Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

Bro Roazhon

Pays de Rennes

Roazhon

Rennes

 

Martigné-Ferchaud

Martinyaé

(*Marzhinieg-Houarnboezh)

 

pajenn bet digoret d'an 27t a viz Mae 2013 page ouverte le 27 mai 2013

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour 13/05/2014 18:12:14

Définition : commune de la Bretagne historique, en Pays de Rennes / Bro Roazhon; évêché de Rennes.

Aujourd'hui dans la région économique dite 'de Bretagne', département d'Ille et Vilaine, arrondissement de Rennes; canton de Retiers; sur le Semnon.

Superficie : 7408 ha.

Population : 3000 'communiants' vers 1780; 3994 hab. en 1881; 3227 hab. en 1968; 3150 hab. en 1982; 2634 hab. en 1999; 

Armoiries; blason :

* Froger et Pressensé : "d'argent à la quintefeuille de gueules". Armes de la famille de Martigné (XIè siècle)

* JC Even : "en arc'hant, e pempdiliaouenn e gul".

Paroisse : sous le vocable de saint Pierre

Histoire :

* Ogée (1780) :  Martigné-FerChaud; gros bourg, avec titre de châtellenie, sur la route de Chateaubriand à LaGuerche; à 9 lieues au S.-E. de Rennes, son évêché et son ressort, et à 3 lieues 1/4 de Chateaubriand, sa subdélégalion. On y compte 3000 communiants. La cure est à l'Ordinaire, et vaut environ 9,000 livres de rente. — M. le prince de Condé est seigneur de cette paroisse*, où il y a marché le vendredi. Il s'y tient une foire le premier vendredi du mois de mai; elle dure deux jours. Martigné avait autrefois titre de ville. On y connaît plusieurs jurisdictions et maisons nobles : Martigné, haute, moyenne et basse-justice, à M. le prince de Condé; la Jartière, moyenne et basse-justice, à M. de la Chevière de Saint-Moran; la Rochère, moyenne et basse-justice, à MM. de Rhuis; le prieuré de Saint-Symphorien, moyenne et basse-justice, à M. l'abbé de Vermond, prieur; la Pilardière et Seguintière, moyenne et basse-justice, à N... — Le plus ancien seigneur que nous connaissions est Yves de Martigné, qui donna, l'an 1060, les dîmes qu'il possédait en cette paroisse à l'abbaye de Marmoutiers. — En 1200, le château de Martigné passait pour une place assez forte : on en voit encore les ruines auprès d'un grand étang qui forme un des bras de la rivière de Semnon, et auprès duquel on a construit, en je ne sais quelle année, une forge à fer; métal abondant dans le canton, où l'on trouve aussi de la mine de plomb et des marcassites. — La Chevière appartenait, en 1500 [en 1427], à César de la Chevière, aujourd'hui à M. de la Chevière, un de ses descendants : cette seigneurie a une basse-justice; la Seguintière, le Bignon et le Tertre, à N... Ce territoire est fort étendu et couvert. On y voit les forêts Neuve et d'Araise, qui ne sont séparées que par le grand chemin. Elles peuvent contenir ensemble mille six cent quatre-vingts arpents de terrain : elles appartiennent à M. le prince de Condé. Des terres en labour, des prairies, des arbres à fruits pour le cidre, et des ruisseaux qui vont se jeter dans la rivière de Bruc : voilà ce qui occupe le reste du terroir.

* Marteville et Varin (1843) : MARTIGNÉ-FER-CHAUD (sous l'invocation de saint Pierre); commune formée de l'ancienne par. de ce nom; aujourd'hui cure de 2è classe, érigée le 24 janvier 1827; bureau d'enregistrement; chef-lieu de perception; brigade temporaire de gendarmerie; bureau de poste. — Limit. : N. Coësmes, Rhetiers, Forges; E. Forges, Eancé, département de Maine-et-Loire; S. Villepot, Fercé; O. Thourie, Coësmes. — Princip. vill. : Lâpre, Lorière, le Haut et Bas-Boulay, l'Epine Veillon, la Rougerie, la Chevalerie, la Bergerie, la Haute et Basse Haie-Poulain, la Monnerie, Yvay, la Rimbellière, Saint-Morand, le Mast, la Noë-Maheu, la Cohue, la Soulvachère, la Frogerie, le Haut-Pays, la Fraudière, la Primaudiére, Penchat, Thiellay, Haut et Bas-Clairet, le Breil-Neret, la Romerie, la Verrerie-Ferrard, l'Hommelet, la Noë-Jollys, le Harou, le Chêne. — Fermes et maisons notables : la Mintière, la Forge, la Seguintière, le Mignon, la Pillardière, la Chevière, la Rouachère, la Chouannière. — Superf. tot. 7408 hect., dont les princip. div. sont : ter. lab. 4411; prés et pat. 945; bois 1099; verg. et jard. 88; landes et incultes 199; étangs 90; sup. des prop. bat. 36; cont. non imp. 238. Const. div. 827 : moulins 13 ( du Coudray. de Penchat, de Guera, de Saint Morand, a eau; de la Haye, du Châtaignier, des Grées, des Grées-de-Pêche, des Fontenelles, des Harouillères, de la Rouachère, de la Bée, à vent). La commune de Martigné-Fer-Chaud possède, ainsi que son nom l'indique, une exploitation de fer. Le haut-fourneau de Martigné, auquel est jointe une forge, fournissait annuellement au commerce, avant 1789, 150,000 kil. de fer. Il en fournit actuellement plus de 200,000. — II y avait jadis, outre l'église, un prieuré valant 800 livres, et qui était à présentation de l'abbé de Marrnoutiers. — Cette commune est traversée de l'est à l'ouest par le grand étang qui porte son nom, et par la rivière de Samnon. La route de Châteaubriand a Caen la traverse aussi du sud-sud-ouest au nord-nord-est, ainsi que la route départementale de Corps Nuds à Pouancé, dont le gisement est du nord-ouest au sud-est. — Elle contient la forêt d'Araize, qui lui sert de limite au sud, et au nord est le petit bois de la Chouanniere. — Il y a foire le premier et le second vendredi de mai; les premiers vendredis d'octobre et de novembre. — Marché le vendredi. — Géologie : schiste argileux. — Archéologie : dom Morice, Preuves, t. III, col. 209, et t. II, col. 120, sur la seigneurie de Martigné. — On parle le français.

Le château dont parle Ogée était situé non pas sur les bords de l'étang, mais au haut et à l'est de la ville actuelle, où l'on a retrouvé une grande partie des fondations. Cependant on rencontre a 3 kilom.. en remontant les rives de cet étang, les restes d'un château fort du XIIIè siècle, sur un roc, nommé Taillepied, et qu'Ogée confond peut-être avec le château de Martigné. — Des grottes creusées de main d'homrne et des débris de constructions, au niveau de l'eau, prouvent que d'antres fortifications existaient aussi sur différents points de ces rives. — II existait sur celle qui domine rétablissement de la forge un château moderne, nommé Feuillée, appartenant a la famille de la Jonchère. A peine achevé au moment où éclata la révolution de 1789, il fut incendié l'un des prémiers, malgré les efforts de quelques gardes nationales des environs, qui s'opposaient avec zèle à ces commencements de guerre civile. — En 1793 un délégué de Carrier, Jean-Baptiste Boüet, vint faire dans la commune de Martigué une réquisition de grains, dont les officiers municipaux ne purent jamais obtenir le reçu, ce qu'ils consignèrent sur leur registre des délibérations. — En 1814, lors de l'invasion, le maire de Martigné, M. Ducrest de Lorgerie, qui s'était dévoué pour sauver tant de proscrits pendant la terreur, s'opposa avec énergie, seul et abandonné de son conseil, aux exigences illégales des alliés, et brava toutes les menaces de mort pour protéger les intérêts de ses administrés. E. D. V.

* Daniel Delattre (2004) : "Les forges de Martigné furent créées en 1672 sur le site des Grands Moulins, et figuraient parmi les plus importantes de Bretagne. Elles étaient alimentées par le minerai de Rougé (Loire-Atlantique). La fabrication du fer forgé cessa en 1843, mais le haut-fourneau poursuivit sa production jusqu'en 1882. Une minoterie (toujours en activité) prit le relais en 1886".

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Le Bourg Ar bourg
Église saint Pierre Iliz sant Per
Chapelle de la Boulière (en mauvais état)  
Menhir des Perrières  
Manoir de la Pillardière (XVIIè)  
Manoir du Tertre (XVIIè)  
Manoir de la Mintière / Mentière (XVIè ou XVIIè siècle)  
Maison à l'horloge (début XVIIIè)  
Château du Breil (1855)  

Étymologie

* Marteville et Varin (1843) : 

* Dauzat et Rostaing (1978) : "nom d'homme latin Martinus et suffixe -iacum"

* Jean-Yves Le Moing (1990) : "Martiniaco XI BO & Martigneium 1218 CO".

* Erwan Vallerie (1995) : "Martiniacum, XIè; Martigneium Ferri Calidi, 1516"

* Éditions Flohic (2000) : "de Martinus, gouverneur romain du temps de la conquête, et de la forme latine ferri calidi (1516) signifiant 'fer chaud"

Personnes connues Tud brudet
Famille de la Chevière

"d'argent, à trois rencontres de cerf"

Familh de la Chevière

"en arc'hant, e deir arbenn-karv e gul"

Benjamin-René-Michel de la Chevière

né vers 1742, au château de Senonnes, en Mayenne. Officier dans Bourbon Infanterie; émigré; a participé au débarquement raté des royalistes à Quiberon en 1795; capturé, il a été condamné à Vannes le 16 thermidor AN III / lundi 3 août 1795

Benoni-Reun-Mikael de la Chevière

bet ganet war dro 1742, er c'hastell Senonnes, e Mayenne. Offiser e Bourbon Infanterie; divroet; en eus kemeret perzh d'an dilestradur c'hwitet ar roueelerien e Kiberen e 1795; bet tapet, eo bet barnet d'ar marv e Gwened ar 16 thermidor AN III / Lun 3 Eost 1795

Jean-Baptiste-Germain de la Chevière

né le 22 février 1749; capitaine au régiment de Lorraine; émigré; a participé au débarquement raté des royalistes à Quiberon en 1795 en qualité de volontaire dans Damas; capturé, il a été condamné à Vannes le 16 thermidor AN III / lundi 3 août 1795

Yann-Batist-Jermen de la Chevière

bet ganet ar 22t C'hwevrer 1749; kabiten er rejimant Loren; divroet; en eus kemeret perzh d'an dilestradur c'hwitet ar roueelerien e Kiberen e 1795 evel emouestlad e Damas; bet tapet, eo bet barnet d'ar marv e Gwened ar 16 thermidor AN III / Lun 3 Eost 1795

René-Auguste-Toussaint de la Chevière

né vers 1774; émigré; a participé au débarquement raté des royalistes à Quiberon en 1795 en qualité de sous-lieutenant dans du Dresnay; capturé, il a été condamné à Vannes le 9 fructidor AN III / mercredi 26 août 1795, à l'âge de 21 ans.

Reun-Aogust-Hollsent de la Chevière

bet ganet war dro 1774; divroet; en eus kemeret perzh d'an dilestradur c'hwitet ar roueelerien e Kiberen e 1795 evel eil-letanant e du Dresnay; bet tapet, eo bet barnet d'ar marv e Gwened ar 9 fructidor AN III / Merc'her 26t Eost 1795, oajet a 21 bloaz.

Joseph-Marie de la Chevière

né vers 1776; émigré; a participé au débarquement raté des royalistes à Quiberon en 1795, en qualité de sergent-major dans du Dresnay; tué au combat du 16 juillet 1795, à l'âge de 19 ans

Jozef-Mari de la Chevière

bet ganet war dro 1776; divroet; en eus kemeret perzh d'an dilestradur c'hwitet ar roueelerien e Kiberon e 1795, evel serjant-major e du Dresnay; bet lazhet e-kerzh emgann ar 16t Gouere 1795, oajet a 19 bloaz

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
Jumelage avec Miescisko, en Pologne  

Communes du canton de Retiers Kumunioù kanton Retiers
Arbrissel / Erbeczèu *Ervrezhell
Coësmes  
Essé  
Forges-la-Forêt    
Marcillé-Robert / Marczilhae-Robèrt * Marc'helleg
Martigné-Ferchaud / Martinyaé

* Marzhinieg-Houarnboezh

Retiers    
Sainte Colombe    
Le Theil-de-Bretagne    
Thourie    

Communes limitrophes de Martigné-Ferchaud / Martinyaé Parrezioù tro war dro *Marzhinieg-Houarnboezh
Thourie Coesmes Retiers Forges-la-Forêt        

Sources; Bibliographie :

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780; 

* MM. A. MARTEVILLE et P. VARIN, continuateurs et correcteurs d'Ogée, 1843.

* Albert DAUZAT et Charles ROSTAING : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Librairie Larousse, 1963; Librairie Guénégaud, 1978.

* Éditions Albin-Michel : Dictionnaire Meyrat. Dictionnaire national des communes de France. 1970.

* Jean-Yves LE MOING : Les noms de lieux de Haute Bretagne. Coop Breizh. 1990.

* Erwan VALLERIE : Traité de toponymie historique de la Bretagne. (3 volumes). Editions An Here. 1995.

* Éditions Flohic : Le patrimoine des communes d'Ille et Vilaine. 2000

* J.L RAMEL et A.J RAUDE : Liste des communes du département de l'Ille et Vilaine. Maezoe-Heveziken. 2003.

* Daniel DELATTRE : L'Ille et Vilaine. Les 352 communes. Éditions Delattre. 2004. 

Liens électroniques des sites Internet traitant de Martigné-Ferchaud / Martinyaé / (*Marzhinieg-Houarnboezh) :

* lien communal : http://www.ville-martigneferchaud.fr/index.htm

* autres liens : http://fr.wikipedia.org/wiki/Martign%C3%A9-Ferchaud

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Retour en tête de page