Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

Bro Gernev

Cornouaille

 

Brasparzh

Braspart

 

pajenn bet digoret e 2003 page ouverte en 2003 * forum du site Marikavel : Academia Celtica dernière mise à jour 24/03/2017 19:42:50

Définition : commune de la Bretagne historique, en Bro-Gernev / Cornouaille; évêché de Quimper.

Aujourd'hui dans la région économique dite "de Bretagne", département du Finistère; arrondissement de Châteaulin; canton de Pleyben.

Superficie : 4720 ha.

Population : 2600 'communiants' vers 1780 (y compris St Rivoal); 3016 hab. en 1878; 3469 hab. en 1906; 1469 hab. en 1968; 1115 hab. en 1982; 1003 hab. en 1990; 1013 hab. en 1999; 

Blason; armoiries

* Froger et Pressensé (2001) : "de sinople à une tête de cheval arrachée d'argent; au chef denché de trois pièces du même". devise : "Digompez ha dispar". Concepteur : R.Y Déniel. P.F. 24 août 1977"

* JC Even : "geotet, e benn marc'h diframmet en arc'hant; e gab tridentek ivez en arc'hant"

Paroisse : église sous l'invocation de Notre-Dame et de saint Tugen.

* Bernard Tanguy, " ... communes et trèves ..." , 1990 : 

"... La légende veut que cette paroisse ait eu pour premier titulaire saint Jaoua, compagnon de saint Paul-Aurélien, à qui aurait succédé saint Tujan, patron actuel de son église avec Notre-Dame, honoré en particulier à Saint-Tujen, en Primelin (cf. ce nom). La Vie légendaire de saint Jaoua parle, quant à elle, non de Tujan, mais de Tusveanus, nom qui correspond à celui de saint Tusven, titulaire d'une chapelle à Ploudalmézeau et éponyme de Llandudwen, dans le Carnarvonshire, au pays de Galles. Il y a donc eu confusion de deux saints différents. Il apparaît en fait que Brasparts et sa trêve Saint-Rivoal sont un démembrement ancien, antérieur au XIe siècle, d'une vaste paroisse bretonne primitive, dont le nom est conservé par Plouénez, village de Brennilis (cf. ce nom)".

Histoire :

* Ogée (1780) : Bras-Parts; dans les montagnes d'Arès, près de la forêt de Guilliers; à 7 lieues 1/4 au N.-N.-E. de Quimper, son évêché; à 37 lieues 1/3 de Rennes, et à 3 lieues de Châteaulin, sa subdélégation et son ressort. On y compte 2600 communiants, y compris ceux de Saint-Rivoal, sa trève. La cure est à l'ordinaire. Le roi est seigneur de la paroisse, qui est fort ancienne, selon Albert de Morlaix, qui dit que saint Joava (il veut dire saint Johéven), recteur de Bras-Parts, était contemporain de saint Pol, premier évêque de Léon, et que ce prélat se démit de son évêché en sa faveur (voy. Plouvien). Ce territoire est plein de montagnes ou rochers qui se terminent presque tous en cône; ils forment un rideau dont la direction est du Faou vers Guingamp, dans une étendue du 6 lieues. Au sud de Bras-Parts et dans son territoire est la source de le petite rivière de Buis, qui fait aller le moulin à poudre qu'on voit sur la route de Quimper à Landerneau. Dans les vallons sont des terres labourables et très-fertiles en toutes sortes de grains. Les landes y sont fort étendues. On voit sur le sommet d'une des montagnes dont on a parlé une chapelle dédiée à saint Michel, d'où l'on découvre une étendue immense de pays. Dans le XIIIè siècle, le territoire de Bras-Parts renfermait les manoirs nobles de Touluaen (Toulvaën), la Marche, la Forêt, l'Esquiriou (Lesquiriou), Parchiame et Maesrangal.

* Marteville et Varin (1843) : BRASPARTZ (sous l'invocation de saint Joava ou Johéven, évêque de Léon), commune formée de l'anc. par. de ce nom, y compris Saint-Rivoal, sa trève; aujourd'hui succursale; chef-lieu de perception; brigade temporaire de gendarmerie. - Limit. N : Berrien, Sizun, rivière d'Ellé; E. Loqueffret; S. Pleyben, Lannedern, rivière de Buis ou de la Doufine; O. Lopérec. - Princ. vill. : Saint-Rivoal, Bodingar, Typérou, le Hayquen, Kerabloc'h, le Squiriou, le Moustoir, Penarros, Kerambellec, Guernadour. - Superf. tot. 6926 hect., dont les principales div. sont : ter. lab. 1189; prés et pât. 389; bois 173; canaux, étangs 749; landes et incultes 3574; sup. des prop. bât. 22; cont. non imp. 227. Const. div. 549; usines 2; moulins 14 La trève de Saint-Rivoal est succursale comme Braspartz. - Bras-partz signifie mot à mot grande paroisse. Sa création est fort ancienne; on la fait remonter au VIè siècle. Selon le Pouillé de Tours de 1648, la cure était à l'alternative et non à l'Ordinaire. - Ainsi que le dit Ogée, le terrain est généralement montagneux. Le sol est peu productif; cependant la culture va en s'améliorant. Les habitants ne sont pas dans l'aisance; il y a même beaucoup de pauvres, chez lesquels la mendicité est comme héréditaire. - Les maladies psoriques sont fréquentes. - Il y a une église et quatre chapelles, en comptant comme telle l'église de Saint-Rivoal. Il y avait jadis une chapelle dite de Sainte-Barbe. La chapelle Saint-Michel mentionnée par Ogée est dans le territoire de cette ancienne trève. Les environs en sont remarquables par leur aspect dur et sauvage; mais ce petit édifice est presque délabré. "Le bois de la charpente, dit Cambry, ayant les vertus de préserver du vent, des incendies et du tonnerre, chacun en emporte un fragment, et tous les jours la chapelle tombe de plus en plus en ruines". On découvre du pied de la chapelle Saint-Michel un horizon aussi varié qu'immense. Le point sur lequel elle est bâtie est le plus élevé de toute la chaîne des montagnes d'Arès, de laquelle il se détache un peu au sud. Il est à environ 383 m au-dessus du niveau de la mer., d'après le calcul de M. de Billy, ingénieur en chef des ponts et chaussées. - Il y a foires le premier lundi des mois de février, avril, juin, août, octobre et décembre, et le lundi après le dimanche des rameaux; il y a en outre à Saint-Rivoal foires le lundi après la Trinité et le mardi après le 21 septembre. - Dans ces foires il se vend beaucoup de chevaux du pays, nommées double bidets, qui sont fort estimés. - Les chapons sont aussi recherchés sur ces foires. - En 1791, la commune s'insurgea contre ses prêtres constitutionnels et les expulsa violemment. - Géologie : grès au nord et à l'est de Saint-Rivoal; terrain schisto-argileux au nord de Braspartz, auquel se mêle le grawacke, dans le surplus de la commune; fossiles à la Garenne, à Kerjean, à Toul-an-Coat. - Archéol. : Albert de Morlaix, p. 44. - On parle le breton.

* Bernard Tanguy : " Il apparaît en fait que Brasparts et sa trève Saint-Rivoal sont un démembrement ancien, antérieur au XIè siècle, d'une vaste paroisse bretonne primitive, dont le nom est conservé en Plouénez, village de Brennilis".

Archéologie. Patrimoine

Seules les fenêtres en couleur ont des liens actifs

Le bourg Ar bourg
L'église et son enclos; le calvaire et l'ossuaire An iliz hag e vered; ar c'halvar hag ar garnel

CHAPELLES DÉTRUITES
— Chapelle Sainte-Barbe. C'était la chapelle de la communauté de la ville. Edifice de plan rectangulaire construit en 1691 et restauré en 1769. Par délibération du 26 octobre 1945, le conseil municipal autorisa le recteur à démolir à ses frais la chapelle pour utiliser les matériaux à la construction d'un patronage.
— Chapelle Saint-Caduan, dont subsistent les comptes des années 1660-1694; fondation des seigneurs du Parc.
— Chapelle Sainte-Anne, au manoir de Penkélen.

Chapelioù bet diskaret : 

- Chapel santez Barba

- Chapel sant Kaodan

- Chapel santez Anna

Le mont et la chapelle saint Michel de Brasparts

CHAPELLE SAINT-MICHEL
Fondée en 1672 par le seigneur de Kermabon sous le titre de Saint-Michel de la Motte de Cronon, elle est de plan rectangulaire avec chevet à pans coupés et clocheton amorti en dôme. Au-dessus de la porte, inscription : « YVES. LE. GVILLOV. THOMAS... 1674».
Elle a été relevée de ses ruines en 1820, restaurée en 1892 et de nouveau après la guerre 39-45.
Pas de mobilier ; statue à l'église.

 
Chapelle saint Sébastien

CHAPELLE SAINT-SÉBASTIEN
Sur la route du Faou. En forme de croix latine avec chevet à noues multiples du type Beaumanoir, elle porte sur l'aile sud du transept la date de 1660.
Mobilier
Statues anciennes en bois polychrome : Vierge à l'Enfant (volée en 1972), saint Jean-Baptiste, saint Sébastien, saint Roch, saint évêque.
* Sur le placitre, croix de granit de 1632 : fût écoté, Vierge à l'Enfant au revers du Crucifix.

 
Alignement mégalithique de la Noce de pierre Peulvenoù An-Eured-Ven
Camp romain du Château noir ar C'hastell Du
Mein Bon Mein Bon
Manoir du Parc  
Manoir de Langle  

Brasparts, vue et racontée par Gustave Geffroy, auteur itinérant du début du XXè siècle.  : activer le lien ci-contre pour aller à cette page annexe. >>>

Étymologie

* Ogée (vers 1780) : "Bras-Parts, dans les montagnes d'Arès, près de la forêt de Guilliers, ..."

* Marteville et Varin (1843) : "Bras-partz signifie mot à mot grande paroisse".

* Dauzat et Rostaing (1963-1978) : "breton bros, grand, et second élément obscur".

* Bernard Tanguy (1990) : Bratberth, XIè siècle; Brasperz, 1368; Brazberz, 1376; Brazperz, 1407, 1496; Brasparts, 1536; en breton : Brasparz.

 " Bâti sur un escarpement, le bourg de Brasparts occupe un site propre à l'établissement d'un ouvrage défensif que son nom pourrait impliquer. Il s'agit, en effet, d'un composé formé d'un premier élément correspondant au gallois brathu "piquer" plutôt qu'au breton bras "grand" et d'un mot perz, identique au gallois perth "haie, buisson". Attesté en toponymie par Persquen (Morbihan), Persuel, en Crozon, Persivien, en Plouguer, Hilbers, en Plouay (Morbihan, Berbouguys (Berz Bouguys en 1544) en Plougonvelin, etc, le mot a subi, comme dans Hilbars, village de Saint-Yvi, noté Hilbertz au XVIè siècle, et formé avec le breton hir "long", l'attraction du breton parz "partie"

* Éditions Flohic (1998) : "de bras, correspondant au gallois brathu, piquer, et de perz, qui vient du gallois perth, haie ou buisson"

* Hervé Abalain (2000) : "Bratberth au XIè siècle; Braspers en 1368; "la grande paroisse", ou plutôt ouvrage défensif; voir Bernard Tanguy ..."

Personnes connues Tud brudet
Frédéric Le Guyader

écrivain

Brasparts, 1847 - 1896

 

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Communes du canton de Pleyben Parrezioù kanton Pleiben
Brasparts Brasparzh
Brennilis  
Le Cloître-Pleyben    
Gouézec    
Lannédern    
Lennon    
Loqueffret    
Lothey    
Pleyben  
Saint-Rivoal    

Communes limitrophes de Brasparts Parrezioù tro war dro Braspartz
Lopérec Saint-Rivoal Botmeur Brennilis Loqueffret Lannédern Pleyben

 .

Sources

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780. 

* A. MARTEVILLE et P. VARIN, continuateurs et correcteurs d'Ogée, vers 1843; Rééditions régionales de l'ouest. Mayenne. 1993.

* Adolphe JOANNE : Département du Finistère. Hachette. 1878.

* Albert DAUZAT et Charles ROSTAING : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Larousse, 1963; Guénégaud, 1978.

* René COUFFON et Alfred LE BARS : Nouveau répertoire des églises et chapelles. 1959. Diocèse de Quimper et de Léon. 1988.

* Éditions ALBIN-MICHEL : Dictionnaire des communes de France. 1970.

* Bernard TANGUY : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses, du Finistère. Chasse-Marée / Ar Men. 1993.

* Skol Uhel ar Vro - Institut Culturel de Bretagne : Lec'hanvadur Breizh. Répertoire bilingue des noms de lieux de Bretagne. 1990.

* Éditions FLOHIC : Le patrimoine des communes du Finistère. 1998.

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000.

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes du Finistère. Éditions Froger SA. 2001.

* Daniel DELATTRE : Le Finistère. Les 283 communes. Éditions Delattre. 2004

Liens électroniques des sites Internet traitant de Braspart / Brasparzh

* lien communal : 

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* pour le blason de Brasparts : dessin JC Even sur logiciel Genhéral5. 

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Information sur blocage de compte sur Wikipédia

L'information des recherches et découvertes archéologique concernant Saint-Symphorien et Bréssillien, de Paule, permettant d'étayer sérieusement la revendication de Brocéliande historique a été systématiquement rendue impossible sur la page de Wikipedia consacrée à Brocéliande, par des experts en lutinologie, fées et korrigans  . Toute information systématiquement effacée; compte bloqué.

Compte tenu de cela, il est conseillé au lecteur de se reporter aussi à la page

Brocéliande historique.

Jean-Claude EVEN / Marikavel.org

Retour en tête de page