Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

FOI DE BREHAND VAUT MIEUX QU'ARGENT

Bro Sant Malo

Pays de Saint Malo

  Mauron

Maouron

*Mawron / *Maoron

 

pajenn bet digoret d'an 22.07.2013 page ouverte le 22.07.2013

forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour 26/07/2013 09:11:43

Définition : commune de la Bretagne historique, en Bro-Sant Malo; évêché de Saint Malo.

Aujourd'hui dans la région économique dite "de Bretagne", département du Morbihan; arrondissement de Vannes, canton de Mauron; sur le ---

Superficie : 6723 ha.

Population : 3900 hab. vers 1780; 4481 hab. en 1891; 3216 hab. en 1968; 3365 hab. en 1982; 3396 hab. en 1996;  3196 hab. en 1999; 3100 hab. en 2007; 3315 hab. en 2012;

Blason; logo

* Éditions Flohic : "de gueules au léopard d'argent"

* Froger-Pressensé : "de gueules à un léopard d'argent". Devise : "Foi de Bréhand vaut mieux qu'argent". D.M. 26.06.1984. Famille de Bréhand (sceau de 1275)

* Daniel Delattre (2004) : "de gueules au lion rampant"

-----------

* JC Even : "e gul, e leonparzh en arc'hant"

> la mention de D. Delattre est erronée.

Paroisse : église sous le vocable de saint Pierre.

Histoire :

* Ogée (1780) : Mauron; gros bourg, sur la route de Ploërmel à Saint-Méen pour Dinan; à 14 lieues 1/4 au S.-S.-O. de Saint-Malo, son évêché [aujourd'hui Vannes]; à 9 lieues de Rennes, et à 4 lieues de Ploërmel, sa subdélégation et son ressort. Il s'y exerce une haute-justice, et il s'y tient un marché le lundi et deux foires par an. M. Dandigné de la Châsse est seigneur de la paroisse, dont la cure est à l'Ordinaire. Le nombre des habitants est de 3900. Le territoire, qui est plat et couvert, renferme des terres en labour, des prairies arrosées des eaux de la rivière au Duc, et des landes. On y fait du cidre.

Jean, roi de France, protecteur de Charles de Blois, envoya en Bretagne, pour soutenir les droits de ce prince, une armée commandée par le maréchal d'Offemont et le comte de la Marche. La comtesse de Montfort se disposa à résister vigoureusement; elle rassembla promptement une petite armée d'Anglais et de Bretons, qui fut commandée par Tangui du Châtel, Yves de Treziguidi et Garnier de Cadoudal, tous trois grands capitaines, qui marchèrent au devant de l'armée française, qu'ils rencontrèrent dans la paroisse de Mauron. Le maréchal, qui avait des troupes bien supérieures, méprisa le petit nombre des ennemis, et les attaqua aussitôt qu'il les eut aperçus. Sa présomption lui coûta cher. Tangui du Châtel fondit comme un lion sur le corps de troupes aux ordres du maréchal, l'enfonça, tua le chef de sa propre main, et mit ses troupes en déroute. Le carnage fut très-grand; le comte de la Marche y périt avec sa compagnie. Le vicomte de Rohan, le sire de Tinténiac, qui s'était couvert de gloire à la bataille des Trente, y furent tués avec un grand nombre d'autres seigneurs. Les généraux vainqueurs y firent des prodiges de valeur, de même que Vancelay, commandant d'un corps de troupes anglaises. Cette bataille, si funeste au comte de Blois, fut perdue, comme celles de Poitiers et d'Azincourt, par la trop grande présomption des Français, qui y combattirent sans ordre [14 août 1352]. — Maisons nobles de Mauron : En 1400, le Bois-Jagu, à Jean du Bois-Jagu; le Plessis, à Jean du Plessis; le Coudrai, à Jean Blanchard; Launay et la Ville-David, à Pierre Lorret; la Haye, à Guillaume l'Evêque; le Rox [le Ros], ancien manoir, à la dame de Laval; le Désert, à Pierre Leroux; Pinguilly, à Jean de Pinguilly. En 1456, l'Abbaye ou la Joaière, à Gervais, sieur de la Jouière, qui épousa Robine du Cambout; François de la Jouière, un de ses descendants, épousa Jeanne de Chateaubriand. Leur postérité leur a succédé.—  La seigneurie de Mauron fut érigée en vicomté, l'an 1658, en faveur de Maurille de Bréhan, sieur de Mauron, conseiller au Parlement de Bretagne. Le château de Mauron appartient actuellement à M. Dandigne de la Châsse, seigneur de l'endroit. (Voy. Iffendic.) Les maisons du Ferron, du Boyé et de Laine-Pont sont plus modernes; nous ignorons le nom des possesseurs.

* Marteville et Varin (1843) : MAURON (sous l'invocation de saint Pierre); commune formée dé l'anc. par. de ce nom; aujourd'hui cure de 2è classe; bureau d'enregistrement; brigade de gendarmerie à cheval. — Limit. : N. Illifaut; E. Concoret, Gaël, Saint-Léry; S. Néant, Paimpont; O. Saint-Brieuc-de-Mauron, Guilliers. — Princip. vill. : la Rodinais, le Fumar, la Touche-és-Chantouse, Guihiac, le Ros, les Fossés, l'Abbaye, la Ville-Février, le Validé, le Terrou, la Touche-Legout, Monterblo, le Désert, le Grand Valet, Kerguily, le Boyer, la Haye Bellouan, le Coudray, Penfaut, Lediemec, les Portes, le Plessix, la Ville-Jehan, la Ville-ès Mêlais, la Saudraie, Lagrée, Ménéhy, Cataha, Le feu, le Bois-de-la-Roche, le Tertre, la Touchette. — Superf. tot. 6684 hect. 65 a., dont les princip. div. sont : ter. lab. 3348; près 680; bois 152; verg. et jard. 90; landes et inculte : 2083; etangs 14; châtaigneraies 3; sup. des prop. bat. 42; cont. non imp. 267. — Maisons principales : le Bojer, la Ville-Dacy, Ferron.— Moulins de la Chapelle, de la Nation, de Penfant, de Grelos, du Plessix, du Bouvier, du Roger, Servand, du Cardinal, à vent; de Launay, du Ros, du Cellier, Carhaillan, Pléguë, des Vaux, des Nouettes, de la Chapelle, à eau. Il y a foire le premier vendredi de janvier; au Bois-de-la-Roche, les quatrièmes jeudis de février, mars et novembre; à Mauron, les premiers vendredis d'avril, de juillet, d'octobre, et le quatrième jeudi d'août. — Marché le vendredi. — La route royale n° 166, dite de Vannes à Dinan, passe sur cette commune de l'ouest a l'est. — Géologie : schiste talqueux; ardoisières exploitées. — Archéologie : Dom Morice, Preuves, t. I, col. 8, 43, 155; t. II, col. 19, 312. — On parle le français.

L'ancienne seigneurie du Plessix-Mauron, paroisse de Mauron, évêché de Saint Malo, de laquelle la maison du Plessix-Mauron de Grenédan tire sou nom, et qui demeura dans la branche aînée de cette famille, jusqu'à l'époque ( commencement de 1592 ) où Jeanne du Plessix-Mauron, devenue héritière unique, par la mort de ses frères François II et Charles, la porta dans la famille de Bréhant, était possédée, des 1190, par Guillaume Ier, sire du Plessix, chevalier banneret, l'un des quarante barons et chevaliers bretons portant bannière, qui combattirent en 1214, à la tête de leurs compagnies, a la bataille de Bouvines, pour le roi de France Philippe-Auguste. ( Voy, André Duchesne, Historiœ Francorum scriptores, t.V.) Ubald, sire du Plessix, son fils, envoyé en ambassade près de Phiippe-Auguste en 1220, fut père de Geoffroi, sire du Plessix, lequel vivait en 1240, qui suivit le roi Saint-Louis dans sa première croisade en 1249, et dont le nom et les armes viennent d'être admis par le gouvernement à la Nouvelle Salle des Croisades, à Versailles, sur pièces authentiques fournies par M. le comte Hippolyte du Plessix de Grenédan, l'un de ses descendants.

Cette famille a fourni au Parlement noble de Bretagne trois présidents et cinq conseillers. Le dernier de ceux-ci fut le comte Louis-Joseph-Anne-Marie du Plessix de Grenédan, fils de Charles Augustin-François du Plessis-Mauron, chevalier, seigneur châtelain de la Riaie, Bodegat et autres lieux, comte de Lestiala, marquis de Grenédan, et de Louise-Gabrielle de Maillé-Carman. Il fut élu maire de Rennes au commencement de la révolu lion. Depuis il fut conseiller de préfecture, membre du conseil général du département, conseiller à la Cour impériale de Rennes, puis à la Cour royale de la même ville, président à la même Cour royale, et député du département d'Ille-et-Vilaine aux sessions de 1815, 1820 et années suivantes, jusqu'à 1830 (note communiquée)

-------------------

Archéologie. Patrimoine

seules les pages ouvertes ont des liens actifs

Le bourg Ar bourg
Église saint Pierre (1525, XVIIIè, XIXè) Iliz sant Per
Chapelle de Beuve (XVIIè)  
Chapelle de l'Action de Grâces (1870)  
Chapelle du Pont-Ruelland (1910)  
Pierres des Champs-Morgan  
Château de Beuves (détruit en 1676)  
Château de Cleio-Blanchard   
Château de Brambilly  
Château de Ferron (XVIIIè), rasé en 1937  
Château du Plessix (XIIè-XVIIè)  
Château du Boyer (XIVè, XVIè, XVIIè, XIXè)  
Manoir Nevot (fin XVè)  
Château de la Ville-Davy  

Étymologie

* Dauzat et Rostaing (1963) : report à Mauran : nom d'homme latin, Maurus et suffixe -anum.

* J-Y Le Moing (1990) : Mauron, 1426 RM.

* Éditions Flohic (1996) : "plusieurs interprétations existent. Pour certains, la ville aurait été fondée par une compagnie maure de Jules César. D'aucuns rappellent que le fils de la reine Moronoë, épouse de Judicaël, prit le nom de Mauron. D'autres enfin soulignent que de nombreux Maures étaient encore présents dans la région après la bataille de Poitiers en 732"

* Erwan Vallerie (1995) : Mauron, 1152; Morron villam fortem, 1371; Mauronio, 1477; Mouron, 1630;

* Hervé Abalain (2000) : origine romane, Mauron en 1152, Mauronio en 1477, "domaine d'un dénommé Maurus / Maurius"

*************

* Observation JC Even.

Personnages connus Tud brudet
Guillaume Ier (combattant à Bouvines)  
Guy de Nesle

sire d'Offémont, maréchal de France

tué à Mauron lors de la bataille de Mauron, en 1352

 

Vie culturelle et associative Buhez dre ar gevredadoù
Jumelage avec Newmarket, en Irlande  
Jumelage avec Gmina Ketrzyn, en Pologne  

Les basons et triskels rouges sont des liens actifs

Communes du canton de Mauron Parrezioù kanton Maoron
Brignac  
Concoret  
Mauron *Maoron
Néant-sur-Yvel  
Saint-Brieuc-de-Mauron  
Saint-Léry  
Tréhorenteuc  

Communes limitrophes de Mauron Parrezioù tro war dro *Mawron
Saint Brieuc de Mauron     Saint Léry   Concoret     Néant sur Yvel Guilliers

Sources

* OGEE : Dictionnaire de Bretagne; 1780.

* A. MARTEVILLE et P. VARIN : continuateurs et correcteurs d'OGEE. 1943.

* A. DAUZAT et Ch. ROSTAING : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Librairie Guénégaud. 1963. Édition 1978. 

* Éditions ALBIN-MICHEL : Dictionnaire des communes de France. 1970.

* Jean-Yves LE MOING : Les noms de lieux de Haute Bretagne. Coop-Breizh. 1990. 

* Erwan VALLERIE : Traité de toponymie historique de la Bretagne. (3 volumes). Editions An Here. 1995.

* Éditions FLOHIC : Le patrimoine des communes du Morbihan. 1996.

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes du Morbihan. Froger SA. 1999.

* Éditions FLOHIC : Le patrimoine des communes d'Ille et Vilaine. 2000

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000.

* J.L RAMEL et A.J. RAUDE : Liste des communes galaises du département du Morbihan. Rolaey dez comunn galeizz deu departamant deu Mor-Bihan. Roll komuniou galloweg departamant ar Morbihan. Maezoe-Heveziken. 2003.

* Daniel DELATTRE : Le Morbihan. Les 261 communes. Éditions Delattre. 2004. 

Liens électroniques des sites Internet traitant de Mauron / *Mawron

* lien communal : 

- Mairie : place Henri Thébault. 56430. MAURON. Tél : 0297226024; Fax : 0297226012

http://www.cc-mauron-broceliande.com/sitecc/

http://www.mairie.biz/mairie-mauron-56430.html

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

* Brocéliande historique : Brocéliande

* Blasons de cette page : dessins JC Even, sur logiciel GenHeral5

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Retour en tête de page