Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

Bro Roazhon

Pays de Rennes

 

Rennes - Roazhon

Condate Redunum

 
pajenn bet digoret e 2002 page ouverte en 2002

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour 30/01/2014 13:39:38

! Page en cours de reconstruction totale !

Définition : Capitale gallo-romaine de la civitas des Rhiedones, au confluent de l'Ille et de la Vilaine.

Ville majeure qui a tenu plusieurs fois le rôle de capitale de la Bretagne historique;  capitale du comté de Rennes; siège de l'évêché de Rennes. 

Aujourd'hui dans la région économique dite "de Bretagne"; chef-lieu du département d'Ille et Vilaine; chef-lieu d'arrondissements et de cantons; au confluent de l'Ille et de la Vilaine.

Armoiries; Blason : "d'argent à trois pals de sable, au chef d'hermine, qui est de Bretagne"

Paroisses

 

 

Histoire

            La présente page a été ouverte à titre provisoire pour apporter un démenti formel sur des prétentions historiques accordées par certains auteurs modernes à l'actuelle ville de Rennes.

            L'actuelle ville de Rennes, accessoirement "capitale" administrative de la Bretagne armoricaine française, n'a strictement rien à voir, qu'indirectement, avec la formation de la Bretagne originelle.

            Le lieu de débarquement de l'expédition maritime militaire, conduite par Maxime, au printemps 383 est identifié en baie de Somme, entre St Valery-sur-Somme et Abbeville. Le personnage Himbaldus, cité par Geoffroy de Monmouth, chef Franc fédéré à l'Empire romain, qui a tenté de s'opposer au débarquement est identifié au Vieux-Rouen-sur-Bresle.

            Ainsi, la traduction du nom de REDUNUM en Rennes à partir du texte de Geoffroy est une gigantesque bévue. 

            Ce nom de REDUNUM, puisqu'il est lié au personnage d'Himbaldus, désigne tout simplement une forme moyenne du nom du Vieux-Rouen-sur-Bresle, à partir du nom ancien de cette rivière : *PHROUD-is, évoluant en *Phrouden, puis en *Rouden > puis en Rouen

*****

            De la même façon, l'essai d'explication de Ville-Rouge à Rennes, à partir d'une hypothétique couleur rouge des murailles romaines, ou des toitures en tuile des maisons, sachant que cela était le cas de bien d'autres villes murées de cette époque, est également en soit une autre monumentale bévue. 

            L'expédition de Maxime s'étant déroulé en Picardie, il y a lieu de rechercher un tripatouillage entre des préfixes en ville et en ker, pour remonter à un Carouge, du latin quadruvium, désignant un carrefour important ou une ville de carrefour.

            Curieusement d'ailleurs, cette racine Quadruvium est celle qui a donné plus tard CAROHAISE, puis Carhaix ! 

            Or, on sait désormais que Rennes, devenue bretonne, n'a eu de cesse dès lors de spolier Carhaix, première capitale de la Bretagne armoricaine. Le cas de Brocéliande en est un exemple flagrant, peut-être encore plus aujourd'hui qu'autrefois.

*****

            Nous intégrerons donc une page historique de Rennes dans notre encyclopédie des noms de lieux que lorsque notre exposé en sera au stade de l'organisation territoriale de la Bretagne armoricaine, après la victoire de Nominoé et Erispoé sur les troupes de Charles le Chauve, en 851, soit 466 ans après Maxime.  

    

            Nous préparons une page spéciale sur Le Vieux-Rouen-sur-Bresle. 

Archéologie. Patrimoine :

La ville Ar gêr
Cathédrale saint Melain Iliz-veur
   

 

Dimanche 22 septembre 2002

"Journée du Patrimoine"

la queue des visiteurs (aujourd'hui, c'est gratuit !)

Ar sul 22 a viz Gwengolo 2002

"Devezh Glad ar Vro"

lost ar weladennerien (hirie eo evit man !)

Étymologie :

* Ogée : " Les anciennes cartes géographiques lui donnent le nom de Condate Rhedonum, nom qu'elle a quitté pour prendre celui du peuple qui l'habitait, Rhedones, dont, par corruption, on a formé le mot Rennes".

* A-M ROUANET-LIESENFELT : 

César, Guerre des Gaules, II,3,4; et 75,1 - 4  : Redones;

Pline l'Ancien, Histoire naturelle, IV,XVIII : Rhedones.

Claude Ptolémée : Rhdones ( = Riedones)

Notitia Dignitatum : Redonas

Notitia Galliarum : Civitas Redonum

Grégoire de Tours, V,29 : " Brittani (...) graviter regionem Rhedonicam ..."

Grégoire de Tours, X,9 : " ... Brittani circa urbes Namneticam utique et Redonicam ..."

Débat sur la question graphique, par A-M ROUANET-LIESENFELT, p 6 : 

     " On a longtemps hésité sur l'orthographe antique du mot. On connaissait, depuis 1868, l'inscription trouvée dans le rempart de Rennes qui mentionnait la (civ)itas Ried(onum). Mais comme elle était fragmentaire, qu'aucune autre ne la corroborait, et aussi, sans doute, la force de l'habitude l'emportant, in a préféré jusqu'à une date toute récente la graphie Redones que semblait appuyer la tradition littéraire. Seul, O. Hirschfeld manifestait quelques doutes et intitulait la section du Corpus Inscriptionum Latinarum consacrée à notre région, Redones sive Riedones

     Les manuscrits de la Guerre des Gaules de César, de la Notitia Galliarum, de la Notitia Dignintatum, puis les auteurs du haut Moyen-Age donnent la forme Redones et parfois Rhedones, notamment ceux de Grégoire de Tours où les deux graphies alternent. Par contre, ceux de l'Histoire Naturelle de Pline l'Ancien portent Rhiedones, Shiedones, Siedones, et ceux du géographe Ptolémée Rihdones (pour la plupart), Rhhdones, ou encore Rhidones.

     Or, la découverte, en 1968, des dédicaces de T. Flavius Postuminus, où l'on lit sans possibilité d'erreur l'appellation officielle au IIIè siècle, civitas Riedonum, a donné raison à Mowat, qui prônait cette lecture; c'est pourquoi nous avons constamment employé la forme Riedones ..."

Personnes connues Tud brudet
 Saint Melaine Sant Melen
Pierre HEVIN

Avocat et historien. Études sur la Coutume de Bretagne, mémoires historiques et archéologiques

Rennes 1621-1692

Per HEVIN

Advokad hag istorour. Studioù diwar-benn Kustum Breizh, kounskridoù war an istor ha war arkeologiezh

Roazhon 1621-1692

Jean BARRIN

Prêtre. Traducteur. Biographe

Rennes 1640-1718

Yann BARRIN

Beleg. Troour. Buhezskrivour

Roazhon 1640-1718

Pierre de la Résurrection

Carme. Auteur de La vie spirituelle; Exercices de la solitude, etc.

à Rennes en 1673

Per ar Rezurektion

Karmezad. Aozer La vie spirituelle; Exercices de la solitude, hag all.

e Roazhon e 1673

TOURNEMINE

Jésuite; professeur; premier directeur des Mémoires de Trévoux

Rennes. 1661-1739

TOURNEMINE

Jezuist; kelenner; rener kentan Mémoires de Trévoux

Rennes. 1661-1739

Jacques HERNIO

Dominicain. Traité de l'usure, etc.

à Rennes en 1706

Jacques HERNIO

Dominigad. Traité de l'usure, hag all.

e Roazhon e 1706

Dom Alexis LOBINEAU

Bénédictin. Auteur de : Histoire de Bretagne (1707)

Rennes, 09.10.1667 / Saint Jacut de la Mer, 003.06.1727

 
Antoine-François de Boisbaudry

  

émigré, capitaine d'artillerie au régiment de Grenoble; lieutenant en du Dresnay, lors du débarquement raté des royalistes de Quiberon, en 1795

né à Rennes, le 21 juillet 1769 / à Quiberon, le 16 juillet 1795

Anton-Fanch Boisbaudry

  

divroet, kabiten kanolierezh er rejimant Grenoble; letanant e du Dresnay, e-kerzh an dilestradur c'hwitet ar roueelerien e Kiberen, e 1795

bet ganet e Roazhon an 21t a viz Gouere 1769 / bet lazhet e Kiberen, ar 16t a viz Gouere 1795

Casimir de Gouyon de Beaufort

  

émigré, sous lieutenant en du Dresnay, lors du débarquement raté des royalistes de Quiberon en 1795 

capturé, il est condamné à Vannes le 8 Fructidor an III / mardi 25 août 1795, à l'âge de 29 ans

Casimir de Gouyon de Beaufort

  

divroet, eil-letanant e du Dresnay, e-kerzh an dilestradur c'hwitet ar roueelerien e Kiberen e 1795

condamné à Vannes le 8 Fructidor an III / mardi 25 août 1795, oajet a 29 bloaz

i

 

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Communes du canton de Rennes Parrezioù kanton Roazhon
     

Communes limitrophes de Rennes Parrezioù tro war dro Roazhon
               

Sources

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, dédié à la nation bretonne. vers 1780; 

* A. MARTEVILLE et P. VARIN; correcteurs et continuateurs d'Ogée. Molliex, libraire-éditeur, Paris, 1843; Réédition par Editions Régionales de l'Ouest. Mayenne. 1993.

* Éditions Albin-Michel : Dictionnaire Meyrat. Dictionnaire national des communes de France. 1970.

* Anne-Marie ROUANET-LIESENFELT : La civilisation des Riedones. supplément n° 2 à Archéologie en bretagne. Brest. 1980.

* Editions Flohic : Le patrimoine des communes d'Ille et Vilaine. 2000

Liens électroniques d'autres sites traitant de Rennes / Roazhon

* lien communal : 

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* pour le blason de  Rennes : dessin JC Even sur logiciel Genhéral5. 

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Retour en tête de page / en dro d'ar penn kentan ar bajenn