Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

Bro-Wened

Pays de Vannes

Eskopti Gwened

Evêché de Vannes

   An Alre

Auray

 

pajenn bet digoret e 2003 page ouverte en 2003     * forum du site Marikavel : Academia Celtica  dernière mise à jour 17/03/2019 11:57:39

Définition : commune de la Bretagne historique, en Bro-Wened, évêché de Vannes.

Aujourd'hui dans la région asministrative non historique dite 'de Bretagne', département du Morbihan; arrondissement de Lorient; chef-lieu de canton. 

Superficie : 691 ha.

Population : 4000 hab. vers 1780; 8449 hab. en 1970; 10589 hab. en 1990; 

Armoiries; blason :

* Marteville et Varin (1843) : "Auray portait de gueule, à une hermine passante, au naturel, avec son mantelet d'hermine attaché a son col et flottant sur ses épaules, au chef d'azur, chargé de trois fleurs de lis d'or. Biz."

* Éditions Flohic (1996) : "au blason de la famille d'Auray, de gueules à une hermine passant d'argent, écharpée d'hermine s'ajoute un chef d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or".

* Froger et Pressensé (1999) : "de gueules à une hermine passante d'argent, colletée du même, un manteau d'hermine flottant sur ses épaules; au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or". Armes confirmées par un brevet d'Hozier (1696). La Chartreuse d'Auray était le siège de l'Ordre de Chevalerie "de l'hermine" fondé par le duc Jean IV en 1381. Les fleurs de lys rappellent qu'Auray soutint Charles de Blois (du parti français) contre Jean de Montfort (du parti anglais) jusqu'à la bataille du 29 septembre 1364".

* JC Even : "en gwad, e gaerell tremenant en arc'hant, gwakoliet en erminoù; e gab en glazut karget gant teir flourdilizenn en aour"

Paroisses

- saint Gildas.

- saint Goustan

Histoire :

* Ogée (1780) : L'article consacré à Auray contient huit pages, seize colonnes. Un lien sera mis en place.

* Marteville et Varin (1843) : Auray, en breton Alré. Ce nom se trouve employé dans quelques actes du XIè siècle; celui d'Alrac, et non d'Alras, que donne Ogée, se trouve aussi dans l'acte de 1082, cité par lui. Il y avait dans le Hampshire (Angleterre) une petite ville du nom d'Alré; elle était sur la Wallop, qui passe à Winchester, et à environ deux lieues de cette dernière ville. Sur cet eplacement il y eut plus tard un château nommé Alresford, et qu'on appelle actuellement Itchin. Cette observation n'est pas sans intérêt pour l'histoire de notre pays. — Auray est actuellement commune, chef-lieu de canton, cure de 2è classe, chef-lieu de perception. il y a un bureau d'enregistrement et un bureau de douanes, bureau et relai de poste. Elle a gardé son ancienne succursale Saint-Goustan, qui compte 600 hzbitants, et qui a un desservant. (L'abbaye dite N.D. d'Auray est en Pluneret). — Limit. : N. le Brec'h; E. rivière d'Auray, Pluneret; S. rivière d'Auray (V. ce mot aux rivières); O. le Brec'h, Crac'h. — Le seul village est Saint-Goustan, qui partage le port avec Auray. — Superf. tot. 149 hect 18 a. 57 c., dont les princip. divis. sont : ter. lab. 25; prés et pat. 30; verg. et jard. 40 : marais 11; bois 2; landes et incultes 12 ; sup. des prop. hat. 10. Cont. non imp. 19 Auray est traversé par les routes royales n° 168, dite de Quibéron à Saint-Malo, et 163, dite de Nantes à Audierne. Quelques autres voies de communication viennent aussi y aboutir. — Le port. profondément encaissé, est placé a l'extremité d`un bras de mer, dit rivière d'Auray, qui a environ trois lieues de longueur, et qui est navigable, à l'aide des marées, pour les navires de 500 tonneaux. — Auray fait un assez grand commerce de grains, toiles, beurres, miels, bestiaux, et son port est renommé pour la construction des petits bâtiments marchands; il tire ses bois des forets de Camors et de Lanvaux. — Maison de bienfaisance pour les jeunes filles pauvres, dite la Charité de Saint -Louis, dont l'établissement, dû à Mmes Molé et Lamoignon, a son siège à Vannes. — L'église du Saint-Esprit, située a l'entrée de la belle promenade du Loc, d'où l'on découvre un immense horizon, passe pour avoir été une maison de l'ordre des Templiers; fait qui est assez probable, à ne consulter que l'ordre architectural de ce monument; elle sert actuellement de caserne. — ll ne reste plus rien du château qui protégeait la ville au temps des ducs. Aucune fortification rassure maintenant la position d'Auray, qui serait, en cas de guerre, un point important. — La place de l'Hôtel-de-Ville est fort jolie. — Ogée dit que la Chambre des comptes, qui siégeait on 1286 à Auray, fut transférée, en 1288, à Muzillac; il eût du dire rendue à Muzillac, car elle y siégeait avant d'être à Auray. — Le Kerisper n'est pas en Auray, non plus qu'en Saint-Goustan, mais en Pluneret. Kerantré et le Plessix, aujourd'hui à M. Cauzique, sont en Crac'h. — Géologie : la constitution du sol est toute granitique. — Archéol. : Dom Morice, Preuves, t. 1, col. 132, 134, 135; t. 2, col. 96, 284, 285, 319, 325, 332, 356, 445, 446, 490, 491, 497, 660, 661. 720, 1315, 1704, t. 3, col. 343, 344, 378, 379, 380, 542, 556, 557, 638, 949, 950, 1544, 1639, 1703. — Alb. de Morl., p. 465 B, 558 A et 596 B. — On parle le français et le breton.

Auray portait de gueule, à une hermine passante, au naturel, avec son mantelet d'hermine attaché à son col et flottant sur ses épaules, au chef d'azur, chargé de trois fleurs de lis d'or. Biz.

En 1792, lorsque les troubles éclatèrent en Bretagne, les marins du quartier d'Auray furent des premiers à refuser de partir, et 800 paysans des environs de cette ville marchèrent sur Vannes. — Arrivée à Auray d' un détachement de la garnison de Lorient. — 1794. Les hospices manquent de pain; la ville est menacée par les royalistes. — 1795. Auray est occupé par eux, et, lors de la descente de Quibéron, repris par les républicains, 4 à 5,000 prisonniers faits dans cette bataille sont amenés à Auray par ces derniers. On les entasse dans les prisons; les habitants les secourent de toutes manières. Sombreuil, confié par Hoche à la surveillance d'un policier supérieur, loge libre a l'hôtel, et y mange avec les officiers républicains. Parmi les prisonniers qui s'échappent alors des prisons d'Auray, on remarque le nom de M. De Chaumareix, qui depuis commanda la malheureuse frégate la Méduse. — Création, au 9 thermidor de cette année, d'un tribunal militaire qui siège dans les combles de l'hôtel-de-Ville. Son premier acte est la condamnation de Sombreuil. Cette commission est révoquée, le 27 du même mois, par le général Lemoine, qui propose d'envoyer à Port-Louis tous les prisonniers, pour etre déportés. (Extr. de l'Hist. de la Rev. en Bret. par M. Duchatellier.)

EDV

***************

- 1034 : la seigneurie d'Auray, apanage de la famille de Guingamp, ' ... passe en 1034 dans la maison des ducs de Bretagne, par mariage d'Etienne de Bretagne, fils du comte Eudon, frère du duc duc Alain Fergent, avec Havoise, fille du comte de Guingamp".  (cf. Ogéee).

- 1289 : le duc Jean II assemble son parlement à Auray.

- 1341 : Dans le cadre du début de la querelle de la succession de Bretagne, Auray se range du coté de Jean de Montfort.

- 1342 : Charles de Blois, l'autre prétendant au trône ducal de Bretagne, s'empare de la ville après un siège de 10 semaines.

- Dimanche 29 septembre 1364 : bataille d'Auray, épisode déterminant de la Guerre de succession de Bretagne, opposant Jean de Montfort à Charles de Blois, s'achevant par le mort du second et la victoire du premier.

- 30 octobre 1442 : au château d'Auray, le duc de Bretagne, François II, épouse Isabelle, princesse d'Écosse. La cérémonie est présidée par Jean Validire de Saint-Léon, évêque de Vannes.

suite en préparation.

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

La ville Ar gêr
Église saint Gildas Iliz sant Gweltaz
Église saint Sauveur Iliz ar Salver Santel
Église Charles de Blois Iliz Charlez Bleiz
Couvent des Capucins Kouent ar Gapusined
Couvent des Cordelières Leandi ar Gordennerezed
Chapelle Notre Dame Chapel Itron Varia
Chapelle de la Commanderie Hospitalière du Saint-Esprit de Montpellier Chapel Komandi Ospitalerien ar Spered Santel a Vontpellier
Chapelle saint Cado Chapel sant Kadou
Manoir Moncan  
Manoir de Talhouët-Salo Maner Talhouet-Salo
Port et pont de Saint-Goustan Porzh ha pont Sant C'houstan
Tour du Loch Tour al Loc'h
Mausolée de Georges Cadoudal, à Kerléano Kanvdi Jorj Kadoudal, e Kerleanoù

Étymologie :

* Ogée (vers 1780) : "(Bertrand) d'Argentré prétend que le peuple qui occupait anciennement le territoire d'Auray était connu sous le nom d'Arrubii ..."

" La première pièce qui fasse mention de ce château (d'Auray) c'est une donation faite par Hoel, premier du nom, duc de Bretagne, à l'abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé : elle est datée du château nommé Alras, l'an 1069. Une autre donation faite à la même abbaye par Hascued, fils de Roderch, en 1082, est terminée par ces mots : Factum est hoc apud castrum Alras (Alrac), Hoelo comite ibi curiam tenente cum multis baronibus ( Ceci fut fait au château d'Alras, où séjournait le duc Hoel avec les principaux seigneurs bretons)."

* Dauzat et Rostaing (1978) : "Alrae, 1069; Alrai, 1168 ... probablement (issu) d'un nom de personne. Voir Ploaré". 

* Erwan Vallerie (1995) : "Alrae, 1081; Alrae, 1099; Auray, 1129; Auraio, 1136; Auray, 1139; Alrae, 1139; Alraycum, 1187; Alraium, 1208; Elrayo, 1233; Elraii, 1241; Olraium, 1278; Elrayo, 1279; Aurray, 1282; Aureio, 1291; Elray, Auray, Aurey, 1309; Auroyo, Auroy, Aureyo, Aurroyo, Aurrayu, 1371; Aulray, 1371; Auroy, 1381; Tenoualray, 1437; Alraii, Alrayo, 1453; Alrayo, 1516; Aulray, 1561; Auray, Alray, Auray, 1636."

* Éditions Flohic (2000) : "Castrum Alrea; Cartulaire de Quimperlé, 1082"; "du latin aula regia, cour royale, pour certains, du nom Erius pour d'autres, ou encore à rapprocher de la cité d'Alré dans le Hampshire".

* Hervé Abalain (2000) : "Castrum Alrae, 1069; forteresse d'Alrac, ancien château fort".

Personnages historiques Tud brudet
Charles de Blois

Duc de Bretagne

Châtillon, 1319 / Auray, 1364

Charlez Bleiz

Dug a Vreizh

Châtillon, 1319 / An Alre, 1364

Pierre-Marie BRIEND

marchand; émigré; a participé au débarquement raté des royalistes à Quiberon en 1795; capturé, il est condamné à Quiberon le 18 thermidor AN III / mercredi 5 août 1795

Per-Mari BRIEND

marc'hadour; divroet; bet kemeret perzh d'an dilestradeg c'hwitet ar roueelerien e Kiberen, e 1795; bet tapet, kondaonet eo bet e Kiberen ar 18 thermidor AN III / Merc'her 5t a viz Eost 1795

Pierre Corvay

laboureur; émigré; a participé au débarquement raté des royalistes à Quiberon en 1795; capturé, il est condamné à Vannes le 8 ventôse AN IV / samedi 27 février 1796, à l'âge de 40 ans.

Per Corvay

labourer; divroet; en eus kemeret perzh d'an dilestradeg c'hwitet ar roueelerien e Kiberen e 1795; bet tapet; eo bet kondaonet e Gwened an 8 ventôse AN IV / sadorn 27 C'hwevrer 1796, oajet a 40 bloaz.

Etienne Danic

portefaix; émigré; a participé au débarquement raté des royalistes à Quiberon en 1795; capturé, il est condamné à Vannes le 28 nivôse AN IV / lundi 18 janvier 1796, à l'âge de 48 ans.

Steven Danic

simmiad; divroet; en eus kemeret perzh d'an dilestradeg c'hwitet ar roueelerien  e Kiberen e 1795; bet tapet; eo bet kondaonet e Gwened an 28 nivôse AN IV / Lun 18 Genver 1796, oajet a 48 bloaz.

Jean David

laboureur; émigré; a participé au débarquement raté des royalistes à Quiberon en 1795; capturé, il est condamné à Vannes le 29 nivôse AN IV / mardi 19 janvier 1796, à l'âge de 45 ans.

Yann David

labourer; divroet; en eus kemeret perzh d'an dilestradeg c'hwitet ar roueelerien  e Kiberen e 1795; bet tapet; eo bet kondaonet e Gwened an 29 nivôse AN IV / Meurzh 19 Genver 1796, oajet a 45 bloaz.

Jean-Pierre DESMOTE

tourneur; capitaine de chouans; a soutenu le débarquement des royalistes à Quiberon en 1795; capturé, il est condamné à Quiberon le 18 thermidor An III / mercredi 5 août 1795, à l'âge de 55 ans.

Yann-Ber DESMOTE

turgneur; kabiten ar chouanted; en eus skoazellet dilestradeg ar roueelerien  e Kiberen e 1795; bet tapet, eo bet kondaonet e Kiberen, ar 18 thermidor AN III / Merc'her 5t a viz Eost 1795, oajet a 55 bloaz.

Père Gabriel DESHAYES

curé d'Auray, co-fondateur de la congrégation des frères de l'Instruction chrétienne. 

Beignon le 04 décembre 1767 / Saint-Laurent-sur-Sèvres, en Vendée, le 28 décembre 1841

Tad Gabriel DESHAYES

person An Alre, ken-diazezour breuriezh Breudeur Kelennadurezh Kristen.

Beignon ar 04t Kerzu 1767 / Saint-Laurent-sur-Sèvres, e Vande, an 28 Kerzu 1841

Jean-Marie Barré  
Mr Loiseau, maître hydrographie  

Armorial * Ardamezeg

     
Philippe Cadio du Parc Cadoc de Keralbaud      
sénéchal d'Auray en 1609 seigneurs de Kerloyo, en Saint-Goustan un lieutenant des maréchaux de France à Auray en 1781

(PPC)

     

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   
   

i

Hent Sant-Goustan

Extrait de Visages de la Bretagne. 1941

Communes du canton d'Auray Parezzioù kanton an Alre
Auray An Alre
Le Bono Ar Bonoù
Crac'h Krac'h
Locmariaquer    
Plougoumelen    
Plumergat    
Pluneret    
Saint Philibert    
Sainte Anne d'Auray   Santez Anna Wened / Keranna

i

Le cercle celtique d'Auray, au festival interceltique de Lorient, en 2003

Sources; Bibliographie :

- Ogée : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780; revu et corrigé par MM. A. Marteville et P. Varin en 1843.

- Éditions Albin-Michel : Dictionnaire Meyrat. Dictionnaire national des communes de France. 1970.

- Éditions Le Flohic : Le patrimoine des communes du Morbihan; 1996 

- Michel Froger et Michel Pressensé. Armorial des communes du Morbihan. Froger SA. 1999.

- Hervé Abalain : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000. 

Liens électroniques des autres sites traitant d'Auray / An Alre : 

* lien communal : 

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* Autres pages de l'encyclopédie Marikavel.org pouvant être liées à la présente :

http://marikavel.org/heraldique/bretagne-familles/accueil.htm

http://marikavel.org/broceliande/broceliande.htm

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* sauf indication contraire, l'ensemble des blasons figurant sur cette page ont été dessinés pat J.C Even, sur bases de GenHerald 5.

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Retour en tête de page