Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

blason ou logo en attente

Bro-Dreger

Trégor

 

  Ploulec'h  

pajenn bet digoret e 2003 page ouverte en 2003

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

dernière mise à jour 02/08/2016 11:34:25

Définition : commune de la Bretagne historique; Bro Dreger / Trégor; évêché de Tréguier; sur la rive sud de l'embouchure sud du Léguer.

Aujourd'hui dans la région économique dite "de Bretagne"; département des Côtes d'Armor; arrondissement de Lannion; canton de Lannion, sur le Léguer.

Superficie : 1115 ha

Population : 1100 'communiants' vers 1780; 1178 hab. en 1859; 1120 hab. vers 1860; 1248 hab. en 1878; 1240 hab. en 1881-1886; 1143 hab. en 1890; 673 hab. en 1970; 853 hab. en 1978- 1985; 1229 hab. en 1982 ?; 1413 hab. en 1990; 1466 hab. en 1999; 

Ethnonyme breton : Ploulec'hard (masc.sing); Ploulec'hardez (fém.sing); Ploulec'hiz (Plur.)  

Ethnonyme français : Ploulec'hois; Ploulec'hien;

la prononciation à la française :  "Ploulecquois" / "Ploulecquien" est une horreur linguistique et constitue un mépris total de la culture bretonne dont seuls les Franchouillards jacobins, qui se prennent pour le nombril du Monde, sont capables.

Blason; logo

 

Paroisse : église sous le vocable de saint Pierre et saint Paul.

Histoire

 

L'ensemble des documents concernant la pseudo Lexobie de Ploulec'h est regroupé dans une page annexe, accessible en activant le triskell rouge ci-contre 

*****

i

Extrait de Patrick GALLIOU : l'Armorique romaine

Couleurs ajoutées par JCE : rouge : Vorgium / Carhaix; mauves : Vetus Civitas / Le Yaudet et Landreger / Tréguier

*****

i

Extrait d'Alain LE DIUZET, dans Mouez ar Vro. 1960

Point rouge : Vorgium / Carhaix; points mauves : Vetus Civitas / Le Yaudet et Landreger / Tréguier

*****

************

Maires de Ploulec'h : Mrs DOHOLLOU; NICOLAS; LE BERRE; DERRIEN; J. LE QUERREC; LE ROUX de Kerninon; F. LE QUERREC; LE BARZIC; LE CALLENNEC; PASQUIOU; LE ROUX de Kerninon; 

Patrimoine; archéologie

Seules les pages ouvertes (blanches) ont des liens actifs

 
Bourg Ploulec'h Le Bourg de Ploulec'h
Iliz sant Per, bered ar barrez, ha peulven Église saint Pierre, enclos paroissial, et stèle 
Penn-kêr ar Ieoded Le village du Yaudet
Chapel ar Ioded La chapelle du Yaudet
Porzh kozh ar Ioded L'ancien port du Yaudet
  Chapelle saint Herbot (Herbaud) et Notre Dame
Chapelle Saint Lavan(t) Chapelle Saint Lavan(t)
Maner Kerdroniou Manoir de Kerdroniou
Maner Kerninon Manoir de Kerninon
Maner Kerloas Manoir de Kerloas
  Ferme de Kerberen
Maner Kerdaniel Manoir de Kerdaniel
Milin Awel (war dro 1600-1700) Milin Awel (vers 1600-1700)

Étymologie

* Cadastre (1806) : Le Guyaudet.

* Bernard Jollivet (1859) : "Ploulech est formé de deux mots bretons qui signifient littéralement paroisse du lieu; mais le sens de ces deux mots n'est pas complet. Il est probable qu'on y ajoutait primitivement un nom quelconque, Coz Yaudet, par exemple, ce qui donnerait à la traduction, paroisse du lieu dit le Vieil-Yaudet".

*****

* René Largillière (1925) : "L'éponyme de cette paroisse est comme l'éponyme de beaucoup d'autres paroisses, un personnage complètement inconnu. Le nom latin de Ploulec'h est Plebs loci en 1330 et à la fin du XIVè siècle ; en 1461, on trouve la forme bretonne Ploelach (19). Les transcriptions latines ne permettent pas de supposer que le nom de Ploulec'h puisse représenter un ancien *Plou-goulec'h; quant à la transcription Plebs loci, c'est une ineptie : locus, lieu, a donné en breton lok, et non pas lec'h avec une aspirée finale, et le mot breton lec 'h ne pouvait pas constituer le second terme d'un nom de paroisse (20).

On a par ailleurs supposé que le mot breton lec 'h serait le mot breton qui signifie la «pierre », et qui est entré en composition dans des dénominations de monuments mégalithiques; on a émis l'hypothèse que Ploulec'h serait composé avec le nom de la rivière du Léguer, qui borde cette paroisse et arrose Lannion, et que ce nom lui-même aurait facilité la création de la légende de Lexobie, placée au Coz-Yaudet en Ploulec'h (la vetus civitas des anciens textes) : ce sont là des hypothèses que rien ne rend plausibles (21). L'on est, en l'absence de documents, dans l'impossibilité de rétablir le nom de l'éponyme de cette paroisse, et si une hypothèse devait être tentée, il serait préférable de supposer que Ploulec'h comporte la forme hypochoristique du nom de saint Lohan, ou Loc'han, qui a eu jadis une chapelle en cette paroisse (22)

************
19 LONGNON, Pouillés de Tours, p. 340. 345, 351.

20 Cf. Ns., p. 78 et 106. * M. J. Loth signale, pour un rapprochement possible, Lannilis Leac 'h en Bodilis (F.) ; cf. le Portzlec 'h en Trégarantec (F.), devenu le Porlac'h (C.E.M., KERDANET, Vies des saints d'ALBERT LE GRAND, p. 216, et DE LA PASSARDIÈRE. in Écho paroissial de Brest. 1 août 1908). - Sur le mot breton lec'h, voir ERNAULT. Dictionnaire étymologique du breton-moyen. Nantes. 1887. in*4°. p. 324 et Gloss. moy.-bret.. p. 357.

21 LONGNON (Les noms de lieux de la France, cours publié par MM. Miraut et Marichal. Paris, 1922 et suiv.. in-8°. n° 1292) a supposé que Ploulec'h aurait été jadis Plebs lapidum ; je ne sais sur quelle autorité ; il se peut que les éditeurs de ce cours n'aient pas compris un simple rapprochement possible, tenté par Longnon. avec le nom de la Plebs Lapidea, dans le Haut-Léon, dont il est parlé dans la Vita Pauli Aureliani, cap. XIV. A l'appui de cette hypothèse amusante, on aurait pu faire valoir qu'il existe dans le mur du cimetière paroissial un petit lec'h. - C'est LA BORDERIE («Les trois vies de saint Tudual ». in Mém. Soc. arch. des C.-du-N.. seconde série. II, p. 336). qui a proposé l'hypothèse du Léguer et de l'origine de la légende de Lexobie ; je n'insiste pas à ce sujet : les scribes, en transcrivant en latin le nom de la paroisse, ont prouvé qu'ils ignoraient cette étymologie; par ailleurs, le nom de cette rivière est le Léguer partout, depuis son embouchure en Servel. où il y a un village de Bec-Léguer (C.E.*M.), jusqu'en Trégrom, où. en bordure de cette rivière, il y a une vieille seigneurie de Coat-Léguer (C.E.M.).

22 Sur ce personnage, on trouvera un article infra. chap. V.

Commentaire JC Even : Largillière oublie tout simplement de citer le lieu-dit Pen-Léguer, désignant la source du Léguer, en Bourbriac, aux confins de Maël-Pestivien.

*****

* Pierre Barbier (1960) : "La paroisse de Ploulec'h englobe le territoire du Yaudet où s'éleva à la fin du Vè siècle la Vieille-Cité, Vetus-Civitas, siège probable d'un évêché gallo-romain avant la fondation de Tréguier et l'élévation de Tugdual à l'épiscopat ... La terminaison du nom de cette paroisse, comme l'indiquait M. Merlet, et comme nous le supposions nous-mêmes, semble perpétuer le nom que portait cette antique cité gallo-romaine, la "Lexovie" de la tradition, qui a donné lieu à de si ardentes controverses et dont on ignorera la forme exacte jusqu'à la découverte de textes ou d'inscriptions". 

*****

* Louis Kervran (1977) : compte tenu de la longueur de la référence, celle-ci a été mise en page annexe. Pour y accéder, activer le triskell-icône rouge ci-contre. Un lien interne vous permettra de revenir ici.

*****

* Michel de la Torre (1978*1985) : "Cité gallo-romaine dite de Lexobie".

* Bernard Tanguy (1992) : "Plebs Loci, 1330, vers 1330, fin XIVè siècle, 1444; Ploelech, 1426; Ploelach, 1461; en breton : Ploureh

"Le nom de Ploulec'h a donné lieu à plusieurs hypothèses. Si les rapprochements qui ont été faits entre l'élément lec'h et le radical des noms de Léguer, d'une part, de Lexovia, prêté par les Vies anciennes de saint Tugdual au Yaudet, d'autre part, se heurtent à des impossibilités phonétiques, son identification avec le breton leh "pierre plate" reste très aléatoire et peu plausible. Au XIVè siècle, la traduction latine Plebs Loci "paroisse du lieu", dans des textes différents, témoigne qu'on l'assimilait au breton leh, "lieu". L'usage de ce mot en toponymie ne contredit pas cette interprétation. Mais, si on se fonde sur un composé comme Auber*lac'h "lieu de l'estuaire", lieu*dit de Rosnoën (Fin.), où le mot leh est précédé d'une variante du breton aber "estuaire", Ploulec'h désignerait, non la "paroisse du lieu" mais "le lieu de la paroisse", c'est*à*dire son siège.

Cette démarcation pourrait trouver sa justification dans l'importance ancienne du Yaudet alias le Coz*Yaudet. Anciennement Keodet ou même Cozqueoudet en 1638, le toponyme issu comme son homonyme quimpérois Guéodet, du latin civitatem "cité", rappelle le souvenir d'un important établissement antique fortifié dont les ruines occupaient le promontoire en forme d'éperon barré situé à l'entrée du Léguer. C'est en ce lieu occupé depuis l'époque gauloise et, en particulier, à l'époque gallo-romaine, que les //è et ///è Vies de saint Tugdual, écrites aux XI et XII siècles, situent le siège d'un hypothétique évêché, où ce saint se serait installé avant d'aller fonder celui de Tréguier, d'aucuns prétendant même, opinion rapportée par la //è Vie qui s'attache à la ruiner, qu'il y serait mort.

C'est sous les noms de urbs ou civitas Lexoviensis et de Lexovium, formes identiques au nom ancien de Lisieux (Calv.), que le Yaudet est désigné dans ces textes, la //èVie le situant dans le Pagus Civitatis "pays de la cité", région s'étendant entre Douron et Léguer. Rédigée au XIIè ou au XIIIè siècle, la Vie latine de saint Efflam ignore, quant à elle, le nom de Lexovium : elle fait s'échouer l'outre de cuir dans laquelle sainte Enora, épouse de saint Efflam, a traversé la mer, dans une pêcherie faite de pierres de tailles en dessous de la "cité".

C'est aussi sous le nom de Vetus Civitas "vieille cité" que le lieu est mentionné dans un acte de 1267 relatant les termes d'un accord entre le duc et l'évêque de Tréguier au sujet du Régaire ou fief épiscopal, dont il faisait partie. Un aveu de 1707 parle encore du "lieu et metterie noble de Guéaudet ou la Vieille Cité, c'est*à*dire l'emplacement et appartenances de la ville d'Exobie où jadis estoit le siège épiscopal de Tréguier, sittué en la paroisse de Ploulech au terouer du Minihy". L'évêque n'était pas seul seigneur du lieu puisqu'un aveu de 1498 indique que le seigneur de Coatfrec possédait aussi "en la Vieille Cité" des rentes dites pains et viandes de chiens, ainsi que les deux moulins de Saint*Loha, lieu qu'il faut sans doute identifier avec Saint*Lavan".

* Éditions Flohic (1998) : "de l'ancien breton ploe, paroisse, et leh, lieu, soit le lieu de la paroisse, c'est à dire son siège".

" La première mention du bourg, sous le nom de Plebs Loci, remonte à 1330. Ploelech est une paroisse dès 1426, et relève sous l'Ancien Régime du diocèse de Tréguier. ... la graphie actuelle de Ploulec'h date officiellement du dénombrement de 1877".

* Hervé Abalain (2000) : "Plebs loci, 1330; "paroisse du lieu", "siège de la paroisse", selon B.T".

****************

Commentaire JCE : 

* la mention de B. Tanguy : Ploureh, peut sembler être une erreur de graphie. 

Mais l'argument est défendu sur un fil du forum Academia Celtica par l'adhérent signant Waon Du : 

" ... Plourec'h est bien une des prononciations du nom. Ce cas se produit souvent quand il y a 2 "l" dans un même mot (comme pour derc'hel ou delc'her à partir de delc'hel), c'est ce qu'on appelle de la "dissimilation''. (citation)

(http://academia*celtica.niceboard.com/monographies*histoires*locales*f15/ploulec*h*t1788.htm#10969)

Personnes connues Tud brudet
Père NAULT

Docteur en Sorbonne; missionnaire

décédé en 1709

 
Anatole*Jacques*Yves RIVOALLAN

Professeur et écrivain

Ploulec'h, 13.06.1885 / Paris, 28.01.1976

 

Vie culturelle et associative Buhez dre ar gevredadoù
Sauvegarde du Patrimoine de Ploulec'h  

Communes du canton de Lannion Parrezioù kanton Lannuon
Caoüennec*Lanzézéac Kaouenneg*Lanvezeg
Lannion Lannuon
Ploubezre Plouber
Ploulec'h Ploulec'h
Rospez Rospez

Communes limitrophes de Ploulec'h

Parrezioù tro war dro Ploulec'h
Trédrez Lannion (Loguivy) Ploumilliau

Sources :

* OGEE : Dictionnaire de Bretagne; 1780.

* A. MARTEVILLE et P. VARIN (continuateurs et correcteurs d'Ogée). Molliex, Libraire Editeur, Rennes, 1843. Réédition Éditions Régionales de l'Ouest. Mayenne. 1993.

* Chevalier de FREMINVILLE : Antiquités de la Bretagne; Côtes du Nord. Edition Lefournier, Brest, 1837; Slatkine Reprints. 1980.

* PITRE*CHEVALIER : La Bretagne ancienne et moderne. W. Coquebert. Paris. 1844. Réédition Éditions du Choletais. 1989.

* Anonyme : Dictionnaire des communes des Côtes du Nord, vers 1860

* Adolphe JOANNE : Département des Côtes du Nord. Hachette. 1878.

* Adolphe JOANNE : Dictionnaire des communes du Département des Côtes du Nord. 1886.

* J. RIGAUD : Géographie historique des Côtes du Nord. Imprimerie Francisque Guyon. St Brieuc. 1890. Réédition La Tour Gile. 1985.

* René LARGILLIERE : Les saints et l'organisation chrétienne primitive dans l'Armorique bretonne. 1925. Réédition Armeline. Crozon. 1995.

* Pierre BARBIER : le Trégor historique et monumental. Les Presses bretonnes. St Brieuc. 1960. 

* Éditions Tchou : Guide de la Bretagne mystérieuse. 1966.

* Éditions ALBIN*MICHEL : Dictionnaire des communes de France. 1970.

* Louis KERVRAN : Brandan, le grand navigateur celte du VIè siècle. Éditions Robert Laffont. 1977.

* Michel de la TORRE : Guide de l'art et de la nature. Côtes du Nord. Berger*Levrault Éditeur. 1978. 

* Patrick GALLIOU : l'Armorique romaine. Les Bibliophiles de Bretagne. Braspars. 1984. 

* Michel de la TORRE : Guide de l'art et de la nature. Côtes du Nord. Nathan. 1985.  

* Pierre de la HAYE et Yves BRIAND : Histoire de Lannion, des origines au XIXè siècle. Éditions Impram. Lannion. 1986.

* Bernard TANGUY : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses, des Côtes d'Armor. Chasse*Marée, Ar Men, 1992

* Benjamin JOLLIVET : Monographies des villes et villages de France. Côtes du Nord. Arrondissements de Lannion et Loudéac. Volume IV. Edition de 1859, rééditée par Rassorts Lorisse / Le Livre d'histoire. 2002

* Didier AUDINOT : Dictionnaire des cités disparues en France, des origines à la Révolution. Didier Audinot. 1997

* Régis de SAINT-JOUAN : Dictionnaire des communes . Département des Côtes d'Armor. Éléments d'histoire et d'archéologie. Conseil Général des Côtes d'Armor. Saint*Brieuc. 1990.

* Bernard TANGUY : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes*d'Armor. 1992

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000.

* Daniel DELATTRE : Les Côtes d'Armor. les 372 communes. Éditions Delattre. 2004

--------------

Hebdomadaire Le Trégor : 25 mars 2004 : Milin Awel et association pour la sauvegarde de patrimoine de Ploulec'h.

Liens électroniques des sites Internet traitant de Ploulec'h :

* lien communal :

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

en dro d'ar penn kentan / retour en tête / back to the top