Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

LIESSE A MATIGNON

Bro Sant Brieg

Pays de Saint-Brieuc

Bro Benteur

Penthièvre

Matignon

pajenn bet digoret d'an 17t a viz Mezheven 2013 page ouverte le 17 juin 2013

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

dernière mise à jour 08/07/2013 20:23:40

Définition : commune de la Bretagne historique, évêché de Saint-Brieuc. 

Aujourd'hui dans la région économique dite "de Bretagne", département des Côtes d'Armor, arrondissement de Dinan; chef-lieu de canton; sur ---

Superficie : 1454 ha.

Population : 1365 hab. vers 1860; 1479 hab. en 1878; 1545 hab. vers 1881; 1417 hab. en 1968; 1609 hab. en 1982; 1613 hab. en 1990; 1537 hab. en 1999; 

v

Blason; armoiries; logo

* Éditions Flohic : "Ce sont les armes de la famille de Matignon"

" Froger et Pressensé : "d'or à deux fasces nouées de gueules, accompagnées de neuf merlettes du même posées en orle, 4, 2, 3". Armes de la famille de Gouyon-Matignon (XIIè siècle). La position des merlettes varie selon les armoriaux (4, 4 et 1 sur un sceau de 1219)

Paroisse : l'église paroissiale est sous le vocable de la Vierge.

Histoire :

* Ogée (1780) : compte tenu de la relative importance de cette page, veuillez ouvrir la page spéciale, en activant le blason ci-joint, qui contient un lien électronique >>>

* Marteville et Varin (1843) : MATIGNON ; ville; commune formée de l'anc. trêve de la paroisse Saint-Germain-de-la-Mer (voy. ce mot), qu'elle a absorbée; aujourd'hui cure de 2è classe; bureau d'enregistrement ; chef-lieu de perception; bureau de poste; brigade de gendarmerie a pied. — Limit. : N.-O. et N. la baie de la Fresnaie; E. Saint-Cast; S. Saint-Potan; O. Pléboulle. — Princip. vill. : Saint-Germain, Lavigne, le Bas-Saint-Jean, l'Abbaye, la Fontaine-Gourien, les Villes-Audrin, les Sablons, Bellevue, Belêtre, la Ville-Saloup, la Ville-Corbin, l'Hôpital, l'Abbaye-Saint-Gallery. — Superf. tot. 1453 hect. 11 a., dont les princip. div. sont : ter. lab. 1188; prés et pat. 87; bois 27; vignes 13; landes et incultes 53; sup. des prop. bat. 8; cont. non imp. 76. Const. div. 267; moulins 4 (de la Mer, du Clos, à eau; Gesnaut, de la Vigne, à vent). Matignon est une assez jolie petite ville, assise sur un coteau bien cultivé, et surtout admirablement planté d'arbres fruitiers. Le centre de cette ville est occupé par une grande place plantée, et qu'entourent des maisons de bonne apparence. — Il y avait jadis à Matignon une commanderie de Malte, dont la jurisdiction ressortissait, pour les appels, au présidial de Rennes. — Un embranchement de la route départementale n° 13 des Côtes-du-Nord, dite de Lamballe à Dinard, traverse cette commune de l'ouest à l'est, en passant par le bourg. — II y avait jadis a Matignon une maladrerie de fondation commune, à présentation de l'évêque. — Foires les trois premiers mercredis de mai et les deux premiers de juin; le 1er août ; le 1er et le 30 octobre; le 13 novembre. — Marché le mercredi. — Géologie : gneiss au nord, et notamment à Saint-Germain-de-la-Mer. — Archéologie : Dom Morice, Preuves, t. II, col. 825, 1698; t. III, col. 141. — On parle le français.

----------------

* Bernard Tanguy (1992) : Ev. Saint-Brieuc; trêve de Saint-Germain-de-la-Mer; égl. Notre-Dame.

Devenue commune en 1790, Matignon a cédé, en 1825, à Saint-Cast le village du Breil, en 1826, à Saint-Potan, d'une part, une fraction de territoire au sud de la Lande-Basse, à Pléboulle, d'autre part, une portion de territoire au sud du village des Mares, en échange du village de La Haute-Ville et de fractions de territoire entre Le Gué et la saline des Sablons ainsi qu'au nord des Mottais. C'est au détriment de la paroisse bretonne primitive de Pléboulle que s'est constitué, avant le XIIIe siècle, le territoire de Matignon, ou plus exactement celui de la paroisse de Saint-Germain-de-Matignon.

Village situé à 3 km au nord, sur la falaise, dominant la baie de la Fresnaye, Saint-Germain était, en effet, sous l'Ancien Régime le chef-lieu paroissial. Le service religieux fut à la Révolution transféré à Matignon dans la collégiale Notre-Dame, qui fut érigée en 1803 en église curiale. Ancienne chapelle castrale, devenue collégiale au XIVe siècle, cet édifice a été démoli et remplacé en 1847 par une nouvelle église. L'église de Saint-Germain a subi le même sort. La chapelle qui lui a succédé conserve une porte romane et une cuve baptismale du XIIe siècle.

Son titulaire est saint Germain, évêque d'Auxerre, fêté le 31 juillet, connu pour avoir effectué des missions anti-pélagiennes en Grande-Bretagne en 429 et en 448, peu avant sa mort. Sa fontaine dans la falaise, en-dessous de la chapelle, avait, dit-on, la vertu de guérir les coliques des enfants. La légende prétend que, venant d'outre-Manche, il débarqua dans la baie accompagné de saint Potan et de saint Galléry. Ceux-ci le quittèrent à la Croix-Potan, près de l'ancien bourg, pour aller s'établir, l'un à Saint-Potan, l'autre à Saint-Galléry, village au sud de Matignon.

Mais, pas plus que l'évêque d'Auxerre, saint Galléry n'est venu en cette contrée. Originaire d'Auvergne, où il naquit vers le milieu du VIe siècle, ce saint, répondant au nom franc de Walaric, après avoir séjourné au monastère de Saint-Germain à Auxerre, puis de saint Colomban à Luxeuil, se retira à l'embouchure de la Somme. Il y jeta les bases d'un monastère dont il devint l'éponyme et qui est à l'origine de Saint-Valéry-sur-Somme. C'est au prieuré qui y fut établi par cette abbaye que Saint-Galléry de Matignon doit son nom.

On ignore de qui elle tenait le lieu. Mais ce pourrait être d'un des seigneurs bretons qui composaient l'armée de Guillaume le Conquérant. Car c'est de Saint-Valéry-sur-Somme que le Conquérant mit le cap sur l'Angleterre. Ayant attendu là plusieurs jours un vent favorable, il finit par faire porter à travers le camp la châsse contenant les reliques de saint Valéry. Pour se concilier les faveurs du saint, les chefs de son armée firent alors à l'abbaye de riches offrandes. Peut-être y avait-il parmi eux un seigneur de Matignon.

On peut présumer, en effet, que dès cette époque existait à Matignon un château. Placée sur le trajet de l'ancienne voie romaine d'Alet (Saint-Servan) à Carhaix, cette forteresse, dont ne subsista que la motte, était située en dessous de la ville, près de la Collégiale. Qualifié de manoir dans un acte de 1289, le château de Matignon avait dès 1225 sa mesure propre. Il appartenait pour lors à Etienne Goyon, seigneur de la Roche-Goyon, en Pléhérel, époux de Lucie, dame de Matignon. Avec Olivier de Matignon, qui fit don de sa personne et de ses biens en 1208 à l'abbaye de Saint-Valéry et devint chapelain de Saint-Galléry, celle-ci paraît être la seule représentante connue d'une famille dont on ne sait si elle a emprunté ou donné son nom au lieu.

De toute apparence, ce nom n'est pas d'origine bretonne. Car si un lieu-dit Le Matignon existe à Saint-Thurial (I.-et-V), des villages de Matignon se rencontrent aussi à Essay (Orne), Mérigon (Ariège) et Saint-Eugène (Char.-Mar.), un village des Matignons à Mézilles (Yonne). L'hypothèse d'un dérivé formé avec le suffixe -onem d'un nom d'homme latin *Mattinius, de Mattius, reste très aléatoire.

Eu égard à la faiblesse de ses revenus et à son éloignement ("sept jours de marche ou plus"), les moines de Saint-Valéry vendirent, en 1259, leur prieuré à l'abbaye de Saint-Aubin-des-Bois. Celle-ci, qui établit à proximité une "grange" ou exploitation agricole, avait déjà d'autres possessions dans la paroisse. Dès 1219, pour la fondation d'une chapellenie à Saint-Aubin, Etienne Goyon et sa femme lui avaient donné la dîme qu'ils avaient dans la paroisse de Saint-Germain, ainsi qu'un jardin, une place et une aire pour réunir la dîme dans le cimetière de Saint-Germain.

Outre les Cisterciens, les Templiers étaient aussi présents sur le territoire de Matignon. Une charte apocryphe de 1160 cite parmi leurs aumôneries celle de la "Croix Hahaguis". Connu plus tard sous le nom de Croix Houys ou Croix-Huis, cet établissement devint par la suite propriété de l'Ordre de Malte. Au XVIIe siècle, avec la chapelle Saint-Jean-de-1'Hôpital, le fief et bailliage de La Croix-Huis relevaient du membre de Carentoir. Parfois localisé en Saint-Cast, ce lieu, comme le confirme la carte de Cassini qui indique un écart nommé Les Croix Oüies sur la route de Matignon au Guildo, était situé à la limite de Matignon et de Saint-Cast. Seule une vieille croix en pérennise l'emplacement.

----------------

> 05 août 1944 : attaque FFI Matignon-Pléboulle contre un groupe d'Allemands. Récupération d'armement.

* Maires de Matignon : LE MASSON; AVENIER; LEQUYER; VEILLET; MORIN; QUINTIN; LE VAVASSEUR; SOMMARD; LE VAVASSEUR; VISSEMAIRE; CORDON; VITTU de KERAOUL (en 1860) >>> 

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

le bourg Ar bourg
Église Notre-Dame

bénie le 25 septembre 1848

Iliz Itron Varia
Chapelle Saint-Germain-de-la-Mer (XIIè; XIXè) Chapel sant Jermen war ar Mor
Motte du castrum primitif Ar vouden
Manoir de Ville-Salou (XVIè) Maner Kersalou
Manoir de la Vigne (XVIè)  
Manoir des Villes-Audrein (XVIè-XVIIè) Maner Keraudren
Halle de Matignon  
Château de la Chesnaye-Taniot (XVIIè)

en partie M.H 11.06.1964

 
Château de la Roncière  
Manoir de l'Isle Avard (reconstruit au XIXè)  
Moulin à Marée Milin ar mor

i

Extrait de La Messelière. 1933

Étymologie

* Régis de Saint-Jouan : "Saint-Germain-de-Matignon, 1219

* Bernard Tanguy (1992) : "Matignon, 1208; Mathinnhum, 1212; par. S. Germani de Matignon, 1219; gallo Matignon". "De toute apparence, ce nom n'est pas d'origine bretonne. Car si un lieu-dit Le Matignon existe à Saint-Thurial (I.-et-V), des villages de Matignon se rencontrent aussi à Essay (Orne), Mérigon (Ariège) et Saint-Eugène (Char.-Mar.), un village des Matignons à Mézilles (Yonne). L'hypothèse d'un dérivé formé avec le suffixe -onem d'un nom d'homme latin *Mattinius, de Mattius, reste très aléatoire".

* Erwan Vallerie (1995) : "Mathinnhum, 1212; Matignon, Matingum, 1219; Matignoni, 1249"

* Éditions Flohic : 

* Hervé Abalain (2000) : "Matignon (n'est pas d'origine bretonne; plusieurs Matignon existent dans de nombreux départements français. Ici, on trouve Mathinnhum en 1212 mais Matignon en 1208. A signaler que les habitants de Matignon sont les Monégastes. Une explication par Matinius + suffixe -onenn a été envisagée; on y a aussi décelé l'élément gaulois dunon qui a évolué en hun".

--------------

NB JC Even : Observation d'Hervé Abalain retenue. J'ai moi-même proposé *sige-dunum pour Sizun. Cf. Wallsend, forteresse du Mur d'Hadrien sur le Mer du Nord : Segedunum = grande forteresse.

Personnes connues Tud brudet
Etienne de GOYON

chevalier ayant participé à la croisade en 1095

 
Etienne II de GOYON

(attesté en 1338)

 
Etienne III de GOYON

gouverneur de Jugon pour Charles de Blois

 
Louis de GOYON

participe au Combat des Trente (1350)

 
Jacques GOUYON

sire de Matignon; comte de Thorigny

né en 1531; maréchal de France, 1579; décédé en 1597

 
François-Léonor-Jacques de GOUYON-MATIGNON

comte de Thorigny

marié le 20 octobre 1715 à Louise-Hippolite GRIMALDI, héritière de Monaco.

Prince de Monaco à partir du 26 février 1731

 
   
Victor-François-Gervais de la MOUSSAYE

seigneur de La Chesnaye-Taniot, érigé marquis de la Moussaye

Saint-Germain de la Mer, 13.10.1752 / Saint-Brieuc, 26.08.1819

 
Louis-Toussaint, marquis de la MOUSSAYE

Préfet des Côtes-du-Nord, 1814; ministre plénipotentiaire, 1817; député des Côtes-du-Nord, 1820-1830; Pair de France, 1835

Rennes, 1778 / Paris, 1878

 
Antoine-Joseph JOBERT

chirurgien; membre de l'Académie des Sciences

Matignon, 17.12.1799 / Paris 1867

 
M. RIOUST des Villes-Audrens

héros contre le débarquement anglais du 8 septembre 1758

 
Georges-Maurice-Olivier, marquis de la MOUSSAYE

général de brigade de cavalerie, 1895

Paris, 1838 / Ville-Roger, en Pléhérel, 1909

 
Paul SEBILLOT

Peintre de Marine; Folkloriste de Haute-Bretagne

Matignon le 6 février 1846 / Paris 1918

 
Abbé TREGUY, auteur de : La paroisse Notre-Dame de Matignon (1910)  
Albert LUCAS

né à Matignon en 1857

Vicaire général le 26 juillet 1916

Successeur du R.P Le Doré, supérieur général des Eudistes, le 7 juin 1919

Décédé à Paris le Ier mars 1930 

 

Armorial - Ardamezeg

               
  La Moussaye            

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

i

Carte du canton de Matignon : J. Rigaud. 1890. 

Points rouges par JC Even

Communes du canton de Matignon  
La Bouillie * Ar Vezvid
Fréhel  
Hénanbihen    
Hénansal  
Matignon  
Pléboulle    
Ruca    
Saint-Cast-le-Guildo    
Saint-Denoual    
Saint-Pôtan    

Communes voisines de Matignon Parreziou tro war dro Matignon
Pléboulle Baie de la Frênaye Saint-Cast-Le-Guildo Saint-Pôtan

Sources

* OGEE : Dictionnaire de Bretagne; 1780.

* MARTEVILLE et VARIN : continuateurs et correcteurs d'OGEE. 1843.

* Anonyme : Dictionnaire des communes des Côtes du Nord. vers 1860.

* Adolphe JOANNE : Département des Côtes du Nord. Hachette. 1878.

* Adolphe JOANNE : Dictionnaire des communes du département des Côtes du Nord. Hachette. 1886.

* J. RIGAUD : Géographie historique des Côtes du Nord. 1890; réédition La Tour Gile. 1995;

* Alain LE DIUZET : Voies romaines des Côtes du Nord. Mouez ar Vro. 1960

* Éditions ALBIN-MICHEL : Dictionnaire des communes de France. 1970.

* Michel de la TORRE : Guide de l'art et de la nature. Côtes du Nord. Éditions Berger-Levrault. 1978.

* Michel de la TORRE : Guide de l'art et de la nature. Côtes du Nord. Éditions Nathan. 1985.

* Régis de SAINT-JOUAN : Dictionnaire des communes. Département des Côtes d'Armor. Éléments d'histoire et d'archéologie. Conseil Général des Côtes d'Armor. Saint-Brieuc. 1990.

* Bernard TANGUY : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes-d'Armor. 1992

* Erwan VALLERIE : Traité de toponymie historique de la Bretagne. (3 volumes). Editions An Here. 1995.

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000.

* Daniel DELATTRE : Les Côtes d'Armor. Les 372 communes. Éditions Delattre. 2004. 

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes des Côtes d'Armor et Ille et Vilaine. 2008.

Liens électroniques des sites Internet traitant de Matignon / Matigon :

* lien communal : 

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* blason : dessin JC Even / logiciel Genherald5

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Retour en tête de page