Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux

Noms de personnes

Breizh

Bretagne

Bro-Gernev

Cornouaille

Dinéault *** Dineol

pajenn bet digoret an 03.04.2009 page ouverte le 03.04.2009    

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

dernière mise à jour 04/01/2015 18:23:08

Définition : commune de la Bretagne historique, dans l'évêché de Cornouaille. Aujourd'hui dans la région économique dite 'de Bretagne', département du Finistère, arrondissement de Châteaulin, canton de Châteaulin; sur l'Aulne et le Garvan.

Superficie : 4763 ha.

Population : 1300 'communiants' vers 1780; 1877 hab. en 1878; 2061 hab. en 1906; 1364 hab. en 1968; 1661 hab. en 1982; 1547 hab. en 1990; 1391 hab. en 1999; 

Blason; Logo

* Editions Flohic (1990) : "la bordure évoque la forteresse, les hermines symbolisent la Bretagne, la burelle bleue traduit les méandres de l'Aulne, et les trois pointes représentent les sommets qui dominent la commune. Le vase rappelle la fabrique de poteries et le pot d'aromates est celui de Marie Madeleine, patronne de la paroisse".

* Froger et Pressensé (2001) : "d'or, à la burelle d'azur, haussée, vivrée de trois pièces, accompagnée en chef de deux mouchetures d'hermine (calées dans les chevrons versés formés par la burelle), et en pointe, d'un vase sphérique de gueules; à la bordure crénelée de gueules". Concepteur : Bernard Le Brun. P.F. : 14 octobre 1992. Le vase rappelle la fabrique de poteries qui a fonctionné jusqu'à la Révolution, ainsi que le vase à parfum de Marie-Madeleine, patronne de la paroisse. La burelle symbolise l'Aulne, et ses 3 pointes représentent les 3 sommets, dont le Ménez-Hom, qui domine Dinéault. La bordure crénelée évoque une forteresse ("Din" en vieux breton).

Paroisse : église sous le vocable de sainte Marie-Madeleine.

Histoire :

* Ogée (1780) : Dinault [Dinéault*] ; à 4 lieues 1/2 au N.-N.-O. de Quimper, son évêché; à 39 lieues de Rennes; à 1 lieue 1/6 de Châteaulin, sa subdélégation, et à 2 lieues au S. de la rivière d'Aulne. Cette paroisse, qui relève du roi, ressortit au siège royal de Châteaulin, et compte 1300 communiants. La cure est présentée par l'abbé de Landevenec. Ce territoire, situé dans les montagnes de Menehan [Ménéhom] , sur le sommet desquelles on ne voit que des rochers, est très-peu cultivé, si ce n'est du côté de la rivière d'Aulne qui l'arrose. Il renferme les forêts de Rolsac et de Rosarnou *.

* Marteville et Varin (1843) : DINÉAULT (sous l'invocation de sainte Madelaine); commune formée de l'anc. par. de ce nom, aujourd'hui succursale. — limit. : N. Logonna-Quimerch, Rosnoën, rivière d'Aulne; S. Châteaulin, Saint-Ségal, rivière d'Aulne; S. Plomodiern; O. Trégarvan, Saint-Nic. — Princip. vill. : Duault, Lanbihan, Toulancoat, Kersédan, Rosconnec, Coz-quinquis, Gouspaing, Keranqueri, Kerguily. — Superf. tôt. 4715 hect., dont les princip. divis. sont : ter. lab. 1015; prés et pat. 159; bois 307; canaux el étangs 70; landes et incultes 2810; sup. des prop bât. 19; cont. non imp. 335. Const. div. 273; moulins 12. Maison remarquable : le manoir de Lézaf. >>> Ogée a écrit Dinault, et nous écrivons Dinéault, pour nous conformer à l'orthographe admise aujourd'hui; mais, selon M. de Blois, les très-anciens actes écrivent Dineule. Le mot Din, colline, entre évidemment dans la composition de ce nom : en effet, Dinéault renferme à son extrémité ouest la montagne de Ménéhom, l'un des points les plus élevés de la Bretagne, et dont le sommet est, selon M. l'ingénieur des mines de Billy, a 330 m. 60 c. au-dessus lu niveau de la mer. Cette montagne, qui est à 28,000 m. le Brest, d'où on l'aperçoit parfaitement, paraît être un point détaché de la chaîne des Montagnes Moires, ainsi que le Menébras, situé à l'est de la commune. — Ce qu'Ogée appellc les forêts de Rolsac et de Rosarnou sont des taillis qui n'ont pas entre eux deux 300 hectares. — II y a foire e 22 février et le lundi de la Trinité. — Géologie : grès dans le sud; terrain tertiaire moyen dans le nord; quelques carrières d'ardoises. — On parle le breton.

* Bernard Tanguy (1992) : 

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Le bourg Ar bourg
Église sainte Marie Madeleine (XVIIè-XIXè s.) Iliz santez Mari-Madalen
Calvaire de l'église (XVIIè) Kalvar an iliz
Chapelle saint Dispar (à Loguispar)  
Chapelle saint Exuper (XVIIè-1893)  
Fontaine Feunteun
Le gué Ar roudour
Menhir et souterrain dans une vaste enceinte, près de Kérédan.  
Dolmens  
Le Ménez-Hom Tossen Menehom
Manoir de Trévoazec  

Étymologie

* Marteville et Varin (1843) : Ogée a écrit Dinault, et nous écrivons Dinéault, pour nous conformer à l'orthographe admise aujourd'hui; mais, selon M. de Blois, les très-anciens actes écrivent Dineule. Le mot Din, colline, entre évidemment dans la composition de ce nom : en effet, Dinéault renferme à son extrémité ouest la montagne de Ménéhom, l'un des points les plus élevés de la Bretagne,

* Albert Dauzat et Charles Rostaing (1963-1978) : "breton Dinéol; de din et breton heol, soleil".

* Bernard Tanguy (1992) : " Plebs Dineule, XIe s.; Dineult, 1400; Dineul, 1401; Dineaull, 1405; Dineaul, 1448; breton Dineol.

Comprise entre l'Aulne et la ligne de crête qui culmine au Méné-Hom, la paroisse de Dinéault relevait jadis de l'abbaye de Landévennec, à qui elle fut donnée vers la fin du Xe siècle par une noble dame nommée Iunargant. Le bourg, situé sur une hauteur, se trouve placé sur le trajet d'un ancien chemin qui longe la chaîne du Méné-Hom. Son nom est un composé formé avec le vieux-breton din "colline fortifiée", correspondant du gallois din et du gaulois dunon (cf. Crozon).

On avait cru reconnaître dans le second terme, dont le -t final est sans valeur, un hagionyme Eol, qu'on avait abstrait de Péaule (Morb.), à partir des graphies Pleaule en 1387, Ploeaule en 1454, mais l'hypothèse est démentie par la forme Plebs Gavele donnée pour ce toponyme, au XIe siècle. En fait, il pourrait s'agir du breton heol "soleil", en vieux-breton houl, en moyen-breton heul, avec — comme dans Brénéol pour *Brenhéol "la colline du soleil", nom de village de Landudec — disparition de l'aspirée initiale. Ce phénomène, répandu aujourd'hui dans une large zone à laquelle appartiennent Dinéault comme Landudec, apparaît aussi au Xe siècle dans le composé vieux-breton guoidoch "sanglier" (pour guoid, aujourd'hui gouez, "sauvage" et hoch, aujourd'hui hoc'h "cochon").

La découverte sur le territoire de Dinéault d'une statuette de bronze gallo-romaine présentant les caractéristiques de Minerve, pourrait ajouter à cette étymologie. C'est en effet, sous le nom de Sul qu'était, notamment, honorée cette divinité. Sans doute éponyme de Sulim, station routière mentionnée au IVe siècle, qui correspondrait aujourd'hui à Castennec, en Bieuzy (Morb.), elle avait, outre-Manche, à Bath, dans le Somerset, ville appelée Aquae Sulis, un temple où brûlait un feu perpétuel. Fréquent dans l'anthroponymie bretonne ancienne sous la forme sul, ce terme, qui a pour variante en vieux-breton sol et procède du latin solis "soleil", apparaît aussi dans le nom de Saint-Sula, village de Plomodiern, sur l'autre versant de la montagne.

De ce fait, on ne peut écarter l'hypothèse que Dinéault puisse être un substitut brittonique d'un gaulois *Dunosulis. Le nom de Dinsol est attesté, mais outre-Manche : la Vie galloise de saint Cadoc donne ce nom au mont Saint-Michael, en Cornwall. Consacrée à la déesse solaire, la colline de Dinéault serait devenue plus prosaïquement celle du soleil.

* Éditions Flohic (1998) : "de l'ancien breton din, colline fortifiée, et du breton heol, soleil".

* Hervé Abalain : "Dineol (de plebe Dineule au XIè siècle); "forteresse d'Eol".

* Daniel Delattre (2004) : 

----------

Observation JC Even : Le Menez-Hom a été identifié au Cruc Occhidient / Duma Occhidient / Cumulum Occidentalem des références de Nennius concernant les points de repères du territoire accordé aux Britto-romains de Maxime vers 385 ap. J.-C.

Personnes connues Tud Brudet
   

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Communes du canton de Châteaulin  Parrezioù kanton Kastellin
Cast Kast
Châteaulin Kastellin
Dinéault Dineol
Kerlaz Kerlaz
Locronan Lokorn
Ploéven Ploven
Plomodiern Plodiern
Plonévez-Porzay Plonevez-Porze
Port-Launay Meil-arWern
Quéménéven Kemenven
Saint-Coulitz Sant Kouli
Saint-Nic Sant Vig
Saint-Ségal Sant Segal
Trégarvan Tregarvan

Communes limitrophes de Dinéault Parrezioù tro war dro Dineol
Trégarvan Rosnoën Pont-de- Buis-les-Quimerc'h Saint-Ségal Saint-Coulitz Plomodiern Saint Nic

Sources; Bibliographie :

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780; 

* MARTEVILLE et P. VARIN, continuateurs et correcteurs d'Ogée, en 1843.

* Adolphe JOANNE : Département du Finistère. Hachette. 1878.

* Albert DAUZAT et Charles ROSTAING : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Librairie Larousse, 1963; Librairie Guénégaud, 1978.

* Éditions Albin-Michel : Dictionnaire Meyrat. Dictionnaire national des communes de France. 1970.

* Roparz HEMON : Nouveau dictionnaire breton-français. 5è édition. Al liamm. 1973

* Bernard TANGUY : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses du Finistère. Chasse-Marée. Ar Men. 1990

* Éditions FLOHIC : Le patrimoine des communes du Finistère; 1998.

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000.

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes du Finistère. Froger SA. 2001.

* Daniel DELATTRE : Le Finistère. Les 283 communes. Éditions Delattre. 2004.

Liens électroniques des sites Internet traitant de Dinéault / Dineol

* site communal : 

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* pour le blason de Dinéault : dessin JC Even, sur logiciel Genherald5.

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig vas vite, mon petit ami

go fast, my little friend

retour en tête de page