Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

Bro Leon

Pays de Léon

  Saint Pol de Leon

Kastell Paol

 

le blason central est celui qui est peint sur le tombeau de Saint Yves, dans la cathédrale de Tréguier

pajenn bet digoret e 2002 page ouverte en 2002    ñ   kentañ   Frañs

forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour 12/03/2017 19:49:18

Définition : Ville de la Bretagne historique; siège de l'évêché de Léon..

Aujourd'hui : commune de la région économique dite "de Bretagne", département du Finistère; arrondissement de Morlaix; chef-lieu de canton; sur la rive ouest de la 'rivière de Morlaix'.

Superficie : 2343 ha.

Population : 8044 hab. en 1970; 7256 hab. en 1990.

Armoiries; blason

i

Le dolmen de Kerangouez

selon un manuel d'histoire du début du XXè siècle

Histoire :

Selon Cambry, Finistère, p 47, c'est en la cathédrale de Saint-Pol qu'aurait été inhumé Conan Mériadec : " On lisait autrefois sur une plaque de cuivre, élevée de deux ou trois pieds dans le cathédrale : Hic Jacet Conanus, Rex Britonum. Les chanoines l'enlevèrent; elle gênait la marche de leur procession. "

Le chevalier de Fréminville reprenant lui-même Cambry : " Cette cathédrale mérite plus d'attention que ne lui donne Cambry; quoiqu'elle ne soit pas faite sur de vastes proportions, son plan et l'ensemble de l'édifice ont une régularité qui plait à l'oeil. Quant aux détails, c'est une autre chose, tout y porte le cachet de la décadence du style gothique-arabe, rien n'y est léger, élégant ni hardi à l'exception pourtant d'une fort belle rose qui donne du côté la place. Les clochers ne sont qu'une lourde et mauvaise imitation de celui du Creisker que Cambry mentionne ci-après. La cathédrale de St-Pol avait été bâtie d'abord par Conan Mériadec, le plus célèbre des premiers Jarles ou Rois du Léonnais; mais alors elle n'était faite qu'en bois. Brûlée par les Normands, dans le dixième siècle, elle fut réédifiée en pierre, mais ce second édifice n'est pas non plus parvenu jusqu'à nous, il tombait en ruines au commencement du quinzième siècle et il fut démoli pour être remplacé par celui qu'on voit aujourd'hui. Toutes ces constructions successives furent faites toujours sur le même emplacement; aussi les caveaux de l'église actuelle étaient la plupart anciens et renfermaient plusieurs tombeaux d'une haute antiquité. Un grand sarcophage de pierre qu'on y a retrouvé et qui est chargé de quelques ornements grossiers portant tout le caractère des 5è ou 6è siècle peut fort bien être le tombeau qui renfermait les cendres de Conan. On le voit dans le bas côté, du côté droit de l'église et il sert de bénitier. J'en ai donné une description détaillée dans mon ouvrage sur les Antiquités du Finistère (tome I, page 42).

Louis Le Guennec, en accord avec les recherches et les réflexions modernes, déclare : "En pénétrant dans la cathédrale par le narthex, on passe sous la voûte des orgues, blasonnée à leur clef des armoiries de l'évêque, Mgr de Laval-Boisdauphin, puis on trouve à droite un sarcophage roman servant actuellement de bénitier. Il est de forme trapézoïdale et mesure extérieurement 2,34 mètres de longueur, 0,72 mètre de largeur à l'extrémité de la tête et 0,66 mètre aux pieds. Le père Toussaint de Saint-Luc, dévoué comme on le sait à la cause des Rohan qui se prétendaient issus de Conan Mériadec, voulait reconnaître, en 1664, sur le couvercle aujourd'hui disparu du sarcophage, l'épitaphe :

HIC JACET CONANUS BRITONUM REX,

en vieilles lettres capitales, presque effacées, dit-il. C'était un adroit moyen d'établir l'existence en réalité fort incertaine de ce prince. Mais le savant chanoine Peyron semble avoir clairement démontré qu'il s'agit du cercueil en pierre d'un prélat du nom de Conan, évêque de Léon au XIIè siècle. "

 

Le pseudo sarcophage de Conan Meriadec, en la cathédrale de Saint-Pol-de-Léon

Photographie JC Even. jeudi 22 août 2002. Copyright.

JCE : L'idée que la cathédrale de Saint-Pol aurait pu être fondée par Conan Mériadec me semble être issue du plus pur imaginaire légendaire. En effet, à l'époque de l'expédition de Maxime et de Conan (383), le christianisme, même en courbe ascensionnelle, n'était pas  encore religion officielle d'État. Elle ne le sera qu'avec le décret de Théodose en 392, c'est-à-dire neuf ans après le débarquement de Maxime, et trois ans après sa chute. La création d'un évêché dans la cité ossisme (Carhaix) ne sera réalisée qu'après l'érection de celui de la cité vénète (Vannes), elle-même datée seulement des années 450/60. Enfin et surtout, lorsque Pol-Aurélien est venu s'installer à Kastell-Paol / St Pol de Léon, vers 512 / 525, il n'y a encore aucune trace de cathédrale à l'intérieur de l'ancien oppidum en ruines. (cf. Minihi Levenez, Sant Pol a Leon, p 55 et suiv. p 197 et suiv.).

La création d'un évêché à Saint-Pol, par distraction d'un cantref / centurie du territoire civil de la cité ossisme, s'est faite à l'époque et sous l'autorité de Childebert Ier (511-558)

 

Plan de Saint-Pol-de-Léon. 1750. 

Exposition interne de la chapelle du Kreisker

Ajouts JC Even : point rouge : la cathédrale; point bleu, la chapelle du Kreisker

* 1883 : Saint-Pol-de-Léon devient la première gare légumière de France.

 

Reconstitution graphique

Exposition interne de la chapelle du Kreisker

Addresadenn

Diskouezhadeg diabarzh Chapel ar C'hreiskêr

 

   

Editions / Embannadurioù ARLAUD. 1930

 

Au premier plan : la cathédrale; au fond : la chapelle du Kreizkêr A-dost : an iliz-veur; a-bell : chapel ar C'hreizkêr

Photographie JC Even. jeudi 22 août 2002, à 18 heures. Copyright.

Archéologie. Patrimoine

Les fenêtres en couleur possèdent des liens actifs

La cathédrale An Iliz-Veur
La chapelle du Kreisker Chapel ar C'hreizker

Étymologie

* Cambry, Finistère, page 42 : "César la nomme cité des Ossismiens; nos légendaires, Occismor: elle s'appela, dit-on, Légionensis-Pagus, sous les Romains, d'où s'est formé le nom de Léon...."

* Fréminville, commentant Cambry : "Cette étymologie est aussi fausse qu'absurde : jamais la ville de St-Pol-de-Léon ne s'appela Legionensis pagus, et aucune preuve, aucun document historique n'annonce que les Légions romaines y aient jamais mis le pied. César lui-même, lorsqu'il en parle, la désigne par son nom celtique Leonica, et ses habitants de Leonices, comme on le voit dans le passage suivant tiré de ses commentaires : "Universis civitatibus, quae oceanum attingunt, quoeque eorum consuetudine armoricae appellantur, quo sunt in numero Curiosolites, Rhedones, Ambibari, Cadetes, Ossismii, (Leonices), Veneti, Unelli, Sena" (Caesar de bello gallico, lib. VII.) *** Rien ne prouve que l'Occismor des légendaires soit la ville actuelle de St Pol de Léon. Les positions géographiques assignées aux différentes cités Gauloises sont en général si incertaines et si vagues dans les historiens Romains, que les modernes érudits ne peuvent, à leur égard, s'accorder entre eux. Les uns ont voulu qu'Occismor fut à Brest, d'autres l'ont mise à Quimper, le plus grand nombre enfin à St Pol de Léon, où l'on n'a jamais trouvé le plus petit débris antique, antérieur au sixième siècle ..."

* Ch. Frochen, Finistère, Léon, p 111 : "... avant l'arrivée du saint dans la région, une cité existait dont le nom était Castellum Leonenses Pagus (village de la légion)". "... Conan Mériadec, dit-on, s'y retira et y mourut en 421. Il y fut inhumé avec cette épitaphe : Hix Jacet Conus rex bretonum".

p 115 : "Un sarcophage plus grand que les autres, et qui fut exhumé lors de la construction, aurait contenu, dit-on, les restes de Conan Mériadec..."

* B. Tanguy, Communes du Finistère, p 203 : Oppidum Pauli, oppidum sancti Paulinanni, v. 869-870; Sanctus Paulus, 1193, 1207, 1252; Saint Pal en Léon, 1296; Castrum Sancti Pauli, 1371; Saint Poul en Leon, 1405; Saint Paoul de Léon, 1451; breton : Kastell Paol. "Capitale du pays de Léon - pagus Leonensis en 884 - ..."

Évêché : Cathédrale sous le vocable de Pol-Aurélien (Sant Paol).

Premiers évêques de Saint-Pol-de-Léon, jusqu'à Nomenoé :

Paulus Aurelianus (St. Pol Aurélien) VIè siècle; Jovinus (St. Jaoua), et Tigernomaglus (du vivant de Saint Pol); St. Pol (secundo); Cetomerinus; Galbinius ? (St. Goulven); St.Thénénan; St. Houardon; St. Goueznou; Gilbert ?; Guyomark ?; Léonorius ?; Liberalis, déposé de 850 à 866; etc.

Page spéciale en préparation.

Personnes connues Tud brudet
   

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Communes du canton de Saint-Pol-de-Léon Parrezioù kanton Kastell-Paol
Ile-de-Batz Enez-Vaz
Mespaul    
Plouénan    
Plougoulm    
Roscoff    
Saint-Pol-de-Léon Kastell-Paol
Santec    
Sibiril    

Communes limitrophes de Saint-Pol-de-Léon Parrezioù tro war dro Kastell-Paol
Roscoff Carantec Henvic Plouénan Plougoulm Santec

Bibliographie

* OGEE : Dictionnaire de Bretagne; vers 1780.

* Adolphe JOANNE : Département du Finistère. Hachette. ****.

* Éditions ALBIN MICHEL : Dictionnaire national des communes de France; Dictionnaire Meyrat; 1970.

* Pierre BARBIER : Le Trégor historique et monumental. Les Presses Bretonnes. 1960

* René COUFFON : Recherche sur les églises primitives, dans Bulletins et Mémoires de la Société d'Émulation des Côtes-du-Nord, tome LXXV, 1945-1946,

* Éditions FLOHIC : 

- Le patrimoine des communes des Côtes d'Armor; 1998

- Le patrimoine des communes du Finistère; 1998

* Bernard TANGUY : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses du Finistère; Chasse-Marée - Ar Men; 1990

Liens électroniques des sites Internet traitant de Saint-Pol-de-Léon / Kastell Paol 

* lien communal : 

* Autres liens : 

- Roger FREY : http://www.ifrance.com/Frey-Roger/saint-pol-de-leon.htm

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Retour en tête de page