Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

(blason en attente)

Bro-Gemper / Kernev

Pays de Quimper / Cornouaille

Merléac * Merleya

*Merlieg

pajenn bet digoret ar 15.11.2013 page ouverte le 15.11.2013

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour : 25/01/2015 16:05:27

Définition : commune de la Bretagne historique, en Pays de Saint-Brieuc / Bro Sant-Brieg; évêché de Quimper.

Aujourd'hui dans la région économique dite 'de Bretagne', département des Côtes d'Armor; arrondissement de Saint-Brieuc; canton d'Uzel-près-l'Oust;  sur l'Oust, le ruisseau de Kersaudy, et la rigole d'Hilvern.

Superficie : 3003 ha.

Population : 4000 communiants, y compris ceux du Quillio, sa trêve; 1706 hab. en 1878; 1588 hab. en 1881; 1586 hab. en 1890; 885 hab. en 1968; 763 hab. en 1978; 639 hab. en 1982; 506 hab. en 1990; 509 hab. en 1999; 

Armoiries; Blason; logo :

 

Paroisse : église sous le patronage de saint Pierre et saint Paul

Histoire :

* Ogée (vers 1780) : Merléac; sur une montagne; à 21 lieues à l'E.-N -E. de Quimper, son évêché [aujourd'hui Saint-Brieuc]; à 19 lieues 1/3 de Rennes, et à 2 lieues 1/2 de Quintin, sa subdélégation. Cette paroisse ressortit au siège do Ploërmel et compte 4000 communiants, y compris ceux de Quilio*, sa trêve. La cure est présentée par le grand- chantre de l'église cathédrale de Quimper. La rivière d'Oust prend sa source dans ce territoire, et va tomber dans la Vilaine au près de Redon. Le pays est couvert d'arbres et buissons, et renferme des terres fertiles en grains et quelques landes; les habitants font beaucoup de cidre.

En 1411, le prévôt de Merléac rapporta un acte entre Olivier le Fieuz, Jacques le Gal et autres, qui vendirent à Olivier, vicomte de Rohan, plusieurs biens qu'ils possédaient en cette paroisse.

Jean Validire, dit de Saint-Léon, naquit à Merléac en ... Il fut d'abord confesseur du duc Jean V, puis évêque de Saint-Pol-de-Léon, et transféré, à celui de Vannes en 1443. Il fit bâtir une chapelle en l'honneur de saint Léon, qui, depuis ce temps, est devenue trêve de cette paroisse*. Les jurisdictions et maisons nobles sont : Le Houl, haute, moyenne et basse-justice, à M. du Bouexic de Pigneux; le Vaugaillard, haute, moyenne et basse-justice, au même; le Quellenec, moyenne et basse-justice, à M. de Cohediquel : elle s'exerce à Saint-Ermoët; le Rox, moyenne et basse-justice, à M. Cecy de Kerampuil; Kerjacob, maison noble qui appartient aux seigneurs de Quellenec.

* Marteville et Varin (1843) : MERLEAC (sous l'invocation de saint Pierre); commune formée de l'anc. par. de ce nom, moins son ancienne trève le Quillio (voy. ce mot), devenue commune: aujourd'hui succursale.— Limit. : N. le Bodéo, Allineuc, rivière d'Oust; E. Allineuc, Uzel, rivière d'Oust; S. le Quillio, Saint-Guen, Mûr; O. Mûr, Saint-Gilles-Vieux-Marché, Saint-Martin des-Prés. — Princip. vill. : Vaugaillard, le Breil, Kervenoc'h, Kerino, Kerbloux, Rigolvan, Poulfos, Crémchel, Kerdren, Kervegan, Kerdava, la Salle, Monpertuis, Villeneuve, le Ros, Kerchel, Coët-Morvan, Saint-Léon, Kerfury, Bizoin, Kergoff, le Moire, Callac, le Port, Kerjacob, Quélenec. — Superf. tot. 3654 hec.52 a., dont les princip. divis. sont : ter. lab. 1923; prés et pât. 437; bois 198; verg. et jard. 52; landes et incultes 895; étangs 6; sup. des prop. bat. 21; cont. non imp. 122. Const. div. 606; moulins 7 (Kerblous, Bizoin, du Bois, de Belêtre, à eau). La chapelle de Saint-Léon, dont notre auteur cite la fondation, est un monument remarquable. Elle a environ 20 m. de longueur, sur 12 de large; sa plus grande hauteur sous voûte est de 12 mèt. Elle se partage en trois nefs régulières que séparent huit colonnes formées par un assemblage de quatre colonnettes, excepté l'une d'elles, qui en a douze, parce qu'elle soutient une partie de la tour. Chaque colonne a pour pendant une colonnette engagée dans le mur. Les arcades et les fenêtres sont à ogives; derrière le maître-autel est une rosace ornée de vitraux coloriés, ainsi que toutes les autres ouvertures. La tour contenait une énorme cloche qui a été fondue en 1793, mais du moins on lui a laissé son horloge, qui est fort remarquable, et dont le balancier est horizontal. Cette chapelle est ornée de peintures sur bois dont quelques-unes sont remarquables et bien conservées; elle demande de grandes réparations, et mérite a tous égards qu'on la sauve de la destruction qui la menace.— Merléac a pour industrie principale le blanchîment des toiles. — Archéologie : D. Morice, Preuves, t. I, col. 1276, 1277. — Géologie : schiste talqueux. — On parle le français et le breton.

* Bernard Tanguy (1992) : "Le nom gallo-romain que porte son chef-lieu n'implique pas qu'elle ait été créée avant l'arrivée des Bretons. Ses limites en grande partie artificielles avec Saint-Gilles-Vieux-Marché — territoire auquel ont été rattachés en 1841 treize de ses villages, formant la section du Quélennec — et avec Saint-Martin-des-Prés, la désignent, au même titre que ceux-ci, comme un démembrement de la paroisse bretonne primitive de Plussulien (cf. ce nom). Dès le XIVe siècle, elle était un vicariat, à la présentation du chantre de la cathédrale de Quimper.

Formé avec le suffixe gaulois -acos, son nom, qu'on retrouve sans doute associé au vieux-français base "bois" dans Bosméléac, village d'Allineuc, dominant l'étang ainsi appelé, est à en juger par les formes anciennes, une variante de Mérillac (cf. ce nom). Si l'existence d'un village de la Boissière, à 1 km au nord-ouest du bourg, pourrait être l'indice de la présence romaine, c'est au village de Saint-Léon, au bord d'une ancienne voie se dirigeant vers Gouarec d'une part, Lamballe de l'autre, qu'ont été trouvées des tuiles et des substructions.

Bien que mentionné comme paroisse dans un document de 1444, Saint-Léon n'eut pas ce rang. Rien ne prouve, comme on l'a dit, que ce village ait été jadis le centre paroissial. C'est Merléac que l'on voit désigné comme bourg en 1293. Sans doute l'importance de Saint-Léon était-elle déjà réelle. Outre que les moines de Bon-Repos y possédaient dès 1245 des maisons et "hostises", la chapelle dédiée à Saint-Jacques était un lieu de pèlerinage. En fait foi une plainte déposée à la cour ducale à la fin du XIIIe siècle par le vicomte de Rohan contre des individus qui avaient attaqué des pèlerins se rendant à "Saint James de Saint Léon". Objet d'une reconstruction en 1317, l'édifice n'a donc pas été fondé, comme on l'a dit, par le Dominicain Jean Valdire, natif de Saint-Léon, qui fut notamment évêque de Léon en 1428, puis de Vannes en 1433.

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Le bourg Ar bourg
Eglise saint Pierre et saint Paul (1673-1859) Iliz sant Per ha sant Paol
Chapelle Saint-Jacques (XIVè-XVè siècles), au village de Saint-Leon

Classé Monument historique le Ier décembre 1908

Vitraux. 1402.

Chapel Sant-Jakez, er geriadenn Sant-Leon

Gwerennoù livet. 1402

Chapelle Saint-Goueno (XVIIIè), transformée en grange  
Ruines de la chapelle Saint-Jean  
Manoir de Saint-Léon (1626)  
Ruines du manoir du Vaugaillard  
Manoir de Port-Jégou (1622)  
Manoir de Bizoin  
Ruines du manoir du Breil  
Ruines du manoir du Houle (XVIè)  
   
Mairie-Ecole (XVIIIè)  
Barrage et étang de Bosméléac (1832-1838)

inscrit le Ier mars 1943

 

Étymologie :

* Albert Dauzat et Charles Rostaing (1963-1978) : report à Marliac et Marlieux. ? peut-être nom d'homme latin Marillius ou Merulius + suffixe -acum. ... ou du nom d'homme latin *Merulius (de merula, merle; surnom) 

* Régis de Saint-Jouan (1990) : "Mereliac, 1184; Merleac, 1271; Meleriac, 1285, 1330, 1426; Merléac, 1790".

* Jean-Yves Le Moing (1990) : "Mereliac, 1246; Meleriac, 1285"

* Bernard Tanguy (1992) : "Mereliac, 1184, 1246; Mereliac, Meleriac, 1270; Mereliac, 1274; Meleriac, 1285; Mereliac, 1291; Merleac, 1293, 1310; Merliac, 1317; Meleriac, v. 1330; Merelijac, XIVe s.; Mereliac, 1426; Mereliac, 1535-1536; gallo Merleya; breton Merleag".

Paroisse-mère du Quillio, sa trêve, qui fut comme elle érigée en commune en 1790, la paroisse de Merleac est citée comme telle en 1246 dans un acte enregistrant la donation à l'abbaye de Bon-Repos, par Olivier de Caurel, des terres qu'il y possédait, donation qui donna lieu à une contestation au sujet de Guervelan (Guernveran), réglée en 1270. Sans doute existait-elle déjà en 1184, date à laquelle la même abbaye s'était vu octroyer par le vicomte de Rohan ses deux parts de la dîme de Merleac".

* Erwan Vallerie (1995) : "Mereliac, 1184; Merleac, 1194; Mereliac, 1221; Meleriac, 1285; Mereliac, 1291; Merelijac, XIVè; Merellyac, 1368; Meleriac, 1426; Meleriac, 1444; Mereillac, 1516; Mereliac, 1536; Merellac, 1574".

* Hervé Abalain (2000) : "Merelieg, 1184, Merleac, 1194; origine gallo-romaine, variante de Mérillac"

Personnes connues Tud brudet
Olivier-François GLAIS de BIZOIN

homme politique; député

né à Saint-Thélo, 15.09.1743 / Bizoin, 3.05.1801

 
Alexandre GLAIS de BIZOIN

(voir Quintin)

 
   

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Communes du canton d'Uzel Kumunioù kanton Uzel
Allineuc   Alineug
Grâce-Uzel   Gras
Merléac    
Le Quillio      
Saint-Hervé      
Saint-Thélo      
Uzel      

i

Carte extraite de Jean Rigaud. Géographie historique des Côtes-du-Nord. 1890

Sources; Bibliographie :

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780; 

* A. MARTEVILLE et P. VARIN, correcteurs et continuateurs d'Ogée, 1843.

* Adolphe JOANNE : Département des Côtes du Nord. Hachette. 1878.

* Adolphe JOANNE : Dictionnaire des communes du département des Cotes du Nord. 1886.

* Jean RIGAUD : Géographie historique des Côtes-du-Nord; 1890.

* Albert DAUZAT et Charles ROSTAING : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Librairie Larousse, 1963; Librairie Guénégaud, 1978.

* Éditions Albin-Michel : Dictionnaire Meyrat. Dictionnaire national des communes de France. 1970.

* Michel de la TORRE : Guide de l'art et de la nature. Côtes du Nord. Berger-Levrault. 1978.

* Régis de SAINT-JOUAN : Dictionnaire des communes . Département des Côtes d'Armor. Éléments d'histoire et d'archéologie. Conseil Général des Côtes d'Armor. Saint-Brieuc. 1990.

* Jean-Yves LE MOING : Les noms de lieux bretons de Haute Bretagne. Coop Breizh. Spezed. 1990.

* Bernard TANGUY : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes-d'Armor. ArMen-Le Chasse-Marée. 1992

* Erwan VALLERIE : Traité de toponymie historique de la Bretagne. (3 volumes). Editions An Here. 1995.

* Éditions FLOHIC : Le patrimoine des communes des Côtes d'Armor; 1998.

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Les universels Gisserot. 2000.

* Daniel DELATTRE : Les Côtes d'Armor. Les 372 communes. Éditions Delattre. 2004. 

Liens électroniques des sites Internet traitant de Merleac  / *Merlieg

* lien communal : 

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

retour en tête de page