Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

Toujours Antrain

Bro Roazhon

Pays de Rennes

Eskopti Roazhon

Évêché de Rennes

 

Antrain * Antrein

(*Entraven)

 

pajenn bet digoret e 2003 page ouverte en 2003    ñ   ó kentañ   Frañs

* forum Marikavel :

Academia Celtica

renkadur diwezhañ

dernière mise à jour

  23/03/2017 20:31:40

Définition : commune de la Bretagne historique, en Pays de Rennes / Bro Roazhon; évêché de Rennes.

Aujourd'hui dans la région économique dite 'de Bretagne', département d'Ille et Vilaine, arrondissement de Fougères; chef-lieu de canton, sur le Couesnon et la Loisance.

Superficie : 931 ha.

Population : 1200 'communiants' vers 1780; 1550 hab. en 1863; 1601 hab. en 1881; 1443 hab. en 1968; 1626 hab. en 1979 (?)*; 1499 hab. en 1982; 1387 hab. en 1997; 

Armoiries; blason :

* Mairie d'Antrain (1970) : "Les armoiries d'Antrain ont été composées ou plutôt inventées par Monsieur René Le Hérissé, député maire d'Antrain, en 1895, au moment où il offrit une bannière à "l'Union musicale antrainaise", société fondée par lui. Elles portent : 1° au chef : d'hermine, qui sont de Bretagne; 2°, tiercé en pal : de gueules, d'argent et d'azur, qui sont aux couleurs nationales".

* Éditions Flohic : "Il manifeste la double fidélité de la commune à la Bretagne et à la France"

* Daniel Delattre (2004) : "tiercé en pal, d'azur, d'argent et de gueules, au chef d'hermine, timbré de la couronne murale à cinq tours crénelées d'or, avec la devise "Toujours Antrain" sur listel de parchemin".

* Froger & Pressensé (2008) : "tiercé en pal : d'azur, d'argent et de gueules; au chef d'hermine"

------------

* JC Even : "tredeet diouzh peul, e glazur, arc'hant ha gul, e c'hab en erminig". 

Paroisse : l'église est sous le vocable de saint André.

Histoire :

* Ogée (vers 1780) : Antrain; petite ville sans clôture, à peu de distance de la rivière de Couesnon, sur la route de Dol à Fougères, à 8 lieues 2/3 de Rennes, son Evêché. Cette ville a une brigade de maréchaussée qui se tenait autrefois à Dol, avec subdélégation et un marché tous les mardis. Elle relève du roi, et ne renferme qu'une paroisse d'environ 1200 communiants, dont la cure est en présentation d'un chanoine de l'église cathédrale de Rennes. Hubert ou Herbert, évêque de Rennes, obtint, en 1197, de l'abbé de Marmoutiers, le patronage et la moitié des oblations de l'église d'Antrain, qui jusqu'alors avait été dépendante de cette abbaye.— Antrain avait une forteresse considérable, construite par les ducs de Bretagne, où il y avait, en 1469, une forte garnison commandée par Jean de Porcon. Elle a été assiégée plusieurs fois sans être prise. — En 1550, le roi Henri II donna permission à Pierre, chevalier, seigneur de la Marzelière, de faire construire le château et forteresse de Bonne-Fontaine; et, l'année suivante, il lui permit, par d'autres lettres-patentes, d'y établir un marché et quatre foires franches par chaque année. Pierre de la Marzelière venait d'épouser Françoise de Pontorson, dame de Bonne-Fontaine et du Vivier, (Voy. Bain).

La jurisdiction royale de cette ville fut unie et incorporée au siège royal de Fougères (Voy. Fougères), par édits du roi Charles IX, donnés à Troye, en Champagne, le 29 mars 1564, et à Châteaubriant, au mois d'octobre 1565, Henri III érigea la terre de Bonne-Fontaine en baronnie; les lettres en furent entérinées au Parlement de Bretagne le 13 octobre 1578, en faveur de Renaud, chevalier, seigneur de la Marzelière, qui s'était signalé contre les ennemis de l'Etat. Cette terre a haute, moyenne et basse-justice, et appartient à M. de la Motte de Lesnagé [Lesnage].

On voit, à 2/3 de lieue d'Antrain, sur le chemin de Dol, la forêt de Ville-Cartier, qui appartient au roi et contient environ 1680 arpents de terrain planté en taillis et futaie. Elle est traversée par le grand chemin qui conduit de Dol à Fougères. La Ballue, haute, moyenne et basse-justice, et la Chartière [la Chattière], haute, moyenne et basse-justice, à M. Ruellant du Tiercent. Les Portes, haute, moyenne et basse-justice, à M. Tuffin de la Rouerie. Les manoirs de Langle, le Vivier, et la Barbays, se voyaient aussi dans ce territoire dès le XVè siècle.

* Marteveville & Varin (1840) : ANTRAIN (Ecclesia de Intrandio; étymol. latine : intra amnem ou interamnes; étymol. bretonne : antroum, près la rivière). Le mot Antrum, que quelques-uns croient répondre à Antrain, est le nom latin qui exprime Indre ou plutôt Aindre (voy. ce mot), commune actuelle de la Basse-Indre. — Ville; bureau de poste et relais; chef-lieu de canton; cure de 2° classe, anc. par. de ce nom; chef-lieu de perception; bureau d'enregistrement. — Limit. : N. Sacey (Manche), Sougéal; E. Saint-Ouen-de-la-Rouërie; S. Tremblay; O. la Fontanelle et la rivière de Couesnon, qui y reçoit les deux petites rivières l'Oysance et le Tronçon. — Superf. tot. 930 hect. 98 ar. 63 cent., dont les princip. div. sont : ter. lab. 612; prés et pat. 194; bois 5; verg. et jard. 23; land. et incultes 52; sup. des prop. bat. 8; cont. non imp. 36. Construct. div. 311; moulins à eau 3; construct. indust. 2. — Princip. vill.: Lehomme, la Folie, la Guermondais, le Vivier, la Monnelaie et Langle; moulins de Couesnon, du Vivier, de Bonne-Fontaine. Selon l'abbé Manet (tom. I, p. 128). la bataille d'Azincourt fut pour cette ville une cause d'accroissement, et ce fut à Antrain que se rallièrent les troupes du connétable après la défaite de Saint-James de Beuvron. — En 1793, les Girondins proscrits passèrent à Antrain, sous la protection du bataillon du Finistère. La même année l'armée vendéenne s'empara de cette ville, lors de sa marche sur Grandville, puis elle l'abandonna pour marcher sur Dol. Kléber alors fit fortifier Antrain, pour couper la retraite à l'ennemi; mais ce plan ayant été abandonné, les Vendéens revinrent sur la ville et y défirent les républicains, qui s'enfuirent vers Rennes. L'armée royaliste, en quittant Antrain, y laissa les germes de l'épidémie qui la décimait elle-même. — Ainsi qu'on le voit par le cadastre ci-dessus, les prairies forment une partie considérable de la commune; elles s'étendent sur les bords du Couesnon jusque dans la commune de Sougéal. — La route royale n° 155, d'Orléans à Saint-Malo, traverse Antrain; les routes départementales n° 6 et 16 y aboutissent, la première est dite d'Antrain à Pontorson, la seconde de Dinan à Antrain. — Vue remarquable au village de Langle, ancien manoir. — François de Pontorson possédait, outre Bonne-Fontaine et le Vivier, le manoir de Langle et Tolleville, qui est en Saint-Ouen-de-la-Rouërie. — Toutes ces propriétés passèrent a une demoiselle de Coëtquen, épouse du duc de Duras, qui les vendit à M. de la Motte de Lesnage. Depuis, M. Aubert de Trégomain les a acquises. — La Chattière était une dépendance du marquisat de Saint-Brice. — La Ballue, aujourd'hui à M. Fenigan, est en Bâzouges. La forêt de Villecartier est aussi dans cette dernière commune. (Voy. ce mot.) — M. de la Motte de Lesnage avait acquis Bonne-Fontaine pour 350,000 livres. — Géologie : cette commune repose sur un terrain modifié par le granite. — Archéol. : dom Morice, Preuves', t. II, col. 1213, 1217, 1220, 1222; t. III, col. 963, 954. — On parle le français, A. M. et E. D. V.

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

La ville Ar gêr
Eglise saint André (XIIè, XVIè, 1760, XXè)  Iiz sant Andrev
Chapelle saint Denis Chapel sant Denez
Chapelle de la Croix-Crocq Chapell Kroaz Krec'h
Chapelle saint Laurent Chapel sant Laorans
Chapelle saint Sulpice Chapel sant Sulpis
Motte féodale Moudenn a Grennamzer
Château de Bonnefontaine (XVIè, XIXè)  
Manoir de la Choltais (1528)  
Hôtel Grand-Maison (manoir du XVIIIè)  
Moulin du Vivier  

Étymologie

* Marteville et Varin : " Ecclesia de Intrandio : étymologie latine intra amnen ou inter amnes; étymologie bretonne antroum, près de la rivière. Le mot Antrum, que quelques-uns croient répondre à Antrain, est le nom latin qui exprime Indre ou plutôt Aindre (...), commune actuelle de la Basse-Indre".

* Mairie d'Antrain (1970) : " deux mots latins, Inter Amnes, qui signifient "Entre les fleuves", ou bien, "Au milieu des rivières". Ces deux mots : Inter Amnes, se francisèrent peu à peu pour devenir : Intramnum (XIè s.), puis : Intramnium, Intrenium (XIiè. s.), Entrein (XVIè s.); plus tard : Antrin et, de nos jours : Antrain". 

* Jean-Yves Le Moing : "Intramnum, XI Guillotin de Corson; Intranio, 1112 Abbé Bossard / Archives départementales de Nantes, série B".

* Erwan Vallerie (1995) : Intramnum, XIè

* Éditions Flohic (1999) : du latin inter amnes "entre les rivières".

* Hervé Abalain (2000): < Intramnum au XIè siècle, de inter amnes en latin, "entre les rivières", le Couesnon et la Loisance.

* JC Even : cette étymologie n'est pas d'origine bretonne comme le suggèrent Marteville et Varin.

Personnes connues Tud brudet
Jean de Porçon (1469)  
Famille Ruellan  
Jacques Boulain

seigneur du Plessix (1633)

après son veuvage, entre dans l'Ordre des Carmes sous le nom de José Maria (1635)

 
Famille de la Marzelière  
Françoise de Pontorson

dame de Bonne-Fontaine et du Vivier

 
Famille Tuffin de la Rouërie  
Mlle de Coëtquen, épouse du duc de Duras  

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Communes du canton d'Antrain

Kumunioù kanton *Entraven
Antrain *Entraven
Bazouges-la-Pérouse *Bazeleg-ar-Veineg
Chauvigné * Chauvinyaé

*Kelvinieg

La Fontenelle *Fantanelle / *Fantanig
Marcillé-Raoul * Marczilhae-Raoll

*Kaervarc'hell

Noyal-sous-Bazouges  
Rimou *Rimoù
Saint-Ouen-la-Rouërie  
Saint-Rémy-du-Plain  
Tremblay *Kreneg

Communes limitrophes d'Antrain Parrezioù tro war dro *Entraven
La Fontenelle Sougéal département de la Manche Saint-Ouen-la-Rouerie Tremblay

Sources; Bibliographie :

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780; 

* MM. A. MARTEVILLE et P. VARIN : continuateurs et correcteurs d'Ogée. 1843.

* M.N BOUILLET : Dictionnaire universel d'histoire et de géographie. Hachette et Cie. 1863.

* Éditions ALBIN-MICHEL : Dictionnaire Meyrat. Dictionnaire national des communes de France. 1970.

* Petit Larousse Illustré. Librairie Larousse. 1979.

* Jean-Yves LE MOING : Les noms de lieux bretons de Haute Bretagne. Coop Breizh. 1990.

* Erwan VALLERIE : Traité de toponymie historique de la Bretagne. (3 volumes). Editions An Here. 1995.

* Éditions FLOHIC : Le patrimoine des communes d'Ille et Vilaine. 1999.

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000.

* J.L RAMEL et A.J RAUDE : Liste des communes du département d'Ille et Vilaine. Maezoe-Heveziken. 2003.

* Daniel DELATTRE : L'Ille et Vilaine. Les 352 communes. Éditions Delattre. 2004.

* Ofis Publik ar Brezhoneg / Office public de la langue bretonne : Roll kumunioù Breizh / Liste des communes de Bretagne (12.04.2011)

--------

Correspondance privée : 

- Mairie d'Antrain, le 04 novembre 1970.

Liens électroniques des sites Internet traitant d'Antrain / Entraven

* lien communal : 

- mairie : Place de l'église. 35560. Antrain. Tél : 02.99.98.31.09

- site weeb : http://www.antrain.fr/

* autres sites consacrés à Antrain : 

- Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Antrain#H.C3.A9raldique

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* le blason d'Antrain est une composition de JC Even sur logiciel Genheral5

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Information sur blocage de compte sur Wikipédia

L'information des recherches et découvertes archéologique concernant Saint-Symphorien et Bréssillien, de Paule, permettant d'étayer sérieusement la revendication de Brocéliande historique a été systématiquement rendue impossible sur la page de Wikipedia consacrée à Brocéliande, par des experts en lutinologie, fées et korrigans  . Toute information systématiquement effacée; compte bloqué.

Compte tenu de cela, il est conseillé au lecteur de se reporter aussi à la page

Brocéliande historique.

Jean-Claude EVEN / Marikavel.org

En dro d'ar benn ar bajenn * Retour en tête de page