Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

 

Bro-Sant-Malo

Pays de Saint-Malo

  inan  
pajenn bet digoret e 2004 page ouverte en 2004

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour 02/03/2015 13:44:03

Définition : commune de la Bretagne historique, en Pays de Saint-Malo / Bro Sant-Malo.

Aujourd'hui dans la région économique dite "de Bretagne", département des Côtes d'Armor, chef lieu de l'arrondissement de Dinan, sur la Rance. 

Superficie : 398 ha.

Population : 8238 hab. en 1860; 8180 hab. en 1878; 10105 hab. en 1890; 13137 hab. en 1968; 16367 hab. en 1979; 12894 hab. en 1990 ?; 10768 hab. en 2012;

Blason

* Ogée (1780) : "de gueules à la croix ancrée d'argent, chargée de cinq hermines de sable".

Régis de Saint-Jouan (1990) : 

* Editions Flohic : "Il s'inspire largement des armes de Charles de Dinan-Montafilant; les tours évoquent les remparts de la ville et la bande d'hermine, l'appartenance à la Bretagne".

*****

Paroisse : église sous le vocable du Saint Sauveur

i

 

Histoire :

A l'époque de l'indépendance gauloise, puis durant l'empire romain, ce territoire fait partie de la cité des Curiosolites, dont la capitale est ***

Il ne fait pas partie de la dotation faite par l'empereur Maxime (Magnus Clemens Maximus Augustus) / Maxen Wledig, à son beau-frère, le Britto-romain Conan (Mériadec), vers 385. Il ne fait donc pas ainsi partie du premier 'royaume' breton de Bretagne armoricaine. 

*******

L'histoire de Dinan tient une place des plus importantes dans l'histoire de Bretagne. Les auteurs ont écrit des pages souvent très longues la concernant. C'est pourquoi il nous a semblé préférable de renvoyer le lecteur sur les pages spécifiques à chaque auteur.

Il suffit pour cela d'activer le triscèle rouge pour accéder à la page de l'auteur désigné. Un lien en haut de chaque page ainsi ouverte permet de revenir à la présente page.

*Ogée (vers 1780) :

* Cambry (vers 1787), annoté par le Chevalier de Fréminville (1836) :

* Mr le Chevalier de Fréminville (1837) :

* Marteville et Varin (1843) :

* Luigi Odorici (1857) : 

* Anonyme (vers 1860) :

----------

Maires de Dinan : LE COQ, 1791; LECONTE, DELISLE, RESLOU, 1792; LE BOURGUIGNON, 1793; BERTHELOT, 1794; Ch. NEEL, 1801; LE CHEVALIER, 1807; DENIAN, 1815; De la NOUE, 1829; SAINT-PERN-COUELAN, 1830; EGAULT, 1835; LECONTE, 1837; J. LE SAGE, 1847; BELETRE-VIEL, 1849; LECONTE, 1857; etc ...

02 Mars 2015 : vers 0 h 20, une partie du rempart de la ville s'effondre sur la rue du Gal de Gaulle, sans faire d'accident.

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

La ville Ar gêr
Basilique Saint Sauveur (XIIè-XIXè) Iliz-Veur ar Salver Santel
Prieuré du Pont / de la Madeleine (1070)  
Eglise saint Malo (XVè-XVIè)  
Monastère des capucins / Asile de vieillards  
Couvent des Cordeliers / Petit séminaire  
Couvent des Catherinettes  
Couvent des Bénédictines (1772)  
Couvent des Capucins (Hopital)  
Chapelle saint Joachim  
Chapelle du Pont-l'Ecuyer  
Eglise anglicane (1868-1870)  
Institut Salésien (1892)  
Le port fluvial et le vieux pont (XIè-XXè) Ar porzh war ar rinier hag ar pont koz (XIè-XXè)
Porte et courtine de Jersual Dor Jerzual
Portail des Jacobins  
Porte du Guichet  
Porte saint Louis  
Tour Sainte-Catherine  
Donjon  
Château  
Tour de Coëtquen  
Musée du Château

contenant le 'fauteuil de la reine Anne'

 
Cénotaphe de Du Guesclin  
Couvent des Cordeliers  
Maison du Gouverneur  
Tour de l'Horloge  
Asile d'aliénés, pour 600 pensionnaires, fondé en 1836, sous le nom de Bas-Foin.  
Viaduc. Longueur : 250 m; hauteur : 40 m; largeur : 7 m  

Étymologie :

* Ogée (vers 1780) : "L'origine du nom de Dinan a fort préoccupé les archéologues. Les uns ont vu dans cette ville la capitale des Diablintes, et l'ont appelée Noiodunum; les autres n'ont fait remonter son origine qu'au VI* siècle, et lui donnent pour nom Dionacum. Rien ne nous semblant vérifier ces deux assertions, nous avons cherché dans la langue celtique elle-même l'étymologie d'un mot que nous ne pouvons croire latin. Dun, qui signifie colline, et d'où a été fait le mot français dune, ou din, qui signifie ville fortifiée, sont les deux mots auxquels nous pouvons raisonnablement demander l'étymologie de Dinan; or, Dun nous paraît celui qu'il faut adopter. Cette hypothèse s'appuie au reste sur une autorité respectable : Cambden (p. 400, édit. de Londres, 1695, in-fol.), explique l'origine de Downham, ville du comté de Norfolck, par les mots saxons dun, colline, et ham, habitation. Dinan fut donc, selon nous, primitivement Dunhum, qui se prononçait dinham, et cette opinion est confirmée par le même savant auteur, qui regarde le nom de Dinants ou de Dinham comme étant une imitation de celui de Dinan dans la Bretagne armoricaine, et qui fait descendre de la maison de ce nom la famille anglaise de Dinham. Cette étymologie détruit complètement, ce nous semble, celle qui, s'appuyant sur le mot din, ne peut expliquer la terminaison an.

------------

* Chevalier de Fréminville (1837) : "Selon de fort anciennes traditions, l'origine de la ville de Dinan daterait d'une antiquité très-reculée. Duchesne 1 en fait remonter l'établissement à l'an 5oo avant Jésus-Christ. Ce n'était alors qu'une réunion de huttes en bois, construites au milieu de la forêt de Faigne 2 et habitées par une peuplade barbare, vêtue de peaux de bêtes.3 Selon ce même auteur le nom de Dinan, qui était autrefois Dianacum, vient par une simple transposition de lettres de celui de la déesse Diane, qui y était adorée; nous avons fait déjà quelque fois sentir le ridicule de ces étymologies forcées que la raison ne peut admettre.

D'autres personnes prétendent que Dinan était la cité de Naiodunurn, mentionnée dans la table de Peutinger, et capitale du pays des Diablintes; nous ne pouvons admettre ce sentiment, d'abord à cause qu'il n'y a aucune ressemblance entre les mots Dinan et Naiodunum. Ensuite parce que la table de Peutinger est une si mauvaise autorité, que nous sommes surpris de voir que des gens de bon sens s'en étayent si souvent. Au lieu de faire l'étalage d'une érudition plus pédantesque que profonde, pour chercher de ces origines forcées et invraisemblables, ne vaudrait-il pas mieux convenir de bonne foi que celle de la ville de Dinan et l'étymologie de son nom sont inconnues ?

------------

- Marteville et Varin (1843) : 

------------

- Benjamin Jollivet (1859) : 

------------

* Albert Dauzat et Charles Rostaing (1963-1978) : "*Divonantos, du gaulois divos, sacré, et nantos, vallée".

------------

- Régis de Saint-Jouan (1990) :

------------

* Bernard Tanguy (1992) : "Dinam, 1040; S.Petrus Dinannensis, Dinam, 1099; castrum Dinan, XIIe s.; Haia Dinanni, mil. XIIe s.; eccl. S. Maclovii de Dinanno, 1108; Dinam, 1154; par. S. Salvatoris de Dinan, 1230; prior Fratrum Predicatorum de Dinanno, 1238; gallo Dinan.

Homonyme de Dinan, village et pointe de Crozon (Fin.), de Kastell-Dinan, ancienne fortification de Plouigneau (Fin.), et des Dinan du pays de Galles et de Cornwall, le nom de Dinan est un diminutif formé avec le suffixe -an du vieux-breton din "forteresse", terme auquel correspond le gaulois dunon "colline fortifiée, forteresse". Si cette dénomination tend à suggérer que le lieu fut fortifié dès le haut Moyen Age, son histoire ne commence guère qu'à l'époque féodale, avec la mention en 1040 du premier, sans doute, de ses seigneurs Joscelin, de la lignée de la puissante famille de Dol-Combourg, et la prise, en 1065, de son imposant château à motte par Guillaume le Conquérant, épisode représenté par la Tapisserie de Bayeux.

Construit sur le promontoire où se trouve la sous-préfecture, lieu connu sous le nom de Château-Ganne — sans doute du nom de Cana, épouse d'Olivier Ier — celui-ci contrôlait le pont et le port établis sur la Rance. C'est près de ce pont que les seigneurs de Dinan octroyèrent, vers 1070, aux moines de Saint-Florent-de-Saumur, des terres pour bâtir une église, des maisons pour les moines, un bourg et des moulins, donations qui furent à l'origine du prieuré de la Madeleine du Pont, sur la rive droite de la rivière. Deux autres prieurés furent fondés, sans qu'on en sache précisément la date, dans la ville haute : Saint-Malo et Saint-Sauveur.

------------

* Éditions Flohic (1998) : "de l'ancien breton din, forteresse".

* Hervé Abalain (2000) : "du celtique dunos, forteresse, diminutif de din, plutôt que du nom d'un ancien chef Viking qui se serait converti, IVè siècle".

Personnes connues Tud brudet
Josselin de Dinan  
Rivallon le Roux  
Olivier de Dinan  
Alain de Dinan  
Raoul de Coëtquen

 
Bertrand Du Guesclin

Son cœur fut placé en 1810 dans l'église Saint-Sauveur.

 
Olivier Du guesclin  
Thomas de Cantorbery  
Anne de Bretagne  
Le duc de Mercoeur

gouverneur de Bretagne; chef de la Ligue

 
Charles DUCLOS-PINOT

1704-1772

Député aux États de Bretagne; Secrétaire perpétuel de l'Académie française; Membre de l'Académie des Belles-Lettres; Correspondant des Académies de Berlin et de Londres. Historiographe de France; Écrivain.

Maire de Dinan, de 1744 à 1749; 

 
Charles GRAINDORGE  
François BROUSSAIS

Saint-Malo, 1772 / Vitry, 1838

 
Angélique BRULON

Dinan, 1772 / Paris, 1859

 
François-René de Châteaubriand

Saint-Malo, 1768 / Paris, 1848

 
Charles BESLAY

député, sous l'Empire, la Restauration, et le Gouvernement de Juillet

 
Charles PINOT-DUCLOS

secrétaire de l'Académie française; historiographe de France

 
Pierre EGAULT des NOEES

Ingénieur

 
Toussaint GAGON du CHESNAY

député aux Etats Généraux de 1789

 
Pierre LE HARDY

conventionnel, condamné à mort avec ses amis Girondins

 
Anselme MICHEL

membre de l'Assemblée nationale, en 1848

 
Charles NEEL de la VIGNE

député; donataire à la Ville de Dinan

 
Claude de LESQUEN

évêque de Rennes, décédé à Dinan en 1855

 
Théodore BOTREL

Dinan, 1868 / Pont-Aven, 1925

 
Roger VERCEL

Le Mans, 1894 / Dinan, 1957

 
Auguste PAVIE

Dinan, 1847 / Thourie, 1925

 

Armorial Ardamezeg

 

 

 

 

 

Coëtquen Beaumanoir du Guesclin Cantorbie Lancastre Brecel Rohan  

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

i

Carte postale. Collection personnelle JC Even

Lévy et Neurdein Réunis. 44. rue Letellier. Paris.

Communes des cantons de Dinan Kumunioù Kantonioù Dinan
Aucaleuc *Askoleg
Bobital  
Brusvily  
Calorguen  
Dinan Dinan
Le Hinglé  
Lanvallay  
Léhon  
Pleudihen-sur-Rance  
Plouër-sur-Rance  
Quévert  
Saint-Carné  
Saint-Hélen  
Saint-Samson-sur-Rance  
Taden  
Trélivan  
Trévron  
La Vicomté-sur-Rance  

Communes limitrophes de Dinan Parrezioù tro war dro Dinan
Taden Saint-Hélen Lanvallay Léhon Quévert

i

Carte postale. Collection personnelle JC Even

Lévy et Neurdein Réunis. 44. rue Letellier. Paris.

Sources

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780; 

- A. Marteville e P. Varin, continuateurs d'Ogée; 1843. réédition des Éditions Régionales de l'Ouest, Mayenne. 1993.

* Luigi ODORICI : Recherches sur Dinan et ses environs. J.-B. Huart, imprimeur-éditeur, Dinan, 1857. Réédition Laffitte Reprints. Marseille. 1977

* Adolphe JOANNE : Département des Côtes-du-Nord; Hachette. 1878.

- Adolphe Joanne : Dictionnaire des communes du Département des Côtes-du-Nord; Hachette. 1886.

* J. RIGAUD : Géographie historique des Côtes-du-Nord ; Imp. Francisque Guyon. St Brieuc. 1890.

* Albert DAUZAT et Charles ROSTAING : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Librairie Larousse, 1963; Librairie Guénégaud, 1978.

* Éditions Albin Michel : Dictionnaire national des communes de France. 19è édition. 1970.

- Michel de la Torre : Guide de l'art et de la nature. Côtes du Nord. Berger-Levrault Éditeur . 1978.

- Michel de la Torre : Guide de l'art et de la nature. Côtes du Nord. Nathan Éditeur . 1985.

- Régis de Saint-Jouan : Dictionnaire des communes du département des Côtes-d'Armor. Conseil Général des Côtes-d'Armor. 1990.

* Bernard Tanguy : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes-d'Armor; ArMen-Le Chasse-Marée; 1992.

- Éditions Flohic : Le patrimoine des communes des Côtes-d'Armor. 1998.

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000

Liens électroniques des sites Internet traitant de Dinan :   

* lien communal : en préparation.

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* blasons : dessins JC Even, sur logiciel Genheral5

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Retour en tête de page