Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

Sant Brieg

Saint Brieuc

 

Bréhand-Moncontour

*Brehant-Monkontour

 

pajenn bet digoret e 2003 page ouverte en 2003

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour 21/04/2017 20:15:43

Définition : commune de la Bretagne historique, évêché de Saint-Brieuc. 

Aujourd'hui dans la région économique non historique dite "de Bretagne", département des Côtes d'Armor, arrondissement de Saint-Brieuc; canton de Moncontour-de-Bretagne; sur la Truite et l'Evron.. 

Superficie : 2495 ha.

Population : 3000 'communiants' vers 1780; 2078 hab. vers 1860; 2007 hab. en 1878; 2021 hab. en 1881; 1307 hab. en 1968; 1369 hab. en 1982; 1297 hab. en 1990; 1271 hab. en 1999; 

Armoiries; blason :

* Régis de Saint-Jouan : "de gueules à un léopard d'argent". Ce sont les armes de l'ancienne famille de Bréhant, aujourd'hui éteinte (depuis le 16 février 1886). Le léopard figurait sur le sceau de Geoffroy de Bréhant en 1405 ... et sur celui de Jean de Bréhant en 1275 ..."

* Editions Flohic : "ce sont les armes des Bréhand".

* Froger et Pressensé : Armes de la famille de Bréhant (sceau de 1275). Devise : "Foi de Bréhan vaut mieux qu'argent".

* JC Even : "en gwad, e leonparzh en arc'hant"

Paroisse : église sous le vocable de Notre Dame

 

1

Extrait de Jean rigaud

Histoire :

* Ogée (1780) : Bréhand-Moncontour; dans un fond, sur le bord de la route de Lamballe à Pontivy; à 4 lieues au S.-E. de Saint-Brieuc, son évêché et son ressort; à 15 lieues 3/4 de Rennes, et à 1 lieue 1/2 de Moncontour, sa subdélégation. M. le duc de Penthièvre est le seigneur de cette paroisse, dont la cure est en la présentation de l'abbé de Saint-Melaine. On y compte 1300 communiants. On voit dans ce territoire, qui est régulier et couvert d'arbres, des terres fertiles en froment, seigle et autres grains; des prairies, des pâtures et quelques landes. 

L'an 1100, l'église  de cette paroisse appartenait à des laïques, qui en jouissaient depuis long-temps à titre d'héritage. En 1131 elle fut mise entre les mains de Jean, évêque de Saint-Brieuc, qui la donna à l'abbaye de Saint-Melaine, qui en a toujours conservé la présentation. Launay-Madeuc, Launay-Gouray et Beauvais, hautes, moyennes et basses-justices, qui s'exercent dans cette paroisse, appartiennent toutes les trois à M. le marquis de Langeron; Resnon, haute, moyenne et basse-justice, qui s'exerce dans la basse salle de Moncontour, à M. de Resnon. En 1500, on connaissait dans ce territoire les maisons nobles suivantes : la Ville-Eon, à Guillaume Toquet; le Vau-Theal, Beauvais et la Ville-Rouxel, à Jean Gouyon; le Bou-hardi (le Bois-Hay), à Gouyon-le-Forestier; le Camby (le Quemby), au sieur de Kermené; la Ville-Mothan, à Pierre Chalon; la Ville-Kermarquer, à Jacques Poulain; le Greneil (le Greny), à Mathurin le Chartier; la Ville-Louet, à Guillemette Rougeault, et le Guengo (le Quengo), à Raoul-le-Forestier.

Cette paroisse est la patrie de Basher de la Villéon, religieux capucin, connu sous le nom de Révérendissime Père Aimé, élu général de son ordre le 20 mai 1768. On a remarqué qu'il était le premier capucin français parvenu à cette dignité.

* Marteville et Varin (1843) : BRÉHAND-MONCONTOUR, ou mieux BRÉHAND, commune formée de l'anc. par. de ce nom, aujourd'hui succursalle. - Limit. : N. Meslin; E. Landehen, Trimoël; S. Trébry, Trédaniel; O. Henon, Quessoy. - Princip. vill. : Quembly, Sansie, le Creny, Salle-Brehant, Village-ès-Chiens, Ville-Louët, Ptrbis, Pré-Simon, Ville-Brecey, Maguello, Ville-Renau, Chenot, Launay, les Fermes, Ville-Morhen, Lesquin, Grande-Vigne, Portes-Cargouet, Grand-Quengo, le Flos, Cacaut. - Superf. tot. 2534 hect. 68 a. 96 c., dont les princip. divis. sont : ter. lab. 1939; prés et pât. 171; bois 27; verg. et jard. 11; landes et incultes 188; sup. des prop. bât. 16; cont. non imp. 182. Const. div. 341. Moulins 10 (Grands Moulins, Laulnay, Ville-es-Marquets, de Lery, Combourg, du Plessix, Renou, la Côte-Renou, à eau; de la Mi-Voie, de Saint-Malo, à vent). Il y avait une chapellenie des Fermes, selon le Pouillé de Tours de 1648. - Chapelle de la Trinité, du Pressoir, Saint-Malo. - C'est en cette commune que, en 1795, le chef royaliste Boishardy fut cerné et tué en un champ où il passait la nuit, crainte de surprise. A cette occasion, Hoche écrivit cette belle lettre dans laquelle il ordonnait d'arrêter les officiers de grenadiers commandant le détachement qui avait coupé et promené la tête de ce chef. - Archéologie : Dom Morice, Preuves, t. I, col. 552. - On parle le français. 

* Daniel Delattre (2004) : "Ancienne paroisse primitive qui englobait les territoires de Bréhand, ainsi que ceux de Trébry, Trédaniel et Trégenestre".

--------

Mairies de Bréhand : 1793 : BOINET; 1802 : HEMERY; 1816 : VISDELOUP de BEDEE; 1830 : J. RICHECOEUR; 1832 : P. RICHECOEUR; 1849 : De CATUELAN; 1850 : De DELIZAL; 1855 : MORIN; 1859 : Cte HARSCOUET; 

 

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Le bourg Ar bourg
Église Notre Dame de Bréhand Iliz Itron Varia
Chapelle saint Malo (XVIè) Chapel sant Malo
Manoir et chapelle de Quimby (XVè)  
Manoir et pigeonnier du Launay-Madeuc / Launay-Gouray  
Manoir, chapelle et colombier de Beauvais  
Manoir de Boishardy (XVIè)  
Château du Chêne (XVIIè)  
Manoir de la Ville-Morhen (1571), en ruines  
Manoir de la Ville-Louët (XVIè - XVIIIè)  
Manoir de Métairies (fin XVIè)  
Manoir du Quengo (XVIè)  
Manoir du Chênot (XVIIè ?)  

Étymologie

*Régis de Saint-Jouan (1990) : " Brehant, vers 1132; Brehant Moncontor, 1225; Brehant, 1274; Brehan, 1317; Brehan, 1426; Brehant-Moncontour, 1435; Brehand, 1678; Brehand-Moncontour, 1691; Bréhaud, 1801; Brehand, 1802; Bréhand, 1861; Bréhand-Moncontour, 1860)

* Bernard Tanguy (1992) : " Eccl. de Brehant, 1120-1126, v. 1160, 1200, 1208; Brehan, 1121; Brihan, 1158; Brehant Moncontor, I225; par. de Brehant, 1274; Brehant-Moncontour, 1435; gallo Brehan.

Très tôt distingué, par la référence à la localité voisine de Moncontour, de son homonyme Bréhan-Loudéac (Morb.), situé dans le même diocèse, Bréhand fît partie du fief épiscopal des Régaires de Saint-Brieuc avant de devenir une dépendance de l'abbaye de Saint-Melaine de Rennes. Son église fut, en effet, donnée à celle-ci entre 1120 et 1126, par l'évêque de Saint-Brieuc, avec l'accord de deux laïques, qui la détenaient par droit héréditaire, en présence de son desservant, le prêtre Judicaël. Cette donation, contestée par la suite, fut, un siècle durant, source de conflits entre l'évêque et l'abbaye rennaise. La question ne fut réglée qu'en 1225.

On a pensé que la paroisse devait son nom à un hagionyme correspondant au gallois Brychan, mais l'hypothèse paraît contredite par la présence quasi constante dans les formes anciennes du toponyme, comme dans celles de son homonyme, d'un -t final. De ce fait, il convient plutôt d'en rapprocher le nom de Brehant Dincat, contrée du Pays de Galles, mentionnée dans la Vie de saint Paul-Aurélien en 884, et dont le premier terme est glosé guttur "gorge" par son auteur. Le toponyme aurait en ce cas un sens topographique".

* Hervé Abalain (2000) : "Brehant en 1132, hagionyme d'origine galloise; les deux paroisses (Bréhand) faisaient autrefois partie de l'évêché de Saint-Brieuc, d'où la nécessité de les distinguer l'une de l'autre".

* Daniel Delattre (2004) : "Brihan au XIIè; Brehant-Moncontour au XVè". 

Personnes connues Tud brudet
Guillaume de Launay

partisan de Charles de Blois

 
Charles Madeuc

seigneur de Launay-Madeuc, 1436

 
Louis Bascher de la Villéon

en religion P. Aimé de Lamballe

Manoirdu Chêne, 1694 / Paris, 17 mai 1773

 
Louis-Robert-Hippolyte de Bréhant, comte de Plélo

diplomate et poète

(?) 1699 - Dantzig 1734

 
Amateur-Jérôme-Sylvestre Le Bras de Forges, dit Boishardy

chef chouan

Quimby, en Bréhand, 13 octobre 1762 / Saint-Malo de Bréhand, 17 juin 1795

Amateur-Jerom-Jelvetr Le Bras de Forges, anavezet Boishardy

penn chouan

Kembi, e Brec'han, 13 Here 1762 / Sant-Malo Brec'han, 17 Mezheven 1795

Ludovic de Foucaud

maire de Moncontour, représentant des Côtes-du-Nord à l'Assemblée Nationale (8.02.1871), conseiller général (oct. 1871)

Bréhand, 26.08?1817 / Versailles, 8.01.1872

 

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Communes du canton de Moncontour Parrezioù kanton Monkontour
Bréhand  
Hénon  
Moncontour Monkontour
Penguily    
Quessoy    
Saint-Carreuc    
Saint-Glen    
Saint-Trimoël    
Trébry    
Trédaniel    

Communes limitrophes de Bréhand  
Hénon Quessoy Meslin Landéhen Saint-Trimoël Trébry Trédaniel Moncontour

Sources

* OGEE : Dictionnaire de Bretagne; 1780.

* A. MARTEVILLE et P. VARIN : continuateurs et correcteurs d'Ogée; 1843.

* Anonyme : Dictionnaire des communes du département des Côtes du Nord. vers 1860.

* Adolphe JOANNE : Département des Côtes du Nord. Hachette. 1878.

* Éditions ALBIN-MICHEL : Dictionnaire des communes de France. 1970.

* Régis de SAINT-JOUAN : Dictionnaire des communes . Département des Côtes d'Armor. Éléments d'histoire et d'archéologie. Conseil Général des Côtes d'Armor. Saint-Brieuc. 1990.

* Éditions FLOHIC : Le patrimoine des communes des Côtes d'Armor. 1998.

- Bernard TANGUY : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes-d'Armor. 1992

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000.

* Daniel DELATTRE : Les Côtes d'Armor. Les 372 communes. Éditions Delattre. 2004.

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes des Côtes d'Armor et Ille et Vilaine. 2008.

Liens électroniques des sites Internet traitant de Bréhand-Moncontour / *Brehant-Monkontour  :  

* lien communal : 

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* pour le blason de Bréhand : dessin JC Even sur logiciel Genhéral5. 

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Information sur blocage de compte sur Wikipédia

L'information des recherches et découvertes archéologique concernant Saint-Symphorien et Bréssillien, de Paule, permettant d'étayer sérieusement la revendication de Brocéliande historique a été systématiquement rendue impossible sur la page de Wikipedia consacrée à Brocéliande, par des experts en lutinologie, fées et korrigans  . Toute information systématiquement effacée; compte bloqué.

Compte tenu de cela, il est conseillé au lecteur de se reporter aussi à la page

Brocéliande historique.

Jean-Claude EVEN / Marikavel.org

Retour en tête de page