Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

Bro Roazhon

Pays de Rennes

Roazhon

Rennes

 

Marcillé-Robert

Marczilhae-Robèrt

(Marc'helleg)

 

pajenn bet digoret d'an 13t a viz Mae 2013 page ouverte le 13 mai 2013

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour 14/05/2013 18:36:10

Définition : commune de la Bretagne historique, en Pays de Rennes / Bro Roazhon; évêché de Rennes.

Aujourd'hui dans la région économique dite 'de Bretagne', département d'Ille et Vilaine, arrondissement de Rennes; canton de Retiers; sur la Seiche

Superficie : 2030 ha.

Population : 1500 'communiants' vers 1780; 983 hab. en 1968; 856 hab. en 1999;

Armoiries; blason :

* Froger et Pressensé : "de gueules au lion d'or, au lambel de même à trois pendants"

* JC Even : "e gul, e leon en aour, e drailhenn ivez en aour a der bezh"

Paroisse : sous le vocable de saint Ouen.

Histoire :

* Ogée (1780) : Marcillé-Robert; paroisse, avec titre de châtellenie, de la dépendance de la baronnie de Vitré; à 7 lieues à l'E.-S.-E. de Rennes, son évêché et son ressort, et à 1 lieue 3/4 de La Guerche, sa subdélégation. On y compte 1500 communiants. M. le duc de la Trimouille en est le seigneur. La cure est à l'Ordinaire. Cette paroisse est un prieuré, fondé, sur les bords de la rivière de Seiche, l'an 1189, par André, baron de Vitré, augmenté, l'an 1198, par le même seigneur, qui lui accorda la perception du droit de passage sur la rivière, avec le droit de mouture et les dîmes qu'il possédait à Marcillé. Il annexa ensuite ce prieuré à celui de Sainte-Croix de Vitré. Dans les grands froids, on voit ordinairement un grand nombre de cygnes sur l'étang, qui est au sud et à l'ouest du bourg. — Les jurisdictions suivantes s'exercent à Marcillé : Marcillé, haute-justice, à M. le duc de la Trimouille; la Barre, vicomte et haute-justice, au même seigneur; Trozé, haute-justice, et les deux basses-justices de Frétai, appartiennent à Mlle de Tuffin de la Rouerie; le Bois-Robin appartenait, en 1400, à Pierre Geebert, et, en 1427, à Jean des Valleux.

En 1431, Hervé Huguet, de la maison du Bois-Robin, fut pourvu de l'évêché de Saint-Brieuc, par l'autorité du duc Jean V. Il fut commis par le concile de Bâle, avec les évêques de Nantes et de Rennes, pour faire la levée d'un subside sur le clergé de Bretagne. Ce subside devait être employé à l'entretien et nourriture des ambassadeurs que le duc avait envoyés au concile, qui dura depuis l'an 1431 jusqu'en 1449, tant à Bâle qu'à Lausanne, où Félix V, ci-devant élu pape, céda la tiare à Nicolas V. — Les ambassadeurs de Bretagne étaient les évêques de Tréguier et de Saint-Pol-de-Léon; les abbés de Saint-Melaine de Rennes et de Buzai; Jean Prigent, professeur du droit civil, et Guillaume Groignet, licencié dans l'un et l'autre droit. Il s'éleva entre eux et les ambassadeurs du duc de Bourgogne une dispute très-sérieuse au sujet de la préséance. Ceux de Bretagne protestèrent, au nom de Jean V, contre l'arrangement qu'on avait fait au concile. Le cardinal d'Arles, pour faire cesser la contestation, dit que les rangs accordés aux ambassadeurs de Bourgogne ne tireraient point à conséquence pour l'avenir. Les Bretons furent satisfaits de cette déclaration, et donnèrent avis à leur maître de tout ce qui s'était passé. On a remarqué, dans un cérémonial des ambassadeurs fait sous Jules II, que les ambassadeurs bretons avaient à Rome le pas sur ceux de Bourgogne. La maison noble du Champ-Bellé appartenait, en 1420, à Pierre de Beaucé, sieur de Champ-Bellé, et, en 1672, à René de Beaucé, chevalier, seigneur de Champ-Bellé, conseiller au Grand Conseil; la Tautuère, en 1427, à Raffrai Havart. Pierre de Tinténiac, seigneur du bourg, était alors capitaine de Marcillé-Robert, ce qui prouve que le château de la paroisse était très-fort. On en voit encore les ruines*. Marcillé avait le titre de ville, sous les ducs de Bretagne. — Les habitants de Marcillé-Robert, appauvris par les guerres, la disette et les épidémies, avaient exposé au duc François II qu'ils étaient dans l'impossibilité de payer les contributions et impôts accoutumés. Le prince, touché de leur situation, adressa à Raoul Bouquet et Robert Macé, secrétaires de sa chancellerie, des lettres datées de Nantes, le 28 juin 1479, par lesquelles il leur ordonnait de se transporter à Marcillé-Robert, de vérifier l'état actuel des habitants, et de diminuer les impositions : ce qui fut exécuté.

* Marteville et Varin (1843) : MARCILLÉ-ROBERT (sous l'invocation de saint Onen): commune formée de l'anc. par.de ce nom; aujourd'hui succursale; chef-lieu de perception.— Limit. N. Moulins,Bais ; E. Visseiche, Rhetiers : S. Rhetiers, le Teil ; O. Essé , Bois-trudan. — Princip. vill. : Montalembert, Fretay, Maupré, la Haute et la Basse-Louvignère, Haut et Bas-Freux , Clinchamp, Bas-Mesnil, la Briffaudais, Amilié, Vezin, la Mettrie. — Snperf. tot. 2029 hect. 9l a., dont 1rs princip. divis. sont: ter. lab. 1330: prés et pat. 264; bois 110; verg. et jard. 92 ; landes et incultes 66; étangs 88; sup. des prop. bât. 14; cont. non imp. 59. Const. div. 335; moulins 5 (de Marcillé 3; de Frétay 2. à eau ). " On trouve dans les anciens actes Marcilliacum, Marcillei, Marcellum et Marcilleium ; nous ignorons quelle est l'étymologie de ce nom. — On lit sur les registres de l'état civil de cette commune, en 1595 : « Le chasteau de celte seigneurie, par commandement de Fay d'Aumont, maréchal de France, comte de Châteaubourg, gouverneur de l'armée du roy en Bretagne, a la requête de madame de Laval, fut démoli ce jour 8 mars et quinzaine d'avril 1595. Les tours de ce château, qui sont en ruines , ont encore plus de 10 a 18 mètres de hauteur. — Cette commune est traversée de l'est à l'ouest par la rivière de Seiche. Elle est limitée au sud par la petite rivière d'Ardaines, qui se périt dans l'étang de Marcillé; enfin au nord-ouest et au sud est par la route départementale de Rennes a La Guerche. — Il y a foire le premier et le troisième samedi de mai. — Marché le samedi. — Géologie : schiste argileux. — On parle le français.


La ville de Marcillé-Robert possédait une enceinte fortifiée, dont les portes seules ont conservé quelques débris. — On dit, d'après la tradition locale, que les habitants de Marcillé-Robert marchèrent en armes, en 1597, contre les huguenots réfugiés au château de la Borderie, commune de Rhetiers, et qu'ils les en expulsèrent par le fer et la flamme. — La même tradition attribue le nom de Robert, qui complète celui de Marcillé et le distingue de Marcillé-Raoul, au souvenir des seigneurs de Vitré, ses fondateurs et ses bienfaiteurs, dont quelques-uns portèrent ce nom, et dont l'un y fut inhumé. E.D.V

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Le Bourg Ar bourg
Église saint Barthélemy, devenue Église saint Ouen (1688-1830) Iliz
Château féodal (XIè-XVè)

démantelé en 1595

Kastell krenv

bet dismantret e 1595

Château (1872-1873) Kastell (1872-1873)

Étymologie

* Marteville et Varin (1843) : "On trouve dans les anciens actes Marcilliacum, Marcillei, Marcellum et Marcilleium ; nous ignorons quelle est l'étymologie de ce nom" --- "La même tradition attribue le nom de Robert, qui complète celui de Marcillé et le distingue de Marcillé-Raoul, au souvenir des seigneurs de Vitré, ses fondateurs et ses bienfaiteurs" ...

* Dauzat et Rostaing (1978) : 

* Jean-Yves Le Moing (1990) : 

* Éditions Flohic (2000) : "du nom gallo-romain Marcilius et de Robert, second fils de Riwallon de Vitré, grand seigneur féodal du XIè siècle"

Personnes connues Tud brudet
Riwallon de Vitré  
Robert de Vitré  
André de Vitré  
Rosalie MANCEL de la GAILLARDIERE (1784-1858)

Assiste au sacre de Napoléon Ier le 2 décembre 1804, à Paris.

 

Communes du canton de Retiers Kumunioù kanton Retiers
Arbrissel / Erbeczèu *Ervrezhell
Coësmes  
Essé  
Forges-la-Forêt    
Marcillé-Robert / Marczilhae-Robèrt * Marc'helleg
Martigné-Ferchaud    
Retiers    
Sainte Colombe    
Le Theil-de-Bretagne    
Thourie    

Communes limitrophes de Marcillé-Robert / Marczilhae-Robèrt Parrezioù tro war dro * Marc'helleg
Essé           Retiers Le Thiel-de-Bretagne

Sources; Bibliographie :

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780; 

* MM. A. MARTEVILLE et P. VARIN, continuateurs et correcteurs d'Ogée, 1843.

* Éditions Albin-Michel : Dictionnaire Meyrat. Dictionnaire national des communes de France. 1970.

- Jean-Yves Le Moing : Les noms de lieux de Haute Bretagne. Coop Breizh. 1990.

* Éditions Flohic : Le patrimoine des communes d'Ille et Vilaine. 2000

* J.L Ramel et A.J Raude : Liste des communes du département de l'Ille et Vilaine. Maezoe-Heveziken. 2003.

Liens électroniques des sites Internet traitant de Marcillé-Robert / Marczilhae-Robèrt / *Marc'helleg :

* lien communal : 

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Retour en tête de page