Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

Bro-Dreger

Trégor

 

Lannion * Lannuon

 

pajenn bet digoret e 2002 page ouverte en 2002

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour 01/10/2016 20:52:29

Attention : pour simplifier l'approche géographique et historique, il nous a semblé préférable de nous baser sur les communes antérieures à l'élaboration du "Grand-Lannion" de 1962. Ainsi, des pages spécifiques sont établies concernant : Brélévénez, Buhulien, Loguivy-Lannion, Servel, 

 

Définition : commune de la Bretagne historique, en Bro-Dreger / Trégor; évêché de Tréguier.

Aujourd'hui dans la région économique dite "de Bretagne", département des Côtes du Nord / Côtes d'Armor; chef-lieu d'arrondissement; sur le Léguer.

Superficie : 

- 349 ha. vers 1860; 

- 4716 ha. après la création du 'Grand Lannion'.

Population : 

- 6642 hab. vers 1860; 

- 17 738 hab. en 1990; 

6294 hab. en 1878; 6205 hab. en 1890; 12535 hab. en 1970; 17936 hab. en 1979; 17738 hab. en 1998;

Paroisse : l'église de Lannion est sous le vocable de saint Jean

Blason : "d'azur à un agneau pascal d'argent" avec les paroles  Laus deo écrites sur la bannière.

- J. Rigaud (1890) : "d'azur à un agneau pascal d'argent tenant entre ses pieds de devant une croix de triomphe d'or avec un guidon de gueules où se lit la devise : Laus Deo".

- Régis de Saint-Jouan (1990) : "depuis 1625 environ, d'azur à un agneau pascal couché d'or, portant une croix d'or au guidon de gueules chargé des mots LAUS DEO d'or". 

- Éditions Flohic (1998) : "les armoiries choisies par la ville en 1625 comportent un agneau, à mettre en rapport avec l'adoption par l'église du patronage de saint Jean baptiste, souvent représenté avec cet animal. Mais dès le Moyen Age, ce dernier figure sur les armes de la ville, en vertu d'un jeu de mots "Lannion - l'agneau".

--------

* JC Even : "en glazur, e oan fask en arc'hant, etre e bavioù raok ur banniel trec'h en aour gant e sparrarouaez en gul, karget gant ar ger-stur LAUS DEO en aour"

Histoire

L'histoire de Lannion a fait l'objet d'assez nombreuses publications. Nous en proposons donc des lectures séparées. Il suffira d'activer les liens actifs. 

Auteur de référence lien actif
* Mr le Chevalier de Fréminville : 

- en 1822, le territoire de Lannion s'accroît aux détriments des communes voisines : 

* Brélévénez : d'une partie de Crec'h Tanet, de la corderie, et des faubourgs de Kervenno et de Porz ar Prad;

* Loguivy : Rosampont, La Ville-Neuve Corbin, La Haute-Rive, saint-Patrivce, Trorozec, Kergomar, La Motta

* Ploubezre : Keranstivel et le moulin de Rosalic;

 * Ploulec'h : pré du Min-Ran, Convenant Le Duvec, Convenant Ar fur, Convenant Penhoat, Convenant Lamourous, et la maison Léoc. 

Le territoire couvre dès lors 348 ha. (349 selon J. Rigaud)

- le 25 avril 1961, Lannion est à nouveau agrandie par annexion définitive des communes limitrophes de Brélévénez, Buhulien, Loguivy et Servel. 

La superficie de cette nouvelle commune du 'Grand Lannion' recouvre dès lors 4716 ha.

*******

Maires de Lannion : Mrs COUPPE; BEAUDOUIN; DANIEL; BOBONY; LE GOAZIOU; de MINIAC; P. de KERNINON; J.M. de TROGUINDY; E. DEPASSE; J.M. HUON; J.M RAOUL; E. DEPASSE; ...

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs (icônes ou triscèles)

Église saint Jean du Bali Iliz sant Yann ar Vali
Couvent sainte Anne Kouent santez Anna
Chapelle saint Roch Chapel sant Roc'h
Place du Centre Plasenn Kreiz Ker
Rue des Chapeliers  
Le Léguer Al Leger
Rue de Kerampont Kerampont
Bel-Air Bel-Air
Buzulzo-Pont de Kermaria Buzulzo - Pont-Kermaria

 

Étymologie

* Anonyme (vers 1860) : "Quoiqu'on ait beaucoup discuté sur l'étymologie du nom de cette ville, nous oserons émettre à notre tour une opinion. Nous croyons que Lannyon, ainsi qu'on l'écrivait en 1283, a dû se dire dans le principe Lann-Ian, église de Jean. Ce saint précurseur est encore aujourd'hui le patron de la paroisse, qui fut dans l'origine la chapelle du château primitivement construit, lequel a peut-être fait partie de l'antique commanderie de Brélévénez. De plus, les armoiries de la ville représentent l'agneau de saint Jean, ou pour parler héraldiquement, portent d'azur à l'agneau couché d'argent tenant de ses pieds de devant une croix de triomphe d'or sur la croisée de laquelle il y a un guidon de gueules. Devise : Laus deo. - Nous livrons du reste cette opinion pour ce qu'elle peut valoir, sans prétendre aucunement résoudre une question qui demeurera encore longtemps indécise".

* Régis de Saint-Jouan (1990) : "ecclesiam Sancte Marie de Lannion, 1163; terre de Lannyon au diocèse de Treguer, 1235; Lannyon, 1283; 

* Bernard Tanguy (1992) : "Ecclesiam Sancta Marie de Lannion, 1163; eccl. S. Mariae de Castello, 1188; S. Maria de Lannyon, fin XIIè siècle; Lannyon, 1212; Lannuion, 1235; Lannion, 1262; Lannyon, 1278; par. de Lannuyon, 1283; Lannion, 1294, 1296; Lanyon, Lannyon, 1330; Lannion, vers 1330; Lannyon, 1341, et fin XIVè siècle; Lannuyon, 1372, 1391, 1438, 1479".

"C'est à la fondation au haut Moyen age d'un ermitage, en vieux-breton lann, que le lieu doit son nom. Comme Lannuon, village de Gourin (Morbihan), noté Laniuzon entre 1163 et 1186, il a pour éponyme un obscur saint breton Iudon (dérivé du vieux-breton iud "seigneur"), anthroponyme attesté au IXè siècle dans les actes de l'abbaye de redon. Ce saint avait aussi jadis une chapelle dite de Saint-Ion à Trégastel".

- Éditions Flohic (1998) : "du breton lann, établissement religieux, et de saint Ion ou Iudon".

* Le Trégor (2004) : "Lannion cache bien son nom.

• Quelle est l'origine du nom « Lannion » ? Pendant des décennies, les historiens ont apporté plusieurs réponses à cette question étymologique. Aujourd'hui, François Salliou, cofondateur de l'Arssat, propose une nouvelle interprétation, fruit de longues recherches, que nous publierons la semaine prochaine. Dans la première partie de son article, l'historien lannionnais revient sur les nombreuses versions proposées depuis un siècle et demi, y compris à travers un concours très érudit.

E 1910, la ville de Lannion, selon le maire de l'époque Joseph Morand, désirait être fixée sur l'étymologie de son nom.

L'explication qu'en avait donnée Le Nepvou de Carfot avait longtemps fait foi : « Une famille Huon, famille bretonne insulaire chassée de sa patrie par l'invasion des saxons », serait venue « Vers le VI" siècle s'établira l'extrémité de la Domnonée », où devenue très forte, elle aurait protégé les Lexobiens. Ceux-ci se soumirent au chef de la colonie qui leur céda la terre. Ce dernier devint chef de leur établissement qui s'appela de son nom Land-Huon, territoire, ville d'Huon, mot qui se métamorphosa plus tard en Lan-Huon, comme on le prononce encore en breton, ensuite en Lannyon, enfin en Lannion.

Un concours dans Le Fureteur Breton

Cette étymologie fut maintes fois contestée, à tel point que la ville de Lannion lança un concours dans la revue Le Fureteur Breton en offrant une prime au fureteur dont la réponse serait déclarée la meilleure par un jury composé, entre autres, de Paul Sébillot, Anatole le Braz, Charles le Goffic, Félix le Dantec, Léon Durocher...

Très rapidement, un grécomane averti, déclarant ne pas avoir grande confiance dans le jury parce qu'il est trop breton, propose une origine grecque qui donne Lenain ou Lanaion : temple de Bacchus.

An Teskaouer, fureteur, propose : « Nous pensons que Lannion vient de Lan (église ou monastère) et de Hugeon, ou Ion, nom d'un manoir, proche de la ville connu sous le nom de Saint-Hugeon ou Saint-Yon ».

Deux autres lecteurs de la revue, l'abbé J. Helliet, recteur de Tréméven, ainsi que le celtisant François Vallée, entrent en lice. Après avoir indiqué que Le Yaudet était selon eux le « lieu haut » des Lexobiens, ils voient en Lannion l'inverse du Yaudet, ce n'est pas Lan-Huon, territoire de Huon mais bien la station des marais, Lan-Yun. Les lexobiens du Yaudet auraient remonté la rivière pour venir s'établir sur le versant de la colline.

D'autres font un rapprochement entre le mot Lannion et L'Alauna latine que l'on trouverait dans un dictionnaire de géographie ancienne.

En janvier 1913 la revue publie le résultat du concours, dont voici le résultat :

LENAION : Impossible car en breton il n' aurait pas donné la forme Lannion.

LAN YUN : Impossible pour des raisons de phonétique et pour des raisons d'onomastie, car les mots composés par LAN ont pour second terme un nom propre.

Les étymologies LAN-HUGEON, UYON, YON, LAN HUON, approchent plus ou moins de la vérité, mais ne tiennent pas compte de la forme ancienne LAN-UZION.

La forme LAN-IUZON = LAN-IUDON qui a pour elle la phonétique et l'histoire.

Le jury élimina ALAUNA.

Les notes du jury furent : 20 sur 20 à LAN-IUZON, 9 sur 20 à LAN-UYON, LAN-ION, 7 à LAN-YUN, 2 à LENAION.

L'étymologie LANN-UON reçut 10; elle ne fut pas totalement rejetée mais le jury précisa qu'elle aurait besoin d'être confirmée par des témoignages historiques et complétée par des variantes.

Quant à la proposition grecque elle reçut la note de 1 sur 20.

Le jury décida de partager le prix en donnant 20 francs au philologue F. Vallée et 5 francs, second prix, au recteur de Tréméven. L'auteur du temple de Bacchus reçut une collection des menus des banquets annuels de cette revue littéraire.

La solution de J. Loth fut donc retenue. Ouf ! Certains voulurent néanmoins rouvrir le concours. Que peut-on dire aujourd'hui ?

Il n'est pas dans notre intention de donner, ici, des réponses car nous manquons de documents objectifs. Mais cette intention serait plutôt de rechercher quelques arguments se rapprochant de la question des origines de Lannion et de voir s'il y a convergence avec le peu de connaissance que nous en avons".

 

Personnes connues Tud brudet
Geffroy de Pont-Blanc

Jafrez a Bont-Gwenn

Famille de Saint-Hugeon

"d'argent, à la croix de sable; à une cotice de gueule brochant"

Familh Sant Uhon

"en arc'hant, e groaz e sabel; (e)ur gousourin e gul balirant"

de Kergariou

Kergariou

Louis-Marie-Thre ROGON de CARCARADEC

 

Né à Lannion 19 octobre 1758; émigré; capitaine au régiment Royal-Vaisseaux, aide-major dans du Dresnay, lors du débarquement manqué royaliste à Quiberon en 1795; blessé le 16 juillet; condamné à Auray le 15 thermidor AN III / dimanche 2 août 1795.

Louis-Marie-Thre ROGON de CARCARADEC

 

Bet ganet e Lannuon an 19 octobre 1758; divroet; kabiten er rejimant Royal-Vaisseaux, eil-major e du Dresnay, e-kerzh dilestradur c'hwitet  ar roueelerien  e Kiberen e 1795; bet gloazhet ar 16t Gouere; bet kondaonet en Alre ar 15 thermidor AN III / sul 2 Eost 1795.

Gabriel-Hyacinthe Le BRIS

Né à Lannion le 8 avril 1770; émigré; aide-chirurgien dans du Dresnay lors du débarquement manqué royaliste à Quiberon en 1795; sauvé de la condamnation par un chirurgien républicain, nommé Mallet. Il est mort à Lannion le 16 juillet 1797.

Gabriel-Yasent Ar BRIZ

Bet ganet e Lannuon ar 8t a viz Ebrel 1770; divroet; eiler-surjian er du Dresnay e-kerzh an dilestradeg c'hwitet  ar roueelerien  e Kiberen e 1795; bet saveteet diouzh ar gondaonasion gant (e)ur surjian republikan, anavezet Mallet. Marvet eo bet e Lannuon ar 16 a viz Gouere 1797.

Baudouin de Maison-Blanche  
Henri Raison du Cleuziou

archéologue, historien, dessinateur

Lannion, 19 juin 1833 / Paris, 08 mars 1896.

Herri Rezon ar C'hleunvioù

arkeologour, istorour, treser

Lannuon, 19 Mezheven 1833 / Paris, 08 Meurzh 1896.

Vie associative et culturelle Buhez dre ar sevennadur hag ar gevredadoù
   

Garnizon Lanuon

http://per.kentel.pagesperso-orange.fr/khd/garnizon1.htm

https://www.youtube.com/watch?v=sOgfjKOcCjg

Communes du canton de Lannion Parrezioù kanton Lannuon
Brélévénez Berlewenez
Buhulien Bulian
Caoüennec-Lanzézéac Kaouenneg-Lanvezeg
Lannion Lannuon
Loguivy-Lannion Logivi-Lannuon
Ploubezre Plouber
Ploulec'h Ploulec'h
Rospez Rospez
Servel Servel

   

Communes limitrophes de Lannion

Parreziou tro war dro Lannuon

Trébeurden Pleumeur-Bodou Saint-Quay-Perros Louannec Kermaria-Sulard Rospez Caouënnec-Lanvézéac Tonquédec Ploubezre Ploumilliau Ploulec'h

Sources

- OGEE : Dictionnaire de Bretagne; 1780.

* Mr le chevalier de FREMINVILLE : Antiquités des Côtes du Nord. Lefournier, Imprimeur-Libraire-Editeur, Brest, 1837; Slatkine Reprints. Genève. 1980. 

- MARTEVILLE et VARIN : continuateurs et correcteurs d'Ogée. 1843

- Anonyme : Dictionnaire des communes des Côtes du Nord. vers 1860. 

* Eugène de la GOURNERIE : Les débris de Quiberon. Souvenir du désastre de 1795. Librairie Catholique Libaros. Nantes. 1875.

- Adolphe JOANNE : Département des Côtes du Nord. Hachette. 1878.

- Éditions ALBIN-MICHEL : Dictionnaire des communes de France. 1970.

- Pierre de La HAYE et Yves BRIAND : Histoire de Lannion, des origines au XIXè siècle. Éditions Impram. 1996.

- Régis de SAINT-JOUAN : Dictionnaire des communes . Département des Côtes d'Armor. Éléments d'histoire et d'archéologie. Conseil Général des Côtes d'Armor. Saint-Brieuc. 1990.

- Bernard TANGUY : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes-d'Armor. 1992

- Éditions Flohic : Le patrimoine des communes des Côtes d'Armor. 1998.

* Le Trégor hebdomadaire, 15.01.2004

Liens électroniques des sites Internet traitant de Lannion / Lannuon

* liens communaux : 

- Mairie / Hôtel de Ville : www.lannion.fr; infos@ville-lannion.fr

- secrétariat du maire : 02.96.46.64.22; secrétariat des adjoints : 02.96.46.64.31

- affaires culturelles : 5. place des Patriotes. Tél : 02 96 37 99 10; Fax : 02 96 46 57 92. Mme Suzanne SAP. Permanence le vendredi de 16H30 à 17H30; mail : suzanne-sap@ville-lannion.fr

--------------------

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* pour les blasons : dessins JC Even sur logiciel Genhéral5. 

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Retour en tête de page