlantique. La Loire Inférieure au XIXè siècle. Adolphe-Laurent Joanne. Collection dirigée par Jacques Sigot. Éditions C.M.C.  09.2000.

- J.-L Ramel et A.J Raude. 2003 : Liste des communes du département de Loire-de-Bretagne. Maezoe-Heveziken. 2003.

*****

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

Retour en tête de page