Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux

Noms de personnes

Breizh

Bretagne

Bro-Leon

(Pays de) Léon

  Guilers ***  Gwiler  

page ouverte le 23.11.2010 [Compteur d'accès]

à partir du 23.11.2010

forum de discussion

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour 24/11/2010 08:40:48

Définition : commune de la Bretagne historique, en Pays de Léon / Bro-Leon. Évêché de Saint-Pol-de-Léon / Kastell-Paol; sur la Penfeld.

Aujourd'hui dans la région économique dite "de Bretagne", département du Finistère; arrondissement de Brest, et 2ème canton de Brest.

Superficie :  1898 ha.

Population : 2000 'communiants' vers 1780, y compris ceux de Bohars; 6758 hab. en 1990.

Armoiries; blason

* Editions Flohic : "le lion symbolise le pays de Léon. Les aigles viennent des armes des Mesnoalet, les six annelets de celles des Keroual, ... et les lévriers de celles des Coat-Ty-Bescond, dont la devise est "Passe hardiment". 

* Froger et Pressensé : "d'azur à la croix d'or chargée en cœur d'un lion morné de sable et cantonnée en chef de deux aiglettes et en pointe de six annelets, le tout d'argent".

Devise : "Persévérance et hardiesse". Concepteurs : MMrs Fagnen et Shultz. D.M.: 22 octobre 1987.

* Daniel Delattre (2004) : 

Paroisse : l'église est sous le vocable de saint Valentin.

Histoire

* Ogée (1780) : Guillœr [Galler]; à 11 lieues 1/2 au S.-O. de Saint-Pol-de-Léon, son évêché [aujourd'hui Quimper]; à 47 lieues de Rennes, et à 1 lieue 1/2 de Brest, sa subdélégation et son ressort. Cette paroisse, dont la cure est présentée par l'évêque, relève du roi, et compte 2000 communiants, y compris ceux de Bobars, sa trêve. Il s'y exerce trois basses-justices. Ce territoire, plein de vallons et de montagnes, est fertile en froment et autres grains. Il est assez bien cultivé et les landes y sont rares. On y cueille beaucoup de lin et de [fruits à] cidre. Les maisons nobles sont : Traomeur [Traonmeur] et Kerouale [Keroualle]; cette dernière appartenait, en 1380, à Hervé de Penancoët, chevalier, seigneur de Kerouale. Il eut une fille, qui fut duchesse de Portsmouth*, pour laquelle Richard, roi d'Angleterre, eut toujours une estime particulière. L'autre de ses sœurs épousa, en premières noces, le comte de Pembrock, en Angleterre; et en secondes noces, le marquis de Tuay, en France. En 1680, cette seigneurie appartenait à Guillaume, chevalier, seigneur de Penancoët; Menovalet [Mesnoallet], le Stiffel [Styvel], et Kerovazle [Keroualle, double emploi].

***************

* J.-F. Brousmiche (1829, 1830 et 1831) : 

"De Bohars à Guiler, la route présente des accidents de terrain variés; le dessinateur y trouverait des sites dignes d'être reproduits.

Aux confins de ces deux communes se termine la rivière de Penfeld qui forme le port de Brest.

L'Etablissement des forges de Villeneuve, appartenant à la Marine, est à visiter. Les eaux abondantes font mouvoir les machines de cette vaste usine, où l'on trouve des forges à martinet, où se fondent en barres les fers vieux ou hors d'usage qui sont rebutés dans les arsenaux de la Marine. Un officier supérieur d'artillerie dirige cet établissement.

Le château de Keroualle, en Guiler, est comme tous ceux qui se voient en Bretagne, et qui n'appartiennent pas à un temps reculé, un vaste corps de logis, flanqué de pavillons. C'est une lourde masse de pierres régulièrement assises avec absence de toute décoration architecturale. Il y existe encore quelques bois et des allées soigneusement plantées. De l'extrémité de l'une d'elles on découvre Brest, sa rade, la montagne du Menez com. Cette vue prête du charme à Keroualle qui en tire un nouveau des bosquets de futaies et des prairies qui l'avoisinent.

C'est au château de Keroualle que naquit la belle duchesse de Porsmouth qui soumit au pouvoir de ses charmes Charles II, Roi de la Grande Bretagne.

Sous les murs du château est une source d'eau ferrugineuse. Elle était autrefois recommandée par les médecins les plus expérimentés de Brest dans un grand nombre de maladies. Aujourd'hui, la source de Keroualle est déserte, sa naïade épanche ses eaux dans la plus profonde solitude. Il est de mode que les buveurs d'eau fassent le voyage de Barèges, de Bagnères, de Vichy, de Plombières ou de Seltz. Que deviendrait la docte faculté si elle guérissait ses clients sans qu'ils dépensassent de nombreux. Un médecin qui prescrirait l'usage de cette eau à une petite maîtresse se verrait rire au nez ; il serait infailliblement abandonné par ses malades".

*************

* Marteille et Varin (1843) :  GUILER (sous l'invocation de saint Valentin); commune formée de l'anc. par. de ce nom, moins sa trêve Bohars (voy. ce mol), devenue commune; aujourd'hui succursale. — Limit. :N. Milizac; E. Lambézellec, Bohars; S. Saint-Pierre-Quilibigon; O. Plouzanné .— Princip. viH. : Coat-ty-Bescont, Keraudren, Kernoalet, Kerfily, Kervarziau, Styvel, Kerédern, Penfeld. — Objets remarquables : forges de la Villeneuve, manoirs de Kermérien, de Keroual, fort Penfeld, chapelle Saint-Fiacre. — Superf. tôt. 1898 hect., dont les princip. divis. sont : ter. lab. 1210; prés et pat. 170; bois 5A; canaux, étangs et marais 4 ); landes et incultes 339; sup. des prop. bat. 15; cont. non imp. 106. Const. div. 221; moulins 13 (Gouez, Tridour, Kerboronnès, de la Tour, de Penantraon). >>> Le bourg de Guiler est situé au centre de la commune, et sur le point le plus élevé entre Brest et Saint-Renan.— Il y a deux pardons à l'église paroissiale, l'un le lu février, de Saint-Valentin; l'autre le 15 août : ce dernier est le plus fréquenté.— L'agriculture est florissante dans cette commune; on y fait, entre autres, beaucoup de pommes de terre, qui sont exportées à Brest. — Le bois, et surtout le bois de chêne, est rare; l'orme est beaucoup plus répandu. — La population de Guiler est en grande partie composée d'ouvriers employés à l'arsenal de Brest. Beaucoup de femmes exercent l'état de blanchisseuses, et leur industrie est alimentée par le voisinage de la même ville. — On exploite quelques tourbes aux abords des marais de Baudonnou. — La route départementale n° 10 du Finistère, dite de Brest à Saint-Renan, traverse cette commune du sud-ouest au nord-est. — Géologie et minéralogie : constitution granitique; gneiss au sud du bourg. II y a quelques argiles propres à la fabrication de la poterie; eaux minérales ferrugineuses près de Keroualle. — II n'y a a parler français que ceux des habitants qui fréquentent les marchés de Brest. >>> Charles II eut de la duchesse de Portsmouth Charles de Lennox, duc de Richmond, comte de March, lige des ducs de Richmond, pairs d'Angleterre et d'Ecosse, et ducs d'Aubigny, eu France. De B.

*************

* Editions Flohic (1998) : 

*************

* Daniel Delattre (2004) : 

*************

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Le bourg Ar bourg
Eglise saint Valentin Iliz sant Valentin
Oratoire saint Fiacre (XVIIè-1937) Chapel vihan sant Fiakr
Château de Keroual (XVIIè) Kastell Keroual
Manoir de Mesnoalet (XVè-XVIIè) Maner 
Manoir de Coat-Hir-Bescond Maner
Fort de Penfeld (fin XVIIIè)  
Voie romaine de Kerilien à Saint-Mathieu

(Castel-Men; Keroual; Kerebars; Keredec)

 

Étymologie

* Bernard Tanguy (1990) : 

* Editions Flohic (1998) : "du bas latin villare, village, hameau, devenu en breton guilar, ou guiler".

* Hervé Abalain (2000) : 

* Daniel Delattre (2004) :

Personnes connues Tud brudet
Yvon de Mesnoalet et Catherine Kermorvan (mariés en 1432)  
Louise de Keroualze

duchesse de Portsmouth; favorite de Charles II d'Angleterre

 

           
Famille de Coat-Ty-Bescond Famille de Keroual Famille de Mesnoalet      

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Communes du canton de Brest Parrezioù kanton Brest
Bohars Boc'harz
Brest Brest
Gouesnou Gouenou
Guilers Gwiler
Plouzané Plouzane

Communes limitrophes de Guilers Parrezioù tro war dro Gwiler
Plouzané Milizac Bourg-Blanc       Bohars Brest

Sources :

* OGEE : Dictionnaire de Bretagne; 1780. 

* Jacques CAMBRY : Voyage dans le Finistère. 1799. avec corrections du Chevalier de Fréminville, 1836.

* J.-F. BROUSMICHE : Voyage dans le Finistère, en 1829, 1830 et 1831. Editions Morvran. 1977.

* A. MARTEVILLE et P. VARIN : continuateurs et correcteurs d'Ogée; 1843.

* Adolphe JOANNE : Département du Finistère. Hachette. 1878.

* René COUFFON et Alfred LE BARS : Répertoire des églises et chapelles du Diocèse de Quimper et de Léon; Presses Bretonnes, Saint-Brieuc, 1959; nouvelle édition par le Conseil général du Finistère. 1988.

* Éditions ALBIN-MICHEL : Dictionnaire des communes de France. 1970.

* Bernard TANGUY : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses du Finistère. Chasse-Marée - ArMen. 1990.

* Editions FLOHIC : Le patrimoine des communes du Finistère. 1998.

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000. 

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes du Finistère. Froger S.A. 2001.

* Daniel DELATTRE : Le Finistère. Les 283 communes. Editions Delattre. 2004.

Liens électroniques des sites Internet traitant de Guilers / Gwiler  :

* lien communal : 

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* pour le blason de Guilers : dessin JC Even sur logiciel Genhéral5. 

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig vas vite, mon petit ami

go fast, my little friend

Comptoir de Campagne. 22160. Callac-de-Bretagne. 

Tél / Fax : 02.96.45.51.06

Site weeb : http://www.comptoir-de-campagne.com

Retour en tête de page