Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

Bro Roazhon

Pays de Rennes

Eskopti Roazhon

Évêché de Rennes

Argentré-du-Plessis

Arjantrae

*Arc'hantred-ar-Genkiz

pajenn bet digoret e 2003 page ouverte  en 2003    ñ   ó kentañ   Frañs

* forum Marikavel

Academia Celtica

dernière mise à jour : 23/03/2017 20:32:43

Définition : commune de la Bretagne historique, en Pays de Rennes / Bro Roazhon; évêché de Rennes.

Aujourd'hui dans la région économique dite 'de Bretagne', département d'Ille et Vilaine, arrondissement de Rennes; chef-lieu de canton, sur le Hill.

Superficie : 4146 ha.

Population : 2000 'communiants' vers 1780; 2330 hab. en 1881; 2422 hab. en 1970. 2765 hab. en 1979; 3034 hab. en 1982; 3614 hab. en 1999.

Armoiries; blason; logo

* Froger et Pressensé (2008) : "d'argent à la croix pattée d'azur". Armes de la famille d'Argentré (1213).

* JC Even : "en arc'hant, e groaz pavek e glazur"

Paroisse : sous l'invocation de Notre Dame / la Vierge. Fête de l'Assomption.

Histoire :

* Ogée (1780) : Argentré; sur une colline, à 8 1ieues 5/4 à l'E. de Rennes, son évêché, et à 2 lieues de Vitré, sa subdélégation. Cette paroisse, dont la cure est à l'ordinaire, ressortit au présidial de Rennes. On y compte 2000 communiants. Le bourg est environné de six à sept étangs qui forment un des bras de la Vilaine. Les terres n'y sont pas mauvaises, les pâturages assez bons, et les landes fort étendues. Celle de Gouillard l'emporte, de ce côté, sur toutes les autres. On y voit aussi les bois de Noir-Loup et de la Blanchette (Branchette). Ce dernier, qui est le plus grand, renferme environ 220 arpents. Cette paroisse a donné son nom à une famille distinguée qui habitait le château de Launel*. Le premier dont nous ayons connaissance est Renaud d'Argentré, qui vivait l'an 1080. André d'Argentré jura l'assise du comte Geoffroi, en 1213. Pierre d'Argentré était, en 1226, sénéchal de Rennes et juge universel de la Bretagne. Un autre Pierre d'Argentré fut un des plus grands hommes de son siècle. François Ier, roi de France, qui connaissait son mérite, lui donna la charge de grand-sénéchal de Rennes, où il mourut le 19 février 1548. Son fils, Bertrand d'Argentré*, conseiller du roi, et président aux enquêtes du Parlement de Bretagne, fut l'ornement de son siècle et de sa famille. Il était savant, magnifique, honnête, libéral, et surtout ami généreux. Sa réputation engagea Charles IX, qui vint pour la seconde fois à Châteaubriant en 1570, à le mander pour le voir et le consulter. Nous avons de ce jurisconsulte célèbre des commentaires sur la Coutume de Bretagne, et une Histoire de cette province, qu'il entreprit à la prière des Etats. Obligé de sortir de Rennes par les factions de la Ligue, il ne put avoir la satisfaction de la faire imprimer avec quelques autres ouvrages qu'il avait achevés. Il mourut le 13 février 1590, à l'âge de 71 ans. Charles du Plessis-d'Argentré, abbé de Sainte-Croix de Guingamp, l'an 1699, fut nommé à l'évêché de Tulle en 1725, et mourut en 1740. — Outre le château de Launel, ces seigneurs possédaient encore, dans le même territoire, les manoirs de la Bondie et du Plessis-d'Argentré, haute, moyenne et basse-justice, qui s'exerce à Vitré, et qui appartient aujourd'hui à M. du Plessis-d'Argentré, l'un de leurs descendants. — En l'an 1402, Guillaume et Louis de Sévigné, Jean de la Frette, Robert d'Epinay, Guillaume Arthur, seigneur de l'Arturay, Jean de Domagné et Jean Brunel, tous chevaliers distingués des environs de Rennes, établirent, de concert, une confrérie en l'honneur de la Vierge, dont la fête se célébrait tous les ans, le jour de l'Assomption, dans l'église paroissiale d'Argentré, où se rendaient tous les confrères. Après la messe, ils dînaient ensemble, aux frais de la confrérie, dans un lieu marqué par le prévôt. Là, chacun proposait les affaires qu'il pouvait avoir, et prenait les avis de la compagnie. Ils se promettaient de vivre ensemble dans la plus sincère et la plus étroite amitié, de défendre l'innocent opprimé, et de se soutenir respectivement envers et contre tous, excepté le duc de Bretagne, leur souverain. Cette confrérie, dit M. de Molac, se multiplia et devint nombreuse. On ignore combien de temps elle a subsisté.

* Marteville et Varin (1843) : ARGENTRÉ, commune formée de l'anc. par. de ce nom, aujourd'hui cure de 2è classe. L'église est sous l'invocation de la Vierge, fête de l'Assomption. — limit. : N. Etrelles, Erbrée, Mondevert; E. le Pertre; S. Brielles, Gennes, Saint-Germain-du-Pinel; O. Domalain, Etrelles, la route de la Guerche à Vitré. 0 Princip. vill. : les Lucazières, Rocson, les Breilhenais, Fayel, la Fauconnerie, Bourg-Nouveau, le Manoir, Noir-Loup, le Haut et le Bas-Moi, les Esnaudières, le Pinel, la Jacaudière, la Sirociére, le Grandet le Petit-Rouceray, la Bellangerie, les Forges, la Croix-Péraud, les Orgères. — Moulins à eau du Hil, aux Moines, Neuf, à Guérin, de Salé. — Superf. tôt. 4052 hect. 63a. 40 c., dont les princip. div. sont : ter. lab. 2183 : prés et herb. 627; bois 570; mares et can. 5; landes et incultes 348; étangs 30; superf. des prop. bât. 23; cont. non imp. 120; construct. div. 436; 5 moulins. Les bois de la Branchette et de la Fauconnerie étaient autrefois aux bernardins de Clermont, près Laval. — Launel appartenait en 1380 à Orfraise d'Argentré. — Bertrand d'Argentré était sénéchal de Rennes. — Géologie : le sol repose sur schiste argileux. — Archéol. : dom Morice, Preuves, t. II, col. 726, 727. — On parle le français.

L'église, d'architecture moderne, a remplacé celle qui fut incendiée par le feu du ciel, le 25 octobre 1772, pendant la célébration de la grande messe. Celle ci avait clé bâtie avant le XIVè siècle, parce que la chapelle Saint-Pierre, qui alors servait de paroisse, était devenue insuffisante. Cette chapelle, peu éloignée de l'église, paraît de construction romaine, et souvent on retrouve dans ses environs des tombeaux en pierre ardoisière ou en calcaire coquillier. — L'ancienne chapelle de la Fauconnerie, fondée en 1632 par Julien Toullier, qui y a été inhumé, existe encore comme chapelle particulière. — En 1427, le Plessix d'Argentré était à Bertrand-du-Plessix. La tour à mâchicoulis et les autres constructions datent de 1380. Les principales maisons nobles qui relevaient de la baronnie de Vitré étaient, outre Lourmel, la Rounaye, appartenant en 1380 à Marguerite d'Ancenis; en 1588 a Marie Dugué, femme de Renaud de la Marilière. Dans un marais, près de cette terre, on voit une motte à triple enceinte. La Chalnyère appartenait en 1402 à Nicolas de Chalny, et en 1480 à la collégiale de la Madelaine de Vitré. — Le Pinel, en 1287, à la dame du Pinel, femme de Guillaume de Montbourcher, achetée en 1078 par Morel-de la-Barre. Dans le bois du Pinel est aussi une motte à  plusieurs enceintes. —  La Porte, en 1513, à G.-de-la-Macraye. Le Brémanfany (autrefois en Mondevert), en 1400, à Pierre de Couayson, actuellement à la famille des Nétumières. —  La Fauconnerie est moderne. — L'écrivain d'Argentré n'habita jamais dans cette paroisse; il y possédait la terre de Croixpel ou Crespel.  (Leg.) 

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

La ville Ar gêr
Église Notre Dame (1775-1779)

architecte : Brousseau

Iliz Itron Varia
Chapelle saint Pierre (XIè-XIIè-XVè) Chapel sant Per
Chapelle saint Louis (XIXè) Chapel sant Loeiz
   
Château du Plessix (XVè-XIXè)

érigé en marquisat sous forme de majorat en 1819

Kastell ar Genkiz

 

Manoir de la Fauconnerie (XVIIIè-XIXè)  
Manoir du Pinel (XVIIè)  
Manoir de Lomelay (XVè-XVIè-XVIIè)  
Motte, manoir (XVè-XVIè) et chapelle du Pinel (XVè)  
Presbytère (1875)  

Étymologie

* Dauzat et Rostaing (1978) : ces auteurs ne donnent pas de forme écrite ancienne, mais compare le nom avec celui d' Argentré, dans la Mayenne, pour lequel ils donnent : "de Argentorato (rate = forteresse), cf Argentoratum, nom gallo-romain de Strasbourg".

* Jean-Yves Le Moing (1990) : "Argentreio, 1100 abbé Bossard & Dom Maurice"

* Éditions Flohic (2000) : peut-être de l'anthroponyme gaulois Argantius, dérivé de argant, "argent", et du suffixe -rate, "forteresse", associé au patronyme de la famille Du Plessis à l'époque moderne.

- JC Even : les racines semblent effectivement être *argant- = argent + *rate = forteresse de l'âge de fer. Mais il ne me semble pas indispensable de passer par un nom d'homme. il suffit d'y voir, simplement, soit la forteresse d'Argent, soit la forteresse (protégée par) le déesse Argantia. C'est à l'archéologie de nous apporter des éléments qui pourraient attester la présence d'une forteresse gauloise d'avant la conquête romaine. Le nom même du Plessix pourrait être une piste en ce sens. Noter aussi que ce nom est identique de celui d'Argentoratum = Strasbourg.

Personnages connus Tud brudet
Renaud d'Argentré  
André d'Argentré  
Pierre d'Argentré  
Pierre II d'Argentré  
Bertrand d'Argentré  
Charles d'Argentré  
Famille de Marcille  
Famille du Plessis d'Argentré

 
Famille du Pinel  
Famille de Montbourcher  

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Communes du canton d'Argentré-du-Plessis Kumunioù kanton Arjantrae / Arc'hantred
Argentré-du-Plessis Arjantrae / Arc'hantred
Brielles  
Domalain  
Etrelles  
Gennes-sur-Seiche  
Le Pertre    
Saint-Germain-du-Pinel     
Torcé    
Vergéal    

Communes limitrophes d'Argentré du Plessis Kumunioù tro war dro *Arc'hantred-ar-Genkiz
Domalain Etrelles Vitré Erbrée Mondevert Le Pertre Brielles Gennes-sur-Seiche Saint-Germain-du-Pinel

Sources; Bibliographie :

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780; 

* MM. A. Marteville et P. Varin, correcteurs et continuateurs d'Ogée, 1843.

* Éditions Albin-Michel : Dictionnaire Meyrat. Dictionnaire national des communes de France. 1970.

* Dauzat et Rostaing : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Librairie Guénégaud. 1978.

* Jean-Yves LE MOING : Les noms de lieux bretons de Haute Bretagne. Coop Breizh. 1990.

* Éditions FLOHIC : Le patrimoine des communes d'Ille et Vilaine. 2000.

* J.L RAMEL et A.J. RAUDE : Liste des communes du département de L'Ille et Vilaine. Rolaey dez comunn deu departamant deu l'Ill e Vilaeyn. Roll komuniou an departamant Il-ha-Gwilen.  Maezoe-Heveziken. 2003.

* Daniel DELATTRE : L'Ille et Vilaine. Les 352 communes. Éditions Delattre. 2004. 

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes des Côtes d'Armor et Ille et Vilaine. 2008.

Liens électroniques des sites Internet traitant d'Argentré-du-Plessis / Arjantrae / *Argantred-ar-Genkiz 

* lien communal : 

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* blason : dessin JC Even sur logiciel Genheral5

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Information sur blocage de compte sur Wikipédia

L'information des recherches et découvertes archéologique concernant Saint-Symphorien et Bréssillien, de Paule, permettant d'étayer sérieusement la revendication de Brocéliande historique a été systématiquement rendue impossible sur la page de Wikipedia consacrée à Brocéliande, par des experts en lutinologie, fées et korrigans  . Toute information systématiquement effacée; compte bloqué.

Compte tenu de cela, il est conseillé au lecteur de se reporter aussi à la page

Brocéliande historique.

Jean-Claude EVEN / Marikavel.org

En dro d'ar penn ar bajenn * Retour en tête de page