Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anvioù lec'hioù

Noms de personnes * Anvioù tud

Breizh

Bretagne

Bro Sant-Maloù

Pays de Saint-Malo

 

Concoret

Concorèt

*Konkored

 

pajenn bet digoret an 06.03.2021 page ouverte le 06.03.2021     * forum du site Marikavel : Academia Celtica  dernière mise à jour 03/08/2021 22:33:53

Définition :  commune de la Bretagne historique, en Bro-Sant Malo; évêché de Saint Malo.

Aujourd'hui dans la région administrative non historique dite "de Bretagne", département du Morbihan; arrondissement de Vannes, canton de Mauron; sur le Doueff et le Comper.

Superficie :  1576 ha.

Population : 1100 'communiants' vers 1780; 1143 hab. en 1888; 1114 hab. en 1891; 683 hab. en 1968; 1114 hab. en 1891; 668 hab. en 1982; 626 hab. en 1996; 645 hab. en 1999;

Blason; logo :  "de gueules à une fasce d'argent". cf. D. Delattre (2004). 

JC Even : En gwad e dreustell en arc'hant

---------------

Parti  : au un, d’or au chêne arraché de sinople englandé de huit fruits d’or  ; au deux, de gueules à la comète d’or  ; enté ployé en pointe d’hermines. 

Concepteur : . J.C. Renaud.

JC Even : Rannet, ouzh 1, en aour e zervenn geotet diframmet gant eizh mezenn en aour; ouzh 2, en gwad e steredenn-vlevek en aour; enboudet ha kommet ouzh beg en erminoù.

Paroisse : église sous le vocable Saint Laurent.

Histoire :

Aux époques gauloise et gallo-romaine, le territoire fait partie de la Civitas des Curiosolites. 

A l'époque de la mise en place de l'organisation bretonne, il fait partie de l'entité de Gaël.

---------------

* Ogée (1780) : Concoret; à 14 lieues au S.-S.-0. de Saint-Malo, son évêché; à 8 lieues de Rennes; et à 2 lieues I/2 de Plélan-le-Grand, sa subdélégation. Cette paroisse, dont la seigneurie appartient à M. de Begasson, ressortit à la Cour royale de Ploërmel, et compte 1100 communiants. La cure est à l'alternative. Son territoire joint la forêt de Paimpont et paraît très-fertile. On y voit des vallons, des montagnes, des bois, et surtout des landes qui renferment une grande partie du terrain. Les habitants de ce pays languissent dans la misère, tandis qu'ils pourraient vivre dans une honnête aisance, s`ils avaient assez d'ardeur pour le travail, et pour entreprendre de défricher cette immense étendue de landes qui, dans l`état actuel, ne leur rapportent qu'un très-médiocre revenu. Qu"ils me pardonnent cet avis, c'est le désir de les voir plus heureux qui l'a dicté. Le 
château de Comper, situé dans cette paroisse, était jadis très-bien fortifié; il a soutenu plusieurs siéges. En 1595, il appartenait au jeune comte de Laval, et fut pris cette même année par le duc de Mercœur, qui le mit: sous la garde de deux compagnies de cavalerie et trois d'infanterie. Au mois de juillet de la même année, le maréchal d'Aumont l'assiégea; mais il fut obligé de lever le siège, pendant lequel il reçut une blessure, dont il mourut à Rennes le 19 août suivant. Les deux frères d'Andigné, sieurs de la Chasse, le surprirent avec seize hommes seulement, et avec tant de sagesse que, malgré la forte garnison qui le gardait, ils en demeurèrent les maîtres. Ses fortifications furent démolies en 1598, par ordre du roi Henri IV. Les maisons nobles sont : le Ros, moyenne et basse justice, en 1420, à Guillaume de Lavallée, aujourd"hui à M. de Bégasson-du-Ros; et Branseuc, en 1430, à Pierre Salmon.


* Marteville et Varin (1843) : CONCORET, commune formée de l'anc. par. de ce nom, aujourd'hui succursale --- Limit. : N. Gael, Muel; S. Paimpont (étang de ce nom); S. Paimpont (ruisseau d'Irogouet); O. Mauron. --- Princip. vill. : Trebran, Brangelin, le Liordais, Comper, les Dorblais, le Pertuis du Faux, le Veau-Bossard, le Tertre, le Vaugrio, Haligan, la Roche, la Haie, la Rivière, le Landrais, la Noë-Reculard. --- Superf. tot. : 1582 hect. 64 a., dont les princip. divis. sont : ter. lab. 828;prés et pât. 218; bois 24; étangs 30; verg. et jard. 22; landes et incultes 399; sup. des prop. bat. 11; cont. non imp. 47. Moulins 2 (d'Irogouet, de Comper, à eau). Concoret a dans la Bretagne un nom qu'a illustré le fameux Eudon ou Eon, auquel l'église fit l'honneur de le soumettre au jugement d'un concile. Né, suivant les uns à Concoret, suivant les autres à Loudéac (voy. ce mot), s'il faut en croire l'abbé Mahé, Eon s'était fait cénobite dans un couvent dont on voit encore les ruines en Concoret, près le château du Ros; transféré par son supérieur dans celui de Paimpont;  il en conçut un violent dépit, et de là l'origine de son schisme. Nous ignorons où l'abbé Mahé a puisé cette opinion, qui n'a été avancée par aucun auteur contemporain, notamment par les deux qui ont le plus parle d'Eon, nous voulons dire Guillaume de Newbrige et Otton de Frissing (1). Nous ignorons également ce qui a porté le même auteur a dire qu'Eon naquit a Concoret; car, encore bien qu'une ancienne localité du nom de la Rue Eon s'y retrouve, ce n'est pas là une preuve suffisante. Les Actes britanniques (t. I, p. 5) disent de lui : " Eudo erat nomine, de pago Lodiacense ortus";  et ces deux auteurs ci-dessus nommes, l'un dit de lui :  «Eudo erat Brito", et l'autre :« Ortus inter Britanniam et Guasconiam. » Ainsi donc, en admettant le texte le plus précis de pago Lodiacense signifiera, selon l'interprétation que l'on donnera à pago, ou du bourg de Loudéac, ou du territoire de Loudéac. Quoi qu'il en soit, Eon a légué aux habitants de Concoret un double proverbe. On dit en Bretagne : "Ce sont des sorciers de Concoret, ou bien, dans un sens oppose : "Les saints de Concoret ne datent de rien". L'un et l'autre de ces proverbes ont leur origine dans le schisme d'Eon. Les sorciers sont un souvenir des sectateurs de ce fou, qui, condamnés par le concile que convoque Eugenius, furent traités de sorciers. Ces saints qui n'ont aucune valeur viennent de la même source, Eon ayant pour ainsi dire canonisé ses disciples, le peuple les appela ensuite par dérision les saints de Concoret. --- Comper, dont les mines remarquables sont dans la commune de Concoret, faisait jadis partie de la baronnie de Gaël. Ogée nous semble commettre une erreur quand il attribue aux deux frères d`Andigné de la Chasse, aidés de seize hommes, la surprise de Comper. Ce projet, conçu et exécute sous la direction du sire d'Andigné de Mesneuf, fut conduit à bonne fin par les deux frères de Malaguez, dont l'histoire a conservé le nom. --- Géologie : schiste argileux. -- On parle le français.

Le château de Comper ou Camper paraît être le même que le château de Cample, qu'habitait le roi Salomon en 868. Ce château tomba dans la possession des seigneurs de Montfort. En 1301, Jean de Comper était chapelain dans l'église de Tours; en 1376, Raoul de Montfort fit .../...

-------------------------
(1) Voy. Guill. de Newbrige, dans les Scriptores Iterum Britannimrum, édition de Lyon, p. 369; et  Otton de Frissing, édition de Bale, p. 225.
-------------------------

.../...

des réparations à ce château, qui avait beaucoup souffert pendant la guerre de succession. Le 3 mai 1381, Jehan de Comper ratifia à Montfort le traité de Guérande. 

Ce château est placé sur un roc. Ses fossés sont creusés  dans le roc vif. Il a la forme d'un carré oblong. Un étang très profond baigne ses murs d'un côté, et remplit ses fossés. Pendant la révolution de 1790, une grande partie fut incendiée; l'autre reste en état de réparation. La grande salle où les huguenots tenaient leurs prêches est encore bien conservée, et reconnaissable çà sa peinture rouge. Comper n'est plus remarquable que par ses ruines, et surtout sa grande tour, qui est fendue de haut en bas. Il appartient aujourd'hui à Mme la princesse de Narbonne.

Abbé O.

* Adolphe Johanne (1888) : Beau château féodal de Comper (XVè s.), flanqué de 4 tours, démantelé en 1598, restauré en 1867 par M. Charette.

--------------------

Concoret est issue d'un démembrement de  la paroisse primitive de Gaël.

----------------------

Maires de Concoret :

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Le bourg

Ar bourg

Église saint Laurent (début XXè)

Iliz sant Laorans

Chapelle saint Eloi (XXè)

Chapel sant Elar

Château de Comper (rebâti en 1375; XVIIè, XIXè)

Siège de la baronnie de Gaël

En 1381 y fut signé le traité de Guérande

Kastell Komper (adsavet e 1375, XVIIet, XIXet)

Azezenn baroneliezh Gouezel

An emglev-peoc'h Gwenrann e oe sinet amañ e 1381

Château du Rox (XIVè)

Kastell ar Roz

Brécillien

Brechellien

Le chêne à Guilloton

Dervenn Guilloton

Album photos * Skeudennaoueg

Pour obtenir les photos à leurs dimensions réelles, il suffit de cliquer dessus Evit kavout ar skeudennoù dre o mentoù gwir, n'ez eus nemet daouglikañ warno
         

Étymologie

* Ogée (1783)  : Concoret.

* Marteville et Varin (1843) : Concoret

* Dauzat et Rostaing (1963) : Concoret, Morbihan : ?. ... Ces auteurs rattachent ce nom et plusieurs autres à une racine *concaria, ensemble de cuvettes, et suffixe -acum. Ils précisent : "Le mot est passé en breton à konk, signifiant "coin, angle", se retrouve dans Concarneau ... Le Conquet ..."

* J-Y Le Moing (1990) : Cancoret, 1425. 

*Erwan Vallerie (1995) : Concouret, 1405; Cancoret, 1425; Conquoret, 1467

* Éditions Flohic (1996) : "En lisière de la forêt de Brocéliande, deux chevaliers rivaux, Ponthus et Isaugouët, s'affrontent dans un tournoi. Au moment du combat, Notre Dame de la Concorde intervient pour réconcilier les deux hommes. Le lieu de cette concorde est, dit-on, à l'origine de la fondation de Concoret. Le grand vitrail de l'église illustre cet épisode".

* Hervé Abalain (2000) : "Concouret en 1405; Cancoret, Concoret, 1425; de kon, élevé, et gored, coret en vieux-breton : barrage de rivière ou d'estuaire";

*************

JC Even :  étymologie proposée (malheureusement)  par Editions Flohic : mieux vaut lire ça que d'être aveugle.  Comme on dit en breton : n'eus forzh petra ! n'importe quoi ! 

L'appellation "Comper en Brocéliande" n'a strictement aucune valeur historique, car la revendication sur Brocéliande n'est due qu'à une vision mystique de type baba-cool néo-celtique arthurienne de la fin des années 1970.

Personnes connues Tud brudet

Personnages des romans arthuriens

Tud mojennoù ar Roue Arzhur

Jean d'Aumont

Maréchal de France; tué lors du siège de Comper e 1795

Jean d'Aumont

Marichal c'hall; bet lmazhet e-kerzh seiziz Komper e 1595

Armorial * Ardamezeg

de Bégasson

de Comper

de Laval

Le Ny de Coatlez

de Lohéac

de la Vallée

"d'argent à la bécasse de gueules"

 

 

"de gueules à trois fleurs de lys d'or, les deux en chef surmontées de deux merlettes affrontées de même"

 

"d'or à la croix de gueules, chargée de cinq coquilles d'argent et cantonnée de de seize alérions d'azur, posés 4 par 4"

 

"écartelé, aux 1 et 4, d'argent à un écu d'azur en abyme, accompagné de six annelets de gueule en orle, 3,2,1: aux 2 et 3, de gueules à la tête de lièvre d'or (qui est Coatlez)

"de vair plein"

 

 

 

"de gueules à trois fermaux d'argent"

 

 

 

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Le thème arthurien de la forêt de Paimpont

Les recherches récentes ont permis de mettre en évidence que le thème de Brocéliande, basé sur la forêt de Paimpont, est une erreur d'attribution, provoquée par de très mauvaises analyses historiques du thème arthurien, erreur alimentée par des visions mystiques et mercantiles.

L'identification de la véritable Brocéliande se fait sur le site de Bréssillien / Brécillien, en la commune de Paule, qui a la particularité d'être en relation directe avec Carhaix, ancienne Vorgium, capitale de la cité gauloise des Ossismi. 

Nous invitons le lecteur à se connecter à la page spécialement élaborée à ce sujet, au lien électronique suivant : Brocéliande

dont l'adresse électronique complète est : http://marikavel.org/broceliande/broceliande.htm

Les basons et triskels rouges sont des liens actifs

Communes du canton de Mauron Kimunioù  kanton *Maoron
Brignac *Brennieg
Concoret *Konkored
Mauron *Maoron
Néant-sur-Yvel *Neant
Saint-Brieuc-de-Mauron *Sant-Brieg-Maoron
Saint-Léry *Sant-Leri
Tréhorenteuc *Trec'horanteg

Communes limitrophes de Concoret

Parrezioù tro war dro *Konkored

Saint-Méen-le-Grand Paimpont Mauron

Sources

* OGEE : Dictionnaire de Bretagne; 1780.

* A. MARTEVILLE et P. VARIN : continuateurs et correcteurs d'OGEE. 1843.

* Adolphe JOHANNE : Géographie du Morbihan. Hachette et Cie. 1888. 

* A. DAUZAT et Ch. ROSTAING : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Librairie Guénégaud. 1963. Édition 1978. 

* Éditions ALBIN-MICHEL : Dictionnaire des communes de France. 1970.

* Jean-Yves LE MOING : Les noms de lieux de Haute Bretagne. Coop-Breizh. 1990. 

* Erwan VALLERIE : Diazezoù studi istorel an anvioù-parrez. Corpus. An Here. 1995

* Éditions FLOHIC : Le patrimoine des communes du Morbihan. 1996.

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes du Morbihan. Froger SA. 1999.

* Éditions FLOHIC : Le patrimoine des communes d'Ille et Vilaine. 2000

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000.

* J.L RAMEL et A.J. RAUDE : Liste des communes galaises du département du Morbihan. Rolaey dez comunn galeizz deu departamant deu Mor-Bihan. Roll komuniou galloweg departamant ar Morbihan . Maezoe-Heveziken. 2003.

* Daniel DELATTRE : Le Morbihan. Les 261 communes. Éditions Delattre. 2004. 

Liens électroniques des sites Internet traitant de Concoret / *Konkored :

* lien communal : 

* pajenn Wikipedia brezhonek :

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* Autres pages de l'encyclopédie Marikavel.org pouvant être liées à la présente :

http://marikavel.org/heraldique/bretagne-familles/accueil.htm

http://marikavel.org/broceliande/broceliande.htm

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* sauf indication contraire, l'ensemble des blasons figurant sur cette page ont été dessinés par J.C Even, sur bases de GenHerald 5.

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Retour en tête de page. En dro d'ar penn ar bajenn